L’organisation et les attentes du hackathon

Pour leur premier hackathon les Archives nationales ont choisi de prendre leurs quartiers au Liberté Living Lab (LLL), un incubateur de start-up dédié aux projets d’impact sociétal et aux nouvelles technologies.

Remontons dans le temps pour comprendre la genèse du projet…

L’idée d’organiser un hackathon est née il y un an et demi environ, nous raconte la directrice des Archives nationales, Françoise Banat-Berger. Selon elle, les Archives nationales avaient déjà observé la réussite d’événements culturels novateurs et « challengeants », tels que « Les aventuriers de l’innovation publique » organisé par la 27e Région et le Secrétariat général à la modernisation publique, ou encore les hackathons de la Bibliothèque nationale de France (BnF), de la Réunion des musées nationaux et du Grand Palais (Rmn-GP), ou de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). « Pourquoi ne pas organiser à notre tour un hackathon des Archives nationales ? ». L’idée semblait d’autant plus séduisante qu’elle paraissait en parfaite adéquation avec les volontés de l’institution. Les Archives nationales ont une réelle volonté de moderniser leur image et souhaitent se faire connaître d’un public plus large que celui de ses usagers habituels. De plus, l’institution est désireuse de réfléchir à de nouveaux usages ou de nouveaux outils ancrés dans notre époque : le projet du hackathon pour les Archives nationales s’incarne parfaitement dans ces attentes.

Le barcamp de 2017 en a été la première étape : ayant les mêmes ambitions qu’un hackathon mais se déroulant sur un temps plus court (une journée), l’expérience allait permettre, par ses acquis, de se préparer en amont. C’est Louis Vignaud et Pauline Berni qui ont été missionnés par la direction pour organiser le barcamp. L’évènement a été un succès et s’est avéré riche d’enseignements pour la suite…

L’équipe organisatrice, pilotée par Pauline Berni, responsable des médias sociaux, et Gaetano Piraino, chef de projet documentaire, a donc commencé à travailler sur la conception du hackathon dès le printemps dernier. L’organisation consistait en de nombreuses choses : trouver un lieu, des partenaires, des participants, s’occuper de la communication etc.

Concernant le lieu, il devait répondre à quelques exigences d’ordre pratique. La première : l’accessibilité du site, ce qui concentrait les recherches au centre de Paris. Ensuite, un même et seul espace devait être capable d’accueillir plus d’une centaine de personnes sur plusieurs jours. Enfin, il était nécessaire de trouver un lieu actuel, véhiculant des valeurs de modernité, de culture et de citoyenneté. Après avoir visité quatre endroits, le choix s’est porté assez naturellement sur le Liberté Living Lab (LLL), un espace de coworking, de 2000 m2 dont le credo est la « Tech for good », la technologie pour le bien commun.

Agora du Liberté Living Lab

Pauline Berni nous raconte que le LLL remplissait tous leurs critères, notamment parce que l’équipe avait déjà l’expérience des hackathons et avait l’habitude d’en organiser. Les Archives ont donc tout naturellement choisi de leur confier une partie des tâches : le recrutement des candidats, de certains mentors, le déroulé de l’évènement, la restauration, etc. Le tout en travaillant en étroite collaboration avec eux.

« Quand nous nous sommes rencontrés, ça été un coup de foudre réciproque » déclare Virginie Chèze, responsable du pôle événementiel, du site et du développement commercial au Liberté Living Lab.
L’organisation de ce hackathon semble avoir été enrichissante pour les deux parties. Virginie Chèze nous explique être très heureuse de travailler avec les Archives nationales. Cette expérience lui a permis de découvrir le riche univers des archives et d’en comprendre les enjeux, sentiment partagé par sa collègue Hortense. Visiblement au cours de ce week-end, les hackathoniens n’ont pas été les seuls à avoir été charmés par notre profession !

Les attentes
12 équipes, 28 heures et 14 siècles d’archives : les hackathoniens sont prêts à relever les défis lancés par les Archives nationales. Leurs profils sont divers et variés. Alors que certains sont archivistes et déjà sensibilisés aux enjeux archivistiques, d’autres sont développeurs et n’y ont jamais été confrontés… Pourquoi sont-ils présents ? Autant de réponses que de participants.
Pour un grand nombre, il s’agit d’un dépassement de soi. Apprendre à gérer ses émotions, maîtriser son temps et travailler de façon collaborative ne sont pas de minces affaires.
Pour les plus jeunes, l’événement est l’occasion de découvrir ce que l’on peut attendre d’eux dans un environnement professionnel. Pour certains étudiants, il s’agit en effet de mettre en pratique ce qu’ils ont appris au cours de leurs années universitaires. Une expérience intense et formatrice.
Pour d’autres, la curiosité les a guidés jusqu’au Liberté Living Lab. Celle-ci est attisée par la diversité des profils. C’est l’occasion de rencontrer des métiers différents et de découvrir une nouvelle façon collaborative de travailler.
Pour autant, tous répondent à la même motivation : aider les citoyens à accéder aux archives grâce aux outils numériques. La prise de conscience de cet intérêt est unanime.
Les développeurs et les archivistes, dont les métiers semblent éloignés, se rendent compte de leur complémentarité. Chacun apporte son savoir-faire. Le Liberté Living Lab devient, l’espace d’un week-end, un lieu de partage, d’échange, de discussion et d’entente.

Deux membres de l’équipe CaptchA-N en pleine réflexion.

Noémie Janin, Simone Zimbardi, Élodie Gérifaud et Alice Duchesnes, étudiants du Master Archives de l’université Paris 8.

Dans le cadre d’un atelier de l’Idéfi CréAtic, les étudiants ont observé et participé activement à l’événement.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.