Molière (1622-1673) en ses signatures

Quelques éléments sur les sources d’archives conservées à son sujet

Prologue

Au-delà du canular de Pierre Louÿs érigé au rang de controverse qui vise à faire croire que Molière n’aurait pas écrit ses pièces[1], de quelles sources d’archives dispose-t-on pour retracer sa vie, où sont-elles conservées et que permettent-elles d’établir vraiment ?

Une conservateur en poste aux Archives nationales, Madeleine Jurgens, consacra une partie non négligeable de ses travaux à reconstituer cet état des sources, épaulée par une chercheuse américaine passionnée elle aussi de Molière, Elizabeth Maxfield-Miller. Leur travail parut en 1963, sous le titre Cent ans de recherches sur Molière, sur sa famille et sur les comédiens de sa troupe. Toujours disponible sous forme d’ouvrage imprimé, cet ouvrage a aussi été numérisé dans son intégralité et figure en bonne place dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales : Madeleine Jurgens et Elizabeth Maxfield-Miller, Cent ans de recherches sur Molière, sur sa famille et sur les comédiens de sa troupe, Paris, Archives nationales, 1963, IV-860 p.

Cent ans de recherches sur Molière

Page de couverture de l’ouvrage publié en 1963 par Madeleine Jurgens et Elizabeth Maxfield-Miller sous le titre Cent ans de recherches sur Molière, avec le portrait de Molière attribué à Pierre Mignard, son ami, conservé au Musée Condé à Chantilly.

Sommaire des documents

  1. 1643, Investir dans une salle de spectacle à Paris : l’audace de l’Illustre Théâtre
  2. 1644, Se donner un nom de scène
  3. 1659, Le retour à Paris: étoffer la troupe !
  4. 1660, Tapissier et valet de chambre du roi, bourgeois de Paris, toujours !
  5. 1660, Vite un théâtre !
  6. 1662, Épouser Armande
  7. 1663, Solidarités familiales au sein de la troupe
  8. 1664, Un décor pour le Festin de Pierre
  9. 1668, Prêter de l’argent en famille… et en toute discrétion…
  10. 1670, Prêter de l’argent à Lully
  11. 1673, Pourquoi l’historien oublie de pleurer face à un inventaire après décès

    Épilogue. Vous qui aimez l’histoire, n’oubliez pas les notaires…

Madeleine Jurgens, archiviste paléographe, s’est éteinte, dans sa 103e année, le 7 janvier 2022, à quelques jours seulement du 400e anniversaire du baptême de Jean-Baptiste Poquelin, porté sur les fonts baptismaux de l’église Saint-Eustache le 15 janvier 1622. Cette présentation virtuelle de quelques-uns des actes notariés ayant jalonné la vie de Molière est donc destinée à rendre hommage et au grand homme et à la – grande – archiviste qui a traqué toutes les traces d’archives permettant de reconstituer au plus près la vie de Molière.

Pourquoi Madeleine Jurgens en est-elle venue à préparer cet ouvrage sans lequel, aujourd’hui encore, aucun historien de Molière ne peut prétendre travailler sérieusement ? Parce qu’elle était en poste au Minutier central des notaires de Paris, l’un des départements scientifiques des Archives nationales, et que celui-ci détient la plus considérable collection d’autographes du grand homme, tous placés au bas d’actes notariés dans lesquels il était « partie » (client), à titre personnel pour ses affaires de famille, mais surtout à titre professionnel, dirions-nous aujourd’hui, puisque l’on n’hésitait pas à aller devant le notaire à l’époque pour un marché d’aménagement de salle de théâtre, la commande d’un décor ou une embauche d’artiste dans la troupe…

Ces actes sont autant de supports aux signatures manuscrites que nous conservons du maître et autant de jalons de sa vie. La bibliographie des autographes de Molière est aujourd’hui entièrement consignée dans ce recueil[2], mais l’enquête va bien au-delà de quelques signatures glanées ici et là. Elle va au-delà des actes notariés parisiens, voire des Archives nationales. Elle comprend aussi les mentions dans les registres paroissiaux – Molière fut très souvent parrain –, les plaintes, pièces et arrêts judiciaires, les “privilèges” délivrés lors de l’édition des pièces, les mentions de gratifications royales…, mais la très grande majorité des signatures encore existantes de Molière (63) se trouve au bas d’actes notariés, et presque tous émanent de notaires parisiens : 40 au Minutier central des notaires de Paris, 3 sur des actes de notaires de province[3]. Quant aux rares signatures conservées hors minutiers, elles émanent aussi, pour 10 d’entre elles, de notaires parisiens, quoique passées en brevets semble-t-il. Ce qui porte le total d’actes passés devant notaire à 53[4]. Ce compte, bien sûr, ne vaut que pour ce qui a été conservé, sachant que les travaux de Madeleine Jurgens et Elizabeth Maxfield-Miller pointent aussi plusieurs pièces disparues, parfois connues par des copies d’érudits.

En effet, si ces dernières ont intitulé, en 1963, leur travail « 150 ans de recherche sur Molière », c’est qu’elles partaient de travaux du XIXe siècle, époque où Georges Monval, archiviste de la Comédie-Française, dès 1886, monta une Commission des autographes, qui compta vite bon nombre de moliéristes, souvent distingués chartistes. L’intérêt porté alors à Molière fut aussi marqué par la Nouvelle Collection moliéresque, qui parut à la Librairie des bibliophiles, à Paris (17 volumes entre 1869 et 1890), et se prolongea chez « E. Flammarion, successeur ».

L’engouement pour la recherche du moindre témoignage archivistique voire graphique de l’activité et de la vie de Molière ne s’est jamais démenti : il n’est pas impossible, même si Madeleine Jurgens a travaillé très systématiquement, de trouver un jour un nouvel acte, en particulier dans les minutiers des notaires de province puisque, avant de connaître le succès que l’on sait, Molière a beaucoup parcouru la France.

Marie-Françoise Limon-Bonnet
Conservateur général du patrimoine
Responsable du Minutier central des notaires de Paris
Archives nationales

[1] Pierre Louÿs avait prétendu en 1919 que Molière n’avait été que le prête-nom de Corneille dans l’écriture de ses pièces. Cette théorie n’est pas fondée. Le site développé par Georges Forestier http://moliere-corneille.huma-num.fr remet définitivement les choses en place. Derniers en date à se pencher sur la question : Florian Cafiero, Jean-Baptiste Camps. “Why Molière most likely did write his plays”. Science Advances, American Association for the Advancement of Science (AAAS), 2019, 5 (11), pp.eaax5489. 10.1126/sciadv.aax5489. halshs-02426621.

[2] Voir aussi : Elizabeth Maxfield-Miller et Madeleine Jurgens, « État actuel des autographes de Molière », dans Revue d’histoire du théâtre, 1955 (III-IV), p. 278-297, puis Suzanne Dulait, Inventaire raisonné des autographes de Molière, avec fac-similes de tous les autographes dont on possède encore l’original ou la reproduction figurée (1643-1967), Genève, 1967.

[3] Cf. respectivement Dulait, op. cit., n° 3, 20 et 23.

[4] Il reste donc, hors activité notariale, 5 signatures sur des actes d’état civil en province, 2 autres sur des actes judiciaires relevant du Châtelet de Paris (Arch. nat., Y//13858, 25-26 février 1662 et Y//14730, 29-31 octobre 1672), 2 sur des documents du fonds des États de Languedoc (17 décembre 1650 et 24 février 1656, Archives départementales de l’Hérault), 1 quittance au trésorier de l’Épargne du 30 juin 1660 (au musée Dobrée, à Nantes). Nous nous arrêterons ici à la seule première liste de Dulait, comprenant les documents, authentiques ou douteux, datés et dont on a au moins une copie sûre.


2 réflexions sur « Molière (1622-1673) en ses signatures »

  1. Bonjour.
    J’attendais des arguments convaincants mais n’en ai trouvé aucun qui soit susceptible de me faire changer d’avis. Loin de là.
    Vous me permettrez également de trouver votre façon d’expédier la théorie de Pierre Louÿs en pertes et profits d’un seul trait de plume, plutôt cavalière. “Un canular” ?
    Lui, au moins, avançait des arguments dont je comprends bien, au demeurant, que les réfuter pied à pied peut difficilement se faire sans prendre quelques risques.
    Cela dit, je respecte parfaitement votre position, cela va de soi.
    En toute cordialité.

    • Bonjour Monsieur,
      Avez-vous pris connaissance de l’article cité en note 1, de Florian Cafiero et de Jean-Baptiste Camps ? Il est, lui, très argumenté. De même, Georges Forestier, biographe et dernier éditeur en date à La Pléiade des oeuvres de Molière, est lui aussi convaincu de l’impossibilité de la “thèse” de Pierre Louÿs. Cela dit, mon propos n’était pas d’entrer plus avant dans cette controverse bien connue, mais bien de montrer quelles sont les sources, notamment notariées, conservées sur Molière et d’en donner quelques exemples, en rendant hommage à Madeleine Jurgens qui vient de mourir.
      Bonne lecture à vous, et si vous aimez Molière et son théâtre, profitez bien des occasions de représentations de 2022 !
      Marie-Françoise Limon-Bonnet

Répondre à LONGAGNA Gérald Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.