Concordance des fonds. Le cas Felix Willy Schmidt (1883-?)

Par Emilie Charrier et Céline Déletang, Département Justice et Intérieur

Les aléas quotidiens de la recherche nous ont conduit il y a quelques mois jusqu’à un certain Felix Willy Schmidt. Ce qui apparaissait au début comme un dossier de naturalisation parmi d’autres s’est révélé un jeu de piste de plusieurs mois pour retracer un parcours de vie semé d’embûches administratives qui témoigne de la difficulté d’être un ressortissant allemand en France dans l’entre-deux-guerres.

Felix Willy Schmidt est né à Bitterfeld, en Saxe en 1883. Il s’installe en France dès sa 25e année en 1908. Chef d’atelier aux Établissements Morlé à Paris à partir de 1911, il se marie avec la fille de son patron en 1912 et commence des démarches en vue d’obtenir la nationalité française la même année.

Nous perdons sa trace dans les dossiers conservés aux Archives nationales en 1949…. Les échanges entre services de police et justice courent alors depuis plus de 30 ans sans que l’intéressé ne soit parvenu à retrouver la nationalité française perdue pendant la Grande guerre.

Continuer la lecture

Nomades ? La numérisation de plaques de verre provenant du fonds photographique du Ministère de l’Intérieur

par Nicolas Dion, avec la collaboration d’Emilie Charrier, Stéphane Garion, Thi-Phuong Nguyen, et Bertrand Sainte-Marthe

Dans le cadre d’un partenariat avec le Musée de l’Immigration, le pôle image des Archives nationales a numérisé un échantillon de 110 plaques de verre 9x12cm tirées de la série F/71. Il s’agit de vues anthropométriques face-profil, réalisées par le Service central photographique et d’identité du Ministère de l’Intérieur, dans le cours de l’année 1908.

Continuer la lecture

Encres, adhésifs et solvants : la restauration complexe des inventaires des costumes de l’Opera-Comique

Giulia Oretti, Accademia di Belle Arti di Brera (Italie), stagiaire Erasmus

Dans le cadre d’un stage au sein de l’atelier de restauration des Archives nationales, un projet de traitement des inventaires des costumes de l’Opéra-Comique a été lancé en 2017, suite à la réception en 2016 du versement 20150325.

Les treize inventaires sont constitués de feuilles de papier de mauvaise qualité, contrecollées avec divers adhésifs sur les rectos et les versos de différents supports de réemploi, tel que papier kraft, carton, carton ondulé, planches de bois ou de contre-plaqué.
Ils ont été rédigés entre 1901 et 1970 avec de nombreuses encres différentes (stylos, stylos à bille et marqueurs principalement) qui sont souvent superposées. Ils étaient accrochés dans les armoires du « Central costumes » de l’Opéra-Comique grâce à des lacets traversant les supports. Plusieurs inventaires plus anciens étaient visibles au verso du papier et au recto des supports.

Continuer la lecture

De Metz à Paris. La dispersion des manuscrits de la cathédrale Saint-Étienne

Charlotte Quentin et Cécile Robin

Il est bien souvent difficile pour les historiens du livre et des bibliothèques de reconstituer la circulation des ouvrages au cours du grand remembrement révolutionnaire. Des bibliothèques ecclésiastiques de 1789 aux collections publiques de la fin de siècle, les livres suivent les voies les plus diverses, passant souvent par des dépôts littéraires de transit avant que les plus précieux d’entre eux intègrent les collections de la Bibliothèque nationale. Le moment du transfert est généralement l’occasion de rédiger des inventaires, catalogues, états et autres listes de livres. Parmi ces documents, ceux destinés à l’administration centrale sont aujourd’hui conservés à la Bibliothèque de l’Arsenal1 pour les collections parisiennes et aux Archives nationales2 pour les collections des autres départements ; en-dehors du cas parisien, les originaux des inventaires se trouvent généralement aux Archives des départements concernés. Continuer la lecture

  1. « Archives des dépôts littéraires », Ars. Ms. 6487 à 6513. []
  2. AN F17 1168 à 1179/B. []

Des affiches de la Première Guerre mondiale collectées à leur sortie de presse: un exemple de collecte « à chaud »

Sylvie Le Goëdec, Archives nationales.

Un fonds d’environ 700 affiches de la Grande Guerre se trouve conservé au sein des collections de la bibliothèque des Archives nationales (cotes AD/XX/c/85 à 88). Multiple par nature, l’affiche ne constitue pas un unicum et nombre de particuliers ou d’institutions – archives départementales ou musées- conservent des exemplaires présents dans cette collection d’imprimés.

Ensemble d'affiches AD XXc-retaillé

Florilège d’affiches du début de la Première Guerre mondiale AD/XXc

Continuer la lecture

Marteaux forestiers et empreintes, instruments et traces de la gestion d’un patrimoine.

Magalie Bonnet, Archives nationales

À l’occasion du cinquantième anniversaire de l’Office national des forêts (ONF), les Archives nationales ont publié début décembre 2014 sur leur page Facebook un article et deux albums présentant les archives de l’ONF et leur intérêt pour la recherche (1958-1999). Une sélection de documents d’archives conservés sur le site de Pierrefitte-sur-Seine a ainsi pu être proposée au public1. Parmi ces documents, notre attention s’est portée sur l’annexe d’une instruction datant du 19 mars 1975 relative aux empreintes de marteaux forestiers en usage à l’ONF. Continuer la lecture

  1. https://fr-fr.facebook.com/Archives.nationales.France []

Les authentiques de Chelles : enjeux de conservation et de restauration

Sara Ortego-Boldo, Archives nationales

Les Archives nationales conservent la plus importante collection d’authentiques et de reliques en Occident, plus nombreuse encore que la collection du Sancta Sanctorum au Latran, à Rome, qui en conserve 120. Les authentiques sont de petites languettes de parchemin attachées aux reliques, qu’elles permettent d’identifier et d’authentifier. Rédigées en latin, ces  « étiquettes » indiquent l’identité du saint ou de la sainte concerné et le contenu de la relique : un petit morceau de bois, des cheveux ou du tissu, par exemple. La dimension des authentiques varie de 2 cm à 16 cm. Les Archives nationales en conservent 176, parmi lesquels 57 sont encore reliés à leur relique. Ces documents ont été découverts dans l’église de Chelles en 1983 lors de l’inventaire des reliquaires. Ils ont été déposés aux Archives nationales, mais la ville de Chelles en reste propriétaire. Continuer la lecture

Du négatif au positif : conservation et diffusion des plaques de verre.

Nicolas Dion, Archives nationales

De nombreux clichés sur plaque de verre sont présents au sein des collections iconographiques des Archives nationales. Supports de prise de vue privilégiés dès les années 1860, les plaques de verre sont utilisées dans les grands services photographiques de l’État jusque dans les années 1950. On les retrouve entre autres dans deux fonds spécifiques qui ont fait l’objet de récentes campagnes de reproduction numérique.

1/2 Numériser un négatif sur plaque de verre

Dans le cadre de ses missions de sauvegarde et de mise en valeur des documents, l’atelier photographique des Archives nationales a mis en place un protocole de numérisation appliqué à 1800 négatifs sur plaque de verre issus du Fonds F7 / service central photographique du ministère de l’Intérieur. Ce corpus d’images documente les déplacements officiels des chefs d’État et présidents de la IIIème à la IVème République française.Il illustre les passages imposés par le protocole : « arrivée à la gare, hommage au monument aux morts, défilé dans la ville-hôte, entrée et sortie de l’hôtel de ville, allocutions, réception des corps constitués, visite d’un lieu caractéristique de la région ».1)

Comment représenter un négatif sur plaque de verre, qui d’une part est un intermédiaire destiné à produire une image positive, et d’autre part reste un objet en soi, la matrice originelle sans laquelle aucune reproduction ultérieure n’est envisageable ? Continuer la lecture

  1. Émilie Charrier, Sylvie Le Goëdec, Fonds photographique du service central photographique et d’identité du ministère de l’Intérieur (Archives nationales, Paris 2011 []

Une documentation insoupçonnée: les tirages des négatifs noir et blanc

Céline Gaudon, Archives nationales

Il existe au Pôle image  des Archives nationales une documentation de plus de 40.000 tirages issus des négatifs noir et blanc de tous formats résultant des travaux de reproduction allant des années 50 à 2000.

Une fois ces négatifs enregistrés, reconditionnés et placés à l’abri dans un magasin photo, les tirages ont été classés par cote et rangés dans des classeurs pour en permettre la consultation. Ils sont disponibles dans le bureau de la cellule documentaire.

Alors, à l’heure du numérique, pourquoi conserver une telle documentation ? Continuer la lecture

Moulage de sceaux : une matérialité d’emprunt.

Clément Blanc-Riehl, Archives nationales

Aux Archives nationales, le choix de reproduire les sceaux par le moulage a précédé l’invention de la sigillographie et n’a pas été le fait de l’Institution. L’initiative est venue d’un marchand numismate et d’un médailleur au début des années 1830. Ce n’est que quelques années plus tard que débuta une opération extensive dans les fonds scellés parisiens. Continuer la lecture