Vite un théâtre !

18 et 24 novembre 1660
Devis des ouvrages de maçonnerie et charpenterie à effectuer dans la salle de comédie du Palais Royal et marché entre Paul Charpentier, maître charpentier, et Philibert Gassot, sieur du Croisy.

À la fin de l’année 1660, Molière et ses compagnons, désormais troupe de Monsieur, frère du roi, préparent leur installation dans ce qui fut la principale salle où les grandes pièces de la maturité furent jouées, le théâtre du Palais-Royal. Molière, sans doute déjà très pris par ses responsabilités de chef de troupe, de comédien et d’auteur, confie à Philibert Gassot, sieur du Croisy, l’un des comédiens de la troupe, le soin de signer les actes liés aux aménagements du théâtre. En effet, la salle du Petit Bourbon dans laquelle se produisait précédemment la troupe était destinée à la démolition, celle-ci prenant effet au 11 octobre 1660. La salle du Palais-Royal leur fut allouée à titre de dédommagement. Comme l’écrit Philippe Cornuaille dans son ouvrage sur “Les décors de Molière”, c’était “la plus belle salle de Paris, mais peut-être aussi la plus vétuste”[1]. Il est vrai qu’elle avait été construite en 1636, à la demande Richelieu, et avait besoin de grosses réparations et de sérieux aménagements. Le devis du 18 novembre, de maçonnerie et charpenterie, explique qu’il faut construire deux rangs de loges à 17 loges chacun, prévoir le parterre. C’est le maître charpentier, le bien nommé Paul Charpentier, qui s’engage, les travaux devant être livrés le 16 décembre au plus tard, moyennant 1100 livres tournois, cette somme devant être diminuée si les délais n’étaient pas respectés.

Frontispice de L’Amphitrion dans une petite édition parisienne des Œuvres complètes de 1739

Un autre marché, de menuiserie cette fois, est signé avec Denis Buret, maître menuisier, le 24 novembre, toujours devant Me Daubanton. Buret est un menuisier qui travaille de temps à autres pour la scène. Il est chargé de faire deux planchers, dont celui du parterre. Lui aussi est tenu par des délais stricts.

Les comédiens commencèrent à jouer dans leur nouvelle salle le 20 janvier 1661. Le registre de La Grange, tenu par l’un des comédiens de la troupe, documente aussi cette période.

Madeleine Jurgens, p. 351-355.

Lien vers le document dans la salle des inventaires virtuelle

-MC-ET-LIII-35 ou RS-383- page 1

-MC-ET-LIII-35 ou RS-383- page 2

MC/ET/LIII/35 ou RS//384 page 1

MC/ET/LIII/35 ou RS//384 page 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lien vers le document

 

 

 

 

 

 

 

[1] Philippe Cornuaille, Les Décors de Molière, Paris, PUPS, 2015, p. 69. Il faut lire l’analyse particulièrement fine que fait cet ouvrage des devis de 1660, proposant même parfois des reconstitutions sous forme de croquis et de maquettes du parterre et de l’amphithéâtre, p. 69-104.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Le labo des archives (17 janvier 2022). Vite un théâtre ! Archives nationales, carnet de recherche. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qnww


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.