Des papiers aux données : saisie informatisée, traitement automatisé et visualisation du fichier de commandes du Laboratoire de graphique de l’École des hautes études en sciences sociales

Par Kervegan, Paul, Hector. Étudiant de master 2 en « Technologies numériques appliquées à l’histoire » à l’École nationale des chartes et ancien stagiaire aux Archives nationales dans le cadre de l’ANR DesignSHS

Deux boîtes en métal et en plastique ; dedans, plusieurs centaines de fiches répertoriant une partie des commandes passées au Laboratoire de graphique1 de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS). À première vue, les articles Arch. Nat. 20150774/22 et 20150774/23 semblent être des documents purement fonctionnels, qui décrivent entre 1000 et 1500 commandes passées au Laboratoire entre 1958 et 1987. La valeur de ces articles n’apparaît qu’après une analyse plus précise. Au-delà de son rôle fonctionnel, ce fichier de commandes retrace la vie d’un laboratoire précurseur de la visualisation de données, qui a modelé sur près de trente ans la conception de la cartographie et la manière dont l’information se lit.

Continuer la lecture

Analyse lexicométrique d’un corpus de circulaires du ministère de l’Intérieur

par Clément Arnaud, département de la Justice et de l’Intérieur

Contexte du projet

Les Archives nationales conservent, dans les fonds produits par le ministère de l’Intérieur, plusieurs collections de circulaires émanant de différentes directions : direction de la sûreté générale puis nationale, secrétariat général etc. Une circulaire est un texte transmis par une autorité administrative aux services placés sous son autorité hiérarchique, voire aux administrés, pour les informer d’une nouveauté législative ou réglementaire. La circulaire est parfois envoyée avec le texte de loi ou le règlement qu’elle est chargée d’éclairer et de présenter à ceux qui devront l’appliquer. Sources essentielles notamment pour l’histoire administrative, les circulaires font l’objet de fréquentes communication en salle de lecture.

Les inventaires décrivant ces collections de circulaires ne sont pas homogènes. Selon les périodes chronologiques couvertes, ils sont :

  • Très précis : description des circulaires à la pièce, avec intitulé, date et direction à l’origine de la circulaire ;
  • Très succincts : mention uniquement des dates et numéros des circulaires conservées dans une cote d’archives.

En 2022, un projet archivistique autour des circulaires est mis en œuvre afin de faciliter et d’homogénéiser les outils d’accès à ce corpus. Le choix est fait de généraliser la description à la pièce, avec une priorité sur les cotes les plus consultées. L’inventaire détaillé publié à terme en ligne (téléchargeable au format XML-EAD), ne permettra pas, tel quel, de révéler entièrement la richesse de ce fonds, du fait des limites du format en terme de manipulation et d’interrogation des données (thématique, chronologique, sémantique).

Continuer la lecture

Les dénaturalisés de Vichy : un jeu de données pour la recherche

Pour accompagner la numérisation des dossiers des dénaturalisés de Vichy1 et leur publication progressive dans la salle des inventaires virtuelle, la base de données constituée autour du corpus a été publiée sous la forme d’un jeu de données sur la plateforme data.culture.gouv.fr.

Continuer la lecture
  1. Ce projet, en partenariat avec le Mémorial de la Shoah et l’US Holocaust Memorial Museum, a déjà été abordé dans les billets » Connaître les dénaturalisés de Vichy. La base Dénat, un nouvel outil et ses exploitations » (septembre 2019) et « Les dossiers numérisés des dénaturalisés de Vichy » (juin 2021). []

Visualiser le Fichier central de la sûreté nationale (2)

Suite de l’article Indexer le Fichier central de la Sûreté nationale.

L’indexation nominative des dossiers individuels du Fichier central de la Sûreté nationale permet d’envisager ce corpus comme une masse de données qui peuvent être interrogées, “travaillées” et visualisées. Au-delà de l’accès nominatif, la manipulation de ces données nous permet d’affiner notre connaissance archivistique du fonds.

Le billet qui suit propose des statistiques et pistes de recherche (non exhaustives) à partir de l’exploitation des données de la lettre B. Le nombre de dossiers concernés (61223 dossiers individuels, soit environ 10% du corpus total estimé) offre des garanties en terme de représentativité du corpus total, que ce soit au niveau de la couverture chronologique des dossiers, du type de fichage (surveillance politique, police administrative des étrangers, police judiciaire, police des jeux, etc.) ou encore de l’origine géographique des individus. Le volume permet par ailleurs de lisser les éventuelles coquilles d’indexation.

À ce jour la lettre B reste la plus grosse lettre indexée (talonnée par les quelque 58 000 dossiers en M).

Outils utilisés : OpenRefine, RAWGraphs.

Top 50 des noms de famille en B

Sur plus de 26 000 patronymes (orthographe stricte, sans regroupement des variantes), ce sont les BERNARD (325 occurrences) et les BERGER (303 occurrences) qui sont les plus présents. Les 50 noms les plus représentés donnent de premières pistes sur l’origine géographique des individus.

À noter : la moitié de ce top 50 des patronymes en B comptent moins de 100 occurrences. Le dernier de la liste (BARRA) est présent à 63 reprises dans le corpus.

Top 50 des prénoms en B

 

Continuer la lecture

Exploiter les données de Natnum : les Polonais naturalisés dans les Hauts-de-France pendant les années 1920

Les deux expositions organisées cet automne au Louvre-Lens autour de la peinture polonaise de la seconde moitié du XIXe siècle et du photographe polonais Kasimir Zgorecki, immigré dans le Pas-de-Calais1 nous ont encouragés à rechercher dans les données collectées par Natnum les Polonais naturalisés après 1918 et installés dans les Hauts-de-France.

Continuer la lecture

  1. Du 25 septembre au 20 janvier 2020, « Pologne. 1840-1918. Peindre l’âme d’une nation » et « Kasimir Zgorecki. Photographier la « Petite Pologne ». 1924-1939 ». []