Centenaire de la naissance de François Cavanna : 22 février 1923 / 22 février 2023

Par Sonia Braham, département de la Justice et de l’Intérieur

Luigi Cavanna et François Cavanna

Luigi Cavanna a 32 ans lorsqu’il arrive en France, gare de Lyon, un jour de septembre 1912 depuis son Italie natale.  Plus précisément depuis la commune de Bettola, comme nombre de ses futurs « copains » de Nogent-sur-Marne, les « gars de Bettola-Piacenza » avec lesquels il reconstituera un petit bout d’Italie dans cette ville de banlieue parisienne où il vivra jusqu’à sa mort. Rappelé en Italie pour combattre lors de la Première guerre mondiale, il est démobilisé en 1919 et s’empresse de regagner la France. En 1920, il se marie avec Marguerite, née Charvin, originaire de la Nièvre qui deviendra italienne par mariage. Le couple s’installe au 3 rue Saint-Anne, à Nogent, dans l’immeuble que possède son patron. Luigi est maçon et Marguerite fait des ménages. Leur fils unique naît le 22 février1923. Il se prénomme François, en souvenir de Francesco, son grand-père paternel. C’est un bon élève. Indiscipliné et dissipé, mais brillant, et faisant preuve d’un goût exceptionnel pour la lecture.

Malgré les quolibets racistes (« Macaroni », « Rital », …) qu’il essuie durant son enfance, François est un petit garçon heureux : « J’ai eu une enfance merveilleuse. Oui, toutes les enfances le sont, mais celle-là plus que ça, beaucoup plus. Et je m’en rendais compte. Comment dire ? J’étais heureux et je me regardais être heureux. Je me racontais mon bonheur. Je disais à mes petits copains, les autres petits Ritals de ma rue : « Qu’est-ce qu’on se marre, les mecs ! Qu’est-ce qu’on a comme pot, nous autres ! » Les copains en étaient bien d’accord. Ils n’y auraient pas pensé tout seuls, eux se contentaient de vivre, et, à pleine mâchoires, mais à partir de là, eux aussi se sont regardés être heureux, du coup, ils l’étaient encore plus, heureux. Je leur faisais le commentaire du match, en somme. Se regarder vivre et se le raconter, c’est là tout le vice littéraire ». (Cavanna raconte Cavanna, Charlie Hebdo, hors-série, p.8). Né sur le sol français, François acquiert la nationalité française par déclaration à l’âge de 11 ans, souscrite par son père le 21 février 1934 devant le juge de paix de Nogent (en vertu de l’article 2 de la loi du 10 août 1927) document 2. Il passe son certificat d’études primaires à 12 ans et obtient son brevet en 1939. Cette même année, suite à un durcissement de la législation relative aux modalités de travail des étrangers sur le territoire français, son père risque le renvoi en Italie. Il n’y a qu’un espoir : la naturalisation – documents 1, 3, 4 et 5 : « Ça ne se faisait d’ailleurs pas comme ça. C’était long (…), interminable. Il fallait en prouver des choses ! Enfin, bon, ça a fini par arriver. Un beau décret sur du papier timbré avec, dessous, comme signature : « Pour Albert Lebrun Président de la République ». (…) C’était beau comme mon certificat d’études. Maman les aurait bien fait encadrer l’un et l’autre pour mettre au mur au-dessus de la cheminée, et puis elle a réfléchi que ça ferait prétentieux, « la fierté n’appartient qu’aux imbéciles », et elle les a mis sous la pile de draps, avec le livret de famille et mes photos de communion ». (Cavanna, Les Ritals, ed. Belfond, p. 190). Le petit François est mis à contribution pour remplir le dossier : il écrit, recopie, s’applique. Luigi « ne sait ni lire ni écrire » note le fonctionnaire de la préfecture, lequel mentionne également que le postulant est « assimilé à nos habitudes ». L’avis sera favorable. Le décret de naturalisation est pris le 25 octobre 1939 par le Président de la République sur le rapport du Garde des Sceaux et sera publié le 29 octobre 1939 au Journal officiel. Son mari devenant français, Marguerite sera réintégrée dans la qualité de française qu’elle avait perdue par son mariage. (Article 11 de la loi du 10 août 1927).

À ce sujet, François dira plus tard, dans une interview accordée au journal Libération : « Mon père, immigrant de la faim, avait coutume de dire : « La patrie, elle est où il y a le travail. » En France, il a travaillé comme un forcené. Il était heureux. Plus qu’heureux : rayonnant. Il a accueilli son admission si désirée à la nationalité française comme une consécration, la récompense suprême. Moi, qui ne fonctionne pourtant guère à la symbolique, j’ai offert au musée de l’immigration sa truelle très usagée (https://www.histoire-immigration.fr/collections/la-truelle-de-luigi-cavanna), un exemple parlant de sa parfaite assimilation par le travail. Mais aussi de son amour et de son respect pour cette patrie librement choisie qui lui apportait les moyens de survivre en même temps que la dignité par le travail. De par le jeu pervers, et souvent incohérent, des lois protectionnistes, ma mère était devenue italienne par son mariage. Sans le savoir. Elle était pourtant française de « pure souche », morvandelle. Si bien que la France, au lieu d’accueillir à bras ouverts un futur citoyen, faisait cadeau à l’Italie d’une Française pas du tout d’accord, mais trop ignorante des lois pour se méfier. La naturalisation de mon père, tardive à cause des innombrables difficultés administratives, rendit à ma mère sa nationalité française. Elle a mis au monde un futur écrivain français «lu dans les écoles », mais pour elle, cela allait de soi : j’étais français «de par le sol », donc génial. Mon père ne parlait pas italien, mais un dialecte, le piacentin, propre à la province de Plaisance, curieusement plus proche de l’auvergnat que des patois de la péninsule italienne. Je n’ai pas appris le piacentin, j’ai appris l’italien. Deux patries ? Disons que la France est ma mère ; l’Italie ma sœur. » https://www.liberation.fr/societe/2009/12/26/cavanna-dezingue-la-pub-et-le-reste_601208/

C’est dans Les Ritals, paru en 1978, après la mort de ses parents que François Cavanna retrace cette enfance « merveilleuse » Ce qui devait être un livre autobiographique devient une saga sur les Italiens et le récit de l’itinéraire migratoire de son père.

Mais avant Les Ritals il y aura d’abord, et dès ses seize ans, un enchaînement de petits boulots : trieur de lettres aux PTT, vendeur de fruits et légumes, apprenti maçon, puis le Service du Travail Obligatoire pendant la guerre, à Berlin, et son rapatriement en 1945, date à laquelle il débute sa carrière de journaliste, d’abord en tant que dessinateur. Il fondera par la suite le journal Hara-Kiri puis Charlie Hebdo, devenant découvreur de talents dont Cabu, Gébé, Wolinski,Topor, Reiser… « Orphelin de père, Reiser, surtout, est le fils spirituel de Cavanna. Les cadets admirent cet ainé charismatique, capable de raconter pendant deux heures la guerre de Cent Ans et d’expliquer les hauts faits derrière les noms de chaque station de métro. Dans cette compagnie de noceurs, de trublions provocateurs qu’il laisse entièrement libres de leurs mots et leurs dessins, ce fin lettré, passionné d’histoire, ne boit ni ne fume. Mais il n’est jamais le dernier à s’indigner. » https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2014/01/30/mort-du-dessinateur-francois-cavanna_4356745_3382.html

Créateur d’un style de narration particulièrement vivant et complice du lecteur, grand défenseur des valeurs républicaines et de la langue française, il se consacre dès 1985 à l’écriture d’autobiographies. Les Russkoffs inspirés par ses souvenirs de guerre et grâce auquel il décroche le Prix Interallié en 1979, s’inscriront dans la droite ligne des Ritals. Près d’une cinquantaine d’ouvrages supplémentaires (romans, essais, livres d’humour,… ) viendront compléter la production littéraire de cet autodidacte dont les saillies insolentes, l’humour vachard et la tendresse pudique caractériseront le style et lui vaudront l’estime de ses pairs. Ainsi, Cavanna fut considéré par Pierre Desproges comme l’un des derniers grands écrivains vivants. Il admirait le talent de Cavanna qu’il comparait à un Rabelais moderne. Selon lui, Cavanna était « un des derniers honnêtes hommes de ce siècle pourri (le XXe) et l’inventeur d’une nouvelle presse ». (Pierre Desproges, Réquisitoire contre François Cavanna, in Le Tribunal des flagrants délires, 3 décembre 1982.)

François Cavanna décède le 29 janvier 2014 à l’âge de 90 ans.

Jean-Marie Gourio, romancier, dira de lui après sa mort : « Cavanna était un amoureux des mots, de la syntaxe, de l’orthographe, de la grammaire. Il aimait le savoir, le papier, et mettait son humour incroyable au service de la vie. Dans la société très fermée du début des années 1960, il avait ouvert les portes. Il écrivait tout à la main, sur des feuilles à carreaux d’écolier, pas de machine à écrire, pas d’ordinateur. C’est triste qu’il ait été touché par la maladie de Parkinson, il devait se battre pour écrire. Dans son bureau, il écrivait sans cesse, et mangeait vite sans perdre de temps, comme un ouvrier casse la croûte sur un chantier. Son chantier d’écriture passait avant tout le reste. » https://www.lemonde.fr/livres/article/2014/01/30/cavanna-l-anti-faux-cul-par-excellence_4357165_3260.html

Dossiers conservés aux Archives nationales :

Document 1 : Dossier n°48296 X 1938 de demande de naturalisation de Luigi Cavanna (Archives nationales, 19790853/44)


Document 1 : Dossier n°48296 X 1938 de demande de naturalisation de Luigi Cavanna (Archives nationales, 19790853/44)

 

Document 1 : Dossier n°48296 X 1938 de demande de naturalisation de Luigi Cavanna (Archives nationales, 19790853/44)

Document 1 : Dossier n°48296 X 1938 de demande de naturalisation de Luigi Cavanna (Archives nationales, 19790853/44)

Document 1-2  : Dossier n°48296 X 1938 de demande de naturalisation de Luigi Cavanna (Archives nationales, 19790853/44)

Document 1-2  : Dossier n°48296 X 1938 de demande de naturalisation de Luigi Cavanna (Archives nationales, 19790853/44)

Document 1-2  : Dossier n°48296 X 1938 de demande de naturalisation de Luigi Cavanna (Archives nationales, 19790853/44)

Document 2  : Dossier n°11442X34 de déclaration de François Cavanna (Archives nationales, 19770883/13)

Document 2  : Dossier n°11442X34 de déclaration de François Cavanna (Archives nationales, 19770883/13)

Document 2  : Dossier n°11442X34 de déclaration de François Cavanna (Archives nationales, 19770883/13)

Document 2  : Dossier n°11442X34 de déclaration de François Cavanna (Archives nationales, 19770883/13)

Document 2  : Dossier n°11442X34 de déclaration de François Cavanna (Archives nationales, 19770883/13)

Document 2  : Dossier n°11442X34 de déclaration de François Cavanna (Archives nationales, 19770883/13)

Document 2  : Dossier n°11442X34 de déclaration de François Cavanna (Archives nationales, 19770883/13)

Document 2  : Dossier n°11442X34 de déclaration de François Cavanna (Archives nationales, 19770883/13)

Décret de naturalisation de Luigi Cavanna et de réintégration de sa femme née Marguerite Charvin du 25 octobre 1939 © Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration… qui sera « photocopié » à la main par François Cavanna pour passer le concours des PTT :

Document 3 – Décret de naturalisation de Luigi Cavanna et de réintégration de sa femme née Marguerite Charvin du 25 octobre 1939 © Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration… qui sera « photocopié » à la main par François Cavanna pour passer le concours des PTT :

– Décret original pris par le Président de la République le 25 octobre 1939, conservé aux Archives nationales :

Document 4- Décret de naturalisations et de réintégrations françaises du 25 octobre 1939 (Archives nationales, BB/34/500 https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/media/FRAN_IR_058655/D474/FRAN_0312_50933_L )

Décret publié au Journal officiel quelques jours plus tard le 29 octobre 1939, l’obtention de la nationalité française ne prenant effet qu’à la date de publication du décret au Journal officiel :

Document 5- Décret de naturalisation de Louis Cavanna et de réintégration de Marguerite Charvin publié au Journal officiel le 29 octobre 1939, p. 12737 (Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6567372r)

 


2 réflexions sur « Centenaire de la naissance de François Cavanna : 22 février 1923 / 22 février 2023 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.