Le parcours de Charles Péguy (1873-1914) à l’École normale supérieure

par Timothée Bonnet, Département de l’Éducation, de la Culture et des Affaires sociales

Charles Péguy (1873-1914), le futur fondateur des Cahiers de la quinzaine, est admis à l’École normale supérieure, section des lettres, dans la promotion de 1894. Ainsi débute un parcours, qui va prendre de nombreux détours par rapport aux « carrières » de normaliens traditionnelles.

C. Péguy quitte Orléans en 1891 pour intégrer le lycée Lakanal à Sceaux, afin de préparer le concours de l’École normale supérieure, le 1er octobre. Il échoue d’un demi-point seulement, et recommence une nouvelle année de préparation, avant de rentrer à Orléans et s’engager dans l’armée. À la fin de son année de service militaire, C. Péguy tente de nouveau le concours d’entrée, qu’il rate à nouveau, d’un quart de point cette fois-ci. Désargenté, il obtient une bourse pour intégrer le Collège Sainte-Barbe, afin de préparer une nouvelle fois le concours. Il y est interne, et suit en parallèle, en tant qu’externe, les cours de rhétorique supérieure au Lycée Louis le Grand.  Cette préparation est semble-t-il efficace, puisqu’il obtient le concours d’entrée avec succès à la fin de l’année scolaire se plaçant 6e sur les 25 admis.

61AJ/13 : Promotions de 1891 à 1901 : registre des élèves

Le registre des étudiants pour cette période montre qu’il intègre réellement l’école le 1er novembre 1894. Sa scolarité se déroule ordinairement pendant sa première année scolaire – il est classé 12e parmi les 28 étudiants admis de la promotion. Mais au cours de l’année scolaire 1895-1896, Péguy demande un congé d’un an, prétendant que sa vue baisse. Il redouble sa 2e année au cours de l’année scolaire 1896-1897. Mais au début de l’année scolaire suivante, Péguy décide d’arrêter ses études, afin d’épouser Charlotte, la sœur de son ami Marcel Baudouin. Sa démission est acceptée par le ministre de l’Instruction publique par lettre du 15 novembre 1897.

C’est la dernière trace de Charles Péguy dans le registre des élèves de l’École normale, et ce dernier va ensuite s’éloigner du monde académique en fondant la librairie Bellais près de la Sorbonne, haut lieu du mouvement dreyfusiste, puis quelques années plus tard, après la quasi-faillite de la librairie, les Cahiers de la Quinzaine, revue destinée à publier ses propres œuvres et à faire découvrir de nouveaux écrivains.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Le labo des archives (25 janvier 2023). Le parcours de Charles Péguy (1873-1914) à l’École normale supérieure. Archives nationales, carnet de recherche. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qnx6


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.