Se donner un nom de scène…

28 juin 1644
Engagement de Daniel Mallet, danseur, avec les comédiens de l’Illustre Théâtre

Le 28 juin 1644, la troupe de l’Illustre Théâtre engage un danseur, sans doute parce qu’elle entend débuter sur la scène parisienne avec des spectacles ambitieux.

Lithogravure représentant le personnage d’Argan dans Le Malade imaginaire, d’après des dessins de Geffroy, sociétaire de la Comédie Française, et Maurice Sand, gravés par Wolf et Manceau dans une édition des Œuvres complètes de Molière en 1879 (coll. part.)

Ce contrat d’engagement, outre qu’il nous montre que la jeune troupe ne manque pas d’ambition, puisqu’elle embauche un danseur déjà renommé, est connu des moliérophiles parce qu’il est le premier à porter le surnom de Molière, orthographié au demeurant dans l’acte “Molliere” (aux lignes 5 et 6 de la première page “ce acceptans par Jean-Baptiste Pocquelin, dict Molliere”), dont l’origine est incertaine, mais non pas énigmatique. Selon Georges Forestier, éditeur et biographe de Molière, qui consacre un chapitre de sa biographie parue en 2019 à ce choix sous le titre “Et Poquelin devint Molière”[1], souligne que les noms de guerre forgés sur des patronymes champêtres accolés à la manière nobiliaire au nom de naissance sont chose commune chez les comédiens professionnels, dès le xvie siècle. De fait, dans cet acte de 1644, Molière signe, pour la seule et unique fois conservée, “De Molière”, avec particule. Si on le désigne très souvent par la suite sous le nom de “Monsieur de Molière”, ce dernier choisit cependant de signer de son patronyme, auquel il accole, sans particule, son nom de scène Jean Baptiste Poquelin Moliere ou JBP Moliere.

Moliere ou Molliere est un toponyme assez répandu dans les campagnes françaises, en particulier dans le nord de la France, où le mot désigne une carrière de pierre dure apte à fabriquer des meules de moulin, ou, au contraire, des lieux où le terrain est “mol”, c’est-à-dire gras et marécageux. On compte paraît-il des centaines de Molière, ou La Molière, en France. Ce Moliere est à mettre en parallèle avec les patronymes de Joseph Béjart dit “sieur de La Borderie”, de Germain Clérin, “sieur de Villabé”, ou de Nicolas Bonnenfant, sieur de Croisac”, tous compagnons de scène de Jean-Baptiste Poquelin.

Madeleine Jurgens, p. 241-242

Lien vers le document dans la salle des inventaires virtuelle

MC/ET/XLV/182 ou MC/RS//370 page 1

MC/ET/XLV/182 ou MC/RS//370 page 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[1] Georges Forestier, Molière, Gallimard, 2019, p. 49-70.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Le labo des archives (17 janvier 2022). Se donner un nom de scène…. Archives nationales, carnet de recherche. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qnwz


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.