Solidarités familiales au sein de la troupe

19 septembre 1663 et 25 janvier 1673
Apprentissage et contrat de mariage de Catherine Réveillon

Les contrats d’apprentissage passés devant notaire sont une caractéristique de l’Ancien Régime. En effet, la plupart des « métiers jurés », c’est-à-dire organisés en corps structurés, exigent qu’un tel contrat soit signé entre le maître et l’apprenti, ce dernier étant représenté par un parent, en raison de son jeune âge. Lorsque le jeune n’a pas de parents ou s’il a servi comme laquais une personne de qualité, ce peut être son protecteur, celui qui paiera les frais d’apprentissage – car se former n’est pas gratuit –, qui signe l’acte. L’un des principaux métiers jurés exercé par les femmes dans Paris est celui de maîtresse couturière. L’acte, édité comme les autres, par Madeleine Jurgens, commence par l’énoncé de huit noms, tous de comédiens membres de la troupe du duc d’Orléans, au premier rang desquels on trouve “Jean-Baptiste Pocquelin de Molière”, qui s’engagent collectivement à placer Catherine Réveillon, orpheline de Pierre Réveillon et de Marie Bret, sa femme, tous deux membres de la troupe et décédés dès 1657. Et ce sont bien les anciens compagnons de théâtre de ses parents qui paient les frais de son apprentissage de couturière auprès de Madeleine Ferrat, maîtresse couturière rue Saint-Honoré. Les comédiens l’entourèrent aussi le 23 janvier 1673, lors de son mariage, et c’est la dernière signature de Molière dont on dispose, puisqu’il mourut le 17 février 1673 : une signature amicale, qu’il laissa comme témoin au contrat de mariage de la petite Catherine devenue grande !

Madeleine Jurgens, p. 382-384 et p. 544-547.

Lien vers le document dans la salle des inventaires virtuelle

MC-ET-XLII-154 MC-RS-387- page 1

MC-ET-XLII-154 MC-RS-387- page 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lien vers le document dans la salle des inventaires virtuelle

 

MC/ET/CXII/366 ou MC/RS//408 page 1

MC/ET/CXII/366 ou MC/RS//408 page 2 et 3

MC/ET/CXII/366 ou MC/RS//408 page 4 et 5

MC-ET-CXII-366 ou MC-RS-408 page  6


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.