Les dossiers numérisés des dénaturalisés de Vichy

Les Archives nationales ont organisé le 25 mai 2021 une après-midi de présentation du projet de numérisation des dossiers des « dénaturalisés de Vichy », dans le cadre d’un partenariat avec le Mémorial de la Shoah et l’US Holocaust Memorial Museum. Nourries d’échanges entre chercheurs et archivistes, les différentes intervention présentent les enjeux de ce projet, sa mise en œuvre et les ressources désormais proposées au public.

Continuer la lecture

Visualiser le Fichier central de la sûreté nationale (2)

Suite de l’article Indexer le Fichier central de la Sûreté nationale.

L’indexation nominative des dossiers individuels du Fichier central de la Sûreté nationale permet d’envisager ce corpus comme une masse de données qui peuvent être interrogées, « travaillées » et visualisées. Au-delà de l’accès nominatif, la manipulation de ces données nous permet d’affiner notre connaissance archivistique du fonds.

Le billet qui suit propose des statistiques et pistes de recherche (non exhaustives) à partir de l’exploitation des données de la lettre B. Le nombre de dossiers concernés (61223 dossiers individuels, soit environ 10% du corpus total estimé) offre des garanties en terme de représentativité du corpus total, que ce soit au niveau de la couverture chronologique des dossiers, du type de fichage (surveillance politique, police administrative des étrangers, police judiciaire, police des jeux, etc.) ou encore de l’origine géographique des individus. Le volume permet par ailleurs de lisser les éventuelles coquilles d’indexation.

À ce jour la lettre B reste la plus grosse lettre indexée (talonnée par les quelque 58 000 dossiers en M).

Outils utilisés : OpenRefine, RAWGraphs.

Top 50 des noms de famille en B

Sur plus de 26 000 patronymes (orthographe stricte, sans regroupement des variantes), ce sont les BERNARD (325 occurrences) et les BERGER (303 occurrences) qui sont les plus présents. Les 50 noms les plus représentés donnent de premières pistes sur l’origine géographique des individus.

À noter : la moitié de ce top 50 des patronymes en B comptent moins de 100 occurrences. Le dernier de la liste (BARRA) est présent à 63 reprises dans le corpus.

Top 50 des prénoms en B

 

Continuer la lecture

Indexer le Fichier central de la Sûreté nationale (1)

Le Fichier central de la Sûreté nationale, l’un des « fonds de Moscou », saisi par les Allemands en 1940, puis par l’Armée rouge avant d’être restitué entre 1994 et 2001, est l’un des fonds emblématiques des Archives nationales. Il est constitué de plus de 600 000 dossiers nominatifs de police couvrant les années 1880 à 1940, et qui concernent aussi bien la surveillance politique, le contrôle des étrangers, que les demandes de passeports et cartes d’identité, les interdits de séjour ou encore la police des jeux.

Le principal outil d’accès est une série de 182 répertoires semi-alphabétiques (sur les trois premières lettres du nom) établie par les archivistes soviétiques et joints aux fonds restitués. D’abord microfilmés, ces registres sont numérisés et mis en ligne depuis 2013 sur le portail documentaire des Archives nationales. Ces répertoires listent les dossiers par ordre numérique, avec indication des noms, prénoms et dates extrêmes des pièces.

Répertoire semi-alphabétique (numéro de dossier, nom, prénom, dates extrêmes des documents et cote du carton)

Continuer la lecture

Émigrés de la Révolution française : cartographie des dossiers de demande de radiation des listes des émigrés

Répartition géographique des dossiers des personnes demandant leur radiation de la liste des émigrés et la levée du séquestre pesant sur leurs biens.

Voir sur Carto.com

Source : Archives nationales, F/7/4826 à F/7/5789/2, inventaire consultable en ligne ; fiche d’aide à la recherche.

Maïwenn Bourdic

La « bibliothèque du Conseil aulique », de Vienne aux Archives nationales (2)

Cécile Robin, Archives nationales

2. Exhumer et décrire le reliquat

Nous avons vu précédemment comment une partie de la bibliothèque aulique a été intégrée dans les collections de la bibliothèque des Archives au milieu du XIXe siècle, moyennant quelques ajustements dans le cadre de classement. Les ouvrages non inventoriés sont restés dans les oubliettes des Archives pendant près d’un siècle. Dans l’entre-deux-guerres, les outils et les méthodes de description bibliographique mais aussi les principes d’intégration et de classement ont évolué. Les partis pris des années 1930 nous renseignent donc autant sur cette évolution que sur l’idée même de continuité dans le traitement de ce qui est déjà considéré comme un fonds spécifique. Enfin, le sauvetage in extremis de la mise au rebut à la fin du siècle nous ramène à des considérations plus actuelles sur le lien très étroit entre espaces de conservation, mémoire des collections et modalités de traitement des documents.
Continuer la lecture

Les authentiques de Chelles : enjeux de conservation et de restauration

Sara Ortego-Boldo, Archives nationales

Les Archives nationales conservent la plus importante collection d’authentiques et de reliques en Occident, plus nombreuse encore que la collection du Sancta Sanctorum au Latran, à Rome, qui en conserve 120. Les authentiques sont de petites languettes de parchemin attachées aux reliques, qu’elles permettent d’identifier et d’authentifier. Rédigées en latin, ces  « étiquettes » indiquent l’identité du saint ou de la sainte concerné et le contenu de la relique : un petit morceau de bois, des cheveux ou du tissu, par exemple. La dimension des authentiques varie de 2 cm à 16 cm. Les Archives nationales en conservent 176, parmi lesquels 57 sont encore reliés à leur relique. Ces documents ont été découverts dans l’église de Chelles en 1983 lors de l’inventaire des reliquaires. Ils ont été déposés aux Archives nationales, mais la ville de Chelles en reste propriétaire. Continuer la lecture

Une documentation insoupçonnée: les tirages des négatifs noir et blanc

Céline Gaudon, Archives nationales

Il existe au Pôle image  des Archives nationales une documentation de plus de 40.000 tirages issus des négatifs noir et blanc de tous formats résultant des travaux de reproduction allant des années 50 à 2000.

Une fois ces négatifs enregistrés, reconditionnés et placés à l’abri dans un magasin photo, les tirages ont été classés par cote et rangés dans des classeurs pour en permettre la consultation. Ils sont disponibles dans le bureau de la cellule documentaire.

Alors, à l’heure du numérique, pourquoi conserver une telle documentation ? Continuer la lecture