Visualiser le Fichier central de la sûreté nationale (2)

Suite de l’article Indexer le Fichier central de la Sûreté nationale.

L’indexation nominative des dossiers individuels du Fichier central de la Sûreté nationale permet d’envisager ce corpus comme une masse de données qui peuvent être interrogées, « travaillées » et visualisées. Au-delà de l’accès nominatif, la manipulation de ces données nous permet d’affiner notre connaissance archivistique du fonds.

Le billet qui suit propose des statistiques et pistes de recherche (non exhaustives) à partir de l’exploitation des données de la lettre B. Le nombre de dossiers concernés (61223 dossiers individuels, soit environ 10% du corpus total estimé) offre des garanties en terme de représentativité du corpus total, que ce soit au niveau de la couverture chronologique des dossiers, du type de fichage (surveillance politique, police administrative des étrangers, police judiciaire, police des jeux, etc.) ou encore de l’origine géographique des individus. Le volume permet par ailleurs de lisser les éventuelles coquilles d’indexation.

À ce jour la lettre B reste la plus grosse lettre indexée (talonnée par les quelque 58 000 dossiers en M).

Outils utilisés : OpenRefine, RAWGraphs.

Top 50 des noms de famille en B

Sur plus de 26 000 patronymes (orthographe stricte, sans regroupement des variantes), ce sont les BERNARD (325 occurrences) et les BERGER (303 occurrences) qui sont les plus présents. Les 50 noms les plus représentés donnent de premières pistes sur l’origine géographique des individus.

À noter : la moitié de ce top 50 des patronymes en B comptent moins de 100 occurrences. Le dernier de la liste (BARRA) est présent à 63 reprises dans le corpus.

Top 50 des prénoms en B

 

Continuer la lecture

Concordance des fonds. Le cas Felix Willy Schmidt (1883-?)

Par Emilie Charrier et Céline Déletang, Département Justice et Intérieur

Les aléas quotidiens de la recherche nous ont conduit il y a quelques mois jusqu’à un certain Felix Willy Schmidt. Ce qui apparaissait au début comme un dossier de naturalisation parmi d’autres s’est révélé un jeu de piste de plusieurs mois pour retracer un parcours de vie semé d’embûches administratives qui témoigne de la difficulté d’être un ressortissant allemand en France dans l’entre-deux-guerres.

Felix Willy Schmidt est né à Bitterfeld, en Saxe en 1883. Il s’installe en France dès sa 25e année en 1908. Chef d’atelier aux Établissements Morlé à Paris à partir de 1911, il se marie avec la fille de son patron en 1912 et commence des démarches en vue d’obtenir la nationalité française la même année.

Nous perdons sa trace dans les dossiers conservés aux Archives nationales en 1949…. Les échanges entre services de police et justice courent alors depuis plus de 30 ans sans que l’intéressé ne soit parvenu à retrouver la nationalité française perdue pendant la Grande guerre.

Continuer la lecture