Les dénaturalisés de Vichy : un jeu de données pour la recherche

Pour accompagner la numérisation des dossiers des dénaturalisés de Vichy1 et leur publication progressive dans la salle des inventaires virtuelle, la base de données constituée autour du corpus a été publiée sous la forme d’un jeu de données sur la plateforme data.culture.gouv.fr.

Publier un jeu de données

Derrière cette expression abstraite se cache en fait des fichiers assez simples : il s’agit essentiellement de rendre disponible des informations sous un format léger et compréhensible, l’équivalent d’un fichier de tableur élémentaire (au format .csv, pour « comma-separated values » : « valeurs séparées par une virgule »). Dans notre cas, chaque entrée de la base de données Dénat, c’est-à-dire chaque personne frappée par un retrait de la nationalité par le régime de Vichy, correspond à une ligne du fichier, sur laquelle différentes informations (nom, date de naissance, numéro de dossier, etc.) se suivent, séparées par des virgules.

Les données constitutives de la publication

  • Nom de famille (pseudonymisé pour les personnes nées après 1910) ;
  • Prénom (pseudonymisé pour les personnes nées après 1910) ;
  • Date de naissance ;
  • Commune de naissance ;
  • Pays de naissance (selon les frontières actuelles)2 ;
  • Coordonnées du pays de naissance ;
  • Département de résidence (au moment du retrait de nationalité) ;
  • Coordonnées du département de résidence ;
  • Date de naturalisation ;
  • Type de naturalisation (« décret », « décret collectif », « réintégration », « déclaration », « mariage », …) ;
  • Numéro de dossier de naturalisation ;
  • Cote du dossier de naturalisation aux Archives nationales ;
  • URL du dossier de naturalisation numérisé en salle des inventaires virtuelle des Archives nationales3 ;
  • Date du décret de retrait ;
  • Date de publication au Journal officiel du décret de retrait ;
  • Numéro de séance de la commission de révision qui a décidé du retrait ;
  • Date de séance de la commission de révision qui a décidé du retrait ;
  • Numéro de la commission de révision qui a décidé du retrait ;
  • Déportation (numéro de convoi et information sur la destination), le cas échéant ;
  • URL de la notice dans la base de données du Mémorial Shoah, le cas échéant ;
  • Date du décret de rejet de recours gracieux, le cas échéant ;
  • Date de publication du Journal officiel du décret de rejet de recours gracieux, le cas échéant ;
  • Remarque : champ d’observation sur des détails de la procédure ou les mentions relevées.

La constitution de ce fichier n’a pas été une simple conversion de la base de données publiées dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales. Les informations géographiques ont par exemples été enrichies par des coordonnées (au niveau du pays ou du département, selon les frontières actuelles). À l’inverse, Les informations à caractère personnel présentes dans cette base de données, même si elles sont publiées dans le Journal officiel de la République française, ont été pseudonymisées pour toutes les personnes potentiellement encore vivantes (nous avons retenu comme seuil une date de naissance en 1910).

Exemples d’exploitation

Publier des données segmentées et homogène permet notamment d’en tirer des visualisations variées4. Les fonctionnalités de la plateforme data.culture.gouv.fr permettent déjà d’analyser les données et de générer des visualisations basées sur les informations contenues dans le fichier.

Approche chronologique

Il est ainsi possible, par exemple, de visualiser le nombre de personnes touchées par les retrait de nationalité par date de décret (ici rassemblés par mois – les options de réglages de data.culture.gouv.fr permettent d’observer ces données au jour près, ou encore à l’année).

Il est aussi possible de représenter le nombre personnes touchées par date de naturalisation.

Approche géographique

L’enrichissement du jeu de données par l’ajout de coordonnées permet aussi des représentations cartographiques. Par défaut, c’est le lieu de résidence qui apparaît sur l’interface d’exploration de data.culture.gouv.fr.

Un tri est possible pour affiner ces données, par exemple par pays de naissance (voir immédiatement ci-dessous), mais aussi par date de naturalisation et de retrait.

L’exemple ci-dessous se focalise sur les personnes nées à l’intérieur des frontières actuelles de la Pologne5.

Ces visualisations peuvent d’ailleurs être paramétrées depuis la plateforme data.culture.gouv.fr et être “embarquées” dans des publications en ligne comme le présent billet. Elles utiliseront automatiquement la dernière version téléchargée du jeu de données.

Export et réutilisation

Ce format de publication cherche surtout à faciliter l’analyse de ces données ; l’intérêt est bien de permettre – et d’encourager – leur réutilisation. On peut ainsi utiliser le jeu de données comme un socle qui peut être complété par chacun, sur son ordinateur personnel, d’une localisation plus précise des lieux, ou à des informations supplémentaires ajoutées au moyen d’autres bases de données ou de dépouillements ponctuels qui viendront alimenter l’enquête ; cette documentation enrichie pourra à son tour être partagée.

Licence de réutilisation

Pour rappel, les données de Dénat ont été publiées sous la licence ouverte Etalab 2.0, qui permet la réutilisation des informations sous réserve d’en mentionner la paternité6.

  1. Ce projet, en partenariat avec le Mémorial de la Shoah et l’US Holocaust Memorial Museum, a déjà été abordé dans les billets » Connaître les dénaturalisés de Vichy. La base Dénat, un nouvel outil et ses exploitations » (septembre 2019) et « Les dossiers numérisés des dénaturalisés de Vichy » (juin 2021). []
  2. L’identification exacte de la localité, et de l’État correspondant, n’a pas toujours été possible, notamment en raison des homonymies et des changements de noms au gré de la fluctuation des frontières au cours du XXe siècle. []
  3. Dans le cas des personnes nées après 1910 dont les entrées ont été pseudonymisées, il s’agit du permalien de la présentation générale des instruments de recherches complets. []
  4. Voir par exemple les exemples du fichier central de la sûreté nationale récemment donnés dans ce carnet par Maïwenn Bourdic : « Visualiser le Fichier central de la sûreté nationale (2) », 26 avril 2021 et « Croiser le Fichier central de la Sûreté nationale avec d’autres ressources (3) », 14 septembre 2021. []
  5. Pour un bref aperçu de tous les naturalisés originaires de Pologne et installés dans les Hauts-de-France dans les années 20, voir l’exploitation que nous avions proposée à partir du projet participatif Natnum : « Exploiter les données de Natnum : les Polonais naturalisés dans les Hauts-de-France pendant les années 20 », Archives nationales participatives, 8 octobre 2019. []
  6. Dès sa publication, le travail de compilation et d’indexation des Archives nationales a ainsi été intégré par les équipes de Généanet parmi les bases de recherche disponibles depuis leur portail. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.