Cabinet de curiosité Natnum : le formeur de bas

Les "grands dépôts" des Archives nationales Natnum vous ouvre à nouveau son cabinet de curiosités ! Dans cette série de billets, nous abordons régulièrement des trouvailles piquantes rencontrées au fil de l’indexation des décrets de naturalisations : prénoms rares, métiers oubliés, lieux curieux, … Intéressons-nous aujourdhui au métier de « formeur de bas ».

Parmi les métiers de la bonneterie, le formeur arrive en bout de la chaîne de fabrication des bas. Il enfile le bas dans une forme en bois qui passe entre 2 rouleaux puis est placée verticalement dans un coffre à vapeur pour être chauffée et séchée. A la sortie du coffre, le bas est retiré de la forme et garde son pli. Si les opérations de remmaillage (fermeture de la pointe et du talon des bas) et de raccoutrage (réparation des petits défauts) étaient exercées par des femmes, la forme était un métier masculin et les formeurs de bas travaillaient dans la chaleur humide des ateliers de bonneterie (source : Helen Harden-Chenot, Made in Troyes : Genre et classe dans la bonneterie française, 2007, p. 127, lire en ligne).

Continuer la lecture

Cabinet de curiosité Natnum : le marchand de sable

  Les "grands dépôts" des Archives nationales Natnum vous ouvre à nouveau son cabinet de curiosités !

Dans cette série de billets, nous abordons régulièrement des trouvailles piquantes rencontrées au fil de lindexation des décrets de naturalisations : prénoms rares, métiers oubliés, lieux curieux, … Intéressons-nous aujourdhui au métier de « marchand de sable ».

Souvenir d’enfance « que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître », le marchand de sable reste pour beaucoup d’entre nous associé à l’émission « Bonne nuit les petits ». Diffusée à la télévision en 3 saisons et 847 épisodes entre 1962 et 1976 puis 1994 et 1997, elle s’inspirait du « Sandmännchen » de la télévision est-allemande (1959), qui avait ainsi créé un temps dédié aux enfants avant le journal télévisé destiné à leurs parents. Sa célébrité était telle qu’en 1978, un épisode devait être tourné en orbite : une poupée de 100 grammes avait accompagné le cosmonaute Sigmund Jaehn lors la mission soviético-allemande Soyouz. Dans la version française, sur son nuage avec Nounours, le marchand de sable, dont la voix était celle du créateur de l’émission, Claude Laydu, lançait sa pluie de sable dorée sur Nicolas et Pimprenelle et jouait au pipeau l’air “Que ne suis-je la fougère” de Pergolèse qui terminait chaque épisode. Continuer la lecture

Cabinet de curiosité: Le marcaire

Les "grands dépôts" des Archives nationalesNatnum vous ouvre son cabinet de curiosités !

Dans cette série de billets, nous abordons régulièrement des trouvailles piquantes rencontrées au fil de l’indexation des décrets de naturalisations : prénoms rares, métiers oubliés, lieux curieux, … Intéressons-nous aujourdhui au métier du marcaire, « cow-boy » vosgiens.

Marcaires dans les Vosges, 1897 (Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, sur Gallica)

Continuer la lecture