Cabinet de curiosité : Onuphre

Les "grands dépôts" des Archives nationales

Natnum vous ouvre à nouveau son cabinet de curiosités !

Dans cette série de billets, nous abordons régulièrement des trouvailles piquantes rencontrées au fil de lindexation des décrets de naturalisations : prénoms rares, métiers oubliés, lieux curieux, … Intéressons-nous aujourdhui au prénom « Onuphre ».

C’est en effet ce prénom qui a été choisi suite à notre premier sondage Twitter. Les instruments de recherche des Archives nationales en relèvent une petite vingtaine d’occurrences à l’époque contemporaine parmi les inventaires numérisés.

Si les Onuphre sont au XIXe siècle excessivement rares en France, ils se trouvent plus facilement en Italie (« Onofrio ») ou en Pologne (« Onufry »), jusqu’au milieu des années 1920 au moins, et apparaissent sous forme francisée dans les décrets de naturalisation. Parmi les autres fonds, notons la police politique, avec en 1822 un Polonais suspecté de carbonarisme, en F/7/6758 et l’enregistrement des succession aux titres de noblesse en 1857, pour une famille polonaise, en BB/29/1055.

Saint Onuphre en prière, XVIe siècle, musée du Louvre (sur la base POP)

C’est sans doute ce lien avec l’ascétisme qui explique qu’Onuphre fut donné comme nom à l’une des figures de l’hypocrisie religieuse chez La Bruyère1.

Par ailleurs, l’histoire de prénom a la particularité de remonter bien au-delà du saint patron qui lui est associé, jusqu’à l’antiquité pharaonique. Le nom de l’ermite Onuphre n’était pas rare dans l’Égypte tardive ; il est connu en copte, et même dans des états plus anciens de la langue égyptienne : il s’agit en fait d’Ounen-néfer « celui qui est  continuellement parfait » Ounennéfer en hiéroglyphes (Voir les graphies et attestations recensées à Karnak : Wnn-nfr), une épithète du dieu Osiris ((Alan H. Gardiner, « The Egyptian Origin of Some English Personal Names », Journal of the American Oriental Society 56 (2), 1936, p. 189-197, p. 190.).

Osiris « qui préside aux Occidentaux, continuellement parfait, maître de la terre sacrée, le grand dieu, souverain de tous les vivants, qui réside à Abydos, innombrable d’apparitions au ciel et sur terre » devant les fils d’Horus (Nouvel Empire, tombe thébaine 181 ; reproduction de 1915, Metropolitan Museum of Arts 30.4.157)

N’hésitez pas à partager avec nous vos trouvailles et à signaler dans les commentaires les prénoms étonnants que vous avez vous-mêmes pu rencontrer dans les documents d’archives ; nous pourrons les aborder prochainement.

Merci à tous ceux d’entre vous qui ont participé à notre sondage il y a deux semaines pour déterminer le sujet d’un prochain billet : après la Côte-aux-Fées (Suisse), c’est à Portage-des-Sioux (États-Unis) que nous nous intéresserons bientôt. Notre prochain billet s’attachera quant à lui au métier oublié de marchand de sable

  1. Les Caractères, ou mœurs de ce siècle, 6e éd., Paris, 1691 : p. 503. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Le labo des archives (15 juin 2020). Cabinet de curiosité : Onuphre. Archives nationales, carnet de recherche. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vyld


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.