Nomades ? La numérisation de plaques de verre provenant du fonds photographique du Ministère de l’Intérieur

par Nicolas Dion, avec la collaboration d’Emilie Charrier, Stéphane Garion, Thi-Phuong Nguyen, et Bertrand Sainte-Marthe

Dans le cadre d’un partenariat avec le Musée de l’Immigration, le pôle image des Archives nationales a numérisé un échantillon de 110 plaques de verre 9x12cm tirées de la série F/71. Il s’agit de vues anthropométriques face-profil, réalisées par le Service central photographique et d’identité du Ministère de l’Intérieur, dans le cours de l’année 1908.

L’identité des personnes représentées a longuement intrigué Emilie Charrier et Sylvie Le Goëdec, en charge du classement de ce fonds de 2008 à 2011. Les visages et attitudes comme saisis dans l’empressement expriment bien souvent la méfiance, l’inquiétude, voire la peur ou l’hostilité face à l’appareillage, la brièveté d’exécution, la violence symbolique de l’opération. A de rares occasions un sourire forcé, ou une certaine connivence s’installent entre le modèle et l’opérateur.

L’hypothèse d’une surveillance systématisée de groupes nomades a rapidement été envisagée, mais aucune source ne permettait encore de l’étayer. En 2011, l’exposition « Fichés? 2» présenta quelques clichés faisant mention de « nomades ». C’est alors que des historiens spécialistes de l’identification ont confirmé cette supposition, tout en envisageant une prise de vue extérieure, c’est-à-dire nécessitant un déplacement inhabituel du service photographique vers les populations.

Enfin le doute n’était plus permis, lorsqu’en octobre 2017 l’historien Ilsen About a reconnu les patronymes des familles de nomades, qui avaient été relevés lors de la description du fonds.

M. B. Horn dite Lisa, le 10 septembre 1908

Une opération de numérisation

Un protocole de prise de vues a été élaboré afin de reproduire les vues négatives selon les normes de conservation en vigueur. Une restitution des vues positives a également été livrée au Musée de l’Immigration, qui les a réutilisés dans le cadre d’une exposition, « Mondes tsiganes – La fabrique des images » (à voir du 13 mars au 26 août 2018).

La reproduction numérique a été effectuée en « lumière transmise », à l’aide d’une table lumineuse. Les clichés sur plaques de verre sont posés sur le côté support en verre, afin de ne pas mettre en contact l’émulsion photographique et la table. Celle-ci est composée de LED dégageant une faible chaleur, ce qui permet d’éviter tout choc thermique qui serait dommageable au document.

poste de prise de vue avec table lumineuse

Le temps de pose a dû être adapté en fonction de l’exposition native, mais aussi de la qualité du développement chimique et de son maintien dans le temps. De ce fait on a privilégié la restitution optimale des informations visibles sur la matrice. Grâce à des alertes visuelles permettant de mettre en évidence les zones de blanc et de noir purs, les grains d’argent métallique ont été discriminés au sein du plus large spectre de valeurs possible, au détriment de la transparence du support en verre, dont certains bords ont pu être rognés par la lumière blanche (ce qui représente une perte de données négligeable). Ainsi, à plus d’un siècle de distance, on a pu reproduire les mêmes écarts d’exposition commis par le ou les opérateurs, faisant varier les temps de capture entre 1/8 seconde et 1,6 seconde.

On a alors constaté que l’image révélée en positif était parfois pâle, voire à la limite de la sous-exposition. Si l’exposition semble être incriminée, cet affaiblissement des valeurs peut être très souvent relié à la présence d’un miroir d’argent3, cette fameuse métallisation formant une couche réfléchissante à la surface de l’émulsion.

A l’inverse, certaines séances de pose présentent un contraste bien proportionné entre les basses et les hautes lumières.

Bien qu’il soit question de clichés dits noir et blanc, le parti pris est de les photographier en mode couleur, afin de restituer l’ensemble des nuances chromatiques, qu’il s’agisse des tons plus ou moins chauds dus à la qualité des matériaux et aux développements chimiques de l’époque ; mais également des dégradations physico-chimiques intervenues dans le temps. Il est par ailleurs à noter que la balance des blancs tient compte de la température de lumière de la table lumineuse, calibrée à 5000° Kelvin.

A noter également que des micro-franges pourpres (correspondance en couleurs bleu-vert-cyan sur la vue positive), artéfacts numériques apparus lors du processus de captation numérique, ont pu être fortement atténuées lors du « développement numérique » cette fois-ci.

vue négative, changement de symétrie horizontale, et changement de polarité / C. Ziegler, le 01 novembre 1908

Le traitement informatique des images comprend un changement de symétrie sur l’axe horizontal afin de respecter le sens de lecture de la vue négative, suivi d’un changement de polarité négatif/positif, et de l’ajout de métadonnées. On a renseigné dans le champ « titre » le numéro d’inventaire du Laboratoire photographique du Ministère de l’Intérieur (« PIES » pour PhotographIES + le numéro d’inventaire XXX) ; dans le champ « description » le nom et le cas échéant le prénom de la personne photographiée, la date de prise de vue, et la polarité (négatif ou positif).

Les vues négatives sont enregistrées au format TIFF, et les vues positives au format JPEG, solution idoine pour la diffusion. Ces dernières sont à considérer comme des épreuves numériques obtenues à partir d’une matrice, en l’occurrence le fichier du négatif. Ainsi, en vue de tirages sur papier, une amélioration des contrastes pourra être appliquée aux images afin de pallier à leurs inégales expositions, et donc trouver un juste équilibre entre les basses et hautes lumières.

Dans l’atelier du restaurateur

Cette série homogène a subi les différentes dégradations physico-chimiques typiques des clichés sur plaques de verre, à savoir le miroir d’argent susmentionné, le jaunissement, les taches brunes et les trous d’épingle correspondant à des disparitions de grains d’argent4.

Stéphane Garion, restaurateur aux Archives Nationales

Quelques items ont nécessité une opération de restauration particulière. Afin de remédier aux décollements de l’émulsion qui nuisaient à la lecture et donc à la reproduction des documents, le restaurateur, après avoir nettoyé le support en verre avec une solution à l’éthanol, a appliqué une couche de gélatine sous les parties détachées, ce qui a permis de rétablir la planéité des documents.

Certaines plaques présentent un curieux mécanisme d’amphitypie (visualisation de l’image positive ou négative en fonction de l’angle d’incidence de la lumière). Ce que nous voyons se produire ici n’est ni plus ni moins que le processus de miroir d’argent en cours de développement (à la pleine expansion du phénomène, le miroir est étendu à l’ensemble de la plaque, et le succédané d’image positive tend à disparaître).

Afin de ralentir cette altération favorisée par les polluants atmosphériques, les plaques sont conservées individuellement dans des pochettes à quatre rabats en papier permanent, elles-mêmes rangées dans des boites de conservation au sein d’un magasin contrôlé à 18°C et 40% d’humidité relative.

réapparition de l’image positive sur la plaque de verre négative, et jaunissement

Enfin, une dégradation plus surprenante a attiré notre attention, pour n’avoir encore jamais été répertoriée dans les ouvrages spécialisés : de petites mouchetures, appelons-les ainsi, bien distinctes sur la vue positive. A y regarder de plus près, on constate que ces petits points blancs sporadiques sont présents systématiquement sur les vêtements, les cheveux et le cas échéant les barbes des différents protagonistes. De plus on les retrouve exclusivement à la date du 30 décembre 1908. C’est l’hiver, deux femmes portent des pelures présentant les mêmes stigmates. Il a neigé5.

T. Kwiek, le 30 décembre 1908

Notes

1Voir Fonds photographique du Service central photographique et d’identité du Ministère de l’Intérieur – Répertoire numérique détaillé des cotes F/7/16312 à F/17006, par Emilie Charrier et Sylvie Le Goëdec, Archives nationales, 2011

http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/series/pdf/f7-fonds-photo.pdf

2 L’exposition « Fichés ? Photographie et identification du Second Empire aux années 60 », a eu lieu aux Archives nationales, hôtel de Soubise, du 27 septembre au 26 décembre 2011

3 phénomène dû à l’oxydation du grain d’argent, qui migre sous forme ionisée vers la surface de l’émulsion, avant de se réduire à nouveau en argent métallique au contact de l’air.

4 voir Thi-Phuong Nguyen, Microtaches sur microfilms, in Actualités de la conservation, n° 15, mai-décembre 2001

http://www.bnf.fr/documents/actualites_15.pdf

5 Ce fait permettrait d’étayer l’hypothèse de « brigades mobiles » venues cueillir les nomades au pied de leurs domiciles, fussent-ils des roulottes.


3 réflexions au sujet de « Nomades ? La numérisation de plaques de verre provenant du fonds photographique du Ministère de l’Intérieur »

  1. Merci pour cet article très intéressant. On peut confirmer la présence de neige avec des articles de presse parus en France le 30 décembre 1908. Par exemple dans Le Temps – 30 décembre 1908 :

    Baisse des températures – La France sous la neige – La température s’est brusquement abaissée hier soir. Le thermomètre à marqué à Paris 7 degrés au dessous de 0. Ce matin, dans certains quartiers exposés à la brise glaciale il est descendu jusqu’à 9 degrés. (…) La neige a fait hier soir son apparition autour de Paris, elle est tombée à Versailles et à Rambouillet. Mais les dépêches de nos correspondants nous signalent qu’elle est tombée en abondance dans les diverses régions de France. Elle a recouvert toutes les hauteurs environnant Toulon: ce fait assez rare provoque la curiosité des habitants. Il règne d’ailleurs dans la région un temps épouvantable. De Marseille on nous télégraphie que la neige est tombée sur la Crête de toutes les collines, ainsi qu’à Aix, à Arles, à Salon. Le mistral souffle avec violence dans les Bouches du Rhône (…). A Tours, à Angers, le neige tombe à gros flocons et le froid est très vif. A Privas, la neige est tombée en grande quantité. Sur les hauts plateaux des Cevennes, la couche dépasse 25 centimètres. Une violente tempête s’est abattu sur Grenoble. Le sismographe de la faculté des sciences à enregistré un secousse sismique à 4 H 33 du matin. A Hazebrouck, la gelée a succédé à la neige. Le froid est extrêmement vif. Au Havre la neige tombe abondamment aujourd’hui; le sol est recouvert d’une couche de 20 cm.

    La neige à Paris – Un peu avant midi, quelques flocons de neige tombèrent lentement sur Paris. Bientôt, les flocons devinrent plus serrés et vers une heure nos rues et nos avenues étaient revêtues du tapis blanc qui donne un aspect pittoresque aux cités. Les branches des barres sont comme garnies de fourrure blanche et les fenêtres des maisons fleuries et enguirlandées. Mais les yeux seuls trouvaient plaisir à cette transformation. L’activité des parisiens en était fort gênée. Sauf en automobile, la circulation était devenue, en voiture, à peu près impossible, les chevaux ne parvenant pas à tenir en équilibre sur cette neige qui aussitôt sur le sol devenait verglas. Certaines voie, comme la rue Richelieu étaient jonchées de chevaux couchés sur le flanc et que leurs cochers désespérés essayaient vainement de remettre debout. Le temps gris de ces derniers jours laissait prévoir cette averse de neige et l’on est en droit de s’étonner que les entrepreneurs de transports n’aient pas pris cette simple précaution de faire ferrer les chevaux « à glace ». La plupart des cochers de fiacre ramènent mélancoliquement leur voiture à la remise en conduisant le cheval par la bride. Dans les quartiers de la périphérie et dans quelques squares et jardins du centre, les enfants réjouis du spectacle luttent à coups de boules de neige. Et Paris, cet enfer des chevaux, devient le paradis des enfants. Le Temps – 30 décembre 1908

  2. C’est une bonne initiative de les restituer en photos normales.
    Aussi je pense que c’est une surprise et que les descendants aimeraient avoir accès à ces photos qui représentent beaucoup pour eux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *