Marcel Mangel, fils de Charles et Anne Mangel, dit : « Le mime Marceau »

Par Sonia Braham, département de la Justice et de l’Intérieur

Le 2 août 1937, Charles Mangel et son épouse Anne-Chancia Mangel écrivent au préfet du Bas-Rhin. Ces lettres manuscrites font partie des pièces qui composent leur dossier de demande de naturalisation. Ils y détaillent leurs parcours depuis leur naissance, en Pologne, jusqu’à leur établissement à Strasbourg, en 1935. Charles a fui les pogroms, a été interné en Allemagne jusqu’en 1918 et décide ensuite de traverser la frontière pour s’installer en Alsace. Charles y tient une boucherie casher. Il aurait pourtant aimé devenir chanteur d’opéra. Son épouse, Anne, arrivée toute petite à Strasbourg est passionnée de littérature. Charles et Anne ont deux fils : Simon, né le 8 avril 1921 à Strasbourg, et Marcel, né le 22 mars 1923. Des années plus tard, Marcel Mangel deviendra le célèbre Mime Marceau.


Simon et Marcel nés en France sont français par droit du sol : leurs parents les déclareront en 1936. Pour Charles et Anne, l’affaire est moins simple : le contexte de crise et de chômage qui caractérise les années 1930 ne favorise pas l’acquisition de la nationalité française. Les préfectures sont plus « tatillonnes » que dans les années 20 : « les renseignements recueillis sur les postulants leurs sont favorables tant au point de vue moral que national. Ils sont assimilés aux us et coutumes de notre population et parlent assez bien notre langue » peut-on lire sur le rapport d’enquête de la préfecture du Bas-Rhin daté du 25 janvier 1938. « Toutefois », conclut ce même rapport, « M. Mangel m’a été signalé comme mauvais contribuable (les impôts de l’exercice 1936 n’ont en effet été acquittés que sur ma demande). Sa naturalisation ne présente par ailleurs pour le moment aucun intérêt particulier. Dans ces conditions et bien que les intéressés résident en Alsace depuis de longues années, j’émets un avis d’ajournement à leur demande jusqu’à ce que leurs deux fils Simon et Marcel soient en âge d’être appelés sous nos drapeaux. ». L’avis d’ajournement est notifié le 12 avril 1939.
Au début de la Seconde Guerre mondiale la famille Mangel est évacuée comme le reste de la population strasbourgeoise. Les Mangel s’installent en Dordogne. Marcel est bon élève. Il intègre, en parallèle de ses études secondaires, l’école des arts décoratifs de Limoges dont le proviseur, Joseph Storck, un juste parmi les nations, protège les élèves juifs. Sous l’influence de son cousin germain, Georges Loinger, grand résistant, et de son frère Simon, résistant également, Marcel rejoint la Résistance en 1942 au sein du secteur FTP Dordogne nord (https://fr.wikipedia.org/wiki/Marcel_Marceau).
Marcel participera notamment à la fuite d’une trentaine d’enfants juifs vers la Suisse : « Pour que les enfants restent silencieux, pendant le passage de la frontière, extrêmement, délicat, Marcel montre une autre facette de son talent. Le jeune résistant n’est pas seulement un habile dessinateur, capable de fabriquer des faux papiers avec dextérité, il est aussi un charmeur d’enfants. Pour les envoûter et les garder calmes, il expérimente ses premiers gestes de pantomime, ceux qui le rendront célèbre dans le monde entier plus tard. » (Doan Bui, Isabelle Monnin, Ils sont devenus français, J.C. Lattès, 2010). Sans doute convoque-t-il alors ses souvenirs d’enfance auprès de sa tante Fanny, soeur de son père, qui lui fit découvrir l’univers du cinéma et les films de Charlie Chaplin : l’influence du personnage de Charlot sur le jeune Marcel sera déterminante et ne le quittera jamais.
C’est à cette époque, qu’inspiré par un vers de Victor Hugo issu du recueil « Les Châtiments » il prendra le pseudonyme de « Marceau » : « Je me souvenais d’une phrase de Victor Hugo parlant des généraux des campagnes napoléoniennes d’Italie : “Hoche sur l’Adige, Marceau sur le Rhin.” Comme j’étais né dans le Bas-Rhin, j’ai décidé de m’appeler Marcel Marceau. » (Le Mime Marcel Marceau, entretien et regards avec Valérie Bochenek, Editions Somogy, 1997). Il conservera ce nom d’emprunt, « en souvenir de la Résistance, qui est toujours en moi lorsque j’évoque tous ceux qui ont disparu, tous ceux qui ont été torturés et fusillés, pour que notre monde reste libre et juste. » (op. cit.).
Le 19 juillet 1944, son père, Charles, est arrêté dans la boucherie où il est employé. Il sera déporté dans le camp d’Auschwitz où il meurt à 49 ans. Le 14 mars 1945, Madame Anne Mangel écrit au Préfet de Dordogne. Elle ne sait pas encore qu’elle est veuve, elle espère le retour de son mari et espère aussi que cette fois-ci leur demande de naturalisation aboutira enfin. A la rubrique « Domicile / Rue » du nouveau formulaire de demande de naturalisation sont dactylographiés les mots suivants, glaçants, sous les noms et prénoms de Charles Mangel : « déporté en Allemagne ».
A partir de 1945, les dossiers de demandes de naturalisation contiennent les photographies d’identité des demandeurs. Celui-ci ne contiendra que celle d’Anne. Deux notices manuscrites, concernant Simon et Marcel, sont jointes au dossier de leur mère et y « résume[nt] de façon condensée et frappante cette histoire du siècle ». (op.cit). Cette fois ci, grâce aux faits d’armes de Simon, artisan de la libération de la Dordogne, « le préfet s’est emparé personnellement du dossier Mangel pour l’instruire. » (op.cit). Le rapport de l’indispensable enquête de la préfecture est, cette fois-ci, évidemment favorable. Mais la décision définitive tarde à intervenir : en effet, la déportation de Charles, l’absence de « certificat de déportation » rallongent les échéances administratives, le dossier est une fois de plus mis un temps en attente.



Le décret de naturalisation de Anne Mangel sera enfin publié le 22 mai 1949. Anne, veuve Mangel est devenue française, Charles sera mort polonais.
Après avoir fréquenté l’école des arts décoratifs de Limoges, Marcel, qui se fait désormais appeler Marcel Marceau, devient l’élève de Charles Dullin, de Jean-Louis Barrault et d’Etienne Decroux, lequel enseigne l’expression corporelle et aura été entre autres le maître de mime de Jean-Louis-Barrault.
En 1947, il fonde sa propre compagnie, « La Compagnie Marcel Marceau ». Le 22 mars de la même année, au théâtre de Poche Montparnasse, il incarne sur scène une sorte « de Pierrot lunaire, « hurluberlu blafard » à l’oeil charbonneux et à la bouche déchirée d’un trait rouge, un drôle de haut-de-forme sur la tête, une fleur rouge tremblotante servant de panache à ce Don Quichotte dégingandé en lutte contre les moulins à vent de l’existence » https://fr.wikipedia.org/wiki/Marcel_Marceau . Son personnage de Bip est né : « En hommage au personnage de « Pip » du roman Les Grandes Espérances de Charles Dickens : « Bip est un personnage intemporel, tout en étant proche de mes rêves d’enfants. Il se cogne à la vie qui est à la fois un grand cirque et un grand mystère, et j’aime à dire qu’il finit toujours vaincu, mais toujours vainqueur… Il est tout ensemble l’homme de la rue, un vagabond du quotidien et l’homme universel affrontant le tragi-comique de l’existence… Il est l’homme tout simplement, se montrant dans la nudité et la fragilité de son être.» (op.cit.).
Sa notoriété dépasse alors les frontières et ses tournées américaines marqueront de manière déterminante la production théâtrale des années 1950. On citera, pour l’anecdote, l’apparition du « Moonwalk », ce pas de danse glissé vers l’arrière, popularisé par Michael Jackson, mais qui pourrait trouver son origine dans le travail d’Etienne Decroux, qui l’enseigna à Jean-Louis Barrault et au Mime Marceau.
Preuve, s’il en est, de l’immense potentiel d’universalité que revêt ce mode d’expression silencieux qu’est le mime.
De 1969 à 1971, Marcel Marceau fonde et dirige à Paris la première école internationale de mime.
Marcel Marceau meurt le 22 septembre 2007 à Cahors (Lot). Il est inhumé à Paris au cimetière du Père-Lachaise.

Dossiers conservés aux Archives nationales :
– Dossier 32098X38 de demande de naturalisation de Kalman MANGEL (Archives nationales, 19770896/222)
– Dossier 45409X35 de déclaration de nationalité des deux enfants MANGEL (Archives nationales 19770887/237)



Citer ce billet
Le labo des archives (2023, 3 avril). Marcel Mangel, fils de Charles et Anne Mangel, dit : « Le mime Marceau ». Archives nationales, carnet de recherche. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qnxa

3 réflexions sur « Marcel Mangel, fils de Charles et Anne Mangel, dit : « Le mime Marceau » »

  1. Merci pour ce moment de lecture. Le Mime Marceau etait tellement fascinant.
    J’a vu à la télé, il y a quelques temps un film relatant son épisode de résistant et sauvetage d’enfants par lui et ses ami e.s pendant la dernière guerre, nous ne pouvons que les honorer.
    Cordialement,
    Elise

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.