Pourquoi l’historien oublie de pleurer face à un inventaire après décès

Inventaire après décès de Molière
13-21 mars 1673

Molière meurt le 17 février 1673, après la 4e représentation de sa dernière pièce en date, Le Malade imaginaire. Une pièce mise en musique par Marc Antoine Charpentier, ancien protégé de Marie de Guise, dont la musique a donc retenti dans les salons de l’hôtel de cette dernière, un hôtel que la famille de Soubise rachète au tournant du XVIIe et du XVIIIe siècle pour le reconstruire en 1704, celui-là même qui abrite aujourd’hui le site parisien des Archives nationales.

Plus certainement que d’une longue maladie chronique, Molière meurt sans doute d’une méchante grippe alors que l’épidémie galopait dans Paris. Les contemporains sont cependant frappés par la brutalité de cette mort d’un homme d’à peine plus de 50 ans, qui meurt au sortir de scène, à peine transporté chez lui à deux pas de son théâtre, rue de Richelieu. C’était aussi incontestablement un homme qui travaillait (beaucoup) trop, le bien être de bien du monde dépendant de ses succès.

Comme pour d’autres talents morts au sommet de leur art, l’amateur ne peut que spéculer sur les chefs d’œuvre qui n’auront pas eu le temps de voir le jour…

Pour la coutume de Paris, Molière meurt en laissant une veuve et une enfant en bas âge, la petite Madeleine Esprit (elle a un peu plus de 7 ans). L’inventaire après décès est donc un passage obligé dans le règlement de la succession du défunt. La coutume estime, en effet, qu’il faut protéger les intérêts et le patrimoine du mineur en cas de remariage –fréquent à l’époque et ce fut bien le cas d’Armande – du conjoint survivant, d’où la nécessité de décrire de quoi exactement se composent les biens du défunt. Un inventaire après décès se présente en deux parties principales : la première est un descriptif des meubles meublants et objets que l’on trouve au domicile du défunt (y compris, le cas échéant dans une maison de campagne, comme pour Molière qui, en sus de son grand appartement de la rue de Richelieu, louait une maison de campagne à Auteuil) ; la seconde est une liste des papiers et titres trouvés dans ce même domicile que le notaire estime utiles au règlement de la succession. Cette dernière partie, bien sûr, lue avec attention, permet de rebondir sur d’autres documents d’archives ; c’est l’une des raisons pour lesquelles l’historien aime tant tomber sur cette pièce quand elle existe.

De fait, dans l’en-tête de celui de Molière, l’objectif est bien annoncé : il s’agit de « l’inventaire et description de tous les biens meubles, ustancilz d’hostel, or et argent monnoyé, lettres, papiers et enseignements dellaissez après le decedz ». On y apprend aussi au détour d’une phrase que le couple vivait avec deux servantes, dont une préposée à la cuisine – « Renée Vannier dict La Forests et Catherine Lemoyne » – et l’on sait la place de ce rôle dans certaines pièces de Molière jusqu’à Toinette dans Le Malade imaginaire, précisément.

La première partie nous montre qu’à son décès Molière et Armande vivaient dans un intérieur confortable, chaudement et abondamment meublé – on en attendait pas moins d’un tapissier de métier (un tapissier est une sorte de décorateur-aménageur d’intérieur, à l’époque, il vend ou loue du mobilier). La description se fait de pièce en pièce, on suit le notaire et son clerc, de la cuisine aux pièces d’apparat, en passant par les caves et le grenier, chaque objet est prisé et entre ainsi dans l’actif de la succession – trois estampes en papier vernis, deux du portraict de la feue royne mere, l’autre du seigneur mareschal de Turenne, prisez trois livres…On découvre dans l’appartement d’Armande un « grand clavesin de sept piedz de long à deux claviers sur son pied de bois de noyer … un autre petit clavesin de cinq piedz de long » (60 livres), quantité de cabinets (des meubles avec beaucoup de petits tiroirs), des  guéridons, des pendules, des miroirs, des tentures de tapisseries, des tapis de Turquie et des tapisseries de verdure,  et bien sûr des tableaux (dont une Vierge et une Sainte Catherine). Des lits dont « une couche à piedz  d’aiglon feins de bronze verte » (2000 livres). C’est aussi par cet inventaire qu’on a une idée des contenus de la bibliothèque de Molière…

Cependant, si l’inventaire de Molière ressemble à biens des inventaires de ses contemporains, il en diffère cependant par un point, essentiel aux yeux de l’historien du théâtre. Au revers d’un folio apparaissent ces mots presque magiques : “Ensuivent les habitz de theatre”… Ils sont (presque) tous là (et valent pour certains très cher), dans des boîtes ou des paniers, avec des adjectifs et des noms évoquant étoffes et coloris, une source exceptionnelle pour documenter cet aspect des choses.

Ensuivent les habitz de theatre : (fol. 13 v°)

Item, une masne dans laquelle il y a un habit pour la representation du Bourgeois gentilhomme, concistant en une robbe de chambre, raye double de taffetas aurore et vert, un hault de chausse de panne rouge, une camisolle de panne bleue (…) , un bonnet de nuict et une coiffe, des chausses et une escharpe de toille peinte et indienne, une veste à la Turque et un turban, un sabre, des chausses de brocard musque garnis de rubans verts et aurore et deux pointz de Sedan, le pourpoint de taffetas garny de dantelle d’argent faux, le ceinturon, des bas de soye vert et des gandz aveq un chappeau garny de plumes aurore et vert, prisé ensemble soixante dix-livres, cy… 70 l.

Item, une boiste dans laquelle est un habit pour la representation de Pourceaugnac, concistant en un hault de chausse de damas rouge garny de dantelle, un justeaucorps de vellours bleu, garny d’or faux, un ceinturon à frange, des jaretieres vertes, un chapeau gris garny d’une plume verte, l’escharpe de taffetas vert une paire de gandz, une juppe de taffetas vert garny de dantelle et ung manteau de taffetas aurore, (fol. 14) une paire de soulliers, prisé trente livres, cy… 30 l.

Item, une autre boiste où est l’habit de la representation de L’Amphitrion, contenant un thonnelet de taffetas vert, avecq une petite dantelle d’argent fin, une chemisette de mesme taffetas, deux cuissars de satin rouge, une paire de soulliers avecq les lassures garnies d’un gallon d’argent avecq un bas de soye Celadon, les festons, la ceinture et un juppon et un bonnet brodé or et argent fin, prisé soixante livres, cy… 60 l.

Item, une autre boiste où est l’habit de la representation du Tartufe, concistant en pourpoinct, chausse et manteau de Venitienne noire, le manteau doublé de tabis et garny de dantelle d’Angleterre, les jaretieres et rondz de soulliers et soulliers pareillement garnis, prisé soixante livres, cy… 60 l.

Item, une boiste dans laquelle sont les habitz de la representation de Georges Dandin, concistant en hault de chausse et manteau de taffetas musque, le collet de mesme, le tout garny de (fol. 14 v°) dantelle et boutons d’argent, la ceinture pareille, le petit pourpoinct de satin cramoisy, autre pourpoinct de dessus de brocard de differentes coulleurs et dantelles d’argent, la fraise et souliers ; dans la mesme boiste est aussy l’habit du Mariage forcé qui est hault de chausse et manteau de coulleur d’ollive doublé de vert, garnis de boutons violletz et argent faux et un juppon de satin à fleur aurore garny de pareilz boutons faux et sa ceinture, prisez soixante livres, cy… 60 l.

Item, une autre boiste où sont les habitz de la representation de Misantrope concistant en hault de chausse et justeaucorps de brocart rayé or et soye gris, doublé de tabis, garny de ruban vert, la veste de brocart d’or, les bas de soye et jaretieres, prisé trente livres, cy… 30 l.

Item, une boiste des habitz de la representation des Medecins concistant en un pourpoinct de petit satin decouppé sur tocq d’or, le manteau et chausse de vellour à fondz (fol. 15) d’or garny de gance et boutons, prisé quinze livres, cy… 15 l.

Item, une autre boiste de la representation de L’Avare, concistant en un manteau, chausse et pourpoint de satin noir, garny de dantelle ronde de soye noire, chappeau, peruque, soullier, prisé vingt livres, cy… 20 l.

Item, un habit de marquis des Fascheux concistant en un ringrave de petite estoffe de soye rayée bleue et aurore, avecq une ample garniture d’incarnat et jaune, de colbertine, un pourpoint de toille colbertine, garnie de rubans, soulliers, bas de soye et jaretieres, l’habit de Caritides de la mesme piece, manteau et chause [sic] de drap garny de descoupures et un pourpoint tailladé, le justeaucorps de chasse, sabre et la sangle, ledict justeaucorps garny de gallons d’argent fin, une paire de gandz de cerf, une paire de bas à bottes de toille jaune, prisé cinquante livres, cy… 50 l.

Dans une masne, Item, servant à la representation des Femmes scavantes, composé de justeaucorps (fol. 15 v°) et hault de chausse de vellours noir et ramage à fonds aurore, la veste de gaze viollette et or, garny de boutons, un cordon d’or, jartieres, esguillettes et gands, prisé vingt livres, cy… 20 l. […]

Voilà pourquoi un historien ne pleure pas en lisant un inventaire après décès, ou, s’il pleure, c’est de joie, car, comme le poète, il tient enfin son histoire !

Madeleine Jurgens, p. 554-584

Lien vers le document dans la salle des inventaires virtuelle

MC-ET-XLV-266 ou MC-RS-409- Page 1

MC-ET-XLV-266 ou MC-RS-409- Page 2 et 3

 

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Le labo des archives (17 janvier 2022). Pourquoi l’historien oublie de pleurer face à un inventaire après décès. Archives nationales, carnet de recherche. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qnwq


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.