La « bibliothèque du Conseil aulique », de Vienne aux Archives nationales (2)

Cécile Robin, Archives nationales

2. Exhumer et décrire le reliquat

Nous avons vu précédemment comment une partie de la bibliothèque aulique a été intégrée dans les collections de la bibliothèque des Archives au milieu du XIXe siècle, moyennant quelques ajustements dans le cadre de classement. Les ouvrages non inventoriés sont restés dans les oubliettes des Archives pendant près d’un siècle. Dans l’entre-deux-guerres, les outils et les méthodes de description bibliographique mais aussi les principes d’intégration et de classement ont évolué. Les partis pris des années 1930 nous renseignent donc autant sur cette évolution que sur l’idée même de continuité dans le traitement de ce qui est déjà considéré comme un fonds spécifique. Enfin, le sauvetage in extremis de la mise au rebut à la fin du siècle nous ramène à des considérations plus actuelles sur le lien très étroit entre espaces de conservation, mémoire des collections et modalités de traitement des documents.

Participer à l’élaboration du catalogue collectif allemand (années 1930)

Ancien bibliothécaire de Rouen, Georges Ritter est affecté comme archiviste à la Section moderne des Archives nationales en 1919. Sa connaissance de l’allemand lui a déjà valu d’être détourné de l’inventaire des documents de police postérieurs à 1870 pour collaborer à l’entreprise de Charles Schmidt de publication des Sources de l’histoire des territoires rhénans de 1792 à 1814 (1921). Dans les années 1930, la Bibliothèque nationale de Berlin dirige une vaste entreprise de catalogue collectif allemand étendu à 103 bibliothèques austro-allemandes. C’est dans ce contexte que Ritter, entreprend en 1936 de compléter la description de la bibliothèque aulique ; bien que la bibliothèque des Archives dépende alors du Secrétariat et non de la Section moderne, l’intervention de Ritter se justifie par des compétences archivistiques et linguistiques, une expérience en matière d’inventaire de sources germaniques et un intérêt personnel pour les méthodes de description et de catalogage des unités bibliographiques. Il dresse un inventaire détaillé des paquets de livres non encore intégrés dans le catalogue sur fiches. Ces paquets sont organisés de façon thématique et désignés par une lettre, de A à TTT.

bibliotheque1Non signifiant en regard du cadre de classement de la bibliothèque des Archives, ce nouveau codage alphabétique renvoie à celui, alphanumérique, prévu par Teulet pour le reliquat d’ouvrages qu’il n’a pu inventorier mais qu’il a pré-classé. Les paquets sont identifiables par des étiquettes, selon une dénomination uniforme : « Résidu de la bibliothèque aulique, paquet XXX, anc. XXX ». Cela représente près d’une centaine de sous-titres et autant de paquets, dont l’organisation s’avère moins rigoureuse que celle de son prédécesseur. L’aperçu analytique sur feuilles est complété par un triple fichier sur cartes (auteur – matière – titre), décrivant les « 139 premiers n° des volumes censés provenir de la bibliothèque aulique de Vienne (1810) catalogués sur fiches en 1936 ». bibliotheque3
Ritter se tourne vers les grandes bibliothèques allemandes pour obtenir les données bibliographiques (mentions d’auteur, d’éditeur et de lieu de publication), qui manquent sur un grand nombre des ouvrages de ce fond. Il annote son inventaire de mentions comme : « l. de publ. ? Dem. à Ratisbonne ». La majorité des ouvrages demeurent référencés par titre ou par matière, par défaut de nom d’auteur.bibliotheque4Extraire le reliquat non inventorié de la mise au rebut (1998-1999)
Il semble que l’inventaire de la bibliothèque aulique ait été interrompu pendant six décennies : l’opération ne reprend qu’à la toute fin du siècle, à la faveur d’un changement de direction au sein du service de la bibliothèque des Archives. Comme dans les années 1930, 1998 est un moment de réorganisation administrative et topographique favorable aux grands travaux : la prise de fonctions de Claire Berche1

à la bibliothèque coïncide avec la réforme des sections mais aussi avec la création du C.H.A.N. Emmanuel Rousseau – alors responsable de l’organisation des espaces de conservation des archives – profite de ce moment favorable pour attirer l’attention de Claire Berche sur l’existence d’un reliquat de la bibliothèque aulique, stocké dans un dépôt regroupant des documents mis au rebut. On trouve ainsi, dans un rapport d’activité de la bibliothèque pour avril 19982 :

« Traitement progressif de nombreux arriérés entassés dans divers dépôts :
– tri de stocks anciens très importants conservés au grenier du Minutier depuis des décennies

– entrée en cours de plusieurs centaines d’ouvrages et brochures du XVIIIe sur l’Est de la France, l’Autriche et l’Allemagne, stochés [sic] précédemment dans le dépôt de la Guerre ».

Le registre d’entrée des livres à la bibliothèque porte un grand nombre de titres allemands, souvent enregistrés en français mais dont les données bibliographiques permettent de s’assurer de la provenance : la continuation de l’enregistrement et de l’intégration physique des ouvrages de la bibliothèque aulique se poursuit assurément à partir de février 1998. En revanche, elle n’est pas identifiable par son nom d’usage mais par la mention du dépôt de provenance : tous les ouvrages manifestement issus de la bibliothèque aulique et enregistrés au cours de cette période sont indiqués comme provenant d’un « Don Minutier central – ex-dépôt de la Guerre »((Ce local est affecté au Minutier dans ces années-là mais le transfert, vers les sous-sol du Caran, d’une partie des cartons entreposés dans le dépôt de la Guerre a libéré un espace qui a pu être mis à disposition de la bibliothèque à titre provisoire pour y stocker des ouvrages (Je remercie Mme Limon-Bonnet, actuel chef du Minutier central, pour ces informations).)).

Bibliothèque des Archives nationales. Registre des entrées

Bibliothèque des Archives nationales. Registre des entrées

L’évacuation de ce dépôt vise donc autant à rationaliser les espaces de conservation qu’à traiter et à intégrer ces ouvrages tombés dans les oubliettes des Archives. La consultation du registre d’entrées permet de supposer que les paquets de livres de la bibliothèque aulique ont été transférés du dépôt de la Guerre vers la bibliothèque en même temps que d’autres, effectivement donnés par le Minutier central, mais bien plus récents et traitant de matières archivistiques. Même si tout distingue les ouvrages de ces deux provenances, leur coexistence dans un même dépôt suffit à expliquer la synchronie de leur traitement et de leur enregistrement. Les ouvrages de petit format ou de faible épaisseur ont même pu être enregistrés sous une même cote et conditionnés dans une même boîte3. En l’occurrence, le cadre spatio-temporel du traitement documentaire l’a emporté sur la distinction des provenances, la cohérence arbitraire d’un espace de stockage commun sur l’unité intellectuelle d’une collection. Pour autant, l’extrême dilution du temps de traitement documentaire fait obstacle à toute critique : depuis 1810, l’évidente spécificité de la bibliothèque aulique – comme provenance et comme collection – ne s’est pas incarnée dans la création d’un fonds nominatif, idée anachronique sous Teulet comme à l’époque de Ritter. On ne saurait donc reprocher à nos collègues de la fin du siècle dernier d’avoir accru l’éparpillement de la collection ; tout au plus peut-on regretter l’absence d’une mention de provenance renvoyant à l’unité intellectuelle de la collection, absence sans doute imputable au caractère précipité de l’évacuation et du traitement.

Face au grand nombre d’ouvrages, l’opération d’intégration du reliquat de la bibliothèque aulique dans les collections se trouve de nouveau interrompue et les 968 ouvrages restants sont conditionnés en 44 boites de type cauchards numérotées mais non-décrits. L’inventaire de ce reliquat est désormais achevé mais il reste à retrouver l’unité de la collection, autrement dit à identifier, dans les différents registres d’entrée et sur les tablettes, la totalité des titres qui en relèvent. Outre l’élément linguistique, les dates de publication mais aussi les annotations portées sur les ouvrages, les cotes provisoires et certaines caractéristiques matérielles peuvent permettre de les identifier. À défaut de regroupement matériel des ouvrages, une reconstitution virtuelle paraît possible : la très prochaine informatisation des anciens catalogues sur fiches de la bibliothèque des Archives permettra bientôt d’identifier rapidement ces ouvrages, notamment en renseignant le champ « provenance » par la mention « Bibliothèque du Conseil aulique de Vienne ».

  1. Archiviste-paléographe, Claire Berche dirige les AD du Val-de-Marne de 1968 jusqu’à l’incendie de 1988 puis la bibliothèque des Archives nationales de 1989 à 2004. []
  2. Archives de la bibliothèque (sans cote). []
  3. A titre d’exemple, la cote IN-8 32870 regroupe un tiré-à-part sur les hôpitaux de Paris, des archives imprimées françaises de 1812 et un ouvrage issu de la bibliothèque aulique consacré au droit des postes dans l’électorat de Brunswick-Lunebourg. Les deux derniers ouvrages provenant de la bibliothèque aulique ont été enregistrés en janvier 1999 sous les cotes 8° 33330 et 33331. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *