Générer des instruments de recherche en XML-EAD à partir de tableaux de données

Cet article décrit comment nous avons procédé pour obtenir des corps de fichiers XML-EAD à partir de tableaux de données. Nous avons voulu présenter cette technique à nos collègues archivistes, quelle que soit leur structure, en espérant qu’elle leur permette d’obtenir des fichiers complexes à partir d’outils simples. Il s’agit de propositions expérimentales qui pourront certainement être améliorées et gagneront à être partagées.

Seul un tableur ordinaire est nécessaire pour aboutir à ce résultat ; nous avons utilisé LibreOffice Calc, mais des fonctionnalités quasi-identiques se retrouvent par exemple sur MicrosoftOffice Excel.

Les outils du quotidien : les logiciels bureautiques

Dans les faits, les fonds sont couramment gérés, et parfois décrits, au moyen d’outils plus ordinaires que des éditeurs XML, et notamment les suites bureautiques usuelles1 : instruments de recherche réalisés sous traitement de texte, tableaux de récolement, …

Les tableurs se prêtent à bien des usages ; ils présentent aussi l’avantage de pouvoir segmenter l’information. Le contenu des différentes balises de description XML-EAD2 se trouve ainsi déjà isolé. Nous avons donc cherché à récupérer ces chaînes de caractères et à les enchâsser dans la syntaxe XML afin d’obtenir des fichiers le plus facilement possible.

Continuer la lecture
  1. Voir le rapport récemment diffusé Classement et description archivistiques : pratiques à l’échelle mondiale, Siân Wynn-Jones & Margaret Crocket, Conseil international des archives, 2020. []
  2. Voir le Description archivistique encodée. Dictionnaire des balises, Society of American Archivists (trad. par le groupe AFNOR CG46/CN357/GE3), 2004. []

Retour sur le hackathon des Archives nationales

 

 

 

 

Ils sont développeurs, étudiants, archivistes, porteurs d’idées, ou tout simplement passionnés d’archives et d’informatique. Tous veulent gagner ce premier hackathon réalisé par les Archives nationales, consacré à la valorisation des données numériques. La diffusion de quatorze siècles d’archives de l’État est entre leurs mains. Certains ont déjà réfléchi à leur projet et constitué leur équipe, tandis que d’autres ont préféré les découvrir le soir du lancement.
Le compte à rebours est lancé, les douze équipes travaillent de manière effrénée pour convaincre les membres du jury, mais surtout, se surpasser et atteindre leurs objectifs personnels. Ils n’ont qu’un week-end, et, cette nuit, certains d’entre eux sont éclairés à la lueur de leur ordinateur, plus motivés que jamais. Mais qui sont ces hackathoniens ? Nous avons suivi leur parcours, découvert leurs multiples portraits et cerné les motivations qui les ont amenés à se réunir au cœur de Paris, au Liberté Living Lab.

Continuer la lecture

L’organisation et les attentes du hackathon

Pour leur premier hackathon les Archives nationales ont choisi de prendre leurs quartiers au Liberté Living Lab (LLL), un incubateur de start-up dédié aux projets d’impact sociétal et aux nouvelles technologies.

Remontons dans le temps pour comprendre la genèse du projet…

Continuer la lecture