Prêter de l’argent en famille… et en toute discrétion.

31 août et 24 décembre 1668
Constitution de rente par Jean Pocquelin, père de Molière, à Jacques Rohault
Déclaration par Jacques Rohault en faveur de Molière
31 août 1668

La constitution de rente est l’un des actes les plus fréquents dans les minutiers parisiens d’Ancien Régime. Il faut dire qu’elle est le moyen de se faire prêter de l’argent lorsque le besoin se fait sentir, en l’absence de système bancaire ayant pignon sur rue.

Dans la constitution de rente, celui qui a besoin de liquidité constitue une rente à celui qui va lui prêter le capital dont il dispose. En l’espèce, Jean Pocquelin, père de Molière, a besoin de liquidité. Il s’adresse à Jacques Rohault, professeur de mathématiques, pour lui constituer 400 livres de rente annuelle et perpétuelle contre un capital de 8 000 livres. Au-delà du mécanisme financier, ce qui est intéressant, c’est que cet acte est immédiatement suivi au minutier du notaire qui a instrumenté, Me Gigault, d’un autre acte, dont n’aura pas immédiatement connaissance Jean Pocquelin père (et en tous les cas que ne découvriront ses autres héritiers qu’après son décès), qui est une déclaration de Rohault qui souligne que les 8 000 livres de capital ne lui appartenaient pas, mais qu’il n’a fait que prêter son nom à son ami Molière. De fait, les deux hommes se connaissent et sont même amis. Rohault (1620-1672) est le beau-fils de l’éditeur de Descartes et a lui-même publié en 1671 un Traité de physique qu’on trouve parmi les livres de Molière dans sa maison d’Auteuil.

Sans doute Molière aura-t-il jugé plus délicat de prêter de l’argent à son père par un intermédiaire, plutôt que de le faire directement. Tout au moins aura-t-il voulu assurer la pérennité de la maison familiale à l’image Saint-Christophe qui nécessitait des travaux. Madeleine Jurgens souligne aussi avec beaucoup de finesse que ces deux actes sont les seuls sur lesquels Molière orthographie son patronyme “Pocquelin” avec un “c”, comme le fait son père, alors qu’il utilise plus volontiers la graphie “Poquelin”.

Madeleine Jurgens, p. 431-436

Lien vers le document dans la salle des inventaires virtuelle

MC/ET/CXIII/66 ou MC/RS//398 page 1

MC/ET/CXIII/66 ou MC/RS//398 page 2

MC/ET/CXIII/66 ou MC/RS//398 page 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lien vers le document dans la salle des inventaires virtuelle

MC/ET/CXIII/66 ou MC/RS//399 page 1

MC/ET/CXIII/66 ou MC/RS//399 page 2

MC/ET/CXIII/66 ou MC/RS//399 page 3

 

 



Citer ce billet
Le labo des archives (2022, 17 janvier). Prêter de l’argent en famille… et en toute discrétion. Archives nationales, carnet de recherche. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qnws

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.