7/7. En conclusion (de cet article)

Aucune technologie n’est parfaite pour tout faire. De nombreuses années d’expérience dans ce domaine, au carrefour de l’archivistique et des sciences de l’information, nous ont appris qu’il faut savoir tirer le meilleur parti de chacune. Par ailleurs, bien sûr, une norme n’est qu’un point de départ. Et bien sûr, la rigueur, la lucidité et le pragmatisme sont indispensables lorsqu’on veut proposer et mettre en œuvre une stratégie pour faire évoluer à l’échelle d’une institution ou d’un projet des jeux de métadonnées massifs, dont la production demande des efforts et des qualifications de haut niveau à des collectifs de personnes, ou pour transformer les architectures techniques actuelles. Un autre élément essentiel de ces processus c’est le temps ; il en faut. Enfin, aucun projet de ce type ne réussit sans l’adhésion et les apports de tous, sans la volonté de l’institution et sans une organisation durable.

Ceci étant dit, nous sommes optimistes, comme d’autres personnes, sur l’avenir des graphes de connaissances RDF. Il ne s’agit pas uniquement d’entrepôts de stockage, mais d’un ensemble de technologies, incluant aujourd’hui un éventail de standards du W3C dotées de spécifications publiques (RDF, RDFS, OWL, SPARQL), divers formats de sérialisation, des briques logicielles diverses avec une offre variée. Des nouveautés importantes sont venus compléter cet ensemble ces dernières années : SHACL[1], un langage pour contrôler la qualité des graphes RDF ; plus récemment, RDF star[2], dont les spécifications ne sont pas complètes mais qui pourrait sans doute apporter des solutions intéressantes pour décrire des triplets. Au moyen de diverses technologies incluant ces technologies RDF, de grands réservoirs (notamment des référentiels comme le FNE) sont en cours de construction et de publication, qui sont ou seront sans nul doute incontournables. Nous croyons aussi à la créativité des ingénieurs connaissant ces technologies pour développer des interfaces de recherche et de consultation, mais aussi des services web ou des APIs.

Plus fondamentalement, s’il y a un point qui fait l’objet globalement d’un consensus, c’est que ces technologies sont une solution performante pour mettre en place des dispositifs d’interopérabilité au niveau fin de la donnée, consolider des données locales et interconnecter des données distribuées. Or nous croyons que l’interopérabilité entre systèmes et le partage des données vont se développer, sans doute lentement, entre les institutions culturelles, et entre les institutions culturelles et les communautés d’utilisateurs.

Et à notre avis, c’est pour les archives un enjeu crucial que l’interopérabilité. Voici sans prétendre à l’originalité ou à l’exhaustivité une liste de quelques arguments :

Chacun de nos services d’archives se situe dans un écosystème (où l’on trouve par exemple des services versants, et le portail FranceArchives) dans lequel l’échange de données est une nécessité ; ainsi par exemple, on peut souhaiter que les missions d’archives dans les ministères accèdent enfin, depuis les applications qu’elles utilisent pour décrire les archives qu’ils conservent, aux référentiels des AN afin de pouvoir indexer les métadonnées descriptives qu’elles fournissent aux AN.

Nos référentiels (nos métadonnées de référence) sont incomplets et nous avons besoin de les lier à d’autres pour les enrichir ; inversement ce qu’ils contiennent est souvent d’un grand intérêt pour d’autres communautés, voire quasiment absent de toute autre base de connaissances. C’est le cas notamment assez souvent pour nos notices de producteurs ; mais nous pourrions en dire autant pour d’autres entités telles que les types de documents.

Rappelons une évidence : les gisements documentaires que nous conservons sont également incomplets, dispersés, complémentaires et parfois redondants, que ce soit du fait des aléas de l’histoire humaine (démembrements, transferts, destructions…) ou parce que les processus métier conduisent à des interventions simultanées ou successives de plusieurs personnes et collectivités selon leurs fonctions, donc à la production de différents dossiers ‘locaux’ aux contenus liés, et/ou à la transmission de documents et données entre agents. La question d’une transformation des métadonnées archivistiques est liée à celle de la macro-évaluation des archives ; alors lier à terme ces dossiers ou archives dispersées serait extrêmement utile, y compris pour les archivistes ;

Les utilisateurs des archives que nous conservons (notamment les chercheurs, associations, communautés citoyennes…) peuvent nous aider en produisant des données liées aux nôtres ; par ailleurs ils réclament de la donnée ouverte, réutilisable, clairement structurée et riche.

Ainsi, soyons positifs et ayons un peu d’audace. Essayons, en nous fondant sur une expertise métier solidement établie et sur notre mission de service public, de voir un peu loin et d’engager nos institutions dans cette transformation, sans jamais perdre de vue qu’il s’agit avant tout de stratégie scientifique, et que les choix technologiques doivent toujours avoir du sens, et sans oublier que nos systèmes d’information sont de toute façon sujets à obsolescence et que la qualité de nos métadonnées est un point essentiel pour les générations actuelles et à venir. Il est très souhaitable que le réseau des archivistes français s’empare de ce sujet, réfléchisse à ce qu’il peut faire de RiC, et se fasse entendre. Au final, il ne peut en sortir que du mieux.

 

[1] Shapes Constraint Language ; voir https://www.w3.org/TR/shacl/.

[2] Voir https://w3c.github.io/rdf-star/.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Le labo des archives (8 juillet 2021). 7/7. En conclusion (de cet article). Archives nationales, carnet de recherche. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qnwc


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.