Croiser le Fichier central de la Sûreté nationale avec d’autres ressources (3)

Suite de l’article Visualiser le Fichier central de la sûreté nationale (2)

Les volumineuses données du Fichier central de la Sûreté nationale désormais indexées peuvent être envisagées comme un corpus de données à croiser avec d’autres référentiels dont les thématiques sont proches. Le billet qui suit propose des pistes de travail, toujours à partir des dossiers commençant par la lettre B (61223 dossiers individuels, soit environ 10% du corpus total estimé).

Croiser les données nominatives du Fichier central de la Sûreté : mode d’emploi (et limites)

Les données indexées du Fichier central ont été croisées à d’autres référentiels par le biais du logiciel OpenRefine. Ce logiciel permet de comparer et d’enrichir mutuellement des projets, soit en faisant des comparaisons strictes de chaînes de caractères identiques, soit en utilisant des extensions de réconciliation plus flexibles (reconcile-CSV, extension RDF) afin d’aligner des données relativement proches.

Continuer la lecture

Les métadonnées archivistiques en transition vers des graphes de données : 2 – point d’actualité et précisions sur Records in Contexts

Par Florence Clavaud (Archives nationales)

Près d’un an et demi après notre premier billet dans ce carnet sur le thème de la transition des métadonnées archivistiques vers des graphes d’entités liées (https://labarchiv.hypotheses.org/1495), il nous a paru nécessaire de faire un point d’actualité sur Records in Contexts (RiC).

Sur cette nouvelle norme du CIA qui à ce stade reste peu connue, et sur le contexte technologique dans lequel elle s’inscrit, beaucoup de choses ont été dites ou écrites depuis février 2020, notamment en France, qui ont pu soulever diverses interrogations voire créer de la confusion. Notre objectif sera donc ici aussi d’apporter quelques éléments de clarification afin de nourrir les réflexions de chacun et de favoriser des discussions constructives.

Nous parlons ici à la fois en tant que membre exécutif, depuis sa création en 2012, du groupe de travail EGAD du CIA qui est l’auteur de RiC, en tant que responsable de l’équipe de développement de l’ontologie RiC-O au sein de ce groupe, et en tant que responsable de la Mission référentiels des Archives nationales (AN), avec une expérience multiforme de plus de 25 ans en terme de modélisation, de production, de gestion de la qualité, de publication et de retraitement des métadonnées archivistiques, ou de conduite de projets numériques innovants.

Merci beaucoup à Pauline Charbonnier, qui nous a aidée à finaliser cet article et surtout qui travaille avec nous depuis plus de trois ans maintenant.

Sommaire

1/7. Point d’actualité : où en est RiC ?

2/7. Qu’est-ce que RiC ?

3/7. Qu’est-ce que RiC change ?

4/7. Comment réaliser la transition vers RiC, notamment à partir d’instruments de recherche en XML/EAD ?

5/7. Est-ce que RiC reste pure théorie aujourd’hui, ou bien y a-t-il déjà des réalisations concrètes, utilisant RiC-O et RDF ?

6/7. Mais finalement à quoi RDF/RiC-O peut-il très concrètement être utile pour un service d’archives ?

7/7. En conclusion (de cet article)

1/7. Point d’actualité : où en est RiC ?

Depuis septembre 2016 (date de la publication de RiC-CM 0.1) et décembre 2019 (publication de RiC-0 0.1) les travaux du groupe EGAD ont bien avancé.

Depuis mars 2020, l’ontologie RiC-O est dotée d’un entrepôt de sources public sur GitHub (https://github.com/ICA-EGAD/RiC-O). Dans cet entrepôt, on trouve le fichier source de RiC-O dans ses différentes versions successives ainsi que des exemples et diagrammes ; on peut aussi y échanger en permanence avec l’équipe de développement de RiC-O et y soumettre des tickets (‘issues’ : questions, signalements de problèmes ou d’anomalies, propositions d’évolution), ou y faire des commentaires sur les tickets ou travaux en cours. RiC-O dispose également d’un site web d’information (https://ica-egad.github.io/RiC-O/), sans compter une liste de discussion. En outre, la version 0.2 de RiC-O a été publiée en février 2021 (https://www.ica.org/standards/RiC/ontology).

Continuer la lecture

2/7. Qu’est-ce que RiC ?

Dans sa version 0.2, RiC est constitué d’un modèle conceptuel abstrait de type entités-relations (RiC-CM) et d’une ontologie (RiC-O), écrite dans les langages OWL, RDFS et RDF, transposition technique de RiC-CM directement utilisable pour produire des jeux de métadonnées archivistiques en RDF. Bientôt, à ces deux parties viendra s’ajouter une introduction générale (RiC-IAD). Enfin, à une date qu’il est difficile de préciser pour l’instant, le groupe EGAD ajoutera à ces trois composants un guide de mise en œuvre (RiC-AG), qui sera probablement composé de divers documents.

Comme les quatre normes précédentes, RiC s’applique à n’importe quel type de ressources archivistiques, analogiques, nativement numériques ou hybrides, quelles que soient leur provenance, leur nature et leur date.

RiC est comme les précédentes normes du CIA une norme générique  et internationale ; on n’y trouvera donc pas toujours directement, clé en main, de quoi satisfaire des besoins de description très spécifiques, liés à des documents ou à un contexte particulier.

Continuer la lecture

3/7. Qu’est-ce que RiC change ?

D’un certain point de vue, cela ne change rien, car RiC se situe dans le prolongement des normes qui l’ont précédé, et ne remet pas en cause les fondements de la description archivistique, que des décennies de pratique ont éprouvés. RiC se positionne, comme indiqué ci-dessus, comme un cadre de référence global qui englobe, articule et précise ce qui existe déjà. Ainsi que le groupe EGAD l’a écrit dans l’introduction à RiC-CM, on peut continuer à utiliser ISAD(G) et ISAAR(CPF) ; globalement ce qu’on produira sera conforme à RiC – sans l’utiliser à plein ni donc en tirer tout le potentiel.

Mais d’un autre côté, cela change tout, ou pour être plus précis cela devrait progressivement tout changer.

Continuer la lecture

4/7. Comment réaliser la transition vers RiC, notamment à partir d’instruments de recherche en XML/EAD ?

Il serait totalement irréaliste d’affirmer que cette transition ne prendra pas de temps. La cible est très différente de ce dont nous disposons aujourd’hui, et la route sera longue. Les professionnels des bibliothèques ont souvent entrepris un peu avant les archivistes le même type de transformation ; à la BnF ce processus prendra plusieurs années[1]. Nous l’avons déjà dit, cela ne peut se faire que par étapes ; mais chacune des étapes conduira à des changements significatifs et les futurs systèmes d’information devraient être très différents.

Faut-il renoncer aux instruments de recherche en XML/EAD ? Ils sont là, c’est un fait. Il est tout aussi impensable de les ignorer que de ne pas réfléchir à l’avenir. Les programmes systématiques, ambitieux et coûteux d’informatisation et de normalisation dont ils sont le résultat sont même une condition indispensable pour la réussite du processus.

Continuer la lecture

5/7. Est-ce que RiC reste pure théorie aujourd’hui, ou bien y a-t-il déjà des réalisations concrètes, utilisant RiC-O et RDF ?

RiC-CM est un modèle conceptuel abstrait, donc oui en ce sens c’est de la théorie, mais élaborée par un groupe de praticiens experts du domaine[1], pour les besoins du métier et avec les communautés concernées de professionnels.

Rappelons qu’il s’agit aussi d’un brouillon (draft), dans lequel les réponses à l’appel à commentaires et les premières implémentations et leur suite permettront de dégager les composants les plus utiles. Nous avons aussi expliqué précédemment qu’il s’agit d’un modèle global. Cela signifie que dans le cadre d’une mise en œuvre locale, il n’est absolument pas obligatoire d’utiliser RiC dans sa totalité. Bien au contraire, on peut prévoir que la plupart des projets utiliseront un sous-ensemble de RiC. Par ailleurs, il est possible d’étendre RiC.

Continuer la lecture

6/7. Mais finalement à quoi RDF/RiC-O peut-il très concrètement être utile pour un service d’archives ?

Il est bien sûr plus que légitime de se poser cette question.

Nous avons apporté des éléments de réponse lorsque nous avons évoqué l’intérêt du passage à RiC. Pour être un peu plus concret maintenant, revenons au cas des AN, et parlons d’utilisation de métadonnées RDF/RiC-O et des technologies RDF. Nous évoquerons d’autres cas que celui des AN plus tard dans ce carnet de recherche.

Même si le SI institutionnel des AN n’intègre pas encore de brique sémantique, les jeux de données RDF de taille conséquente dont nous disposons servent déjà, de multiples manières. Nous prendrons seulement ici deux exemples.

Continuer la lecture

7/7. En conclusion (de cet article)

Aucune technologie n’est parfaite pour tout faire. De nombreuses années d’expérience dans ce domaine, au carrefour de l’archivistique et des sciences de l’information, nous ont appris qu’il faut savoir tirer le meilleur parti de chacune. Par ailleurs, bien sûr, une norme n’est qu’un point de départ. Et bien sûr, la rigueur, la lucidité et le pragmatisme sont indispensables lorsqu’on veut proposer et mettre en œuvre une stratégie pour faire évoluer à l’échelle d’une institution ou d’un projet des jeux de métadonnées massifs, dont la production demande des efforts et des qualifications de haut niveau à des collectifs de personnes, ou pour transformer les architectures techniques actuelles. Un autre élément essentiel de ces processus c’est le temps ; il en faut. Enfin, aucun projet de ce type ne réussit sans l’adhésion et les apports de tous, sans la volonté de l’institution et sans une organisation durable.

Continuer la lecture

Visualiser le Fichier central de la sûreté nationale (2)

Suite de l’article Indexer le Fichier central de la Sûreté nationale.

L’indexation nominative des dossiers individuels du Fichier central de la Sûreté nationale permet d’envisager ce corpus comme une masse de données qui peuvent être interrogées, “travaillées” et visualisées. Au-delà de l’accès nominatif, la manipulation de ces données nous permet d’affiner notre connaissance archivistique du fonds.

Le billet qui suit propose des statistiques et pistes de recherche (non exhaustives) à partir de l’exploitation des données de la lettre B. Le nombre de dossiers concernés (61223 dossiers individuels, soit environ 10% du corpus total estimé) offre des garanties en terme de représentativité du corpus total, que ce soit au niveau de la couverture chronologique des dossiers, du type de fichage (surveillance politique, police administrative des étrangers, police judiciaire, police des jeux, etc.) ou encore de l’origine géographique des individus. Le volume permet par ailleurs de lisser les éventuelles coquilles d’indexation.

À ce jour la lettre B reste la plus grosse lettre indexée (talonnée par les quelque 58 000 dossiers en M).

Outils utilisés : OpenRefine, RAWGraphs.

Top 50 des noms de famille en B

Sur plus de 26 000 patronymes (orthographe stricte, sans regroupement des variantes), ce sont les BERNARD (325 occurrences) et les BERGER (303 occurrences) qui sont les plus présents. Les 50 noms les plus représentés donnent de premières pistes sur l’origine géographique des individus.

À noter : la moitié de ce top 50 des patronymes en B comptent moins de 100 occurrences. Le dernier de la liste (BARRA) est présent à 63 reprises dans le corpus.

Top 50 des prénoms en B

 

Continuer la lecture

Indexer le Fichier central de la Sûreté nationale (1)

Le Fichier central de la Sûreté nationale, l’un des « fonds de Moscou », saisi par les Allemands en 1940, puis par l’Armée rouge avant d’être restitué entre 1994 et 2001, est l’un des fonds emblématiques des Archives nationales. Il est constitué de plus de 600 000 dossiers nominatifs de police couvrant les années 1880 à 1940, et qui concernent aussi bien la surveillance politique, le contrôle des étrangers, que les demandes de passeports et cartes d’identité, les interdits de séjour ou encore la police des jeux.

Le principal outil d’accès est une série de 182 répertoires semi-alphabétiques (sur les trois premières lettres du nom) établie par les archivistes soviétiques et joints aux fonds restitués. D’abord microfilmés, ces registres sont numérisés et mis en ligne depuis 2013 sur le portail documentaire des Archives nationales. Ces répertoires listent les dossiers par ordre numérique, avec indication des noms, prénoms et dates extrêmes des pièces.

Répertoire semi-alphabétique (numéro de dossier, nom, prénom, dates extrêmes des documents et cote du carton)

Continuer la lecture

Des notices pour les producteurs d’archives relatives à la politique de la Danse en France de 1970 à aujourd’hui

Cet article a été rédigé à l’issue d’un stage de trois mois, entre juin et septembre 2019, à partir des fonds conservés sur le site des Archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine.

Depuis le milieu des années 1970, une politique volontariste se met en place pour développer le secteur chorégraphique français, alors principalement (voire exclusivement) représenté par le Ballet de l’Opéra de Paris. En effet, depuis les années 50, de nouvelles formes de danse émergent sur le territoire (la danse moderne notamment) et redéfinissent le paysage chorégraphique, en déployant une grande force de mobilisation de ses acteurs, afin que leur art soit reconnu en tant que tel. Le jeune ministère des Affaires culturelles entend les voix de ces artistes, dont les adeptes sont de plus en plus nombreux, en développant une politique d’aide et de développement de cet art dans le secteur public. La mission proposée et accompagnée par Émeline Rotolo, chargée d’études documentaires, responsable des fonds musique/arts du spectacle, a donc été de rédiger les notices des organismes ministériels qui ont été mis en place, à la suite de l’élaboration de ce projet politique. Continuer la lecture

Les métadonnées archivistiques en transition vers des graphes de données : 1- les présentations de la journée du 28 janvier 2020

Par Florence Clavaud, responsable de la Mission référentiels aux Archives nationales

Le 28 janvier 2020, les Archives nationales ont organisé une journée d’étude sur le thème « Les métadonnées archivistiques en transition : le nouveau cadre normatif, les enjeux et les premières réalisations ».

En effet, ces dernières années, les évolutions des pratiques et des attentes des publics et celles des technologies numériques ont conduit les communautés professionnelles responsables du patrimoine culturel à élaborer de nouveaux standards métier de description des objets culturels, fondés sur la notion de graphe d’entités et permettant une description plus précise et mieux exploitable par les machines. Ces communautés ont commencé à mettre en œuvre ces nouveaux standards. C’est ainsi, par exemple, que depuis 2017, les bibliothèques disposent du modèle conceptuel IFLA-LRM (International Federation of Libraries Associations and Institutions Library Reference Model) ; les bibliothèques françaises se sont depuis lors engagées dans un processus de transition bibliographique visant à transformer leurs catalogues de notices en jeux de données conformes à IFLA-LRM. Cette évolution est d’ores et déjà visible sur le web de données (avec http://data.bnf.fr, le projet de la BnF) mais, en amont des interfaces et dispositifs de consultation, elle impacte progressivement l’ensemble des méthodes et des moyens informatiques de description des bibliothèques.

Les services d’archives entrent aujourd’hui dans ce processus.

Continuer la lecture

Concordance des fonds. Le cas Felix Willy Schmidt (1883-?)

Par Emilie Charrier et Céline Déletang, Département Justice et Intérieur

Les aléas quotidiens de la recherche nous ont conduit il y a quelques mois jusqu’à un certain Felix Willy Schmidt. Ce qui apparaissait au début comme un dossier de naturalisation parmi d’autres s’est révélé un jeu de piste de plusieurs mois pour retracer un parcours de vie semé d’embûches administratives qui témoigne de la difficulté d’être un ressortissant allemand en France dans l’entre-deux-guerres.

Felix Willy Schmidt est né à Bitterfeld, en Saxe en 1883. Il s’installe en France dès sa 25e année en 1908. Chef d’atelier aux Établissements Morlé à Paris à partir de 1911, il se marie avec la fille de son patron en 1912 et commence des démarches en vue d’obtenir la nationalité française la même année.

Nous perdons sa trace dans les dossiers conservés aux Archives nationales en 1949…. Les échanges entre services de police et justice courent alors depuis plus de 30 ans sans que l’intéressé ne soit parvenu à retrouver la nationalité française perdue pendant la Grande guerre.

Continuer la lecture

1/5 « La promulgation de la loi sous le Directoire » Retour sur le séminaire Archives nationales-IHRF. Introduction

Depuis quatre ans, les Archives nationales et l’Institut d’histoire de la Révolution française (Sorbonne Université-IHMC) mènent un travail commun sur les sources de l’histoire du Directoire exécutif (1795-1799). Cette période, négligée par l’historiographie, se trouve souvent réduite à un interlude tiède, voire rétrograde, entre la Révolution et l’Empire. En dépit de son caractère transitoire, le Directoire a produit une véritable révolution dans la « balance des pouvoirs » entre le Législatif et l’Exécutif, en rétablissant un gouvernement à la fois extérieur à l’Assemblée nationale et irréductible au ministère, étayé par une profonde réorganisation institutionnelle et administrative. Rompant ainsi avec la pratique, largement inconstitutionnelle, des « comités de gouvernement » de la Convention nationale, le Directoire entend également confiner les ministères dans des attributions proprement exécutives et strictement délimitées. À ce titre, le Directoire constitue le premier véritable gouvernement depuis 1789, dont le caractère collégial (cinq directeurs) pare d’emblée à toute présomption de césarisme.

Continuer la lecture