Encres, adhésifs et solvents : la restauration complexe des inventaires des costumes de l’Opera-Comique

Giulia Oretti, Accademia di Belle Arti di Brera (Italie), stagiaire Erasmus

Dans le cadre d’un stage au sein de l’atelier de restauration des Archives nationales, un projet de traitement des inventaires des costumes de l’Opéra-Comique a été lancé en 2017, suite à la réception en 2016 du versement 20150325.

Les treize inventaires sont constitués de feuilles de papier de mauvaise qualité, contrecollées avec divers adhésifs sur les rectos et les versos de différents supports de réemploi, tel que papier kraft, carton, carton ondulé, planches de bois ou de contre-plaqué.
Ils ont été rédigés entre 1901 et 1970 avec de nombreuses encres différentes (stylos, stylos à bille et marqueurs principalement) qui sont souvent superposées. Ils étaient accrochés dans les armoires du « Central costumes » de l’Opéra-Comique grâce à des lacets traversant les supports. Plusieurs inventaires plus anciens étaient visibles au verso du papier et au recto des supports.


Suite à leur utilisation intensive et à leur manipulation répétée pendant des années, les inventaires montraient toutes sortes d’altérations mécaniques: déchirures, cassures, pliures, lacunes, usure, froissements, épidermages et détachements de fragments. Certaines feuilles étaient décollées totalement ou partiellement de leur support et pouvaient également présenter des délaminations et des déformations. D’importants dépôts de poussière, particules solides et salissures étaient visibles sur la surface des documents. Des altérations chimiques telles que des taches, auréoles et empreintes digitales étaient également présentes. D’autres altérations chimiques ont été relevées comme le jaunissement et la friabilité du papier dus à sa mauvaise qualité et à son exposition aux facteurs de dégradation physico-chimiques (l’humidité, la température, la lumière et la pollution atmosphérique).

Sans intervention, une partie des informations serait restée cachée et inaccessible à cause de la superposition des supports, dont les matériaux, chimiquement instables, menaçaient en outre de nuire à long terme à l’intégrité des documents. Cette quête d’informations cachées a été le fil conducteur du projet de traitement qui visait à démonter les inventaires de leurs supports, les restaurer individuellement et les remonter en insérant une feuille de papier de conservation pour isoler les éléments et éviter des interactions chimiques indésirables. Chaque élément devait être monté sur onglets afin de permettre un accès total à toutes les inscriptions.
L’opération de démontage posait deux problèmes assez complexes: la solubilité des encres et les possibilités de décollage des adhésifs.
Nous avons tenté un démontage mécanique à l’aide de scalpels et de spatules sur la totalité des objets, avec des résultats satisfaisants surune partie seulement des inventaires. Pour le traitement des parties récalcitrantes il a donc été nécessaire de considérer l’utilisation de solvants.
A cet effet, un inventaire de tous les types d’encres détectables sur les documents a été réalisé en les identifiant graphiquement grâce à une cartographie réalisée sur tablette.

Chaque adhésif a été listé et nous avons établi sa solubilité aux solvants grâce à des spots tests sur la base du Triangle de Solubilité de Teas. La solubilité aux solvants sélectionnés (eau, éthanol, acétone et leur mélanges) des encres présentes sur les documents à détacher a été testée et nous avons constaté que la plupart des encres étaient solubles aux solvants actifs sur les adhésifs.
En conséquence, nous avons décidé d’essayer différentes techniques pour l’apport des solvants afin de les véhiculer de manière contrôlée et graduelle. Nous avons utilisé l’effet, souvent combiné, d’une chambre humide, de chambres à solvants, de buvards et de tampons humides ou imbibés de solvants et des gels rigides d’Agar–Agar. L’utilisation de scalpels, de spatules et la chaleur d’une spatule chauffante ont aidé leur détachement.
Pour préserver la totalité des informations des cartons, épidermés après le démontage à sec, nous avons fait gonfler les fragments de texte collés sur les résidus d’adhésif avec de la Klucel® G à 4% dans l’éthanol et de la Tylose® MH 300 P à 6% dans l’eau, selon leur réactivité, et les avons retirés mécaniquement du verso des inventaires à l’aide d’un scalpel. Les fragments ont ensuite été reposés sur les cartons avec de la Tylose® MH 300 P à 6%. Les résidus de papier et d’adhésif ont ensuite été retirés grâce à des tampons humides ou des gels d’éther de cellulose afin de révéler le texte réintégré.

L’utilisation d’outils anti-adhésifs en Teflon et de films en polyester siliconé a été essentielle pendant toutes les opérations sur les adhésifs.
Une fois détachés, les inventaires ont été réintégrés avec du papier japonais préencollé à la Tylose® MH 300 P et réactivé à l’eau afin de limiter l’apport d’humidité. Les lacunes des cartons ont été comblées grâce à la superposition de couches de papier japonais et de colle d’amidon.
Enfin, la question du remontage s’est posée: nous voulions garder la structure des inventaires et la mémoire de leur fonction, tout en préservant les liens d’accrochage et les supports originaux, mais aussi laisser toutes les informations accessibles et protéger le papier du contact des produits de dégradation qui migrent des supports. Nous avons opté pour une solution qui prévoit un système d’onglets de papier japonais collés latéralement sur le verso des inventaires et des supports avec de la colle d’amidon. En intercalaire entre chaque feuille et leur support nous avons ajouté un papier permanent, de la même dimension que les inventaires, fixé au support à l’aide d’onglets. Ne voulant pas reproduire sur les documents réintégrés les trous pour le passage des lacets originaux, nous avons décidé d’ajouter une plaque de mousse de polyéthylène (épaisseur 5 mm) Plastazote® conçue pour laisser libre la zone d’accrochage.

Le traitement a permis non seulement de stabiliser la structure matérielle des documents et d’en permettre une conservation pérenne, mais également de donner une nouvelle importance aux informations qu’ils contiennent grâce à la révélation d’annotations précédemment cachées.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *