Centenaire de la naissance de François Cavanna : 22 février 1923 / 22 février 2023

Par Sonia Braham, département de la Justice et de l’Intérieur

Luigi Cavanna et François Cavanna

Luigi Cavanna a 32 ans lorsqu’il arrive en France, gare de Lyon, un jour de septembre 1912 depuis son Italie natale.  Plus précisément depuis la commune de Bettola, comme nombre de ses futurs « copains » de Nogent-sur-Marne, les « gars de Bettola-Piacenza » avec lesquels il reconstituera un petit bout d’Italie dans cette ville de banlieue parisienne où il vivra jusqu’à sa mort. Rappelé en Italie pour combattre lors de la Première guerre mondiale, il est démobilisé en 1919 et s’empresse de regagner la France. En 1920, il se marie avec Marguerite, née Charvin, originaire de la Nièvre qui deviendra italienne par mariage. Le couple s’installe au 3 rue Saint-Anne, à Nogent, dans l’immeuble que possède son patron. Luigi est maçon et Marguerite fait des ménages. Leur fils unique naît le 22 février1923. Il se prénomme François, en souvenir de Francesco, son grand-père paternel. C’est un bon élève. Indiscipliné et dissipé, mais brillant, et faisant preuve d’un goût exceptionnel pour la lecture.

Continuer la lecture

Émile Zola, citoyen naturalisé, écrivain naturaliste

par Sonia Braham, Département Justice et Intérieur, pôle Naturalisation.

C’est au cours de l’automne 2021 que s’est concrétisé un projet qui consacre à la fois la sauvegarde d’un lieu emblématique et l’hommage rendu à une pensée engagée dans son siècle : la Maison Zola, située à Médan, dans les Yvelines, acquise par l’auteur en 1878 grâce au succès de L’Assommoir et dans laquelle il vécut une vingtaine d’années, rouvre ses portes au public après dix ans de travaux de rénovation et de restauration. Elle s’enrichit désormais d’un nouveau Musée consacré à l’affaire Dreyfus, porteur des principes de tolérance, de dignité et de respect attachés à ce nom.

Cet évènement nous donne l’occasion de rappeler qu’au même moment, en octobre 2021, 150 ans nous séparaient de la parution du premier tome de la fresque romanesque en 20 volumes [des] Rougon-Macquart, ou Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire, pièce maîtresse de l’œuvre d’Émile Zola, écrivain français, naturalisé en 1862 à sa majorité. Chef de file du roman naturaliste, il est une figure majeure du paysage littéraire de la fin du XIXe siècle et du début du XXe. Citoyen engagé, il se positionne ouvertement pour l’avènement de la République, s’érige en figure de proue de la lutte contre l’antisémitisme lors de l’affaire Dreyfus et plus généralement en défenseur d’un modèle social attaché à la lutte contre les inégalités et les injustices qui s’inscrit dans une dynamique de progrès économique et scientifique.

Continuer la lecture

Croiser le Fichier central de la Sûreté nationale avec d’autres ressources (3)

Suite de l’article Visualiser le Fichier central de la sûreté nationale (2)

Les volumineuses données du Fichier central de la Sûreté nationale désormais indexées peuvent être envisagées comme un corpus de données à croiser avec d’autres référentiels dont les thématiques sont proches. Le billet qui suit propose des pistes de travail, toujours à partir des dossiers commençant par la lettre B (61223 dossiers individuels, soit environ 10% du corpus total estimé).

Croiser les données nominatives du Fichier central de la Sûreté : mode d’emploi (et limites)

Les données indexées du Fichier central ont été croisées à d’autres référentiels par le biais du logiciel OpenRefine. Ce logiciel permet de comparer et d’enrichir mutuellement des projets, soit en faisant des comparaisons strictes de chaînes de caractères identiques, soit en utilisant des extensions de réconciliation plus flexibles (reconcile-CSV, extension RDF) afin d’aligner des données relativement proches.

Continuer la lecture

Visualiser le Fichier central de la sûreté nationale (2)

Suite de l’article Indexer le Fichier central de la Sûreté nationale.

L’indexation nominative des dossiers individuels du Fichier central de la Sûreté nationale permet d’envisager ce corpus comme une masse de données qui peuvent être interrogées, “travaillées” et visualisées. Au-delà de l’accès nominatif, la manipulation de ces données nous permet d’affiner notre connaissance archivistique du fonds.

Le billet qui suit propose des statistiques et pistes de recherche (non exhaustives) à partir de l’exploitation des données de la lettre B. Le nombre de dossiers concernés (61223 dossiers individuels, soit environ 10% du corpus total estimé) offre des garanties en terme de représentativité du corpus total, que ce soit au niveau de la couverture chronologique des dossiers, du type de fichage (surveillance politique, police administrative des étrangers, police judiciaire, police des jeux, etc.) ou encore de l’origine géographique des individus. Le volume permet par ailleurs de lisser les éventuelles coquilles d’indexation.

À ce jour la lettre B reste la plus grosse lettre indexée (talonnée par les quelque 58 000 dossiers en M).

Outils utilisés : OpenRefine, RAWGraphs.

Top 50 des noms de famille en B

Sur plus de 26 000 patronymes (orthographe stricte, sans regroupement des variantes), ce sont les BERNARD (325 occurrences) et les BERGER (303 occurrences) qui sont les plus présents. Les 50 noms les plus représentés donnent de premières pistes sur l’origine géographique des individus.

À noter : la moitié de ce top 50 des patronymes en B comptent moins de 100 occurrences. Le dernier de la liste (BARRA) est présent à 63 reprises dans le corpus.

Top 50 des prénoms en B

 

Continuer la lecture

Indexer le Fichier central de la Sûreté nationale (1)

Le Fichier central de la Sûreté nationale, l’un des « fonds de Moscou », saisi par les Allemands en 1940, puis par l’Armée rouge avant d’être restitué entre 1994 et 2001, est l’un des fonds emblématiques des Archives nationales. Il est constitué de plus de 600 000 dossiers nominatifs de police couvrant les années 1880 à 1940, et qui concernent aussi bien la surveillance politique, le contrôle des étrangers, que les demandes de passeports et cartes d’identité, les interdits de séjour ou encore la police des jeux.

Le principal outil d’accès est une série de 182 répertoires semi-alphabétiques (sur les trois premières lettres du nom) établie par les archivistes soviétiques et joints aux fonds restitués. D’abord microfilmés, ces registres sont numérisés et mis en ligne depuis 2013 sur le portail documentaire des Archives nationales. Ces répertoires listent les dossiers par ordre numérique, avec indication des noms, prénoms et dates extrêmes des pièces.

Répertoire semi-alphabétique (numéro de dossier, nom, prénom, dates extrêmes des documents et cote du carton)

Continuer la lecture

Cabinet de curiosité Natnum : le formeur de bas

Les "grands dépôts" des Archives nationales Natnum vous ouvre à nouveau son cabinet de curiosités ! Dans cette série de billets, nous abordons régulièrement des trouvailles piquantes rencontrées au fil de l’indexation des décrets de naturalisations : prénoms rares, métiers oubliés, lieux curieux, … Intéressons-nous aujourdhui au métier de « formeur de bas ».

Parmi les métiers de la bonneterie, le formeur arrive en bout de la chaîne de fabrication des bas. Il enfile le bas dans une forme en bois qui passe entre 2 rouleaux puis est placée verticalement dans un coffre à vapeur pour être chauffée et séchée. A la sortie du coffre, le bas est retiré de la forme et garde son pli. Si les opérations de remmaillage (fermeture de la pointe et du talon des bas) et de raccoutrage (réparation des petits défauts) étaient exercées par des femmes, la forme était un métier masculin et les formeurs de bas travaillaient dans la chaleur humide des ateliers de bonneterie (source : Helen Harden-Chenot, Made in Troyes : Genre et classe dans la bonneterie française, 2007, p. 127, lire en ligne).

Continuer la lecture

Cabinet de curiosités Natnum : Portage-des-Sioux, Indiens et trappeurs sur le Mississipi…

Les "grands dépôts" des Archives nationales

Natnum vous ouvre à nouveau son cabinet de curiosités !

Dans cette série de billets, nous abordons régulièrement des trouvailles piquantes rencontrées au fil de lindexation des décrets de naturalisations : prénoms rares, métiers oubliés, lieux curieux, … C’est à la ville de Portage-des-Sioux (États-Unis) que nous nous intéressons aujourd’hui.

Même si, au hasard des décrets de naturalisation indexés dans Natnum, apparaissent des Géronimo ou des conducteurs de diligence, les probabilités étaient minces pour qu’un minuscule village du Missouri (98 habitants en 1860), soit le lieu de naissance d’un jeune homme naturalisé français en 1893. Portage-des-Sioux fait surgir des images de trappeurs et d’Indiens pagayant sur les majestueux fleuves Missouri et Mississipi. Continuer la lecture

Concordance de fonds : dossiers de naturalisation et dossiers individuels du fichier central de la sûreté nationale

Par Violaine Challéat-Fonck, responsable du pôle Intérieur

Le fichier central de la direction de la sûreté nationale constitue une source conséquente pour l’histoire individuelle des personnes présentes, de façon plus ou moins pérenne, sur le territoire français entre les années 1890 et 1940. L’histoire de ce fichier, de sa double spoliation lors de la Seconde Guerre mondiale, jusqu’à sa restitution en 1994 par la Russie à la France, est une épopée archivistique (voir la fiche consacrée à ce sujet dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales).

Pour s’orienter dans cet ensemble riche de plus de 600 000 dossiers individuels créés par divers services de la direction de la sûreté nationale et rassemblé dans le fichier central, les lecteurs disposent depuis 2014 d’un outil accessible en ligne, ouvrant sur des milliers de pages de registre numérisées : les répertoires alphabétiques réalisés par les archivistes soviétiques à partir des dossiers. Pour retrouver un dossier, il faut parcourir plusieurs de ces pages, en suivant un ordre alphabétique partiel (respecté uniquement sur les trois premières lettres des noms). Continuer la lecture

Cabinet de curiosité Natnum : le marchand de sable

  Les "grands dépôts" des Archives nationales Natnum vous ouvre à nouveau son cabinet de curiosités !

Dans cette série de billets, nous abordons régulièrement des trouvailles piquantes rencontrées au fil de lindexation des décrets de naturalisations : prénoms rares, métiers oubliés, lieux curieux, … Intéressons-nous aujourdhui au métier de « marchand de sable ».

Souvenir d’enfance « que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître », le marchand de sable reste pour beaucoup d’entre nous associé à l’émission « Bonne nuit les petits ». Diffusée à la télévision en 3 saisons et 847 épisodes entre 1962 et 1976 puis 1994 et 1997, elle s’inspirait du « Sandmännchen » de la télévision est-allemande (1959), qui avait ainsi créé un temps dédié aux enfants avant le journal télévisé destiné à leurs parents. Sa célébrité était telle qu’en 1978, un épisode devait être tourné en orbite : une poupée de 100 grammes avait accompagné le cosmonaute Sigmund Jaehn lors la mission soviético-allemande Soyouz. Dans la version française, sur son nuage avec Nounours, le marchand de sable, dont la voix était celle du créateur de l’émission, Claude Laydu, lançait sa pluie de sable dorée sur Nicolas et Pimprenelle et jouait au pipeau l’air “Que ne suis-je la fougère” de Pergolèse qui terminait chaque épisode. Continuer la lecture

Cabinet de curiosité : Onuphre

Les "grands dépôts" des Archives nationales

Natnum vous ouvre à nouveau son cabinet de curiosités !

Dans cette série de billets, nous abordons régulièrement des trouvailles piquantes rencontrées au fil de lindexation des décrets de naturalisations : prénoms rares, métiers oubliés, lieux curieux, … Intéressons-nous aujourdhui au prénom « Onuphre ».

C’est en effet ce prénom qui a été choisi suite à notre premier sondage Twitter. Les instruments de recherche des Archives nationales en relèvent une petite vingtaine d’occurrences à l’époque contemporaine parmi les inventaires numérisés.

Si les Onuphre sont au XIXe siècle excessivement rares en France, ils se trouvent plus facilement en Italie (« Onofrio ») ou en Pologne (« Onufry »), jusqu’au milieu des années 1920 au moins, et apparaissent sous forme francisée dans les décrets de naturalisation. Parmi les autres fonds, notons la police politique, avec en 1822 un Polonais suspecté de carbonarisme, en F/7/6758 et l’enregistrement des succession aux titres de noblesse en 1857, pour une famille polonaise, en BB/29/1055. Continuer la lecture

Cabinet de curiosité Natnum : La Côte-aux-Fées

Les "grands dépôts" des Archives nationales

Natnum vous ouvre son cabinet de curiosités !

Dans cette série de billets, nous abordons régulièrement des trouvailles piquantes rencontrées au fil de lindexation des décrets de naturalisations : prénoms rares, métiers oubliés, lieux curieux, … Intéressons-nous aujourdhui à La Côte-aux-Fées (Suisse), qui apparaît comme lieu de naissance de plusieurs personnes naturalisées françaises à la fin des années 20.

Si suite au confinement, vous avez besoin de vous évader, le village suisse de La Côte-aux-Fées semble tout indiquée par son seul nom.

Carte postale, v. 1900 (bibliothèque de La Chaux-de-Fonds)

Continuer la lecture

Cabinet de curiosité: Le marcaire

Les "grands dépôts" des Archives nationalesNatnum vous ouvre son cabinet de curiosités !

Dans cette série de billets, nous abordons régulièrement des trouvailles piquantes rencontrées au fil de l’indexation des décrets de naturalisations : prénoms rares, métiers oubliés, lieux curieux, … Intéressons-nous aujourdhui au métier du marcaire, « cow-boy » vosgiens.

Marcaires dans les Vosges, 1897 (Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, sur Gallica)

Continuer la lecture

Cabinet de curiosité : Hamilcar

Les "grands dépôts" des Archives nationalesNatnum vous ouvre son cabinet de curiosités !

Dans cette série de billets, nous aborderons régulièrement des trouvailles piquantes rencontrées au fil de l’indexation des décrets de naturalisations : prénoms rares, métiers oubliés, lieux curieux, … Intéressons-nous aujourd’hui au prénom « Amilcar » !

Amilcar, aussi transcrit Hamilcar, est un nom de l’Antiquité carthaginoise, formé sur celui du dieu phénicien Melqart.
Ce prénom est surtout connu pour avoir été celui du père d’Hannibal, Hamilcar Barca, et immortalisé dans la fameuse première phrase de Salammbô de Flaubert (1862) : « C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar »… Continuer la lecture

Concordance des fonds. Le cas Felix Willy Schmidt (1883-?)

Par Emilie Charrier et Céline Déletang, Département Justice et Intérieur

Les aléas quotidiens de la recherche nous ont conduit il y a quelques mois jusqu’à un certain Felix Willy Schmidt. Ce qui apparaissait au début comme un dossier de naturalisation parmi d’autres s’est révélé un jeu de piste de plusieurs mois pour retracer un parcours de vie semé d’embûches administratives qui témoigne de la difficulté d’être un ressortissant allemand en France dans l’entre-deux-guerres.

Felix Willy Schmidt est né à Bitterfeld, en Saxe en 1883. Il s’installe en France dès sa 25e année en 1908. Chef d’atelier aux Établissements Morlé à Paris à partir de 1911, il se marie avec la fille de son patron en 1912 et commence des démarches en vue d’obtenir la nationalité française la même année.

Nous perdons sa trace dans les dossiers conservés aux Archives nationales en 1949…. Les échanges entre services de police et justice courent alors depuis plus de 30 ans sans que l’intéressé ne soit parvenu à retrouver la nationalité française perdue pendant la Grande guerre.

Continuer la lecture

Exploiter les données de Natnum : les Polonais naturalisés dans les Hauts-de-France pendant les années 1920

Les deux expositions organisées cet automne au Louvre-Lens autour de la peinture polonaise de la seconde moitié du XIXe siècle et du photographe polonais Kasimir Zgorecki, immigré dans le Pas-de-Calais1 nous ont encouragés à rechercher dans les données collectées par Natnum les Polonais naturalisés après 1918 et installés dans les Hauts-de-France.

Continuer la lecture

  1. Du 25 septembre au 20 janvier 2020, « Pologne. 1840-1918. Peindre l’âme d’une nation » et « Kasimir Zgorecki. Photographier la « Petite Pologne ». 1924-1939 ». []