Vous qui aimez l’histoire, n’oubliez pas les notaires…

Cette exposition virtuelle ne présente qu’un nombre limité d’actes concernant Molière, mais chacun constitue un jalon qui documente de manière archivistique la vie du maître et que l’on peut relire au gré des avancées de la recherche avec profit, comme toute source d’archives, pour lui faire dire encore plus, comme l’on fait encore récemment les plus sérieux biographes du poète national. De fait, les utilisateurs des fonds du Minutier central des notaires de Paris sont familiers de ce qui constitue simplement un aspect de la documentation sur laquelle appliquer la méthodologie historique. Ils connaissent leurs promesses et savent bien que l’on peut en faire autant avec tout autre personne ayant vécu et travaillé dans la capitale, et ce, même si cette personne n’a pas appartenu aux couches les plus élevées de la société d’Ancien Régime. C’est la richesse des archives notariales, surtout pour l’Ancien Régime, “archives publiques de la vie privée”.

Frontispice du Médecin malgré lui dans une petite édition parisienne des Œuvres complètes de 1739

Alors n’oublions pas le notaire ! Molière en a fait travailler au moins dix-huit, plus ou moins directement, bien sûr. Nous en retiendrons ici trois : Jean Levasseur, Léonor Pain et Pierre Gigault. Le premier est le seul à recevoir des actes avant et après les tournées en province de l’Illustre Théâtre. Issu d’une importante famille de notaires, il est le petit cousin du poète Jean Chapelain, qui recommande Molière pour une pension dans sa Liste de quelques gens de lettres vivant en 1662. Notaire des débuts de l’Illustre Théâtre, il reçoit dans son étude sise rue Saint-Honoré, au coin de la rue des Bons-Enfants, dans les années 1643-1645, des actes pour Molière et les Béjart lorsque les comédiens font affaire avec le paveur Léonard Aubry pour aménager l’accès à leur salle, empruntent plusieurs fois auprès d’un bourgeois de Paris, François Pommier, ou, les difficultés financières se faisant plus pressantes, se mettent d’accord pour affecter les éventuels bénéfices de leur activité au remboursement de leurs dettes. C’est chez lui aussi qu’ils embauchent le danseur Daniel Mallet [1], aux termes d’un acte où apparaît pour la première fois le surnom de « Molliere », dans le texte sous la forme « Jean-Baptiste Pocquelin, dict Molliere », et avec une signature qui, pour la seule et unique fois à notre connaissance, omet le patronyme Poquelin. Pour la pension accordée à Louis Béjart en 1670, les comédiens signent devant le fils de notre notaire, Claude Le Vasseur, théoriquement installé rue de Condé, mais selon La Grange, l’acte aurait été reçu par « Le Vasseur, notaire, rue Saint-Honoré près la barrière aux sergents », soit à l’adresse du père [2]. Ce fils Claude eut d’ailleurs des démêlés judiciaires avec sa femme, accusée d’adultère, et on a pu le voir comme un modèle de Georges Dandin… Enfin, c’est le vieux Jean Levasseur qu’Armande fait chercher pour s’occuper de l’inventaire après décès de son mari. Léonor Pain, notaire de 1655 à 1667, est installé rue Saint-Honoré, lui aussi, près le Palais-Royal. Proche du Louvre autant que du Palais-Royal, il bénéficie d’une clientèle attachée au service des maisons royales, officiers de tous rangs, artisans et artistes des rues Saint-Thomas, Fromenteau, Champ-fleuri, ces rues aujourd’hui disparues entre Louvre et Tuileries… C’est son étude que choisit la troupe à son retour à Paris en 1659 : il y reçoit le contrat par lequel la troupe s’attache – provisoirement – les talents de Du Parc et de sa femme, le contrat de mariage de Marin Prévost et d’Anne Brillart, celui de Molière et d’Armande, la mise en apprentissage de la petite Catherine Réveillon ou du jeune Jean Rondeau chez le père de Molière, le marché des décors du Don Juan, le sous-bail de l’appartement de la rue Saint-Thomas-du-Louvre et le transport du bail de la maison Millet en 1666.

Troisième notaire remarquable, Pierre Gigault, enfin, est l’un des notaires les plus fréquentés par Molière. Lui aussi installé rue Saint-Honoré, à l’angle des rues du Coq puis de Grenelle-Saint-Honoré, il est sollicité une fois en 1664 et intervient surtout après le retrait de Pain. C’est un des grands notaires de la place parisienne, jusqu’à son retrait en 1675. Si, malheureusement, une grande partie de ses minutes a disparu, il consigna la déclaration du mathématicien Rohault (1618-1672), intermédiaire de Molière pour un prêt à son propre père – à rebours de la situation de L’Avare ! –, le prêt d’argent de Molière à Lully (décembre 1670) et les quittances de succession de la famille Poquelin (octobre 1671, avril 1672). Enfin, ce “notaire de famille” épousa en 1659 Madeleine Cressé – ce nom est celui du grand-père maternel de Molière –, sœur d’un médecin dont les démêlés judiciaires, au dire d’une lettre de Gui Patin[3], incitèrent un temps Molière à écrire une comédie.

Même si le format de cette présentation virtuelle ne permet de mettre en valeur que quelques-uns des 40 actes notariés signés par Molière conservés au Minutier central des notaires de Paris, sans parler des actes le concernant qu’il n’a pas signé car faisant confiance à l’un de ses proches –, ils suffisent à entre-apercevoir ce que fut la jeune troupe de l’Illustre Théâtre dans ses débuts ambitieux, mais difficiles à Paris, et surtout, ils montrent le vrai bourgeois de Paris qu’était Molière, bien installé, dans sa capitale, son réseau amical et familial, sa connaissance intime aussi de ces professionnels du contrat qu’étaient les notaires et qu’il n’a pas manqué de faire parfois monter sur scène : précieux témoins d’une vie quotidienne peu lisible autrement, même si comme la plupart des sources, ces actes nous en disent trop peu sur un homme dont on voudrait tout savoir tant nous en faisons notre ami. Pour le mieux connaître, courrons au théâtre…

Timbre reprenant les frontispices du peintre François Boucher pour l’édition de Paris des Œuvres de Molière en 1734 (coll. part.)

Marie-Françoise Limon-Bonnet
Conservateur général du patrimoine
Responsable du Minutier central des notaires de Paris
Archives nationales

Lien vers les fonds d’archives des notaires dans la salle des inventaires virtuelle

[1] MC/ET/XLV/182, 1644, 28 juin.

[2] Miller & Jurgens, op. cit., p. 468.

[3] Cf. E. M. Miller, « Molière, l’affaire Cressé, and Le médecin fouetté et le barbier cocu », dans Publications of the Modern Language Association of America, December 1957, vol. LXXII, p. 854-862.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.