Émile Zola, citoyen naturalisé, écrivain naturaliste

par Sonia Braham, Département Justice et Intérieur, pôle Naturalisation.

C’est au cours de l’automne 2021 que s’est concrétisé un projet qui consacre à la fois la sauvegarde d’un lieu emblématique et l’hommage rendu à une pensée engagée dans son siècle : la Maison Zola, située à Médan, dans les Yvelines, acquise par l’auteur en 1878 grâce au succès de L’Assommoir et dans laquelle il vécut une vingtaine d’années, rouvre ses portes au public après dix ans de travaux de rénovation et de restauration. Elle s’enrichit désormais d’un nouveau Musée consacré à l’affaire Dreyfus, porteur des principes de tolérance, de dignité et de respect attachés à ce nom.

Cet évènement nous donne l’occasion de rappeler qu’au même moment, en octobre 2021, 150 ans nous séparaient de la parution du premier tome de la fresque romanesque en 20 volumes [des] Rougon-Macquart, ou Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire, pièce maîtresse de l’œuvre d’Émile Zola, écrivain français, naturalisé en 1862 à sa majorité. Chef de file du roman naturaliste, il est une figure majeure du paysage littéraire de la fin du XIXe siècle et du début du XXe. Citoyen engagé, il se positionne ouvertement pour l’avènement de la République, s’érige en figure de proue de la lutte contre l’antisémitisme lors de l’affaire Dreyfus et plus généralement en défenseur d’un modèle social attaché à la lutte contre les inégalités et les injustices qui s’inscrit dans une dynamique de progrès économique et scientifique.

Continuer la lecture

Molière (1622-1673) en ses signatures

Quelques éléments sur les sources d’archives conservées à son sujet

Prologue

Au-delà du canular de Pierre Louÿs érigé au rang de controverse qui vise à faire croire que Molière n’aurait pas écrit ses pièces[1], de quelles sources d’archives dispose-t-on pour retracer sa vie, où sont-elles conservées et que permettent-elles d’établir vraiment ?

Une conservateur en poste aux Archives nationales, Madeleine Jurgens, consacra une partie non négligeable de ses travaux à reconstituer cet état des sources, épaulée par une chercheuse américaine passionnée elle aussi de Molière, Elizabeth Maxfield-Miller. Leur travail parut en 1963, sous le titre Cent ans de recherches sur Molière, sur sa famille et sur les comédiens de sa troupe. Toujours disponible sous forme d’ouvrage imprimé, cet ouvrage a aussi été numérisé dans son intégralité et figure en bonne place dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales : Madeleine Jurgens et Elizabeth Maxfield-Miller, Cent ans de recherches sur Molière, sur sa famille et sur les comédiens de sa troupe, Paris, Archives nationales, 1963, IV-860 p.

Cent ans de recherches sur Molière

Page de couverture de l’ouvrage publié en 1963 par Madeleine Jurgens et Elizabeth Maxfield-Miller sous le titre Cent ans de recherches sur Molière, avec le portrait de Molière attribué à Pierre Mignard, son ami, conservé au Musée Condé à Chantilly.

Sommaire des documents

  1. 1643, Investir dans une salle de spectacle à Paris : l’audace de l’Illustre Théâtre
  2. 1644, Se donner un nom de scène
  3. 1659, Le retour à Paris: étoffer la troupe !
  4. 1660, Tapissier et valet de chambre du roi, bourgeois de Paris, toujours !
  5. 1660, Vite un théâtre !
  6. 1662, Épouser Armande
  7. 1663, Solidarités familiales au sein de la troupe
  8. 1664, Un décor pour le Festin de Pierre
  9. 1668, Prêter de l’argent en famille… et en toute discrétion…
  10. 1670, Prêter de l’argent à Lully
  11. 1673, Pourquoi l’historien oublie de pleurer face à un inventaire après décès

    Épilogue. Vous qui aimez l’histoire, n’oubliez pas les notaires…

Continuer la lecture

Investir dans une salle de spectacle à Paris :

 l’audace de l’Illustre Théâtre

12 septembre 1643
Bail du jeu de paume des Métayers par Noël Galloys aux comédiens de l’Illustre Théâtre

Le 12 septembre 1643, un dénommé Noël Gallois, maître paumier de son état, en son nom et en celui de ses copropriétaires, donne à bail aux comédiens de l’Illustre Théâtre un jeu de paume situé sur la rive gauche de la capitale, rue de Seine, près de la tour de Nesle, non loin du débouché du Pont-Neuf [auj. 11 et 13 rue de Seine et 12 et 14 rue Mazarine]. Les jeux de paume étaient à l’époque multifonctionnels et servaient souvent de salle de spectacle. Parmi les comédiens, l’acte cite “Jan Baptiste Pocquelin”, lequel signe au bas du contrat avec tous ses premiers compagnons de théâtre ; au premier chef, on retrouve la famille Béjart. Le futur Molière a alors 21 ans et, si leur contrat d’association en tant que compagnie théâtrale dénommée “L’Illustre Théâtre”, passé quelques mois plus tôt, le 30 juin, devant le notaire Fieffé (étude LXII), et cité dans ce bail, a malheureusement disparu, le riche contenu de l’acte nous est parvenu via une transcription d’érudit. Le jeu de paume est loué moyennant une somme annuelle de 1900 livres tournois et le bail doit courir trois ans. Outre ces conditions financières, on y apprend que le jeu de paume bénéficie de deux entrées, est couvert de tuiles et qu’il va y être fait des travaux d’aménagement intérieur (“theatre, galleries et loges pour faire la commedie”) sans “incomoder les voysins”. Bien entendu, si les comédiens quittent les lieux, il leur faudra, à leurs frais, redonner à l’ensemble son allure initiale : “jusques à ce qu’il soict entierement restablis et prest à jouer la paulme en icelluy”. Il n’y a pas jusqu’aux usages du puits et des “aisances” dans la cour qui ne sont réglés par ce bail, tandis que les comédiens s’engagent à payer toutes les taxes fiscales liées au bâtiment.

Lithogravure représentant Molière dans son fauteuil en tête d’une édition de ses Œuvres complètes en 1879 (coll. part.)

Continuer la lecture

Se donner un nom de scène…

28 juin 1644
Engagement de Daniel Mallet, danseur, avec les comédiens de l’Illustre Théâtre

Le 28 juin 1644, la troupe de l’Illustre Théâtre engage un danseur, sans doute parce qu’elle entend débuter sur la scène parisienne avec des spectacles ambitieux.

Lithogravure représentant le personnage d’Argan dans Le Malade imaginaire, d’après des dessins de Geffroy, sociétaire de la Comédie Française, et Maurice Sand, gravés par Wolf et Manceau dans une édition des Œuvres complètes de Molière en 1879 (coll. part.)

Ce contrat d’engagement, outre qu’il nous montre que la jeune troupe ne manque pas d’ambition, puisqu’elle embauche un danseur déjà renommé, est connu des moliérophiles parce qu’il est le premier à porter le surnom de Molière, orthographié au demeurant dans l’acte “Molliere” (aux lignes 5 et 6 de la première page “ce acceptans par Jean-Baptiste Pocquelin, dict Molliere”), dont l’origine est incertaine, mais non pas énigmatique. Selon Georges Forestier, éditeur et biographe de Molière, qui consacre un chapitre de sa biographie parue en 2019 à ce choix sous le titre “Et Poquelin devint Molière”[1], souligne que les noms de guerre forgés sur des patronymes champêtres accolés à la manière nobiliaire au nom de naissance sont chose commune chez les comédiens professionnels, dès le xvie siècle. De fait, dans cet acte de 1644, Molière signe, pour la seule et unique fois conservée, “De Molière”, avec particule. Si on le désigne très souvent par la suite sous le nom de “Monsieur de Molière”, ce dernier choisit cependant de signer de son patronyme, auquel il accole, sans particule, son nom de scène Jean Baptiste Poquelin Moliere ou JBP Moliere.

Continuer la lecture

Le retour à Paris : étoffer la troupe !

4 octobre 1659
Contrat de société consacrant le retour de René Berthelot, sieur du Parc, et de Marie Thérèse de Gorle, sa femme, dans la troupe de Molière

À l’automne 1645, l’Illustre Théâtre, trop empêtré dans les ennuis financiers, quitte la capitale pour conquérir la province : Rouen, Nantes Agen, Toulouse, Narbonne, Pézenas, Grenoble, Lyon, Dijon, Vienne Montpellier, Bordeaux… : toutes ces villes gardent trace du passage de la compagnie, tandis qu’à Paris, quelques actes ou mentions d’actes dans les inventaires après décès nous apprennent que Marie Hervé, la mère des Béjart, et Jean II Pocquelin, père de Molière, s’efforcent de calmer les créanciers des jeunes comédiens en épongeant leurs dettes les plus criantes.

Lithogravure représentant le personnage de Lélie dans L’Etourdi, d’après des dessins de Geffroy, sociétaire de la Comédie Française, et Maurice Sand, gravés par Wolf et Manceau dans une édition des Œuvres complètes de Molière en 1879 (coll. part.)


Ce n’est qu’à partir de 1659 que l’on retrouve Molière à Paris : parrain d’un Jean-Baptiste Pocquelin, son neveu, le 5 mai, remboursant une vieille dette à Jeanne Levé, marchande publique à Paris, le 13 mai, témoin à un contrat de mariage le 26 août. La troupe s’étoffe de Philbert Gassot, sieur du Croisy, de Charles Varlet, sieur de La Grange, de Jodelet et quelques autres, mais perd momentanément Marquise du Parc, ou Duparc, partie avec René Berthelot, son mari, au théâtre du Marais. Le contrat de société signé le 4 octobre 1659 devant Me Léonor Pain, notaire, est destiné à assurer, avec toute la force juridique possible de l’acte notarié, à la troupe de Molière le concours de ces deux talents à compter de la prochaine saison théâtrale, celle de la Pâques 1660 en conférant à la troupe une sorte d’exclusivité.

Continuer la lecture

Tapissier et valet de chambre du roi, bourgeois de Paris, toujours !

31 mai 1660
Inventaire après décès de Jean III Pocquelin, frère de Molière

En mai 1660, Molière a la tristesse de perdre son jeune frère, Jean III Pocquelin. Tapissier et valet de chambre du roi, il avait repris la maison historique de famille, dite « à l’image saint Christophe », sous les piliers des Halles, que leur père venait de lui louer en février. Il laisse un fils, filleul de Molière, et un autre enfant, posthume. Le grand-père est subrogé tuteur de ses petits-enfants. Dans l’inventaire après décès, le détail des papiers laissés par le défunt montre qu’il était en relation d’affaires avec la troupe, puisqu’on y trouve Charles Varlet, sieur de La Grange, Madeleine Béjart ou encore les Duparc, Molière lui-même comme ayant été pourvu en meubles destinés à leurs appartements lors de leur retour à Paris.

À la mort de son frère, Molière reprend aussi à son compte la charge de tapissier valet de chambre du roi. Un trimestre par an, elle lui donne accès, chaque matin et ès qualité, à la personne de Louis XIV. Cela ne se refuse pas…

Madeleine Jurgens, p. 341-343.

Lien vers l’intégralité du document dans la salle des inventaires virtuelle

MC-ET-XX-309 page 1

MC-ET-XX-309 page 18

Vite un théâtre !

18 et 24 novembre 1660
Devis des ouvrages de maçonnerie et charpenterie à effectuer dans la salle de comédie du Palais Royal et marché entre Paul Charpentier, maître charpentier, et Philibert Gassot, sieur du Croisy.

À la fin de l’année 1660, Molière et ses compagnons, désormais troupe de Monsieur, frère du roi, préparent leur installation dans ce qui fut la principale salle où les grandes pièces de la maturité furent jouées, le théâtre du Palais-Royal. Molière, sans doute déjà très pris par ses responsabilités de chef de troupe, de comédien et d’auteur, confie à Philibert Gassot, sieur du Croisy, l’un des comédiens de la troupe, le soin de signer les actes liés aux aménagements du théâtre. En effet, la salle du Petit Bourbon dans laquelle se produisait précédemment la troupe était destinée à la démolition, celle-ci prenant effet au 11 octobre 1660. La salle du Palais-Royal leur fut allouée à titre de dédommagement. Comme l’écrit Philippe Cornuaille dans son ouvrage sur “Les décors de Molière”, c’était “la plus belle salle de Paris, mais peut-être aussi la plus vétuste”[1]. Il est vrai qu’elle avait été construite en 1636, à la demande Richelieu, et avait besoin de grosses réparations et de sérieux aménagements. Le devis du 18 novembre, de maçonnerie et charpenterie, explique qu’il faut construire deux rangs de loges à 17 loges chacun, prévoir le parterre. C’est le maître charpentier, le bien nommé Paul Charpentier, qui s’engage, les travaux devant être livrés le 16 décembre au plus tard, moyennant 1100 livres tournois, cette somme devant être diminuée si les délais n’étaient pas respectés.

Frontispice de L’Amphitrion dans une petite édition parisienne des Œuvres complètes de 1739

Continuer la lecture

Se marier avec Armande…

23 janvier 1662
Contrat de mariage entre Molière et Armande Béjart

Parmi les actes les plus connus signés par Molière figure son contrat de mariage avec Armande Béjart. Celui-ci eu lieu le 23 janvier 1662. Molière habite alors, comme le précise l’acte, rue Saint-Thomas-du-Louvre, paroisse Saint-Germain-l’Auxerrois. Armande est présentée comme la fille de Marie Hervé, veuve depuis longtemps de Joseph Béjart, et donc comme la petite dernière de la fratrie Béjart, sœur de Madeleine Béjart, de Louis et de Geneviève Béjart. Elle est « aagée de 20 ans ou environ ». Molière a alors tout juste 40 ans. Du côté de Molière sont présents son père et son beau-frère, André Boudet. Le contrat est des plus classiques et répond parfaitement à la coutume de Paris : communauté de biens réduite aux acquets, aucun des conjoints n’est tenu des dettes contractées par l’un des futurs avant le mariage… Seul le montant de la dot a véritablement interpellé les historiens : 10 000 livres, une dot plus que confortable que n’était sans doute pas en mesure d’assurer la veuve Hervé. La dot est à comparer avec les 4 000 livres seulement de dot qu’apporte Geneviève, sœur aînée d’Armande, dont le contrat est établi deux ans plus tard. De fait, c’est peut-être Madeleine Béjart, que les historiens s’accordent à désigner comme la mère d’Armande, fruit de ses amours avec Esprit de Modène deux décennies plus tôt, qui aura pris en charge la dot d’Armande. Le mariage est célébré le 20 février 1662 à Saint-Germain-l’Auxerrois.

Madeleine Jurgens, p. 366-368

Lien vers le document dans la salle des inventaires virtuelle

MC-ET-LIII-XLII-152 MC-RS-386 -page 1

MC-ET-LIII-XLII-152 MC-RS-386 -page 2

MC-ET-LIII-XLII-152 MC-RS-386 -page 3

 

Solidarités familiales au sein de la troupe

19 septembre 1663 et 25 janvier 1673
Apprentissage et contrat de mariage de Catherine Réveillon

Les contrats d’apprentissage passés devant notaire sont une caractéristique de l’Ancien Régime. En effet, la plupart des « métiers jurés », c’est-à-dire organisés en corps structurés, exigent qu’un tel contrat soit signé entre le maître et l’apprenti, ce dernier étant représenté par un parent, en raison de son jeune âge. Lorsque le jeune n’a pas de parents ou s’il a servi comme laquais une personne de qualité, ce peut être son protecteur, celui qui paiera les frais d’apprentissage – car se former n’est pas gratuit –, qui signe l’acte. L’un des principaux métiers jurés exercé par les femmes dans Paris est celui de maîtresse couturière. L’acte, édité comme les autres, par Madeleine Jurgens, commence par l’énoncé de huit noms, tous de comédiens membres de la troupe du duc d’Orléans, au premier rang desquels on trouve “Jean-Baptiste Pocquelin de Molière”, qui s’engagent collectivement à placer Catherine Réveillon, orpheline de Pierre Réveillon et de Marie Bret, sa femme, tous deux membres de la troupe et décédés dès 1657. Et ce sont bien les anciens compagnons de théâtre de ses parents qui paient les frais de son apprentissage de couturière auprès de Madeleine Ferrat, maîtresse couturière rue Saint-Honoré. Les comédiens l’entourèrent aussi le 23 janvier 1673, lors de son mariage, et c’est la dernière signature de Molière dont on dispose, puisqu’il mourut le 17 février 1673 : une signature amicale, qu’il laissa comme témoin au contrat de mariage de la petite Catherine devenue grande !

Madeleine Jurgens, p. 382-384 et p. 544-547.

Lien vers le document dans la salle des inventaires virtuelle

MC-ET-XLII-154 MC-RS-387- page 1

MC-ET-XLII-154 MC-RS-387- page 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lien vers le document dans la salle des inventaires virtuelle

 

MC/ET/CXII/366 ou MC/RS//408 page 1

MC/ET/CXII/366 ou MC/RS//408 page 2 et 3

MC/ET/CXII/366 ou MC/RS//408 page 4 et 5

MC-ET-CXII-366 ou MC-RS-408 page  6

Un décor pour Le Festin de Pierre

3 décembre 1664
Marché de décors pour Don Juan

Le Festin de Pierre ou Don Juan est la seule pièce de Molière pour laquelle on ait conservé une telle commande de décors devant notaire. Il est vrai que Le Festin de Pierre, créé à la Ville et non à la Cour, était un grand spectacle avec machines, un cas assez particulier, donc.

Frontispice du Festin de Pierre (Don Juan) dans une édition complète des œuvres de Molière à Amsterdam en 1684, disant se baser sur une édition parisienne de 1683 (coll. part.)

Continuer la lecture

Prêter de l’argent en famille… et en toute discrétion.

31 août et 24 décembre 1668
Constitution de rente par Jean Pocquelin, père de Molière, à Jacques Rohault
Déclaration par Jacques Rohault en faveur de Molière
31 août 1668

La constitution de rente est l’un des actes les plus fréquents dans les minutiers parisiens d’Ancien Régime. Il faut dire qu’elle est le moyen de se faire prêter de l’argent lorsque le besoin se fait sentir, en l’absence de système bancaire ayant pignon sur rue.

Dans la constitution de rente, celui qui a besoin de liquidité constitue une rente à celui qui va lui prêter le capital dont il dispose. En l’espèce, Jean Pocquelin, père de Molière, a besoin de liquidité. Il s’adresse à Jacques Rohault, professeur de mathématiques, pour lui constituer 400 livres de rente annuelle et perpétuelle contre un capital de 8 000 livres. Au-delà du mécanisme financier, ce qui est intéressant, c’est que cet acte est immédiatement suivi au minutier du notaire qui a instrumenté, Me Gigault, d’un autre acte, dont n’aura pas immédiatement connaissance Jean Pocquelin père (et en tous les cas que ne découvriront ses autres héritiers qu’après son décès), qui est une déclaration de Rohault qui souligne que les 8 000 livres de capital ne lui appartenaient pas, mais qu’il n’a fait que prêter son nom à son ami Molière. De fait, les deux hommes se connaissent et sont même amis. Rohault (1620-1672) est le beau-fils de l’éditeur de Descartes et a lui-même publié en 1671 un Traité de physique qu’on trouve parmi les livres de Molière dans sa maison d’Auteuil.

Sans doute Molière aura-t-il jugé plus délicat de prêter de l’argent à son père par un intermédiaire, plutôt que de le faire directement. Tout au moins aura-t-il voulu assurer la pérennité de la maison familiale à l’image Saint-Christophe qui nécessitait des travaux. Madeleine Jurgens souligne aussi avec beaucoup de finesse que ces deux actes sont les seuls sur lesquels Molière orthographie son patronyme “Pocquelin” avec un “c”, comme le fait son père, alors qu’il utilise plus volontiers la graphie “Poquelin”.

Madeleine Jurgens, p. 431-436

Lien vers le document dans la salle des inventaires virtuelle

MC/ET/CXIII/66 ou MC/RS//398 page 1

MC/ET/CXIII/66 ou MC/RS//398 page 2

MC/ET/CXIII/66 ou MC/RS//398 page 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lien vers le document dans la salle des inventaires virtuelle

MC/ET/CXIII/66 ou MC/RS//399 page 1

MC/ET/CXIII/66 ou MC/RS//399 page 2

MC/ET/CXIII/66 ou MC/RS//399 page 3

 

 

Prêter de l’argent à Lully

14 décembre 1670
Constitution par Jean-Baptiste Lully et Madeleine Lambert de 550 livres de rente

Cette autre constitution de rente porte les signatures de Lully et de Molière. C’est Lully qui a besoin d’argent : il se fait construire un hôtel luxueux de trois étages en pierre de taille par Daniel Gittard, élève de Louis Le Vau dans l’un des quartiers en vue de la capitale (auj. 45, rue des Petits-Champs). Molière lui permet de jouir d’un capital de 11 000 livres, payées en espèces, une somme très importante et qui montre que Molière vit dans l’aisance et peut mobiliser cette somme au profit de celui qu’il estime être son ami. On sait qu’il sera bien mal récompensé de sa confiance, le même Lully n’hésitant pas mettre la main, à la mort de Molière, sur son théâtre du Palais-Royal au profit de l’Opéra.

Cet acte n’en reste pas moins symbolique de la collaboration entre les deux grands artistes et créateurs du règne du Roi Soleil.

Madeleine Jurgens, p. 478-481

Lien vers le document dans la salle des inventaires virtuelle

MC/ET/CXIII/72 ou MC/RS//402 page 1

MC/ET/CXIII/72 ou MC/RS//402 page 2

MC/ET/CXIII/72 ou MC/RS//402 page 3

 

Pourquoi l’historien oublie de pleurer face à un inventaire après décès

Inventaire après décès de Molière
13-21 mars 1673

Molière meurt le 17 février 1673, après la 4e représentation de sa dernière pièce en date, Le Malade imaginaire. Une pièce mise en musique par Marc Antoine Charpentier, ancien protégé de Marie de Guise, dont la musique a donc retenti dans les salons de l’hôtel de cette dernière, un hôtel que la famille de Soubise rachète au tournant du XVIIe et du XVIIIe siècle pour le reconstruire en 1704, celui-là même qui abrite aujourd’hui le site parisien des Archives nationales.

Plus certainement que d’une longue maladie chronique, Molière meurt sans doute d’une méchante grippe alors que l’épidémie galopait dans Paris. Les contemporains sont cependant frappés par la brutalité de cette mort d’un homme d’à peine plus de 50 ans, qui meurt au sortir de scène, à peine transporté chez lui à deux pas de son théâtre, rue de Richelieu. C’était aussi incontestablement un homme qui travaillait (beaucoup) trop, le bien être de bien du monde dépendant de ses succès.

Comme pour d’autres talents morts au sommet de leur art, l’amateur ne peut que spéculer sur les chefs d’œuvre qui n’auront pas eu le temps de voir le jour…

Continuer la lecture

Vous qui aimez l’histoire, n’oubliez pas les notaires…

Cette exposition virtuelle ne présente qu’un nombre limité d’actes concernant Molière, mais chacun constitue un jalon qui documente de manière archivistique la vie du maître et que l’on peut relire au gré des avancées de la recherche avec profit, comme toute source d’archives, pour lui faire dire encore plus, comme l’on fait encore récemment les plus sérieux biographes du poète national. De fait, les utilisateurs des fonds du Minutier central des notaires de Paris sont familiers de ce qui constitue simplement un aspect de la documentation sur laquelle appliquer la méthodologie historique. Ils connaissent leurs promesses et savent bien que l’on peut en faire autant avec tout autre personne ayant vécu et travaillé dans la capitale, et ce, même si cette personne n’a pas appartenu aux couches les plus élevées de la société d’Ancien Régime. C’est la richesse des archives notariales, surtout pour l’Ancien Régime, “archives publiques de la vie privée”.

Frontispice du Médecin malgré lui dans une petite édition parisienne des Œuvres complètes de 1739

Continuer la lecture

Les métadonnées archivistiques en transition vers des graphes de données : 3 – Actualités de la fin d’année 2021

Par Florence Clavaud (Archives nationales)

En cette fin d’année, ce billet très bref pour revenir sur les webinaires de présentation de Records in Contexts (RiC) qui ont été organisés conjointement cet automne par le SIAF, les Archives nationales et le groupe EGAD du Conseil international des Archives.

Pendant ces trois webinaires qui ont réuni un nombre important de personnes, Pauline Charbonnier et moi-même, qui travaillons au tout nouveau Lab des Archives nationales, avons présenté successivement :

  • un aperçu général du standard Records in Contexts et des enjeux de son élaboration et de sa mise en œuvre ;
  • les entités et attributs du modèle conceptuel RiC-CM et les composants correspondants dans RiC-O ;
  • les relations du modèle conceptuel RiC-CM et les composants correspondants dans RiC-O.

Nous avons aussi pu donner des éléments de réponse aux questions qui ont été posées pendant les échanges qui ont eu lieu lors de chaque webinaire.

Grâce à nos collègues José Albertini et Pauline Berni, les enregistrements vidéo de ces webinaires (soit au total près de 5 h d’enregistrement) sont désormais disponibles sur la chaîne dailymotion des Archives nationales, sous la forme d’une playlist, à l’adresse suivante : https://www.dailymotion.com/playlist/x7cdgp.

Par ailleurs vous pouvez télécharger les trois supports de présentation utilisés en cliquant sur ce lien.

Ce billet fait suite à l’article que j’ai publié sur ce carnet en juillet 2021.

Belles fêtes de fin d’année à toutes et à tous !
À bientôt pour d’autres actualités.