Retour sur le hackathon des Archives nationales

 

 

 

 

Ils sont développeurs, étudiants, archivistes, porteurs d’idées, ou tout simplement passionnés d’archives et d’informatique. Tous veulent gagner ce premier hackathon réalisé par les Archives nationales, consacré à la valorisation des données numériques. La diffusion de quatorze siècles d’archives de l’État est entre leurs mains. Certains ont déjà réfléchi à leur projet et constitué leur équipe, tandis que d’autres ont préféré les découvrir le soir du lancement.
Le compte à rebours est lancé, les douze équipes travaillent de manière effrénée pour convaincre les membres du jury, mais surtout, se surpasser et atteindre leurs objectifs personnels. Ils n’ont qu’un week-end, et, cette nuit, certains d’entre eux sont éclairés à la lueur de leur ordinateur, plus motivés que jamais. Mais qui sont ces hackathoniens ? Nous avons suivi leur parcours, découvert leurs multiples portraits et cerné les motivations qui les ont amenés à se réunir au cœur de Paris, au Liberté Living Lab.

Portraits des équipes

Born to be French : quand les archivistes rencontrent les développeurs.
Préjugé n° 1 : les archivistes travaillent sur des vieux papiers et n’entendent rien en informatique. Faux ! L’équipe Born to be French, constituée de deux archivistes et de deux développeurs, en est l’exemple parfait. Venus du Sud, du Nord et d’Île-de-France, ils se sont retrouvés au Liberté Living Lab pour relever un des défis du hackathon : faciliter l’accès aux décrets de naturalisation.
Adeline, archiviste aux archives municipales du Vésinet et spécialiste de l’histoire de l’immigration, est à l’origine du projet. C’est elle qui a impliqué deux amis développeurs Barthélemy et Alexander, l’un spécialiste en base de données, l’autre en intelligence artificielle. Quant à Typhaine, archiviste aux Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence, elle est la dernière à avoir rejoint le groupe. Intéressée par les décrets de naturalisation dans le cadre de son activité, elle souhaite travailler en réseau avec les Archives nationales afin d’explorer de nouvelles possibilités. Rappelons-le, les Archives d’outre-mer à Aix-en-Provence conservent les fonds relatifs à la présence coloniale française outre-mer.
« En 2018 on estime que deux personnes sur cinq sont issues d’une naturalisation » explique Adeline, en soulignant ainsi l’importance de valoriser ce fonds d’archives. « Rechercher un décret sur Internet est compliqué, car la SIV (Salle des Inventaires Virtuelle, sur le site web des Archives) ne distingue pas les décrets de naturalisation des autres documents ».
Tous les quatre se sont donc entendus sur ce défi. Ensemble, ils travaillent sur certaines problématiques telles que la numérisation des décrets de naturalisation, leur indexation, et la simplification des outils de recherche. L’outil prévu permettrait ainsi de rapatrier deux siècles de données et de centraliser les résultats grâce à un moteur de recherche. Une grande avancée en perspective qui devrait ravir les chercheurs !
Mais comment le travail d’équipe entre ces professionnels de deux mondes différents se passe-t-il ? Barth’ et Alex’ – comme les appelle Adeline – ont besoin de comprendre le métier d’archiviste et d’en apprécier les enjeux. Mais finalement, tout se passe bien. Ils se sont même mis au travail deux semaines auparavant. Leur projet est très apprécié par le jury qui leur accorde la troisième place du podium.

Les Montagnardes : RTFM ! Read The French Mountains !
L’équipe au parcours le plus singulier est sans nul doute celle des Montagnardes : équipe formée le vendredi soir par six membres ne se connaissant pas ou peu. Ce sont les mentors qui parviennent à convaincre ces hackathoniennes de travailler sur le jeu de données n° 4, celui concernant les photos de montagne. Le sujet les a tant captivées que, de toute la soirée, même les canapés et petits fours n’ont pas réussi à les détacher des mentors. Malgré cette constitution tardive, elles avaient toutes leurs chances de mettre au point leur projet pendant les deux jours à venir, et peut-être même de gagner ce hackathon.
Mais le samedi matin, une fois arrivées au Liberté Living Lab, elles découvrent que trois d’entre elles se sont désistées, pour des raisons multiples : il n’en reste plus que trois, elles s’appellent Alix, Agathe et Sarah, elles ont fait des études dans le marketing, les technologies numériques (master de l’École des chartes), mais aucune n’est développeuse. En fin d’après-midi, Sébastien qui connaît bien le Liberté Living Lab, interrompu dans sa quête de cadeaux de noël, vient voir s’il s’y passe quelque chose. Il est immédiatement attrapé par Rudy, codirigeant du Lab, qui lui propose de se greffer au hackathon et d’intégrer l’équipe, puisqu’il le sait développeur. Commence alors une longue soirée de travail durant laquelle les Montagnardes doivent rattraper leur retard et réaliser leur projet : cartographier le fonds photographique grâce aux métadonnées des images et proposer des interactions avec le public.
Le dimanche, elles présentent le projet le plus original de tous ceux réalisés : Pic Pop. Sur ce site, il est non seulement possible de retrouver, sur une carte, les endroits photographiés « avant », mais une version « après » est, elle aussi, proposée. Le public est ainsi mis à contribution, puisqu’il lui est possible de rajouter des photos contemporaines pour les comparer avec celles du fonds d’archives, et il peut également partager sur les réseaux sociaux une métaphore visuelle générée par la photo de son choix. Ce projet, axé principalement sur la valorisation, a reçu le coup de cœur « créativité » du jury.

equipe hackathon

L’équipe Wikibase archives au travail

Émile Z. : au bonheur des décrets
L’équipe Émile Z. n’a pas choisi son nom par hasard. Travaillant sur les décrets de naturalisation, les participants se sont inspirés d’un auteur incontournable de la littérature française : Émile Zola. Fils d’une française qui, mariée à un ingénieur italien, avait perdu sa nationalité, l’auteur du Bonheur des dames a été naturalisé français en 1862 ! Bref, Zola c’était un symbole assez fort pour représenter leur idée.
Composée de six personnes, l’équipe Émile Z. est très hétéroclite : développeurs, graphistes, porteurs d’idées et étudiants de la « Licence 3 webdesign » de l’université Paris 8. Aucun archiviste parmi eux : si nécessaire, ils demandent conseils aux nombreux mentors des Archives nationales.
Les membres se sont rencontrés le vendredi soir dans le cadre de la soirée de lancement du hackathon aux Archives Nationales, sur leur site parisien. Tous intéressés par la naturalisation, ils ont décidé de se réunir en équipe. Leur idée ? Réaliser une application qui permettrait un accès simplifié aux décrets de naturalisation, archives faisant partie des plus consultées par les lecteurs.
Corinne, diplômée de l’École 42 et déjà familière des décrets de naturalisation dans le cadre de ses recherches personnelles, nous raconte l’intérêt porté pour ce type de documents. Sa passion pour la thématique est évidente, tout comme sa sensibilité face aux histoires personnelles cachées derrière les documents. Elle nous dévoile aussi son outil de travail : une série de jeux de données fournis par les organisateurs du hackathon.
Le week-end est long pour Émile Z, certains d’entre eux restent la nuit pour continuer d’avancer sur leur projet. Le lendemain, lors des délibérations du jury, leur interface permettant la transcription des images en application, n’est pas retenue. Les étudiants du groupe ne se découragent pas. Pour eux, ce hackathon est une nouvelle expérience et l’opportunité d’anticiper leurs futurs projets professionnels.

Week-end en famille
Les familles traditionnelles se retrouvent le dimanche pour déjeuner. Pour la famille Maucorps, la réunion familiale est plutôt inhabituelle. Les retrouvailles se font au Liberté Living Lab, autour d’ordinateurs et de carnets de notes. Antoine, sous-directeur des systèmes d’information du ministère de la Culture, a entendu parler de l’événement. « Pourquoi ne pas le faire en famille ? » s’est-il demandé en plaisantant. Il en a alors discuté avec sa femme, Sophie, son fils, Yvan, ainsi qu’avec son neveu, Jean-Loup, tous développeurs. Les quatre ont été conquis par l’idée, si bien qu’ils ont décidé de relever le défi. Il n’y a qu’un seul problème : aucun d’entre eux ne s’y connaît en archives ! Pourtant, cela ne les empêche pas de jouer le jeu et de travailler sur la simplification de recherches des dossiers de naturalisation, à l’aide des mentors métier.
Le projet se fonde sur un jeu connu de tous : « Qui est-ce ? » Leur application est fondée sur un principe de critères à sélectionner pour faire une recherche. L’algorithme fait quant à lui le travail d’élimination des documents incompatibles.
La Famille se heurte à des lacunes telles que les différents types de documents. Malgré ce manque, les Maucorps possèdent un grand avantage : ils se connaissent par cœur et sont capables de pallier les problèmes de communication ordinaires à toutes familles. Un week-end studieux en perspective pour ces développeurs !

Archi Open
Pour la plupart des participants au premier hackathon des Archives nationales, les 27 heures passées en Liberté Living Lab ont été l’occasion de travailler entre amis, voire en famille, ou encore de collaborer avec de parfaits inconnus sur un projet commun. Mais c’est entre collègues que les membres de l’équipe Archi Open ont décidé de passer ce week-end.

Venus de la Sarthe, les huit salariés portent haut et fort les couleurs de leur société, PMB Services, qui édite et développe un logiciel libre de gestion documentaire. S’ils reconnaissent avoir eu peu de contact avec les archives, les problématiques et enjeux liés à leur accès ne leur sont donc pas inconnus. Les Sarthois n’en sont pas d’ailleurs pas à leur premier hackathon dans ce domaine : plusieurs d’entre eux ont ainsi pris part à celui organisé par la Bibliothèque nationale de France, deux semaines plus tôt.

On pourrait penser que travailler pendant ses jours de repos, avec les mêmes collègues qu’en semaine, ne va pas de soi. Pourtant, à écouter les huit hackathoniens, il apparaît que c’est un choix plutôt avantageux. Tous ont des profils variés : des développeurs, des web managers, une formatrice… Mais tous ont déjà aussi l’habitude de travailler et collaborer ensemble. Chacun a conscience des connaissances et compétences des autres, et les tâches à accomplir sont rapidement réparties. Il en ressort une équipe rodée et unie autour d’un même objectif : rendre accessibles tous les discours politiques conservés aux Archives nationales.

C’est donc le défi n° 3 – Le politique parle au citoyen – qu’a relevé Archi Open. L’application qu’ils ont proposée au jury doit permettre de replacer ces discours politiques dans leur contexte, notamment par l’identification des lieux et des personnes, et de relier ces discours avec les reportages photographiques réalisés au même moment. Pour ce faire, l’équipe a utilisé les jeux de données des défis n° 7 et n° 8 : les référentiels des Archives nationales et les registres des entrées annuelles. Importer et aligner entre elles toutes ces bases de données a demandé beaucoup de temps, mais il était nécessaire d’améliorer leur interopérabilité pour pouvoir les utiliser ensemble. Mais outre les ressources propres aux Archives nationales, l’équipe souhaite également recouper les informations des discours avec des données extérieures, comme le site data.BnF ou le projet wikidata. Enfin, l’utilisateur aura lui aussi la possibilité d’enrichir les bases de données des Archives nationales, grâce à l’indexation collaborative.

Après de nombreuses heures de travail et une très courte nuit, les huit hackathoniens sont plutôt contents de leurs résultats. Restés à l’écoute des mentors, ils ont su convaincre le jury avec leur projet innovant de mise en contexte des discours politiques. C’est donc tout naturellement qu’ils figurent parmi les finalistes, aux côtés des équipes Born To Be French et Une Minute Ago. Et pour se remettre de ce week-end riche en émotions, tous ont décidé de prendre leur lundi !

CaptchA-N
Dimanche après-midi, le premier groupe à présenter son projet était CaptchA-N. Quelques instants avant ce grand moment, nous avons pu rencontrer l’équipe : hétéroclite, elle était constituée d’une archiviste et de quatre développeurs, rassemblés vendredi soir. Grâce à leurs connaissances des archives et de l’informatique et à leur pratique des hackathons (certains avaient participé au barcamp de 2017), les membres sont restés assez autonomes, travaillant quasiment sans interruption, sans trop solliciter l’aide des mentors.
Une présentation maîtrisée et un projet abouti étaient le résultat de cette efficacité à toute épreuve : le but de CaptchA-N, mettre au point une indexation collaborative de la base Léonore (dossiers des nommés ou promus dans l’ordre de la Légion d’honneur depuis sa création en 1802) grâce à un système de captcha. Le captcha est un procédé de reconnaissance d’images mis au point par Google pour, d’une part, différencier l’homme du robot lors de l’identification sur des sites administratifs, et pour, d’autre part, ajouter des informations à des services comme Google maps (identification de passages piétons par exemple). En réutilisant ce système, il devient possible de proposer une alternative à Google, mais aussi d’améliorer l’exploitation et la lisibilité de la base Léonore en l’utilisant en complément de l’indexation collaborative ! Celle-ci permet l’indexation des archives et facilite ainsi la recherche, mais un obstacle subsiste, la validation. En effet, même en mettant à contribution les utilisateurs et internautes, il faut qu’un regard humain vérifie la véracité des réponses données. Et c’est là que le système du captcha fait ses preuves : ce n’est qu’après avoir obtenu un nombre suffisant de réponses identiques que l’indexation d’un mot est enregistrée, c’est la validation collaborative.
Si ce projet n’a pas remporté le prix du hackathon, il a tout de même obtenu le titre de coup de cœur innovation ! Et si vous souhaitez avoir plus de détails sur CaptchA-N, Karl Pineau, un des membres de l’équipe, a écrit un article expliquant les objectifs et la mise en œuvre de leur projet.

HACK’AN : les légionnaires à l’honneur
Julien, Pierre, Aissa, Idriss et Antony, formant le groupe Hack’AN sont déjà familiers des archives. En effet, tous ont travaillé pour la mise en place du grand projet d’archivage électronique ADAMANT, lancé le 29 novembre 2018, quelques jours seulement avant le hackathon. Ils connaissent donc le contexte des archives, leur offrant sans aucun doute un réel avantage.
Antony est archiviste – il a longtemps travaillé pour les archives publiques – et Pierre est développeur au ministère de la Culture. Quant aux autres, ils sont développeurs et porteurs d’idées. Se connaissant déjà tous, ces professionnels ont décidé de travailler ensemble dans un objectif commun : permettre la diffusion d’un patrimoine unique, comme l’incarnent les dossiers de la Légion d’honneur. Par ailleurs, le sujet ne leur est pas inconnu, au moins pour un d’entre eux : Antony, qui a déjà eu l’occasion de travailler sur ce fonds.
Si le samedi soir l’équipe est rentrée se reposer, elle n’en est pas moins d’attaque dès le dimanche matin à 8 h 30. Leur projet est rendu avec une satisfaction flagrante. Ils ont rempli les objectifs qu’ils s’étaient donnés : enrichir et redresser les données de la base Léonore, rendre l’interface novatrice et intuitive pour intéresser le public, qui n’est pas nécessairement familier des archives, et permettre l’interopérabilité et le partage des données.
Ce n’est pas la première fois que le développeur, Pierre, participe à un hackathon. Il avait en effet proposé un projet consacré à France Connect lors de l’événement réalisé à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville en 2015. Peut-être le retrouverons-nous lors d’un prochain hackathon ?

Une Minute Ago
Alors que le jury était encore en pleines délibérations, nous avons eu la chance de nous entretenir avec l’équipe qui allait bientôt monter sur le podium : Une Minute Ago. Après un week-end riche en émotions et en travail, et à quelques minutes du verdict final, les cinq hackathoniens commençaient tout juste à se détendre et semblaient tout à fait enclins à répondre à nos questions.
Face à nous, deux anciens étudiants du master de l’École des chartes accompagnaient un développeur Web et deux généticiens. Une équipe pour le moins hétéroclite, formée 48 heures auparavant lors de la soirée de lancement du hackathon, mais qui pourtant nous apparaît déjà soudée et complice. Avec des profils aussi variés que complémentaires, les membres de Une Minute Ago ont su trouver un bon équilibre entre connaissances des archives et compétences techniques. Mais au-delà des différences de parcours ou de spécialités, un point commun réunissait les membres de l’équipe : il s’agissait de leur toute première participation à un hackathon.
Seule équipe à avoir relevé le défi n° 2 « Actes du citoyen, citoyen en actes », Une Minute Ago a su séduire le jury grâce à son approche innovante et renouvelée des archives notariales. Travaillant à partir des inventaires analytiques de six études mis à disposition par les Archives nationales, l’équipe a ainsi proposé un nouveau mode de visualisation de ces données. Les chercheurs, lecteurs et archivistes peuvent désormais modéliser les réseaux notariaux, les cartographier grâce à un outil dédié, consulter la typologie de la clientèle pour chaque étude… L’accès aux archives numérisées des notaires à travers la SIV (salle des inventaires virtuelle) est également facilité, tout comme les demandes de reproduction. Le projet de Une Minute Ago ne s’arrête cependant pas là : l’équipe prévoit aussi que tout un chacun puisse enrichir les bases de données des Archives nationales grâce à l’indexation collaborative des actes notariaux. Enfin, toutes ces informations, disponibles dans la SIV, pourraient être mises en relation avec des ressources extérieures.
Développé en 27 heures, ce projet a donc pour objectif de simplifier l’accès aux archives notariales et aux informations qu’elles renferment. Ces données sont précieuses car elles offrent un aperçu sans pareil de la vie d’hommes et de femmes aujourd’hui oubliés. Qui étaient-ils ? Où habitaient-ils ? Quels métiers exerçaient-ils ? Qui étaient leurs amis, leurs familles ?… Autant de détails qui, s’ils n’avaient pas été consignés par les notaires dans leurs minutes, auraient été définitivement perdus et que Une Minute Ago rend désormais accessibles au plus grand nombre.
Avec ce projet, l’équipe a donc parfaitement répondu aux attentes des Archives nationales. Et alors que les cinq hackathoniens gravissent les quelques marches du podium sous les applaudissements, la fatigue sur leurs visages est rapidement dissipée par la joie et les sourires. L’aventure se termine donc en beauté les membres de Une Minute Ago, mais une dernière question reste encore en suspens : que vont-ils faire des six mois de résidence au Liberté Living Lab qu’ils viennent de remporter ? « On n’y a même pas pensé, on n’a encore rien décidé », nous confient-ils, amusés.

Équipe lauréate Une minute ago

Luc Samson, Alice Duchesnes, Simone Zimbard et Noémie Janin, étudiants du Master Archives de l’université Paris 8.

Dans le cadre d’un atelier de l’Idéfi CréAtic, les étudiants ont observé et participé activement à l’événement.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.