350 ans de protection sociale pour les marins

Par Muriel Bessot, département de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et de l’Agriculture

L’institution des Invalides de la Marine, ancêtre du régime de sécurité sociale des marins, trouve ses origines il y a 350 ans. Même si celles-ci reposent davantage sur un dessein militaire et stratégique, le système a évolué jusqu’à nos jours pour se transformer en Établissement national des invalides de la marine [ÉNIM], régime de protection sociale spécifique, né bien avant la création de la Sécurité sociale en 1945.

L’année 2023 marque un double anniversaire : d’une part, les 350 ans de la création du fonds des Invalides de la Marine, né en 1673 ; d’autre part, les 70 ans de l’organisation administrative de l’Établissement national des invalides de la marine, établissement public héritier de l’œuvre d’origine.

S’inscrivant dans ce calendrier, les Archives nationales ont publié deux nouveaux inventaires descriptifs des archives de l’ÉNIM, permettant un accès facilité des chercheurs et chercheuses à ce fonds.

Continuer la lecture

Marcel Mangel, fils de Charles et Anne Mangel, dit : « Le mime Marceau »

Par Sonia Braham, département de la Justice et de l’Intérieur

Le 2 août 1937, Charles Mangel et son épouse Anne-Chancia Mangel écrivent au préfet du Bas-Rhin. Ces lettres manuscrites font partie des pièces qui composent leur dossier de demande de naturalisation. Ils y détaillent leurs parcours depuis leur naissance, en Pologne, jusqu’à leur établissement à Strasbourg, en 1935. Charles a fui les pogroms, a été interné en Allemagne jusqu’en 1918 et décide ensuite de traverser la frontière pour s’installer en Alsace. Charles y tient une boucherie casher. Il aurait pourtant aimé devenir chanteur d’opéra. Son épouse, Anne, arrivée toute petite à Strasbourg est passionnée de littérature. Charles et Anne ont deux fils : Simon, né le 8 avril 1921 à Strasbourg, et Marcel, né le 22 mars 1923. Des années plus tard, Marcel Mangel deviendra le célèbre Mime Marceau.

Continuer la lecture

Centenaire de la naissance de François Cavanna : 22 février 1923 / 22 février 2023

Par Sonia Braham, département de la Justice et de l’Intérieur

Luigi Cavanna et François Cavanna

Luigi Cavanna a 32 ans lorsqu’il arrive en France, gare de Lyon, un jour de septembre 1912 depuis son Italie natale.  Plus précisément depuis la commune de Bettola, comme nombre de ses futurs « copains » de Nogent-sur-Marne, les « gars de Bettola-Piacenza » avec lesquels il reconstituera un petit bout d’Italie dans cette ville de banlieue parisienne où il vivra jusqu’à sa mort. Rappelé en Italie pour combattre lors de la Première guerre mondiale, il est démobilisé en 1919 et s’empresse de regagner la France. En 1920, il se marie avec Marguerite, née Charvin, originaire de la Nièvre qui deviendra italienne par mariage. Le couple s’installe au 3 rue Saint-Anne, à Nogent, dans l’immeuble que possède son patron. Luigi est maçon et Marguerite fait des ménages. Leur fils unique naît le 22 février1923. Il se prénomme François, en souvenir de Francesco, son grand-père paternel. C’est un bon élève. Indiscipliné et dissipé, mais brillant, et faisant preuve d’un goût exceptionnel pour la lecture.

Continuer la lecture

Les dénaturalisés de Vichy : un jeu de données pour la recherche

Pour accompagner la numérisation des dossiers des dénaturalisés de Vichy1 et leur publication progressive dans la salle des inventaires virtuelle, la base de données constituée autour du corpus a été publiée sous la forme d’un jeu de données sur la plateforme data.culture.gouv.fr.

Continuer la lecture
  1. Ce projet, en partenariat avec le Mémorial de la Shoah et l’US Holocaust Memorial Museum, a déjà été abordé dans les billets » Connaître les dénaturalisés de Vichy. La base Dénat, un nouvel outil et ses exploitations » (septembre 2019) et « Les dossiers numérisés des dénaturalisés de Vichy » (juin 2021). []

Croiser le Fichier central de la Sûreté nationale avec d’autres ressources (3)

Suite de l’article Visualiser le Fichier central de la sûreté nationale (2)

Les volumineuses données du Fichier central de la Sûreté nationale désormais indexées peuvent être envisagées comme un corpus de données à croiser avec d’autres référentiels dont les thématiques sont proches. Le billet qui suit propose des pistes de travail, toujours à partir des dossiers commençant par la lettre B (61223 dossiers individuels, soit environ 10% du corpus total estimé).

Croiser les données nominatives du Fichier central de la Sûreté : mode d’emploi (et limites)

Les données indexées du Fichier central ont été croisées à d’autres référentiels par le biais du logiciel OpenRefine. Ce logiciel permet de comparer et d’enrichir mutuellement des projets, soit en faisant des comparaisons strictes de chaînes de caractères identiques, soit en utilisant des extensions de réconciliation plus flexibles (reconcile-CSV, extension RDF) afin d’aligner des données relativement proches.

Continuer la lecture

Les dossiers numérisés des dénaturalisés de Vichy

Les Archives nationales ont organisé le 25 mai 2021 une après-midi de présentation du projet de numérisation des dossiers des « dénaturalisés de Vichy », dans le cadre d’un partenariat avec le Mémorial de la Shoah et l’US Holocaust Memorial Museum. Nourries d’échanges entre chercheurs et archivistes, les différentes intervention présentent les enjeux de ce projet, sa mise en œuvre et les ressources désormais proposées au public.

Continuer la lecture

Visualiser le Fichier central de la sûreté nationale (2)

Suite de l’article Indexer le Fichier central de la Sûreté nationale.

L’indexation nominative des dossiers individuels du Fichier central de la Sûreté nationale permet d’envisager ce corpus comme une masse de données qui peuvent être interrogées, “travaillées” et visualisées. Au-delà de l’accès nominatif, la manipulation de ces données nous permet d’affiner notre connaissance archivistique du fonds.

Le billet qui suit propose des statistiques et pistes de recherche (non exhaustives) à partir de l’exploitation des données de la lettre B. Le nombre de dossiers concernés (61223 dossiers individuels, soit environ 10% du corpus total estimé) offre des garanties en terme de représentativité du corpus total, que ce soit au niveau de la couverture chronologique des dossiers, du type de fichage (surveillance politique, police administrative des étrangers, police judiciaire, police des jeux, etc.) ou encore de l’origine géographique des individus. Le volume permet par ailleurs de lisser les éventuelles coquilles d’indexation.

À ce jour la lettre B reste la plus grosse lettre indexée (talonnée par les quelque 58 000 dossiers en M).

Outils utilisés : OpenRefine, RAWGraphs.

Top 50 des noms de famille en B

Sur plus de 26 000 patronymes (orthographe stricte, sans regroupement des variantes), ce sont les BERNARD (325 occurrences) et les BERGER (303 occurrences) qui sont les plus présents. Les 50 noms les plus représentés donnent de premières pistes sur l’origine géographique des individus.

À noter : la moitié de ce top 50 des patronymes en B comptent moins de 100 occurrences. Le dernier de la liste (BARRA) est présent à 63 reprises dans le corpus.

Top 50 des prénoms en B

 

Continuer la lecture

Indexer le Fichier central de la Sûreté nationale (1)

Le Fichier central de la Sûreté nationale, l’un des « fonds de Moscou », saisi par les Allemands en 1940, puis par l’Armée rouge avant d’être restitué entre 1994 et 2001, est l’un des fonds emblématiques des Archives nationales. Il est constitué de plus de 600 000 dossiers nominatifs de police couvrant les années 1880 à 1940, et qui concernent aussi bien la surveillance politique, le contrôle des étrangers, que les demandes de passeports et cartes d’identité, les interdits de séjour ou encore la police des jeux.

Le principal outil d’accès est une série de 182 répertoires semi-alphabétiques (sur les trois premières lettres du nom) établie par les archivistes soviétiques et joints aux fonds restitués. D’abord microfilmés, ces registres sont numérisés et mis en ligne depuis 2013 sur le portail documentaire des Archives nationales. Ces répertoires listent les dossiers par ordre numérique, avec indication des noms, prénoms et dates extrêmes des pièces.

Répertoire semi-alphabétique (numéro de dossier, nom, prénom, dates extrêmes des documents et cote du carton)

Continuer la lecture

Concordance de fonds : dossiers de naturalisation et dossiers individuels du fichier central de la sûreté nationale

Par Violaine Challéat-Fonck, responsable du pôle Intérieur

Le fichier central de la direction de la sûreté nationale constitue une source conséquente pour l’histoire individuelle des personnes présentes, de façon plus ou moins pérenne, sur le territoire français entre les années 1890 et 1940. L’histoire de ce fichier, de sa double spoliation lors de la Seconde Guerre mondiale, jusqu’à sa restitution en 1994 par la Russie à la France, est une épopée archivistique (voir la fiche consacrée à ce sujet dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales).

Pour s’orienter dans cet ensemble riche de plus de 600 000 dossiers individuels créés par divers services de la direction de la sûreté nationale et rassemblé dans le fichier central, les lecteurs disposent depuis 2014 d’un outil accessible en ligne, ouvrant sur des milliers de pages de registre numérisées : les répertoires alphabétiques réalisés par les archivistes soviétiques à partir des dossiers. Pour retrouver un dossier, il faut parcourir plusieurs de ces pages, en suivant un ordre alphabétique partiel (respecté uniquement sur les trois premières lettres des noms). Continuer la lecture

Cabinet de curiosité Natnum : La Côte-aux-Fées

Les "grands dépôts" des Archives nationales

Natnum vous ouvre son cabinet de curiosités !

Dans cette série de billets, nous abordons régulièrement des trouvailles piquantes rencontrées au fil de lindexation des décrets de naturalisations : prénoms rares, métiers oubliés, lieux curieux, … Intéressons-nous aujourdhui à La Côte-aux-Fées (Suisse), qui apparaît comme lieu de naissance de plusieurs personnes naturalisées françaises à la fin des années 20.

Si suite au confinement, vous avez besoin de vous évader, le village suisse de La Côte-aux-Fées semble tout indiquée par son seul nom.

Carte postale, v. 1900 (bibliothèque de La Chaux-de-Fonds)

Continuer la lecture

Cabinet de curiosité: Le marcaire

Les "grands dépôts" des Archives nationalesNatnum vous ouvre son cabinet de curiosités !

Dans cette série de billets, nous abordons régulièrement des trouvailles piquantes rencontrées au fil de l’indexation des décrets de naturalisations : prénoms rares, métiers oubliés, lieux curieux, … Intéressons-nous aujourdhui au métier du marcaire, « cow-boy » vosgiens.

Marcaires dans les Vosges, 1897 (Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, sur Gallica)

Continuer la lecture

Exploiter les données de Natnum : les Polonais naturalisés dans les Hauts-de-France pendant les années 1920

Les deux expositions organisées cet automne au Louvre-Lens autour de la peinture polonaise de la seconde moitié du XIXe siècle et du photographe polonais Kasimir Zgorecki, immigré dans le Pas-de-Calais1 nous ont encouragés à rechercher dans les données collectées par Natnum les Polonais naturalisés après 1918 et installés dans les Hauts-de-France.

Continuer la lecture

  1. Du 25 septembre au 20 janvier 2020, « Pologne. 1840-1918. Peindre l’âme d’une nation » et « Kasimir Zgorecki. Photographier la « Petite Pologne ». 1924-1939 ». []

Connaître les dénaturalisés de Vichy. La base Dénat, un nouvel outil et ses exploitations 

Thomas Lebée

Les Archives nationales avaient organisé il y a un an une journée d’étude autour de l’exploitation de la base de données des personnes naturalisées touchées par un retrait ou une déchéance de nationalité sous le régime de Vichy. Les actes de cette journée viennent d’être publiés, conjointement aux vidéos des communications et à l’instrument de recherche descriptif tiré de la base Dénat, désormais disponible sur la salle des inventaires virtuelle.

Les actes de la journée d’étude et les vidéos des communications

Les actes prennent désormais place dans la collection Publication des Archives nationales, disponibles en ligne sur OpenEdition Books, et les vidéos captées lors des communications ont également été publiées.

Préface (Bernard Laguerre) ;

« Identifier, connaître et compter les victimes « absolues » de la dénaturalisation » (Annie Poinsot et Bernard Raquin) ;

Continuer la lecture

Nomades ? La numérisation de plaques de verre provenant du fonds photographique du Ministère de l’Intérieur

par Nicolas Dion, avec la collaboration d’Emilie Charrier, Stéphane Garion, Thi-Phuong Nguyen, et Bertrand Sainte-Marthe

Dans le cadre d’un partenariat avec le Musée de l’Immigration, le pôle image des Archives nationales a numérisé un échantillon de 110 plaques de verre 9x12cm tirées de la série F/71. Il s’agit de vues anthropométriques face-profil, réalisées par le Service central photographique et d’identité du Ministère de l’Intérieur, dans le cours de l’année 1908.

Continuer la lecture