Cabinet de curiosité Natnum : Héliodore

Les "grands dépôts" des Archives nationales Natnum vous ouvre à nouveau son cabinet de curiosités ! Dans cette série de billets, nous abordons régulièrement des trouvailles piquantes rencontrées au fil de l’indexation des décrets de naturalisations : prénoms rares, métiers oubliés, lieux curieux, … Intéressons-nous aujourd’hui au prénom « Héliodore ».

De la même manière qu’Isidore et Théodore évoquent étymologiquement des dons d’Isis ou de Dieu, Héliodore fait référence à un don du soleil (Hélios). Sans doute en lien avec cette connotation solaire et lumineuse, c’est aussi le nom d’une variété de béryl de couleur jaune. Ce nom n’était pas rare dans l’Antiquité ; une quinzaine d’Héliodore s’y illustrèrent à divers titres : auteurs, philosophes, dignitaires, explorateurs, martyrs, et même un sorcier de Sicile ! Dans la Bible, c’est surtout le nom d’un officier séleucide chargé de piller le Temple de Jérusalem, que l’intervention divine chasse du sanctuaire. Ce thème a notamment été illustré par Raphaël dans les loges du Vatican, ou par Delacroix.

Héliodore chassé du Temple, Raphaël, loges du Vatican, 1508 (Wikimédia Commons)

Héliodore chassé du Temple (détail : le visage d’Héliodore) par Raphaël, copié par Pierre et gravé par Demarteau (Bibliothèque nationale de France, sur Gallica)

Héliodore chassé du Temple, Delacroix, Paris (Saint-Sulpice), 1854-1861 (Wikimédia Commons)

Ce nom reste assez rare à l’époque contemporaine. Dans les outils indexés disponibles en salle des inventaires virtuelle des Archives nationales, on trouve une poignée d’Héliodore ; beaucoup portent ce nom en deuxième ou troisième position, et nous avons même un exemple de femme appelée ainsi (source : Julie Claire Héliodore Leclère, réintégrée dans la nationalité française après son mariage avec un étranger suite à la naturalisation de celui-ci : dossier 3355 X 89, sous la cote BB/11/2272). La plupart sont originaires de Belgique ou du nord de la France : de la période révolutionnaire jusqu’aux suite de la Première Guerre mondiale, c’est là que se trouvent la majorité de nos occurrences, réparties entre les fonds du bureau du sceau (surtout dossiers de naturalisation : BB/11), du ministère de l’Intérieur (F/7) (il s’agit d’une demande de résidence à l’époque révolutionnaire et d’un dossier d’émigré) mais aussi de l’Instruction publique (F/17), avec le dossier de demande d’une mission d’exploration en Colombie par un notaire du Nord en 1887-1889 (Théodore Candelier : F/17/2944). Les Héliodore se trouvent aussi (sans doute après que leurs noms ont été francisés) dans les cercles hispaniques des années 20 et 301.

Outre un pasteur dans le Tarn en 1899 (cote aux Archives nationales : F/19/10386), mentionnons enfin deux personnalités de ce nom représentées aux Archives nationales à l’époque contemporaine : Joseph Héliodore Garcin de Tassy et Héliodore-Joseph Pisan (tous les deux partagent d’ailleurs, outre leur autre prénom, le fait d’être né à Marseille). Joseph Héliodore Garcin de Tassy2 (1794-1878) fut un orientaliste de premier plan et devint membre de la Société asiatique et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Il est notamment connu pour ses travaux sur les langues arabe, turque, persane et hindoustanie. Les Archives nationales conservent plusieurs documents le concernant, notamment dans le fonds de l’École spéciale des langues orientales3, mais aussi, de manière plus anecdotique, le dossier par lequel il demanda à rajouter officiellement le nom de sa mère (« de Tassy ») à son patronyme4.

Quant à Héliodore-Joseph Pisan (1822-1890), il fut peintre, aquarelliste et lithographe, mais surtout un graveur renommé, ami et collaborateur de Gustave Doré dont il grava de nombreuses œuvres pour en permettre l’utilisation comme illustration. Les Archives nationales conservent un dossier à son nom dans le fonds de la chalcographie du Louvre (cote aux Archives nationales : 20144778/37).

Une illustration du conte du chat botté par Gustave Doré gravée par Héliodore Pisan, 1862 (Bibliothèque nationale de France, sur Gallica)

Merci à tous ceux d’entre vous qui ont participé à notre dernier sondage pour déterminer le sujet d’un prochain billet : après Portage-des-Sioux (États-Unis), c’est à La Chapelle-Moche que nous nous intéresserons bientôt. Notre prochain billet s’attachera quant à lui au métier oublié de formeur de bas…

  1. On trouve ainsi un Vénézuélien naturalisé en 1922, un Espagnol en 1926, mais aussi deux entrées du fichier central de sécurité nationale à des noms hispaniques en 1922 et 1936 (voir notre précédent billet pour cet outil). []
  2. Ayant reçu pour troisième et quatrième prénoms Sagesse et Vertu… []
  3. Cote : 20100053/7. []
  4. Dossie 9072 X 6, sous la cote BB/11/678. Cette demande survint assez tard dans sa vie, alors qu’il s’était fait connaître comme « Garcin de Tassy » pendant toute sa carrière. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Le labo des archives (3 août 2020). Cabinet de curiosité Natnum : Héliodore. Archives nationales, carnet de recherche. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vylh


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.