Une découverte inédite dans les sceaux plaqués des Archives nationales du Haut Moyen Âge (projet SPAHM) : l’inclusion de cheveux et de poils.

Marie-Adélaïde Nielen, Archives nationales

Cette recherche est née d’un hasard, mais il est parfois des hasards heureux : celui de la découverte, dans un sceau de cire mérovingien,  à l’occasion de sa restauration pour une exposition, de “fibres” intimement mêlées au matériau.

Sceau de Louis le Pieux : profil de l'empereur, 822 (K 9, n° 8/1)

Sceau de Louis le Pieux : profil de l’empereur, 822 (K 9, n° 8/1)

L’étude, entreprise aux Archives nationales dans le cadre du Labex Patrima, est faite à partir d’un corpus d’une cinquantaine de documents scellés, conservés aux Archives nationales (Paris), datant des périodes mérovingienne et carolingienne. Tous sont issus de la chancellerie royale ou impériale. Ce sont les sceaux qui sont plus précisément étudiés, à travers leurs matériaux constitutifs (cire et additifs, couleur, présence de vernis), leurs images et leurs modes d’apposition (sceaux plaqués, plaqués-rivés, forme du rivet), mais aussi les autres modes de validation du document, comme la ruche, le monogramme ou la mise en forme. Continuer la lecture

Des affiches de la Première Guerre mondiale collectées à leur sortie de presse: un exemple de collecte « à chaud »

Sylvie Le Goëdec, Archives nationales.

Un fonds d’environ 700 affiches de la Grande Guerre se trouve conservé au sein des collections de la bibliothèque des Archives nationales (cotes AD/XX/c/85 à 88). Multiple par nature, l’affiche ne constitue pas un unicum et nombre de particuliers ou d’institutions – archives départementales ou musées- conservent des exemplaires présents dans cette collection d’imprimés.

Ensemble d'affiches AD XXc-retaillé

Florilège d’affiches du début de la Première Guerre mondiale AD/XXc

Continuer la lecture

Marteaux forestiers et empreintes, instruments et traces de la gestion d’un patrimoine.

Magalie Bonnet, Archives nationales

À l’occasion du cinquantième anniversaire de l’Office national des forêts (ONF), les Archives nationales ont publié début décembre 2014 sur leur page Facebook un article et deux albums présentant les archives de l’ONF et leur intérêt pour la recherche (1958-1999). Une sélection de documents d’archives conservés sur le site de Pierrefitte-sur-Seine a ainsi pu être proposée au public1. Parmi ces documents, notre attention s’est portée sur l’annexe d’une instruction datant du 19 mars 1975 relative aux empreintes de marteaux forestiers en usage à l’ONF. Continuer la lecture

  1. https://fr-fr.facebook.com/Archives.nationales.France []

La “bibliothèque du Conseil aulique”, de Vienne aux Archives nationales (2)

Cécile Robin, Archives nationales

2. Exhumer et décrire le reliquat

Nous avons vu précédemment comment une partie de la bibliothèque aulique a été intégrée dans les collections de la bibliothèque des Archives au milieu du XIXe siècle, moyennant quelques ajustements dans le cadre de classement. Les ouvrages non inventoriés sont restés dans les oubliettes des Archives pendant près d’un siècle. Dans l’entre-deux-guerres, les outils et les méthodes de description bibliographique mais aussi les principes d’intégration et de classement ont évolué. Les partis pris des années 1930 nous renseignent donc autant sur cette évolution que sur l’idée même de continuité dans le traitement de ce qui est déjà considéré comme un fonds spécifique. Enfin, le sauvetage in extremis de la mise au rebut à la fin du siècle nous ramène à des considérations plus actuelles sur le lien très étroit entre espaces de conservation, mémoire des collections et modalités de traitement des documents.
Continuer la lecture

La “bibliothèque du Conseil aulique”, de Vienne aux Archives nationales (1)

Cécile Robin, Archives nationales

1. Une classification a posteriori : harmoniser saisies et cadre de classement

Depuis la fin du Premier Empire, la bibliothèque des Archives nationales conserve un fonds de plusieurs milliers d’ouvrages sous l’intitulé “Bibliothèque aulique” ou “Bibliothèque du Conseil aulique”. Sa constitution en fonds repose sur une triple unité : l’institution de provenance des ouvrages (le Conseil aulique de Vienne), les modalités et la temporalité de l’acquisition (saisies napoléoniennes,1809-1810) et le domaine de savoir (des ouvrages de littérature juridique). Pourtant, ce fonds ne représente naturellement qu’une petite partie de ce que ce Conseil a pu posséder ; par ailleurs, les ouvrages ont été prélevés en même temps que les archives du Conseil et selon des critères thématiques. La constitution du fonds résulte donc de tris et de classements successifs. La collection est aujourd’hui totalement dispersée sur les tablettes de la bibliothèque des Archives. Un récent déménagement a été l’occasion d’inventorier un ultime reliquat et de retracer l’histoire de cette collection, histoire aussi longue que celle de la bibliothèque des Archives, mémoire d’un événement mais aussi témoin de l’évolution des critères de traitement, de classement et de catalogage1 Continuer la lecture

  1. Je remercie Emmanuel Rousseau et Yann Potin pour leur aide dans les recherches préparatoires à cet article. []

Les authentiques de Chelles : enjeux de conservation et de restauration

Sara Ortego-Boldo, Archives nationales

Les Archives nationales conservent la plus importante collection d’authentiques et de reliques en Occident, plus nombreuse encore que la collection du Sancta Sanctorum au Latran, à Rome, qui en conserve 120. Les authentiques sont de petites languettes de parchemin attachées aux reliques, qu’elles permettent d’identifier et d’authentifier. Rédigées en latin, ces  “étiquettes” indiquent l’identité du saint ou de la sainte concerné et le contenu de la relique : un petit morceau de bois, des cheveux ou du tissu, par exemple. La dimension des authentiques varie de 2 cm à 16 cm. Les Archives nationales en conservent 176, parmi lesquels 57 sont encore reliés à leur relique. Ces documents ont été découverts dans l’église de Chelles en 1983 lors de l’inventaire des reliquaires. Ils ont été déposés aux Archives nationales, mais la ville de Chelles en reste propriétaire. Continuer la lecture

Appel à communication: colloque “La nationalité en guerre 1789-1991” 3 et 4 décembre 2015

Colloque universitaire international organisé en partenariat avec l’établissement public du Palais de la Porte dorée/Musée de l’histoire de l’immigration et les Archives nationales.

Lieu: Paris/Pierrefitte-sur-Seine.
Date: 3 et 4 décembre 2015
Thèmes: étudier les interactions multiformes entre la guerre et la nationalité à l’époque contemporaine
Disciplines: histoire, sociologie, droit, politologie
Langues: français, anglais
Date limite d’envoi des propositions de communications : 7 avril 2015 (textes de 2000
signes maximum, joindre un court CV et une liste des publications-1page)
Adresse d’envoi : natenguerre@gmail.com Continuer la lecture

À propos d’une collection érudite: les Dictionnaires topographiques départementaux

Sébastien Nadiras, Archives nationales

Depuis 2009, le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) est engagé avec d’autres institutions, dont les Archives nationales, dans une opération d’édition électronique de la collection des Dictionnaires topographiques départementaux, dont il est l’initiateur et l’éditeur depuis les années 1860. Incontournables des salles de lecture d’archives, ces dictionnaires constituent un outil de travail quotidien des historiens et chercheurs des départements qui en sont dotés, outil banal et familier que le projet d’édition électronique actuellement en cours invite à réexaminer d’un œil critique1

En 1859, un pendant érudit au Dictionnaire des Postes

La collection des Dictionnaires topographiques fut lancée en 1859 par le Comité des travaux historiques surproposition de l’historien Léopold Delisle. L’ambition initiale était de publier un (et un seul) Dictionnaire géographique de la France ancienne et moderne, formé de 86 volumes départementaux devant être in fine reliés par un index. Continuer la lecture

  1. Je remercie Marie-José Gasse-Grandjean (UMR Artehis) pour les échanges préalables à la rédaction de cet article, autour notamment des archives du Comité des travaux historiques. []

Du négatif au positif : conservation et diffusion des plaques de verre.

Nicolas Dion, Archives nationales

De nombreux clichés sur plaque de verre sont présents au sein des collections iconographiques des Archives nationales. Supports de prise de vue privilégiés dès les années 1860, les plaques de verre sont utilisées dans les grands services photographiques de l’État jusque dans les années 1950. On les retrouve entre autres dans deux fonds spécifiques qui ont fait l’objet de récentes campagnes de reproduction numérique.

1/2 Numériser un négatif sur plaque de verre

Dans le cadre de ses missions de sauvegarde et de mise en valeur des documents, l’atelier photographique des Archives nationales a mis en place un protocole de numérisation appliqué à 1800 négatifs sur plaque de verre issus du Fonds F7 / service central photographique du ministère de l’Intérieur. Ce corpus d’images documente les déplacements officiels des chefs d’État et présidents de la IIIème à la IVème République française.Il illustre les passages imposés par le protocole : “arrivée à la gare, hommage au monument aux morts, défilé dans la ville-hôte, entrée et sortie de l’hôtel de ville, allocutions, réception des corps constitués, visite d’un lieu caractéristique de la région”.1)

Comment représenter un négatif sur plaque de verre, qui d’une part est un intermédiaire destiné à produire une image positive, et d’autre part reste un objet en soi, la matrice originelle sans laquelle aucune reproduction ultérieure n’est envisageable ? Continuer la lecture

  1. Émilie Charrier, Sylvie Le Goëdec, Fonds photographique du service central photographique et d’identité du ministère de l’Intérieur (Archives nationales, Paris 2011 []

Une documentation insoupçonnée: les tirages des négatifs noir et blanc

Céline Gaudon, Archives nationales

Il existe au Pôle image  des Archives nationales une documentation de plus de 40.000 tirages issus des négatifs noir et blanc de tous formats résultant des travaux de reproduction allant des années 50 à 2000.

Une fois ces négatifs enregistrés, reconditionnés et placés à l’abri dans un magasin photo, les tirages ont été classés par cote et rangés dans des classeurs pour en permettre la consultation. Ils sont disponibles dans le bureau de la cellule documentaire.

Alors, à l’heure du numérique, pourquoi conserver une telle documentation ? Continuer la lecture

Moulage de sceaux : une matérialité d’emprunt.

Clément Blanc-Riehl, Archives nationales

Aux Archives nationales, le choix de reproduire les sceaux par le moulage a précédé l’invention de la sigillographie et n’a pas été le fait de l’Institution. L’initiative est venue d’un marchand numismate et d’un médailleur au début des années 1830. Ce n’est que quelques années plus tard que débuta une opération extensive dans les fonds scellés parisiens. Continuer la lecture

Un abécédaire des archives de l’État? Le cadre de classement des Archives nationales au XIXe et au XXe siècle (1)

Denise Ogilvie, Archives nationales

 Cet article en introduit d’autres, tous dédiés à l’histoire des séries des Archives nationales, et à leurs rapports. Strictement et alphabétiquement alignées à leur naissance, les “séries” ont peu à peu glissé les unes sans les autres vers de nouveaux groupements, sous l’effet des remaniements successifs des sections. Ce vagabondage alphabétique de longue durée ne devient compréhensible que si on en connaît les chemins, qui sont ceux d’une histoire méconnue des archives. Continuer la lecture