Émile Zola, citoyen naturalisé, écrivain naturaliste

par Sonia Braham, Département Justice et Intérieur, pôle Naturalisation.

C’est au cours de l’automne 2021 que s’est concrétisé un projet qui consacre à la fois la sauvegarde d’un lieu emblématique et l’hommage rendu à une pensée engagée dans son siècle : la Maison Zola, située à Médan, dans les Yvelines, acquise par l’auteur en 1878 grâce au succès de L’Assommoir et dans laquelle il vécut une vingtaine d’années, rouvre ses portes au public après dix ans de travaux de rénovation et de restauration. Elle s’enrichit désormais d’un nouveau Musée consacré à l’affaire Dreyfus, porteur des principes de tolérance, de dignité et de respect attachés à ce nom.

Cet évènement nous donne l’occasion de rappeler qu’au même moment, en octobre 2021, 150 ans nous séparaient de la parution du premier tome de la fresque romanesque en 20 volumes [des] Rougon-Macquart, ou Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire, pièce maîtresse de l’œuvre d’Émile Zola, écrivain français, naturalisé en 1862 à sa majorité. Chef de file du roman naturaliste, il est une figure majeure du paysage littéraire de la fin du XIXe siècle et du début du XXe. Citoyen engagé, il se positionne ouvertement pour l’avènement de la République, s’érige en figure de proue de la lutte contre l’antisémitisme lors de l’affaire Dreyfus et plus généralement en défenseur d’un modèle social attaché à la lutte contre les inégalités et les injustices qui s’inscrit dans une dynamique de progrès économique et scientifique.

Le Roman des Origines

Toute sa vie, cet auteur parmi les plus prolifiques de notre histoire littéraire se fera observateur minutieux et fin analyste des faits et gestes de ses contemporains, téméraire dans son engagement en faveur de causes sociales ou artistiques qui lui paraissent nobles et justes, Et ce, de manière quasi scientifique, calquant en cela leur démarche sur celle de la médecine en plein essor, et faisant du déterminisme familial et social, la pierre angulaire de la structuration des sociétés.

Nous nous proposons de revenir ici, documents d’archives à l’appui, sur un pan de l’histoire de sa vie, relativement méconnu, du moins, souvent imparfaitement décrit, qui est celui de l’histoire de son acquisition de la nationalité française, une histoire qui retrace un itinéraire identitaire dicté à la fois par le contexte législatif alors en vigueur et par les spécificités d’une histoire familiale singulièrement marquée par les origines à la fois géographiques et sociales de ses parents. Contexte qui aura sans nul doute été décisif dans la construction de sa réflexion en général et de sa production littéraire en particulier, dans le choix de ses engagements citoyens et de ses tropismes universaliste et naturaliste, tous invariablement marqués du sceau d’une histoire des origines et de l’inscription des individus dans une lignée aux influences déterminantes.

Émile Édouard Charles Antoine Zola naît le 2 avril 1840 (Document 1) rue Saint-Joseph à Paris, de parents italiens : son père est d’origine vénitienne, et sa mère, originaire de Dourdan. Francesco Zola avait rencontré, dit-on, subjugué par sa beauté à la sortie d’une église, la jeune Émilie Aubert en 1839. Il est son aîné vingt-trois ans. Ils se marient à Paris, le 16 de la même année (Document 2), mariage par lequel Émilie Aubert perdra (provisoirement) sa nationalité française au profit de la nationalité de son époux, en vertu de la réglementation en vigueur à l’époque. C’est en effet à partir de 1804, avec l’unification du droit civil dans le Code civil français que l’on peut véritablement parler d’une « nationalité française ». Après les lois de naturalisation automatique de 1790 pour tous les étrangers ayant au moins 5 années de résidence en France, le code Napoléon impose la notion moderne de nationalité à la France, mais également au reste de l’Europe (Wikipédia). L’article 18 stipule qu’une femme française épousant un étranger perd la qualité de Française et prend la nationalité de l’époux (disposition qui sera valable jusqu’en 1927).

Détruit lors des incendies de la Commune en mai 1871, l’état civil parisien antérieur à 1860, a été reconstitué, en partie seulement. L’acte de naissance d‘Emile Zola ainsi que l’acte de mariage de ses parents font partie des documents reconstitués. Sur les 8 millions d’actes perdus, seul un tiers a en effet été rétabli.

Fiche de naissance d’Émile Zola, État civil reconstitué, Archives de Paris, V3E/N 2259, téléchargement du 18 mars 2022.

Extrait de l’acte de mariage des parents d’Émile Zola, État civil reconstitué, Archives de Paris, 5Mi1 / 2107, téléchargement du 18 mars 2022.

Libéral et franc-maçon, féru de progrès technique, « boulimique » de projets et de chantiers, sillonnant toute l’Europe, Francesco Zola participera notamment à la grande aventure des premières lignes de chemins de fer en supervisant la construction du premier tronçon européen Linz – Budweis en Autriche. François Zola est le type même de ces ingénieurs civils de la première moitié du XIXe siècle, qui, à la suite de Saint-Simon, croient au progrès par le développement du commerce et de l’industrie, mais se heurtent à l’esprit de routine et au manque de capitaux. (Colette Becker, Les Apprentissages de Zola, Presses Universitaires de France, 1993)

À la même époque, il créera « La Compagnie de chemins de fer Zola » qui entérinera la perte d’un L dans l’orthographe de son patronyme. Démissionnaire de la légion étrangère qui l’avait conduit en Algérie, il débarquera en 1833 à Marseille : il a trente-huit ans et une boulimie de constructeur. Les poches vides mais le cerveau en ébullition, il a des projets pour tout. Invente des machines à enlever la terre des chantiers (ancêtre des pelleteuses), réfléchit à des fortifications pour Paris (…). Cent fois, il engage des projets. Cent fois, il est déçu par les lenteurs administratives ou les concurrences locales. Parce qu’il est étranger, peut-être. (Doan Bui, Isabelle Monnin, Ils sont devenus français, JC Lattès, 2010, p. 29).

Ainsi que l’écrit Henri Mitterand dans la biographie (tome 1 : Sous le regard d’Olympia, Fayard, 1999) qu’il consacre à Émile Zola, à propos de son père : Malgré son intelligence, l’ampleur de ses vues et de ses prémonitions, son entregent, sa séduction, il n’avait pas réussi à surmonter le double handicap de son origine étrangère et de son arrivée tardive sur le sol français. Le succès lui sourira enfin en 1843, quand la ville d’Aix-en-Provence retient son projet de barrage et de canal pour l’approvisionner en eau potable.

Les Zola partent s’installer à Aix-en-Provence. Francesco Zola y travaillera à la construction du barrage qui portera son nom (Document 3). C’est là que, 13 ans après son arrivée en France, le 30 juillet 1843, Francesco Zola décide que le temps est venu pour lui de rédiger une demande de naturalisation sous la forme d’une demande d’admission à domicile (Document 4) qu’il rédigera à la manière d’une candidature, mettant en avant la qualité de ses projets et réalisations d’utilité publique et s’appuyant également sur son mariage et sur la naissance de son fils pour attester de son attachement à la France.

Traité entre la ville d’Aix et Monsieur Zola, ingénieur, relatif à l’établissement d’un canal à Aix et sur son territoire (1843), conservé aux Archives nationales, BB/11/478 – 7720X3

 

Extrait de la lettre de Francesco Zola demandant

l’admission à domicile en France en 1843 :

À Monsieur le garde des Sceaux,

Le soussigné François Antoine Marie Joseph Zola, ingénieur civil, concessionnaire du canal en dérivation des eaux de Cause et du Bayon à Aix-en-Provence, domicilié et demeurant à Aix, cour Sainte-Anne 33, a l’honneur de vous exposer que, né à Venise le 8 août 1793, il est venu depuis 1830 s’établir en France résidant à Marseille où il a exercé jusqu’en 1835 la profession d’ingénieur civil […] Ancien élève des écoles militaires de Pavie et de Modène et ensuite lieutenant d’artillerie au service de l’armée d’Italie sous les ordres du prince Eugène Napoléon, il n’a quitté la carrière des armes que lorsque la paix rendue à l’Europe était venue désarmer les bras des défenseurs de la France. En 1835, un concours ayant été ouvert à Marseille pour la construction d’un dock et pour la création d’une nouvelle entrée à ce port, le soussigné a soumis un projet qui remplissait ce double but, et qui a été déclaré d’utilité publique par les différentes commissions nautiques […] En 1836, le soussigné quitta Marseille pour suivre à Paris l’instruction administrative de ce projet […] et tout porte à croire que la loi relative, autorisant son exécution, sera prochainement soumise aux Chambres. Quant au Canal de sortie, le gouvernement, appréciant les immenses avantages qu’il accorderait au commerce et à la navigation, a désiré en principe qu’il sera exécuté aux frais de l’état […] En 1838, le soussigné a soumis aussi un projet de canal pour donner 1 mètre cube d’eau par seconde à la ville d’Aix et à son territoire, ainsi qu’à la commune du Tholonet, qui sont habituellement ravagés par de longues sécheresses. Deux traités signés […] assurent au soussigné la concession dudit canal pendant soixante-dix ans attendu qu’il doit l’exécuter à ses frais, risques et périls […]

L’exposant qui habite la France depuis treize ans, qui a transporté et fixé depuis lors les sièges de sa profession, qui a acheté des immeubles, qui a soumis trois projets d’utilité publique et obtenu la concession d’un d’eux pour soixante-dix ans, qui a, enfin, employé une partie de son avoir et tout son temps pendant plus de huit ans pour la création d’établissements aussi importants, n’est pas sans quelques droits pour obtenir l’autorisation de fixer son domicile légal en France afin de jouir des droits relatifs. Une autre circonstance favorable à l’admission de cette requête est fournie par le mariage contracté par le soussigné devant la mairie du 1er arrondissement de Paris et à l’église de Saint-Germain-l’Auxerrois avec la demoiselle Émilie Aubert, native de Dourdan (Seine-et-Oise), ainsi que par la naissance d’un fils inscrit au registre de l’État civil du 3e arrondissement de Paris. En conséquence, le soussigné a l’honneur de s’adresser à vous, monsieur le ministre, pour qu’il vous plaise de lui faire obtenir de la munificence de Sa Majesté, sur votre rapport préalable, son domicile légal à Aix-en-Provence, centre de ses entreprises, et de lui délivrer à cet effet les lettres d’autorisation relatives.  Ce sera un acte d’encouragement et la récompense la plus flatteuse pour les efforts et les sacrifices que le soussigné a déjà faits et qu’il continuera de faire pour être utile au pays auquel il est complètement dévoué.

Veuillez agréer l’expression de la haute considération et du profond respect avec lesquels le soussigné a l’honneur d’être.

Votre très humble et très obéissant serviteur,

Aix, le 20 juillet 1843, F. Zola.

1/3 : Demande d’admission à domicile de François Antoine Marie Joseph Zola (père d’Emile Zola), 20 juillet 1843, conservée aux Archives nationales, BB/11/478 – 7720X3

2/3 : Demande d’admission à domicile de François Antoine Marie Joseph Zola (père d’Emile Zola), 20 juillet 1843, conservée aux Archives nationales, BB/11/478 – 7720X3

3/3 : Demande d’admission à domicile de François Antoine Marie Joseph Zola (père d’Emile Zola), 20 juillet 1843, conservée aux Archives nationales, BB/11/478 – 7720X3

Il n’y aura malheureusement pas de réponse à cette demande, Francesco Zola ayant contracté une pneumonie sur le chantier du Canal d’Aix. Il meurt le 27 mars 1847 à Marseille, laissant le petit Émile, 7 ans, orphelin de père. Son épouse, Émilie, réintègre alors automatiquement, en tant que veuve, la nationalité française, en vertu de l’article 19 du Code civil. En effet, si la femme veuve ou divorcée d’un étranger réside en France, sa réintégration est automatique (article 19 du Code civil). En revanche, si elle réside à l’étranger, elle doit obtenir une autorisation du gouvernement pour rentrer en France puis se faire réintégrer dans la qualité de Française. La loi du 26 juin 1889 (article 19) mettra fin à la réintégration automatique en généralisant la demande d’autorisation du gouvernement. Cf thèse d’Arzu Aktas, L’acquisition et la perte de la nationalité française : 1804-1927, 7 décembre 2012, p.186 (en ligne).

Suite à de mauvais choix financiers opérés par son mari, elle se retrouve dans l’obligation de faire face à de graves difficultés pécuniaires. Les créanciers poursuivent la Société du Canal. Émilie Aubert doit se rendre à Paris en 1851 pour suivre les actions en Justice que ceux-ci ont intentées. La société est déclarée en banqueroute le 10 mai 1853 et rachetée aux enchères par ses créanciers pour une bouchée de pain.
Dès lors, ayant regagné la Provence et secondée par ses parents, son père reprenant même un emploi à l’âge de 72 ans (il loue un four à pain à Aix) et sa mère, Henriette, vaquant avec elle aux travaux domestiques, elle s’attachera à faire en sorte qu’Émile ne manque de rien et à assurer son éducation. Une vraie femme de la Beauce, native d’Auneau, peut-on lire à propos d’Henriette, très vive, très gaie, très ronde. Une forte tête, débrouillarde, prête à porter aussi gaillardement la gêne que la vieillesse. À soixante et dix ans sonnés, pas un cheveu blanc ! Tant que son gendre avait vécu, elle était restée un peu dépaysée, dans cet intérieur confortable, luxueux même, au milieu des habitudes de vie large où se complaisait l’ingénieur vénitien. Mais, lorsqu’on fut obligé de se passer de domestiques, de tout faire par soi-même dans le ménage, elle retroussa ses manches et trima comme quatre, nullement attristée par ce revers de fortune, plutôt rajeunie et ragaillardie. Les mauvais jours la trouvent debout. (Paul Alexis, Notes d’un ami, éd. Charpentier, 1882, pp. 15-16)

L’enfant est choyé et élevé dans le culte de la mémoire de son père. Il ne faut pas contrarier un enfant frappé si tôt par le grand malheur de perdre son père, telle est la doctrine qui présidera à son éducation.

Émile a déjà 7 ans lorsqu’il est scolarisé pour la première fois. Sa mère et sa grand-mère ont obtenu pour lui une place à la pension Notre-Dame d’Aix-en-Provence où il reçoit une instruction de qualité pendant cinq ans. L’enfant reçoit également une éducation religieuse et fait sa première communion et sa confirmation en juin 1852.

Émile Zola entre au collège Bourbon en 1852, toujours à Aix où, avec Paul Cézanne qui l’initie aux arts graphiques et avec Jean Baptistin Baille, ils forment un trio d’amis inséparables, tous férus de littérature, dévorant les livres d’Hugo, de de Vigny, de Musset… C’est à cette époque qu’il s’essaye à l’écriture : vers, prose, théâtre… Les amis s’adonnent à d’interminables parties de chasse et de pêche et font de grandes balades dans la nature, grisés par le grand air et les lectures enfiévrées des auteurs romantiques.

En 1857, Zola a 17 ans. Sa grand-mère meurt et la situation matérielle de la famille se dégrade encore. Il vient d’entrer en classe de seconde et sa mère décide de gagner seule, Paris, solliciter pour ses procès l’aide des anciens protecteurs de son mari. Émile et son grand-père la rejoignent en 1858 après une dernière excursion dans la garrigue et au « barrage Zola ». Émile embrasse ses fidèles Cézanne et Baille, le cœur gros de les quitter et d’abandonner sa chère Provence. Ils se promettent de se retrouver tous trois à Paris prochainement.

À Paris, la vie est dure. Émile et sa mère se sentent isolés et l’argent se fait rare.  En évoquant ce souvenir douloureux, il dit qu’ « être pauvre à Paris, c’est être pauvre deux fois » (Lettre à Jean-Baptistin Baille de 1860 in Henri Mitterand, Zola, La vérité en marche, Découvertes Gallimard, 1995, p. 22). Petit à petit, Zola parvient tout de même à sortir de son isolement en se constituant un petit cercle d’amis, majoritairement originaires d’Aix. Dans le même temps il parfait sa culture humaniste en lisant notamment Molière, Montaigne et Michelet. Balzac, qui aura une influence capitale sur son œuvre à venir, n’intéresse Zola qu’à partir de 1866. Ayant par deux fois échoué au baccalauréat et souhaitant subvenir à ses besoins et à ceux de sa mère, il entreprend de rechercher un emploi.

L’acquisition de la nationalité française et l’engagement de l’écrivain

Il commence sa vie professionnelle aux Docks de la douane en avril 1860 comme employé aux écritures, pour à peine soixante francs par mois et n’y reste que trois mois. Peu après, et en application de l’article 9 du Code civil qui accorde aux fils d’étrangers nés en France la faculté « de réclamer, dans l’année qui suivra l’époque de leur majorité, la qualité de Français », Émile Zola demande et obtient la nationalité française. Le procès-verbal de sa demande a été enregistré le 7 décembre 1861 à la mairie du 5e arrondissement de Paris (Archives de Paris, Vbis 5 I2 1).

Archives de Paris, Vbis 5 I2 1

En 1862, grâce à une connaissance indirecte de son père, il se fait embaucher chez Hachette en tant que commis aux expéditions. Il est chargé de lire toutes les publications de la maison et de s’en faire le promoteur auprès des critiques littéraires. Il y restera quatre ans, gravissant les échelons et prenant rapidement la tête de son service. C’est une position stratégique pour celui qui sait depuis longtemps déjà qu’il a une vocation d’écrivain : outre les revenus, assez faibles, que ce travail lui procure, il lui permet de se faire un carnet d’adresses et de rencontrer les grandes figures du monde littéraire. Par ailleurs, à la librairie Hachette, l’idéologie positiviste et anticléricale, au sein de cette entreprise spécialisée dans la vulgarisation scientifique et les dictionnaires, le marque profondément. (Wikipédia)

Mettant à profit son temps libre pour écrire avec acharnement, il réussit à faire publier ses premiers articles et son premier livre : Les Contes à Ninon, qui paraît en 1864.

Le 31 janvier 1866, à 26 ans, Émile Zola décide de démissionner de la librairie Hachette et de ne plus vivre que de sa plume. Sa production littéraire s’étoffe, l’éventail de ses lectures également. Dès 1863, il entame une collaboration de plus en plus nourrie aux rubriques de critique littéraire et artistique de différents journaux. Prenant la défense de peintres refusés au salon, comme Manet, il se construit une réputation de critique d’avant-garde. Bénéficiant de l’essor de la presse au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, il publie des centaines d’articles (dans L’Événement et L’Événement illustré, La Cloche, Le Figaro, Le Voltaire, Le Sémaphore de Marseille et Le Bien public à Dijon, etc.) qui lui permettent d’asseoir petit à petit son statut d’hommes de lettres engagé, à la fois journaliste politique, critique artistique et écrivain. Par des amis du peintre Édouard Manet, Zola entre au nouvel hebdomadaire républicain “La Tribune”, où il met en pratique ses talents de polémiste par l’écriture de fines satires anti-impériales. Mais c’est dans “La Cloche” que ses attaques les plus acides contre le Second Empire sont publiées (Wikipédia).

En 1867, Émile Zola publie son roman Thérèse Raquin. Ce livre, qui fera connaître l’écrivain au public parisien, se veut une analyse des effets de la confrontation entre des personnages dont il croise la description minutieuse des conditions sociales dans lesquels ils évoluent avec celle de leurs tempéraments particuliers. S’inspirant entre autres des travaux de Taine, de scientifiques comme Claude Bernard ou Auguste Comte, et profondément marqué par la découverte de la Comédie Humaine de Balzac, Zola y illustre les effets du déterminisme et de l’influence du milieu, appliqués à la psychologie. Il y forge les caractéristiques du roman expérimental ou naturaliste qu’il développera ensuite dans le cycle des Rougon-Macquart, une série de 20 romans écrits entre 1870 et 1893 qui a pour sous-titre : Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le second Empire. À travers elle, il entend également dépeindre plus largement la société du Second Empire en faisant la part belle aux grandes transformations qui jalonnèrent cette époque : urbanisme parisien, grands magasins, développement du chemin de fer, apparition du syndicalisme moderne, etc.). Cette fresque littéraire signera l’apogée du mouvement naturaliste en littérature dont Zola est, avec les frères Goncourt, Alphonse Daudet, Octave Mirbeau, puis Guy de Maupassant un des principaux représentants. Notre héros, écrit Zola, n’est plus le pur esprit, l’homme abstrait du XVIIIème siècle. Il est le sujet physiologique de notre science actuelle, un être qui est composé d’organes et qui trempe dans un milieu dont il est pénétré à chaque heure. (Zola, dans Les Romanciers naturalistes, 1881).

Premier volume de la série, La Fortune des Rougon est publié en octobre 1871. Il a pour cadre une petite ville appelée Plassans qui ressemble en de nombreux points à Aix-en-Provence où l’écrivain a passé une partie de sa jeunesse. Ainsi que l’écrit Zola dans la préface de l’ouvrage, c’est le « Roman des origines ». Il marque le début de la généalogie des Rougon-Macquart. (Document 6). L’auteur présente dans son introduction ce que sont pour lui Les Rougon-Macquart : une étude anthropologique, et La Fortune des Rougon en est le prologue. Je veux expliquer comment une famille, un petit groupe d’êtres, se comporte dans une société, en s’épanouissant pour donner naissance à dix, à vingt individus qui paraissent, au premier coup d’œil, profondément dissemblables, mais que l’analyse montre intimement liés les uns aux autres. L’hérédité a ses lois, comme la pesanteur. » (Émile Zola, préface de La Fortune des Rougon, 1er juillet 1871).

L’arbre généalogique des Rougon-Macquart, établi par Émile Zola ( État de 1878) – BNF, Manuscrits, NAF 10290, f. 172

Pour chacun de ses romans, Zola prépare un long dossier préparatoire, n’hésitant pas, dès qu’il en a les moyens financiers à se rendre sur place, afin de s’imprégner du contexte et de décrire fidèlement le cadre : Ma façon de procéder est toujours celle-ci : d’abord, je me renseigne par moi-même, par ce que j’ai vu et entendu ; ensuite, je me renseigne par les documents écrits, les livres sur la matière, les notes que me donnent mes amis ; et enfin, l’imagination, l’intuition plutôt, fait le reste. Cette part de l’intuition est chez moi très grande, plus grande, je crois, que vous ne la faites. Comme le disait Flaubert, prendre des notes, c’est être simplement honnête ; mais les notes prises, il faut savoir les mépriser. (Lettre du 27 juin 1890 d’ Émile Zola à Jules Héricourt)

Durant cette période, Zola publie un roman par an. Le succès de L’Assommoir en 1877 lui assure un revenu appréciable et le met enfin à l’abri des difficultés financières. En 1881, il arrête sa carrière de journaliste pour se consacrer à l’œuvre de sa vie : le cycle des Rougon-Macquart. Il ne reprendra sa plume de journaliste qu’en 1897, lorsque le Capitaine Alfred Dreyfus, juif d’origine alsacienne est injustement accusé de trahison. Zola rédige alors son célèbre article J’accuse…!, en 1897, paru dans L’Aurore, une lettre qui s’adresse à Félix Faure, président de la république française et dans laquelle Zola prend la défense du capitaine Dreyfus. Zola est accusé de diffamation. Condamné à un an de prison, il s’exile à Londres

Les attaques xénophobes dont Zola fait l’objet au cours de l’Affaire Dreyfus seront sans doute déterminantes dans la démarche qui sera la sienne de réhabilitation de ses origines italiennes et de la mémoire de son père salie par les anti-Dreyfusards, via des recherches qu’il entreprendra à la fin de sa vie sur ce père qu’il a si peu connu et auquel il consacrera trois articles dans L’Aurore, plus tard publiés dans La Vérité en marche.

Tout commence par un nom « Zola » et par un prénom « Émile », traces d’une origine à la fois française et italienne. L’auteur des Rougon-Macquart tient à cette alliance : il signe ses lettres « Émile Zola », en écrivant entièrement son nom et son prénom, sans utiliser d’abréviation— y compris les lettres qu’il adresse à sa femme, Alexandrine, à sa maîtresse, Jeanne Rozerot, ou à ses enfants. Après sa mort, Alexandrine permettra que les enfants de Jeanne portent officiellement le nom d’« Émile-Zola » : soudant les deux mots par un trait d’union, elle marquera ainsi leur caractère indissociable. (Alain Pagès, Owen Morgan, Guide Émile Zola, éditions Ellipses, 2002.

Sa vie durant, ses doubles origines française et italienne marqueront de leurs empreintes à la fois son œuvre, ses engagements et ses prises de position. Mais également celles de la société envers lui, depuis les quolibets dont il est victime au lycée en raison de son accent méridional jusqu’aux attaques franches et violentes dont il est l’objet lors de l’Affaire Dreyfus pendant laquelle ses détracteurs ne manquent pas de le brocarder et de le stigmatiser en raison de ses origines italiennes. Accusé de diffamation suite à la parution de son « J’accuse », il déclarera, lors de sa comparution au Tribunal de Versailles en 1898 : Et qu’ils sont donc bêtes ceux qui m’appellent l’Italien, moi, né d’une mère française, élevé par des grands-parents beaucerons, des paysans de cette forte terre, moi qui ai perdu mon père à sept ans, qui ne suis allé en Italie qu’à cinquante-quatre ans, et pour documenter un livre. Ce qui ne m’empêche pas d’être très fier que mon père soit de Venise, la cité resplendissante dont la gloire ancienne chante dans toutes les mémoires. Et, même si je n’étais pas français, est-ce que les quarante volumes de langue française que j’ai jetés par millions d’exemplaires dans le monde entier ne suffiraient pas à faire de moi un Français, utile à la gloire de la France !

Déposée à la mort de l’écrivain, en 1902, par le député socialiste du Cher Jules-Louis Breton, la proposition de loi « relative à la translation des cendres d’Émile Zola au Panthéon » ne fut adoptée que le 13 juillet 1906, au lendemain de la réhabilitation d’Alfred Dreyfus, par une Chambre qui venait de voter la réintégration dans l’armée de celui que le conseil de guerre avait injustement condamné (Zola au Panthéon).

 Jusqu’à sa mort en 1902, Zola consacrera l’essentiel de son temps à l’écriture et à une nouvelle passion : la photographie. Il photographiera notamment l’exposition universelle qui le fascine, laissant derrière lui un impressionnant reportage photographique pour l’histoire, scellant par la même cette alliance à laquelle il fut indéfectiblement fidèle : celle de l’observation, de la science, de l’art et de l’intuition. Une alliance au service de la vérité et de la justice, assurément convoquée par un questionnement constant sur l’influence des origines et celle du milieu dans l’édification et le devenir des sociétés.

Après une rude polémique, les cendres d’Émile Zola furent transférées au Panthéon le 4 juin 1908.


3 réflexions sur « Émile Zola, citoyen naturalisé, écrivain naturaliste »

  1. Vous écrivez : “Jusqu’en 1902, date de sa mort à Médan dans sa maison…”
    Surprise : “La mort d’Émile Zola est survenue au matin du 29 septembre 1902 en son domicile du 9 arrondissement de Paris, au 21 bis, rue de Bruxelles”

    • Bonsoir Monsieur,
      Oui, bien sûr. Veuillez excuser cette méprise. Son décès est évidemment survenu en son domicile du 9e arrondissement. Cette erreur sera corrigée au plus vite. Merci de m’avoir alertée.

  2. Article de grande qualité de fond et de forme . Permet de reprendre contact avec Zola et d’observer le lent cheminement de notre humanité : la question de différence est encore bien d’actualité ainsi que celle des origines … Donne envie de relire cet écrivain pour honorer son oeuvre et son parcours singulier .
    Merci à l’auteure de l’article !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.