Investir dans une salle de spectacle à Paris :

 l’audace de l’Illustre Théâtre

12 septembre 1643
Bail du jeu de paume des Métayers par Noël Galloys aux comédiens de l’Illustre Théâtre

Le 12 septembre 1643, un dénommé Noël Gallois, maître paumier de son état, en son nom et en celui de ses copropriétaires, donne à bail aux comédiens de l’Illustre Théâtre un jeu de paume situé sur la rive gauche de la capitale, rue de Seine, près de la tour de Nesle, non loin du débouché du Pont-Neuf [auj. 11 et 13 rue de Seine et 12 et 14 rue Mazarine]. Les jeux de paume étaient à l’époque multifonctionnels et servaient souvent de salle de spectacle. Parmi les comédiens, l’acte cite “Jan Baptiste Pocquelin”, lequel signe au bas du contrat avec tous ses premiers compagnons de théâtre ; au premier chef, on retrouve la famille Béjart. Le futur Molière a alors 21 ans et, si leur contrat d’association en tant que compagnie théâtrale dénommée “L’Illustre Théâtre”, passé quelques mois plus tôt, le 30 juin, devant le notaire Fieffé (étude LXII), et cité dans ce bail, a malheureusement disparu, le riche contenu de l’acte nous est parvenu via une transcription d’érudit. Le jeu de paume est loué moyennant une somme annuelle de 1900 livres tournois et le bail doit courir trois ans. Outre ces conditions financières, on y apprend que le jeu de paume bénéficie de deux entrées, est couvert de tuiles et qu’il va y être fait des travaux d’aménagement intérieur (“theatre, galleries et loges pour faire la commedie”) sans “incomoder les voysins”. Bien entendu, si les comédiens quittent les lieux, il leur faudra, à leurs frais, redonner à l’ensemble son allure initiale : “jusques à ce qu’il soict entierement restablis et prest à jouer la paulme en icelluy”. Il n’y a pas jusqu’aux usages du puits et des “aisances” dans la cour qui ne sont réglés par ce bail, tandis que les comédiens s’engagent à payer toutes les taxes fiscales liées au bâtiment.

Lithogravure représentant Molière dans son fauteuil en tête d’une édition de ses Œuvres complètes en 1879 (coll. part.)

L’acte est passé devant Legay (étude XCII), notaire installé rue des Boucheries, sur la rive gauche et l’on sent que ce dernier est sans doute le notaire du bailleur, le dénommé Galloys, car aucune précaution contre les impayés n’est oubliée dans les clauses du contrat, Marie Hervé, la veuve Béjart, se retrouvant en sus caution de la troupe. Plusieurs actes notariés, dont des marchés montrent alors les investissements et les montages financiers consentis par la troupe pour aménager les lieux : 6 décembre 1643, MC/ET/CXVII/516 ou MC/RS//368, fourniture de bois ; 28 décembre 1643, MC/ET/XLV/181 ou MC/RS//369, marché avec Léonard Aubry ; 17 décembre 1644, obligations à François Pommier, MC/ET/XLV/183 et 272 ou MC/RS//372 et 373 ; accord entre les comédiens, MC/ET/XLV/183 ou RS//371. La quantité même d’actes passés devant notaire peut laisser à penser que les grossistes, fournisseurs ou artisans n’avaient qu’une confiance limitée dans les capacités pécuniaires de leurs jeunes commanditaires.

On sait, alors même que la jeune troupe avait pris le soin, en gagnant la rive gauche, de s’éloigner des deux grands théâtres de la place parisienne, l’hôtel de Bourgogne et le théâtre du Marais, que les débuts difficiles de l’Illustre Théâtre à Paris firent que le bail fut dénoncé le 19 décembre 1644 par un acte signé chez ce même Legay (MC/ET/XCII/122 ou MC/RS//374).

Madeleine Jurgens, p. 227-231.

Lien vers le document dans la salle des inventaires virtuelle

MC/ET/XCII/117 ou MC/RS//366 page 1

 

MC/ET/XCII/117 ou MC/RS//366 page 2

MC/ET/XCII/117 ou MC/RS//366 page 3


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Le labo des archives (17 janvier 2022). Investir dans une salle de spectacle à Paris : Archives nationales, carnet de recherche. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qnx0


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.