350 ans de protection sociale pour les marins

Par Muriel Bessot, département de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et de l’Agriculture

L’institution des Invalides de la Marine, ancêtre du régime de sécurité sociale des marins, trouve ses origines il y a 350 ans. Même si celles-ci reposent davantage sur un dessein militaire et stratégique, le système a évolué jusqu’à nos jours pour se transformer en Établissement national des invalides de la marine [ÉNIM], régime de protection sociale spécifique, né bien avant la création de la Sécurité sociale en 1945.

L’année 2023 marque un double anniversaire : d’une part, les 350 ans de la création du fonds des Invalides de la Marine, né en 1673 ; d’autre part, les 70 ans de l’organisation administrative de l’Établissement national des invalides de la marine, établissement public héritier de l’œuvre d’origine.

S’inscrivant dans ce calendrier, les Archives nationales ont publié deux nouveaux inventaires descriptifs des archives de l’ÉNIM, permettant un accès facilité des chercheurs et chercheuses à ce fonds.

Continuer la lecture

Centenaire de la naissance de François Cavanna : 22 février 1923 / 22 février 2023

Par Sonia Braham, département de la Justice et de l’Intérieur

Luigi Cavanna et François Cavanna

Luigi Cavanna a 32 ans lorsqu’il arrive en France, gare de Lyon, un jour de septembre 1912 depuis son Italie natale.  Plus précisément depuis la commune de Bettola, comme nombre de ses futurs « copains » de Nogent-sur-Marne, les « gars de Bettola-Piacenza » avec lesquels il reconstituera un petit bout d’Italie dans cette ville de banlieue parisienne où il vivra jusqu’à sa mort. Rappelé en Italie pour combattre lors de la Première guerre mondiale, il est démobilisé en 1919 et s’empresse de regagner la France. En 1920, il se marie avec Marguerite, née Charvin, originaire de la Nièvre qui deviendra italienne par mariage. Le couple s’installe au 3 rue Saint-Anne, à Nogent, dans l’immeuble que possède son patron. Luigi est maçon et Marguerite fait des ménages. Leur fils unique naît le 22 février1923. Il se prénomme François, en souvenir de Francesco, son grand-père paternel. C’est un bon élève. Indiscipliné et dissipé, mais brillant, et faisant preuve d’un goût exceptionnel pour la lecture.

Continuer la lecture

Le parcours de Charles Péguy (1873-1914) à l’École normale supérieure

par Timothée Bonnet, Département de l’Éducation, de la Culture et des Affaires sociales

Charles Péguy (1873-1914), le futur fondateur des Cahiers de la quinzaine, est admis à l’École normale supérieure, section des lettres, dans la promotion de 1894. Ainsi débute un parcours, qui va prendre de nombreux détours par rapport aux « carrières » de normaliens traditionnelles.

C. Péguy quitte Orléans en 1891 pour intégrer le lycée Lakanal à Sceaux, afin de préparer le concours de l’École normale supérieure, le 1er octobre. Il échoue d’un demi-point seulement, et recommence une nouvelle année de préparation, avant de rentrer à Orléans et s’engager dans l’armée. À la fin de son année de service militaire, C. Péguy tente de nouveau le concours d’entrée, qu’il rate à nouveau, d’un quart de point cette fois-ci. Désargenté, il obtient une bourse pour intégrer le Collège Sainte-Barbe, afin de préparer une nouvelle fois le concours. Il y est interne, et suit en parallèle, en tant qu’externe, les cours de rhétorique supérieure au Lycée Louis le Grand.  Cette préparation est semble-t-il efficace, puisqu’il obtient le concours d’entrée avec succès à la fin de l’année scolaire se plaçant 6e sur les 25 admis.

Continuer la lecture