Autrices de théâtre au XIXe siècle – Challenge de A à Z

Les Archives nationales conservent une magnifique collection de près de 30 000 manuscrits de pièces de théâtre soumises au bureau de la censure théâtrale au XIXe siècle (archives cotées dans la sous-série F/18). La plupart de ces œuvres n’ont jamais été publiées. Les inventaires détaillés et bases de données internes, fruits notamment des riches travaux d’Odile Dresch-Krakovitch, sont en passe d’être entièrement rétro-convertis et mis en ligne sur le portail documentaire de l’institution. Après la mise en avant de Julie Molé lors du concours #Jelalis, les actions de valorisation autour des autrices de théâtre se poursuivent au mois de novembre, avec la participation au Challenge de A à Z (site officiel).

Depuis 2013, des blogs de généalogie francophones se donnent rendez-vous une fois par an pour relever un challenge très particulier : écrire un billet chaque jour, en suivant les lettres de l’alphabet. Le 1er jour du mois est consacré à la lettre A, le 2e à la lettre B, … et le dimanche c’est relâche.

Rendez-vous chaque jour de novembre pour (re)découvrir une autrice de théâtre du XIXe siècle, dont certains manuscrits sont conservés dans les fonds des Archives nationales.

ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

Frise chronologique

Virginie AncelotVirginie Ancelot (1792, Dijon – 1875, Paris)

Romancière, dramaturge et peintre française, Virginie Ancelot, née Marguerite Louise Virginie Chardon, est l’autrice d’une vingtaine de pièces de théâtre. Une copie de la plupart de ces manuscrits est conservée aux Archives nationales, parmi lesquels deux vaudevilles qui ne semblent pas avoir été publiés : L’Agenda (1837) et Souvenir (1846).

Notice Personne (Archives nationales)
Article WikipédiaŒuvres sur Wikisource

Illustration : Jean Gigoux (1806-1894), Public domain, via Wikimedia Commons

Sophie de BawrSophie de Bawr (1773, Paris – 1860, Paris)

Sophie de Bawr, née Alexandrine-Sophie Goury de Champgrand, est une femme de lettres, autrice de pièces de théâtre et de romans. Issue d’une famille ruinée par la Révolution, brève épouse du comte de Saint-Simon (dont elle divorce au bout d’un an), puis veuve du baron de Bawr (en faillite), elle vit de sa plume, et notamment de ses œuvres dramatiques, incarnées sur scène par des acteurs comme Talma et mademoiselle Mars. Les Archives nationales conservent les manuscrits de deux pièces éditées (dont la pièce à succès Léon), ainsi que ceux de La Correspondance et L’Ami de tout le monde, comédies jouées respectivement en 1825 et en 1827 au Théâtre français, a priori non publiées.

Notice Personne (Archives nationales)Article WikipédiaŒuvres sur Wikisource

Illustration : Louis-Leopold Boilly, Public domain, via Wikimedia Commons

Camille Clermont (1859, Paris – 1944, Paris)

Charlotte Schettler, plus connue sous les noms de Camille Davenay puis Camille Clermont, est une actrice et autrice de théâtre. Elle débute au Théâtre du Vaudeville à 6 ans et demi, et interprète de nombreux rôles d’enfants sur les planches de la Comédie-Française, de l’Odéon, ou encore du théâtre de la Gaité, jouant aussi bien en français qu’en anglais. A partir de 1900, elle est l’autrice plusieurs pièces de théâtre. Les manuscrits de À Saint-Lazare ! (1900), Un Honnête homme (1903) et Le Marchand d’amour (1905) sont conservés aux Archives nationales.

Notice Personne (Archives nationales)Article Wikipédia

Illustration : Nadar, Public domain, via Wikimedia Commons

Tola Dorian (1839, Saint-Pétersbourg – 1918)

Installée en France à partir de 1872, Kapitolina Sergueïevna Mestcherskaïa est une romancière et poétesse sous le nom de plume de Tola Dorian (nom de son second époux). Elle fréquente le milieu littéraire parisien de la fin du XIXe siècle et finance la création de pièces et plusieurs salles de théâtres. Deux de ses pièces de théâtre sont conservées aux Archives nationales : La France au Transvaal (1901) et Madame Bordeline (1905).

Notice Personne (Archives nationales)Article WikipédiaŒuvres sur Wikisource

Illustration : Неизвестный художник, Public domain, via Wikimedia Commons

Ary Ecilaw (1845, Varsovie – 1941, Vevey)

Mais qui se cache derrière ce pseudonyme énigmatique ? Entre 1885 et 1889, Ary Ecilaw publie 4 romans “à clés” en France. Sa pièce L’Officier bleu (dont le manuscrit est conservé aux Archives nationales, et qui serait à numériser), visée sans modification par le bureau de la censure, est interdite en conseil des ministres en janvier 1889, quelques jours avant la première au Théâtre du Gymnase. L’identité de l’autrice est dévoilée dans la presse : il s’agit de l’aristocrate russo-polonaise Alexandrine von Hutten-Csapska, qui défraya les chroniques mondaines européenne en 1884 lors de son mariage avec Louis IV de Hesse, mariage morganatique que la reine Victoria (ex belle-mère du duc) s’employa à faire annuler devant les tribunaux. La pièce interdite sera finalement jouée à Bruxelles le 21 décembre 1889. Exception faite de la publication d’un récit de voyage au Maroc en 1901, sa carrière d’autrice semble s’arrêter là…

Notice Personne (Archives nationales)Article Wikipédia

Illustration : Auteur inconnu, domaine public, via Wikimedia Commons

Mary Albert-Frileux (1854, Belfort – 1936, Paris)

Siganture de Mary Albert-Frileux

Directrice du théâtre de Belleville entre 1902 et 1907, Mary Albert-Frileux est l’autrice de deux pièces de théâtre jouées avec succès dans ce même théâtre en 1896 et 1897. Le manuscrit de La Cambrioleuse est conservé aux Archives nationales. Parmi les pièces présentées pour la première fois sous sa direction, signalons Hulan (1904), de Tola Dorian, évoquée plus haut.

Notice Personne (Archives nationales)Article Wikipédia

Illustration : Signature (Archives départementales des Hauts-de-Seine), domaine public, via Wikimedia Commons

Delphine Gay, épouse de GirardinDelphine Gay, épouse de Girardin (1804, Aix-la-Chapelle – 1855, Paris)

C’est une figure incontournable du monde littéraire français au XIXe siècle. Femme de lettres accomplie, touchant à tous les genres, salonnière incontournable et journaliste, Delphine Gay, publie plus de deux cents œuvres, parfois sous pseudonyme (Delaunay, Léo Lespès, voire sous le nom de son mari Émile de Girardin). Côté théâtre, elle signe au moins 9 pièces, pour la plupart inscrites au répertoire de la Comédie française. Les Archives nationales conservent 7 manuscrits soumis au bureau de la censure, dont L’Achille de Normandie (ou Le Conscrit réfractaire), écrit avec Jean Joseph Ader en 1838, qui ne semble pas figurer dans les œuvres complètes de l’autrice.

Notices Personne 1 et 2 (Archives nationales) – Article WikipédiaŒuvres sur Wikisource

Illustration : Portrait de Delphine de Girardin, par Louis Hersent (1824) domaine public, via Wikimedia Commons

Adèle Huet, dite mademoiselle Huet-Masson (1790-1831)

Signature d'Adèle Huet (1820)Adèle Huet est une libraire et éditrice française spécialisée dans le théâtre. Elle prend la suite du commerce de sa mère en 1815, et ce jusqu’en 1825. Elle participe à l’écriture de la pièce Le Marquis malgré lui (1818) avec Armand d’Artois et Emmanuel Théaulon. Les Archives nationales conserve le manuscrit de cette pièce non publiée, ainsi que son dossier de brevet de libraire.

Notice Personne (Archives nationales)Article Wikipédia

Henriette d’Isle (1840, Paris – 1897, Paris)

… ou encore Étincelle, Peyronny, Georges de Létorière… la fille de Léonie d’Aunet a de qui tenir en matière de pseudonymes ! Marie Biard (puisque tel est son nom “civil”) est une femme de lettres, salonnière et journaliste parisienne. Les Archives nationales conservent le manuscrit de la comédie La Part du butin, jouée au Gymnase dramatique en mars 1880 (après un faux départ en janvier suite à des modifications demandées par Alexandre Dumas fils, dédicataire et ami à l’autrice…).

Notice Personne (Archives nationales)Article Wikipédia – Œuvres sur Wikisource

Illustration : La Part du Butin, consultable sur archive.org

Théodore Julian (1821, Anvers – 1906, Paris)

Mais qui se cache derrière ce pseudonyme dont près de 80 œuvres sont référencées dans le catalogue de la BNF ? Parolière et autrice-compositrice, Julie Alphonsine Dumont, alias Théodore Julian, signe les paroles de nombreuses chansons, mises en musique par Auguste Pilati, Paul Henrion ou encore Alphonse Leduc. Les Archives nationales conservent par ailleurs 8 manuscrits de pièces (vaudevilles et opérettes principalement), en partie écrits en collaboration avec Jean Baptiste Vasseur, son premier époux.

Notices Personne 1 et 2 (Archives nationales) – Données Wikidata sur Reasonator (en attendant l’article Wikipédia)

Marie KrysinskaMarie Krysińska (1857, Varsovie – 1908, Paris)

Poétesse et musicienne française d’origine polonaise, Marie Krysińska est surtout connu pour ses poèmes et chansons, qu’elle déclame au sein des groupes littéraires qui se réunissent à la goguette du Chat-Noir. Elle est également l’autrice de l’opérette-bouffe Le Mariage de Chloé, représentée pour la première fois en 1902 au théâtre Grévin (et a priori non publiée).

Notice Personne (Archives nationales)Article Wikipédia – Œuvres sur Wikisource

Illustration : Marie Krysinska, auteur inconnu, domaine public, via Wikimedia Commons

Jeanne Loiseau, dite Daniel LesueurJeanne Loiseau, dite Daniel-Lesueur ou Jeanne Lapauze (1854, Batignolles-Monceau -1921, Paris)

Femme de lettres, militante féministe et journaliste à La Fronde, philanthrope, Jeanne Loiseau se voit décerner dès 1883 des prix de l’Académie française pour ses romans et recueils de poésie. Entre 1916 et 1921, certaines de ses œuvres sont adaptées pour le cinéma ; ses poèmes sont lus par des sociétaires de la Comédie française et radiodiffusés. Elle devient la première femme de lettres décorée de la Légion d’honneur en 1900, avant d’être la 5e femme élevée au rang d’officier en 1913. Côté théâtre, elle est l’autrice de trois pièces de théâtre : Hors du mariage (1892), La Fiancée (1894, manuscrit conservé aux Archives nationales) et Le Masque d’amour (1905, publié, manuscrit conservé aux Archives nationales).

Notice Personne (Archives nationales)Article Wikipédia – Œuvres sur Wikisource

Illustration : Portrait de Daniel Lesueur, par Paul Emile Chabas, Musée Carnavalet via Wikimédia Commons

Céleste MogadorCéleste Mogador, comtesse de Chabrillan (1824, Paris – 1909, Paris)

La vie de la “Mogador” est un roman : actrice, danseuse, courtisane, directrice de théâtre, femme de lettres, c’est une figure incontournable de la vie mondaine, culturelle et littéraire du XIXe siècle. Restons côté théâtre : Céleste Mogador écrit au moins quinze pièces de théâtre ; dix de ces manuscrits de pièces sont conservés dans les fonds des Archives nationales, parmi lesquels de nombreux inédits non publiés.

Notice Personne (Archives nationales)Article Wikipédia – Œuvres sur Wikisource

Illustration : Comtesse de Chabrillan, auteur inconnu, via Wikimédia Commons

Eugénie Niboyet (1796, Montpellier – 1883, Paris)

Il faudrait ne plus avoir à la présenter : femme de lettres et femme de presse, féministe, saint-simonienne puis proche des fouriéristes, philanthrope… et dramaturge méconnue ! Eugénie Niboyet écrit deux comédies : Le Protecteur (avec Louis Lurine, jouée le 10 mai au théâtre du Vaudeville) et La Justice au village (donnée le 23 décembre au théâtre Comte – théâtre des jeunes élèves). Une troisième pièce, L’Atelier de David ou les Jeunes peintres, co-signée avec Mélanie Dumont, suivra en 1840 (1er août, théâtre du Gymnase Enfantin). Les manuscrits de ces trois œuvres, non publiées, sont conservés dans les fonds des Archives nationales. La Justice au village a été numérisé et transcrit sur Wikisource ; il est désormais librement téléchargeable en epub. Les deux autres comédies suivront probablement !

Notice Personne 1 et 2 (Archives nationales) – Article Wikipédia – Œuvres sur Wikisource

Illustration : Eugénie Niboyet, par Atelier Nadar, domaine public, BNF via Wikimédia Commons

L’Orgueil puni (1809, Paris)

L’Orgueil puni est une comédie en un acte écrite par l’actrice et dramaturge Julie Molé (1767-1832), représentée pour la première fois au théâtre de l’Impératrice (Paris) le 27 mars 1809. Cette pièce est la première choisie pour valoriser en ligne la magnifique collection d’œuvres dramatiques des Archives nationales. Le manuscrit a été numérisé et transcrit sur Wikisource. Son autrice Julie Molé a été (re)découverte et mise en lumière dans le cadre du concours #Jelalis (voir le billet dédié). Ironie de l’histoire, le manuscrit de L’Orgueil puni contient un bel exemple (matériellement bien dissimulé) de l’intervention du bureau de la censure : dans le manuscrit original, à la fin de l’intrigue, Célestine prend position et exprime un avis (rien de moralement répréhensible), son père acquiesce… Les censeurs biffent tout le passage et repositionnent chacun à sa “place” : la tirade de Célestine disparaît ; son baron de père “voit sa peine et lit dans son cœur” (dans l’original, c’est lui qui était peiné et non sa fille). La version originale (raturée par la censure) peut être comparée en ligne à la version éditée (et jouée).

Notice Personne (Archives nationales)Article WikipédiaŒuvres sur Wikisource

Illustration : Gif animé à partir de l’unique document iconographique trouvé en ligne représentant Julie Molé, via BNF – Gallica

Amélie Perronnet (1832, Paris – 1903, Paris)

C’est la troisième autrice la plus représentée dans la collection de manuscrits de pièces de théâtre des Archives nationales, après Georges Sand et Virginie Ancelot, et peut-être la moins connue des trois. Et pourtant… compositrice, chansonnière, professeure de musique, librettiste, dramaturge, elle touche à tous les genres, jusqu’à publier un recueil de poésie intitulé L‘Art d’être grand’mère (couronné par l’Académie française), pendant féminin de celui de Victor Hugo. Sur les 17 manuscrits de pièces de théâtre ou opérettes conservés dans la collection F/18 des Archives nationales, seuls 7 semblent avoir été publiés. Citons, parmi les inédits, l’opéra-comique La Chanson de l’aubépin, désormais transcrit sur Wikisource. Sans partitions, mais à lire les paroles, on entend presque un air…

Notice Personne 1 et 2 (Archives nationales) – Article WikipédiaŒuvres sur Wikisource

Illustration : Amélie Perronnet photographiée par l’atelier Nadar, domaine public, collections de la BNF, via Wikimédia Commons

Mademoiselle La Quintinie (1872, théâtre de l’Odéon… ou presque)

Mademoiselle La Quintinie est l’une des 21 pièces de théâtre de George Sand dont le manuscrit soumis au bureau de la censure est conservé aux Archives nationales. C’est (presque sans surprise) l’autrice la plus présente dans cette collection : la grande majorité de ces pièces sont en fait des adaptations pour la scène des romans de l’autrice. La comédie en 5 actes Mademoiselle La Quintinie, adaptée du roman publié en 1863, est annoncée au théâtre de l’Odéon pour le mois de novembre 1872. La distribution est faite, les répétitions en cours… mais la pièce n’est finalement pas représentée, interdite pour anticléricalisme. George Sand ne la verra pas sur les planches de son vivant. L’adaptation pour le théâtre n’a été éditée et publiée qu’en 2004.

Notice Personne 1 et 2 (Archives nationales) – Article WikipédiaŒuvres sur Wikisource

Illustration : George Sand, domaine public, via Wikimédia Commons

Sybille Riquetti de Mirabeau (1849, Plumergat – 1932, Neuilly-sur-Seine)

Plus d’une centaine de romans, une dizaine de pièces de théâtre, des adaptations au cinéma par Maurice Tourneur ou encore Claude Autant-Lara… l’œuvre littéraire de Sibylle Riquetti de Mirabeau, dite Gyp, est prolifique, dans un style assez mordant et drôle. Le Premier flirt de Loulou (comédie de 1903 non publiée) est en cours de transcription sur Wikisource. Dans son salon de Neuilly, très en vue sur la scène mondaine et artistique parisienne, se croisent Marcel Proust, Edgar Degas, Paul Valéry, Anatole France mais aussi Alphonse Daudet ou Maurice Barrès. Gyp, profondément antisémite, antidreyfusarde et nationaliste, met aussi sa plume au service de ses idées : elle collabore aux journaux La Libre Parole puis La Tribune française.

Notice Personne 1 et 2 (Archives nationales) – Article WikipédiaŒuvres sur Wikisource

Illustration : Gyp photographiée par l’atelier Nadar, domaine public, collections de la BNF, via Wikimédia Commons

 

Valérie SimoninValérie Simonin (1831, Paris – 1919, Royan)

Actrice et pensionnaire du théâtre français dans les années 1850, sculptrice remarquée lors de plusieurs expositions, Valérie Simonin est également autrice. Au retour de son exil londonien (de 1859 à 1864, exil volontaire à la suite de son mariage avec Gustave Fould, l’avis de la belle-famille), elle signe plusieurs pièces de théâtre et romans sous le pseudonyme de Gustave Haller. Les Archives nationales conservent deux manuscrits de 1881, dont Les Élections, comédie en 4 actes non publiée.

Notice Personne (Archives nationales)Article WikipédiaŒuvres sur Wikisource

Illustration : Silhouettes parisiennes par Olympe Audouard, 1883, domaine public, collections de la BNF, via Wikimédia Commons

Pauline Thys (1835, Paris – 1909, Ixelles)

Aussi bien compositrice, librettiste que dramaturge et romancière, Pauline Thys est l’autrice de plusieurs opéras-comiques et opérettes joués avec succès dans les années 1850 et 1860 à Paris. Elle fonde par ailleurs en 1877 l’Association des femmes artistes et professeurs qui vise promouvoir les créations artistiques des femmes. Les Archives nationales conservent les manuscrits de quatre de ses œuvres : Cricri (1859), Le Talisman (1865), Les Trois Curiaces (1866) et Le Mariage de Tabarin (1876).

Notices Personne 1 et 2 (Archives nationales) – Article WikipédiaŒuvres sur Wikisource

Illustration : La Pomme de Turquie, opéra-bouffe de Pauline Thys, édité en 1857, collections numérisées de la BNF sur Gallica

Tony d'UlmèsTony d’Ulmès (1870, Arras – 1917, Nice)

Tony d’Ulmès, romancière, dramaturge et journaliste, est le pseudonyme de Berthe Rey. On sait peu de choses sur elle, si ce ne sont les œuvres publiées et les articles de presse glanés sur Gallica. Sa sœur utilise le pseudonyme de Renée ou Renée Tony d’Ulmès… Originaires d’Arras, écrivant parfois ensemble, elles meurent à quelques mois d’intervalles, respectivement en décembre 1917 et en juin 1918. Mais à laquelle des deux doit-on attribuer Le Droit de tuer, drame donné au Théâtre du Grand-Guignol en 1898 ? (A priori plutôt à Tony d’après la presse…).

Notice Personne (Archives nationales)Article WikipédiaŒuvres sur Wikisource

Illustration : Berthe Rey, dans La Revue hebdomadaire, 1918, collections numérisées de la BNF via Wikimédia Commons

Jane de La Vaudère (1857, Paris – 1908, Paris)

Traduite en allemand, portugais ou en hongrois, poètesse, romancière mais aussi dramaturge, Jane de La Vaudère a écrit plus d’une cinquantaine d’œuvres littéraires. Parmi les six manuscrits conservés aux Archives nationales, trois concernent des saynètes représentées sur les scènes théâtrales de l’Exposition universelle de Paris en 1900 : Cambrioleurs, Guignolette à l’Exposition et Kadidja.

Notice Personne (Archives nationales)Article WikipédiaŒuvres sur Wikisource

Illustration : Portrait de Jane de La Vaudère sur une gravure publicitaire d’E. de Lauda, 1902, via Wikimédia Commons

Mélanie WaldorMélanie Waldor (1796, Nantes – 1871, Paris)

Romancière, poétesse et dramaturge, Mélanie Villeneuve, connue sous son nom de plume Mélanie Waldor, est l’autrice de quatre pièces de théâtre jouées et publiées au milieu du XIXe siècle.

Notice Personne (Archives nationales)Article WikipédiaŒuvres sur Wikisource

Illustration : Portrait de Mélanie Waldor par Boilly, Musée Magnin (Dijon), via Wikimédia Commons

X comme toutes celles qui restent inconnues

Autrices sous pseudonyme non identifiées, initiales et noms plus ou moins énigmatiques, comme mesdames Le Dhui, G. Geffroy, Théo-Lemaire, R. May, Georges L… Les pièces de théâtre non publiées sont légion, et difficile sans l’aide des bases de données bibliographiques, d’identifier les individus. Sans compter les manuscrits dont l’auteur est inconnu (plus de 2100 par exemple sur les 9400 pièces jouées dans les petits théâtres parisiens).

Illustration : Paraviédès, drame en trois actes, tiré du roman de La Carte jaune d’Eugène Chaput, par Mme ***, représenté à Paris au théâtre du Panthéon le 18 février 1837, via Gallica

JennY Sabatier (1840, Paris – 1928)

Jenny Caroline Thircuir, connue sous le pseudonyme de Jenny Sabatier, est complimentée à l’âge de 19 ans par Alphonse de Lamartine pour ses vers. Le poète préface son recueil Rêves de jeunesse publié en 1863. La poétesse est également librettiste et dramaturge. Deux comédies non publiées et représentées en 1877 sur la scène du Théâtre parisien sont conservées aux Archives nationales.

Notice Personne (Archives nationales)Article WikipédiaŒuvres sur Wikisource

Illustration : Un Service d’ami, opéra-comique de 1863, paroles de Jenny Sabatier, musique d’Edmond Hocmelle, sur Gallica.

Hélène de Zuylen de Nyevelt de HaarHélène de Zuylen de Nyevelt de Haar (1863, Paris – 1947, Lisbonne)

Aristocrate, femme des arts et de lettres, pilote automobile ! … et dramaturge, Hélène de Zuylen de Nyevelt de Haar, née Rothschild, écrit principalement des poèmes, dont certains en collaboration avec Renée Vivien, sa compagne à partir de 1901. Côté théâtre, elle est l’autrice d’au moins trois pièces, parmi lesquelles La Mascarade interrompue (1905), inspirée d’une nouvelle d’Edgar Allan Poe, et dont le manuscrit est conservé aux Archives nationales.

Notice Personne (Archives nationales)Article WikipédiaŒuvres sur Wikisource

Illustration : Portrait, par Zoé Lucie Betty de Rothschild, domaine public, via Wikimedia Commons

Pour aller plus loin :

 

Frise chronologique des pièces écrites par des femmes

En savoir plus sur la friseVoir en plein écran

 


2 réflexions sur « Autrices de théâtre au XIXe siècle – Challenge de A à Z »

  1. Ping : Trouvailles de Novembre 2022 « agvosupport

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.