350 ans de protection sociale pour les marins

Par Muriel Bessot, département de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et de l’Agriculture

L’institution des Invalides de la Marine, ancêtre du régime de sécurité sociale des marins, trouve ses origines il y a 350 ans. Même si celles-ci reposent davantage sur un dessein militaire et stratégique, le système a évolué jusqu’à nos jours pour se transformer en Établissement national des invalides de la marine [ÉNIM], régime de protection sociale spécifique, né bien avant la création de la Sécurité sociale en 1945.

L’année 2023 marque un double anniversaire : d’une part, les 350 ans de la création du fonds des Invalides de la Marine, né en 1673 ; d’autre part, les 70 ans de l’organisation administrative de l’Établissement national des invalides de la marine, établissement public héritier de l’œuvre d’origine.

S’inscrivant dans ce calendrier, les Archives nationales ont publié deux nouveaux inventaires descriptifs des archives de l’ÉNIM, permettant un accès facilité des chercheurs et chercheuses à ce fonds.

Continuer la lecture

Compte rendu de la journée d’étude “La documentation en conservation-restauration : accès, diffusion, droit et usages”, Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine, 14 novembre 2022

 

Amélie Méthivier, adjointe au directeur des études du département des restaurateurs, INP, Lucie Moruzzis, conservatrice-restauratrice, Archives nationales,
Nina Robin, conservatrice-restauratrice de peintures indépendante.

  • Béatrice Hérold, Archives nationales, cheffe de la direction du numérique et de la conservation.
    Mot d’accueil.

Les Archives nationales se réjouissent d’être le point de rendez-vous de ces journées d’études consacrées à la production de documentation par les conservateurs-restaurateurs dans le cadre de leurs activités – ce qui est la définition même des archives. Voilà qui légitime particulièrement le lieu de cette rencontre !

Les Archives nationales, établies historiquement sur le site du Marais et dont le siège est désormais à Pierrefitte-sur-Seine, au sein du plus grand bâtiment d’archives d’Europe, sont responsables d’un patrimoine sans cesse croissant, et sur supports variés, du papyrus au numérique. Parmi leurs missions fondamentales figure la conservation. Le département de la conservation a vu récemment ses activités recentrées et organisées autour de la chaîne de traitement matériel et sanitaire du document : un service centralisé de régie des fonds, un service de la conservation préventive, un atelier de restauration, reliure et dorure, un atelier de restauration et de moulage des sceaux. Ce souci de la conservation se traduit également par le niveau d’excellence des équipes : les restaurateurs sont des experts, attachés à questionner leurs pratiques et à trouver des solutions adaptées à chaque problématique nouvelle à traiter, et attachés à la diffusion de leurs savoirs et savoir-faire : enseignement et formation, accueil de stagiaires.

Continuer la lecture

Le blackout de 1978 : première panne généralisée en France

par Magalie Bonnet, Département de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et de l’Agriculture

Alors que la France est confrontée à la menace de coupures de courant cet hiver 2022-2023, le pays a déjà connu des pannes d’électricité par le passé, notamment celle du 19 décembre 1978 qui a plongé les trois quarts du territoire dans l’obscurité pendant plusieurs heures.

Ce blackout a mis à l’arrêt la vie économique et sociale des Français : plus de chauffage dans les logements au tout électrique, plus de trains, de métros ou encore d’ascenseurs.

Cet incident est documenté dans un dossier, conservé aux Archives nationales, composé de notes, de lettres, de cartes et de rapports.

Continuer la lecture

Centenaire de la naissance de François Cavanna : 22 février 1923 / 22 février 2023

Par Sonia Braham, département de la Justice et de l’Intérieur

Luigi Cavanna et François Cavanna

Luigi Cavanna a 32 ans lorsqu’il arrive en France, gare de Lyon, un jour de septembre 1912 depuis son Italie natale.  Plus précisément depuis la commune de Bettola, comme nombre de ses futurs « copains » de Nogent-sur-Marne, les « gars de Bettola-Piacenza » avec lesquels il reconstituera un petit bout d’Italie dans cette ville de banlieue parisienne où il vivra jusqu’à sa mort. Rappelé en Italie pour combattre lors de la Première guerre mondiale, il est démobilisé en 1919 et s’empresse de regagner la France. En 1920, il se marie avec Marguerite, née Charvin, originaire de la Nièvre qui deviendra italienne par mariage. Le couple s’installe au 3 rue Saint-Anne, à Nogent, dans l’immeuble que possède son patron. Luigi est maçon et Marguerite fait des ménages. Leur fils unique naît le 22 février1923. Il se prénomme François, en souvenir de Francesco, son grand-père paternel. C’est un bon élève. Indiscipliné et dissipé, mais brillant, et faisant preuve d’un goût exceptionnel pour la lecture.

Continuer la lecture

Le parcours de Charles Péguy (1873-1914) à l’École normale supérieure

par Timothée Bonnet, Département de l’Éducation, de la Culture et des Affaires sociales

Charles Péguy (1873-1914), le futur fondateur des Cahiers de la quinzaine, est admis à l’École normale supérieure, section des lettres, dans la promotion de 1894. Ainsi débute un parcours, qui va prendre de nombreux détours par rapport aux « carrières » de normaliens traditionnelles.

C. Péguy quitte Orléans en 1891 pour intégrer le lycée Lakanal à Sceaux, afin de préparer le concours de l’École normale supérieure, le 1er octobre. Il échoue d’un demi-point seulement, et recommence une nouvelle année de préparation, avant de rentrer à Orléans et s’engager dans l’armée. À la fin de son année de service militaire, C. Péguy tente de nouveau le concours d’entrée, qu’il rate à nouveau, d’un quart de point cette fois-ci. Désargenté, il obtient une bourse pour intégrer le Collège Sainte-Barbe, afin de préparer une nouvelle fois le concours. Il y est interne, et suit en parallèle, en tant qu’externe, les cours de rhétorique supérieure au Lycée Louis le Grand.  Cette préparation est semble-t-il efficace, puisqu’il obtient le concours d’entrée avec succès à la fin de l’année scolaire se plaçant 6e sur les 25 admis.

Continuer la lecture

Analyse lexicométrique d’un corpus de circulaires du ministère de l’Intérieur

par Clément Arnaud, département de la Justice et de l’Intérieur

Contexte du projet

Les Archives nationales conservent, dans les fonds produits par le ministère de l’Intérieur, plusieurs collections de circulaires émanant de différentes directions : direction de la sûreté générale puis nationale, secrétariat général etc. Une circulaire est un texte transmis par une autorité administrative aux services placés sous son autorité hiérarchique, voire aux administrés, pour les informer d’une nouveauté législative ou réglementaire. La circulaire est parfois envoyée avec le texte de loi ou le règlement qu’elle est chargée d’éclairer et de présenter à ceux qui devront l’appliquer. Sources essentielles notamment pour l’histoire administrative, les circulaires font l’objet de fréquentes communication en salle de lecture.

Les inventaires décrivant ces collections de circulaires ne sont pas homogènes. Selon les périodes chronologiques couvertes, ils sont :

  • Très précis : description des circulaires à la pièce, avec intitulé, date et direction à l’origine de la circulaire ;
  • Très succincts : mention uniquement des dates et numéros des circulaires conservées dans une cote d’archives.

En 2022, un projet archivistique autour des circulaires est mis en œuvre afin de faciliter et d’homogénéiser les outils d’accès à ce corpus. Le choix est fait de généraliser la description à la pièce, avec une priorité sur les cotes les plus consultées. L’inventaire détaillé publié à terme en ligne (téléchargeable au format XML-EAD), ne permettra pas, tel quel, de révéler entièrement la richesse de ce fonds, du fait des limites du format en terme de manipulation et d’interrogation des données (thématique, chronologique, sémantique).

Continuer la lecture

Autrices de théâtre au XIXe siècle – Challenge de A à Z

Les Archives nationales conservent une magnifique collection de près de 30 000 manuscrits de pièces de théâtre soumises au bureau de la censure théâtrale au XIXe siècle (archives cotées dans la sous-série F/18). La plupart de ces œuvres n’ont jamais été publiées. Les inventaires détaillés et bases de données internes, fruits notamment des riches travaux d’Odile Dresch-Krakovitch, sont en passe d’être entièrement rétro-convertis et mis en ligne sur le portail documentaire de l’institution. Après la mise en avant de Julie Molé lors du concours #Jelalis, les actions de valorisation autour des autrices de théâtre se poursuivent au mois de novembre, avec la participation au Challenge de A à Z (site officiel).

Depuis 2013, des blogs de généalogie francophones se donnent rendez-vous une fois par an pour relever un challenge très particulier : écrire un billet chaque jour, en suivant les lettres de l’alphabet. Le 1er jour du mois est consacré à la lettre A, le 2e à la lettre B, … et le dimanche c’est relâche.

Continuer la lecture

Concours #Jelalis 2022 – Julie Molé, autrice de théâtre

L’association Le Deuxième texte organise depuis 2019 le concours #Jelalis, qui tend à donner de la visibilité aux femmes de lettres et au matrimoine littéraire francophone. Le concept est simple : seul·e ou à plusieurs, il s’agit de marrainer une autrice oubliée et de la faire connaître. Les différentes éditions du concours ont été l’occasion de créer des actions de médiation et de valorisation très variées : lectures de textes, projets éducatifs en classe, créations de contenus multimédias, mise en ligne d’œuvres sur Wikisource, etc.

Les Archives nationales ont participé à l’édition 2021-2022 en mettant à l’honneur Julie Molé, autrice et actrice de théâtre du début du XIXe siècle, tombée dans l’oubli depuis plus d’un siècle… Plusieurs actions ont été mises en œuvre au début de l’année 2022 :

Continuer la lecture

Émile Zola, citoyen naturalisé, écrivain naturaliste

par Sonia Braham, Département Justice et Intérieur, pôle Naturalisation.

C’est au cours de l’automne 2021 que s’est concrétisé un projet qui consacre à la fois la sauvegarde d’un lieu emblématique et l’hommage rendu à une pensée engagée dans son siècle : la Maison Zola, située à Médan, dans les Yvelines, acquise par l’auteur en 1878 grâce au succès de L’Assommoir et dans laquelle il vécut une vingtaine d’années, rouvre ses portes au public après dix ans de travaux de rénovation et de restauration. Elle s’enrichit désormais d’un nouveau Musée consacré à l’affaire Dreyfus, porteur des principes de tolérance, de dignité et de respect attachés à ce nom.

Cet évènement nous donne l’occasion de rappeler qu’au même moment, en octobre 2021, 150 ans nous séparaient de la parution du premier tome de la fresque romanesque en 20 volumes [des] Rougon-Macquart, ou Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire, pièce maîtresse de l’œuvre d’Émile Zola, écrivain français, naturalisé en 1862 à sa majorité. Chef de file du roman naturaliste, il est une figure majeure du paysage littéraire de la fin du XIXe siècle et du début du XXe. Citoyen engagé, il se positionne ouvertement pour l’avènement de la République, s’érige en figure de proue de la lutte contre l’antisémitisme lors de l’affaire Dreyfus et plus généralement en défenseur d’un modèle social attaché à la lutte contre les inégalités et les injustices qui s’inscrit dans une dynamique de progrès économique et scientifique.

Continuer la lecture

Molière (1622-1673) en ses signatures

Quelques éléments sur les sources d’archives conservées à son sujet

Prologue

Au-delà du canular de Pierre Louÿs érigé au rang de controverse qui vise à faire croire que Molière n’aurait pas écrit ses pièces[1], de quelles sources d’archives dispose-t-on pour retracer sa vie, où sont-elles conservées et que permettent-elles d’établir vraiment ?

Une conservateur en poste aux Archives nationales, Madeleine Jurgens, consacra une partie non négligeable de ses travaux à reconstituer cet état des sources, épaulée par une chercheuse américaine passionnée elle aussi de Molière, Elizabeth Maxfield-Miller. Leur travail parut en 1963, sous le titre Cent ans de recherches sur Molière, sur sa famille et sur les comédiens de sa troupe. Toujours disponible sous forme d’ouvrage imprimé, cet ouvrage a aussi été numérisé dans son intégralité et figure en bonne place dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales : Madeleine Jurgens et Elizabeth Maxfield-Miller, Cent ans de recherches sur Molière, sur sa famille et sur les comédiens de sa troupe, Paris, Archives nationales, 1963, IV-860 p.

Cent ans de recherches sur Molière

Page de couverture de l’ouvrage publié en 1963 par Madeleine Jurgens et Elizabeth Maxfield-Miller sous le titre Cent ans de recherches sur Molière, avec le portrait de Molière attribué à Pierre Mignard, son ami, conservé au Musée Condé à Chantilly.

Sommaire des documents

  1. 1643, Investir dans une salle de spectacle à Paris : l’audace de l’Illustre Théâtre
  2. 1644, Se donner un nom de scène
  3. 1659, Le retour à Paris: étoffer la troupe !
  4. 1660, Tapissier et valet de chambre du roi, bourgeois de Paris, toujours !
  5. 1660, Vite un théâtre !
  6. 1662, Épouser Armande
  7. 1663, Solidarités familiales au sein de la troupe
  8. 1664, Un décor pour le Festin de Pierre
  9. 1668, Prêter de l’argent en famille… et en toute discrétion…
  10. 1670, Prêter de l’argent à Lully
  11. 1673, Pourquoi l’historien oublie de pleurer face à un inventaire après décès

    Épilogue. Vous qui aimez l’histoire, n’oubliez pas les notaires…

Continuer la lecture

Investir dans une salle de spectacle à Paris :

 l’audace de l’Illustre Théâtre

12 septembre 1643
Bail du jeu de paume des Métayers par Noël Galloys aux comédiens de l’Illustre Théâtre

Le 12 septembre 1643, un dénommé Noël Gallois, maître paumier de son état, en son nom et en celui de ses copropriétaires, donne à bail aux comédiens de l’Illustre Théâtre un jeu de paume situé sur la rive gauche de la capitale, rue de Seine, près de la tour de Nesle, non loin du débouché du Pont-Neuf [auj. 11 et 13 rue de Seine et 12 et 14 rue Mazarine]. Les jeux de paume étaient à l’époque multifonctionnels et servaient souvent de salle de spectacle. Parmi les comédiens, l’acte cite “Jan Baptiste Pocquelin”, lequel signe au bas du contrat avec tous ses premiers compagnons de théâtre ; au premier chef, on retrouve la famille Béjart. Le futur Molière a alors 21 ans et, si leur contrat d’association en tant que compagnie théâtrale dénommée “L’Illustre Théâtre”, passé quelques mois plus tôt, le 30 juin, devant le notaire Fieffé (étude LXII), et cité dans ce bail, a malheureusement disparu, le riche contenu de l’acte nous est parvenu via une transcription d’érudit. Le jeu de paume est loué moyennant une somme annuelle de 1900 livres tournois et le bail doit courir trois ans. Outre ces conditions financières, on y apprend que le jeu de paume bénéficie de deux entrées, est couvert de tuiles et qu’il va y être fait des travaux d’aménagement intérieur (“theatre, galleries et loges pour faire la commedie”) sans “incomoder les voysins”. Bien entendu, si les comédiens quittent les lieux, il leur faudra, à leurs frais, redonner à l’ensemble son allure initiale : “jusques à ce qu’il soict entierement restablis et prest à jouer la paulme en icelluy”. Il n’y a pas jusqu’aux usages du puits et des “aisances” dans la cour qui ne sont réglés par ce bail, tandis que les comédiens s’engagent à payer toutes les taxes fiscales liées au bâtiment.

Lithogravure représentant Molière dans son fauteuil en tête d’une édition de ses Œuvres complètes en 1879 (coll. part.)

Continuer la lecture

Se donner un nom de scène…

28 juin 1644
Engagement de Daniel Mallet, danseur, avec les comédiens de l’Illustre Théâtre

Le 28 juin 1644, la troupe de l’Illustre Théâtre engage un danseur, sans doute parce qu’elle entend débuter sur la scène parisienne avec des spectacles ambitieux.

Lithogravure représentant le personnage d’Argan dans Le Malade imaginaire, d’après des dessins de Geffroy, sociétaire de la Comédie Française, et Maurice Sand, gravés par Wolf et Manceau dans une édition des Œuvres complètes de Molière en 1879 (coll. part.)

Ce contrat d’engagement, outre qu’il nous montre que la jeune troupe ne manque pas d’ambition, puisqu’elle embauche un danseur déjà renommé, est connu des moliérophiles parce qu’il est le premier à porter le surnom de Molière, orthographié au demeurant dans l’acte “Molliere” (aux lignes 5 et 6 de la première page “ce acceptans par Jean-Baptiste Pocquelin, dict Molliere”), dont l’origine est incertaine, mais non pas énigmatique. Selon Georges Forestier, éditeur et biographe de Molière, qui consacre un chapitre de sa biographie parue en 2019 à ce choix sous le titre “Et Poquelin devint Molière”[1], souligne que les noms de guerre forgés sur des patronymes champêtres accolés à la manière nobiliaire au nom de naissance sont chose commune chez les comédiens professionnels, dès le xvie siècle. De fait, dans cet acte de 1644, Molière signe, pour la seule et unique fois conservée, “De Molière”, avec particule. Si on le désigne très souvent par la suite sous le nom de “Monsieur de Molière”, ce dernier choisit cependant de signer de son patronyme, auquel il accole, sans particule, son nom de scène Jean Baptiste Poquelin Moliere ou JBP Moliere.

Continuer la lecture

Le retour à Paris : étoffer la troupe !

4 octobre 1659
Contrat de société consacrant le retour de René Berthelot, sieur du Parc, et de Marie Thérèse de Gorle, sa femme, dans la troupe de Molière

À l’automne 1645, l’Illustre Théâtre, trop empêtré dans les ennuis financiers, quitte la capitale pour conquérir la province : Rouen, Nantes Agen, Toulouse, Narbonne, Pézenas, Grenoble, Lyon, Dijon, Vienne Montpellier, Bordeaux… : toutes ces villes gardent trace du passage de la compagnie, tandis qu’à Paris, quelques actes ou mentions d’actes dans les inventaires après décès nous apprennent que Marie Hervé, la mère des Béjart, et Jean II Pocquelin, père de Molière, s’efforcent de calmer les créanciers des jeunes comédiens en épongeant leurs dettes les plus criantes.

Lithogravure représentant le personnage de Lélie dans L’Etourdi, d’après des dessins de Geffroy, sociétaire de la Comédie Française, et Maurice Sand, gravés par Wolf et Manceau dans une édition des Œuvres complètes de Molière en 1879 (coll. part.)


Ce n’est qu’à partir de 1659 que l’on retrouve Molière à Paris : parrain d’un Jean-Baptiste Pocquelin, son neveu, le 5 mai, remboursant une vieille dette à Jeanne Levé, marchande publique à Paris, le 13 mai, témoin à un contrat de mariage le 26 août. La troupe s’étoffe de Philbert Gassot, sieur du Croisy, de Charles Varlet, sieur de La Grange, de Jodelet et quelques autres, mais perd momentanément Marquise du Parc, ou Duparc, partie avec René Berthelot, son mari, au théâtre du Marais. Le contrat de société signé le 4 octobre 1659 devant Me Léonor Pain, notaire, est destiné à assurer, avec toute la force juridique possible de l’acte notarié, à la troupe de Molière le concours de ces deux talents à compter de la prochaine saison théâtrale, celle de la Pâques 1660 en conférant à la troupe une sorte d’exclusivité.

Continuer la lecture

Tapissier et valet de chambre du roi, bourgeois de Paris, toujours !

31 mai 1660
Inventaire après décès de Jean III Pocquelin, frère de Molière

En mai 1660, Molière a la tristesse de perdre son jeune frère, Jean III Pocquelin. Tapissier et valet de chambre du roi, il avait repris la maison historique de famille, dite « à l’image saint Christophe », sous les piliers des Halles, que leur père venait de lui louer en février. Il laisse un fils, filleul de Molière, et un autre enfant, posthume. Le grand-père est subrogé tuteur de ses petits-enfants. Dans l’inventaire après décès, le détail des papiers laissés par le défunt montre qu’il était en relation d’affaires avec la troupe, puisqu’on y trouve Charles Varlet, sieur de La Grange, Madeleine Béjart ou encore les Duparc, Molière lui-même comme ayant été pourvu en meubles destinés à leurs appartements lors de leur retour à Paris.

À la mort de son frère, Molière reprend aussi à son compte la charge de tapissier valet de chambre du roi. Un trimestre par an, elle lui donne accès, chaque matin et ès qualité, à la personne de Louis XIV. Cela ne se refuse pas…

Madeleine Jurgens, p. 341-343.

Lien vers l’intégralité du document dans la salle des inventaires virtuelle

MC-ET-XX-309 page 1

MC-ET-XX-309 page 18

Vite un théâtre !

18 et 24 novembre 1660
Devis des ouvrages de maçonnerie et charpenterie à effectuer dans la salle de comédie du Palais Royal et marché entre Paul Charpentier, maître charpentier, et Philibert Gassot, sieur du Croisy.

À la fin de l’année 1660, Molière et ses compagnons, désormais troupe de Monsieur, frère du roi, préparent leur installation dans ce qui fut la principale salle où les grandes pièces de la maturité furent jouées, le théâtre du Palais-Royal. Molière, sans doute déjà très pris par ses responsabilités de chef de troupe, de comédien et d’auteur, confie à Philibert Gassot, sieur du Croisy, l’un des comédiens de la troupe, le soin de signer les actes liés aux aménagements du théâtre. En effet, la salle du Petit Bourbon dans laquelle se produisait précédemment la troupe était destinée à la démolition, celle-ci prenant effet au 11 octobre 1660. La salle du Palais-Royal leur fut allouée à titre de dédommagement. Comme l’écrit Philippe Cornuaille dans son ouvrage sur “Les décors de Molière”, c’était “la plus belle salle de Paris, mais peut-être aussi la plus vétuste”[1]. Il est vrai qu’elle avait été construite en 1636, à la demande Richelieu, et avait besoin de grosses réparations et de sérieux aménagements. Le devis du 18 novembre, de maçonnerie et charpenterie, explique qu’il faut construire deux rangs de loges à 17 loges chacun, prévoir le parterre. C’est le maître charpentier, le bien nommé Paul Charpentier, qui s’engage, les travaux devant être livrés le 16 décembre au plus tard, moyennant 1100 livres tournois, cette somme devant être diminuée si les délais n’étaient pas respectés.

Frontispice de L’Amphitrion dans une petite édition parisienne des Œuvres complètes de 1739

Continuer la lecture