Visualiser le Fichier central de la sûreté nationale (2)

Suite de l’article Indexer le Fichier central de la Sûreté nationale.

L’indexation nominative des dossiers individuels du Fichier central de la Sûreté nationale permet d’envisager ce corpus comme une masse de données qui peuvent être interrogées, « travaillées » et visualisées. Au-delà de l’accès nominatif, la manipulation de ces données nous permet d’affiner notre connaissance archivistique du fonds.

Le billet qui suit propose des statistiques et pistes de recherche (non exhaustives) à partir de l’exploitation des données de la lettre B. Le nombre de dossiers concernés (61223 dossiers individuels, soit environ 10% du corpus total estimé) offre des garanties en terme de représentativité du corpus total, que ce soit au niveau de la couverture chronologique des dossiers, du type de fichage (surveillance politique, police administrative des étrangers, police judiciaire, police des jeux, etc.) ou encore de l’origine géographique des individus. Le volume permet par ailleurs de lisser les éventuelles coquilles d’indexation.

À ce jour la lettre B reste la plus grosse lettre indexée (talonnée par les quelque 58 000 dossiers en M).

Outils utilisés : OpenRefine, RAWGraphs.

Top 50 des noms de famille en B

Sur plus de 26 000 patronymes (orthographe stricte, sans regroupement des variantes), ce sont les BERNARD (325 occurrences) et les BERGER (303 occurrences) qui sont les plus présents. Les 50 noms les plus représentés donnent de premières pistes sur l’origine géographique des individus.

À noter : la moitié de ce top 50 des patronymes en B comptent moins de 100 occurrences. Le dernier de la liste (BARRA) est présent à 63 reprises dans le corpus.

Top 50 des prénoms en B

 

Affiner nos connaissances archivistiques sur le corpus

  • Estimer le volume des pièces à partir des dates extrêmes

La colonne « nombre de pièces » figure dans les répertoires alphabétiques mais l’information n’a été que très rarement renseignée (et n’a pas été relevée lors de l’indexation). Nous savons, de par notre usage régulier des dossiers, qu’ils sont plutôt minces, constitués généralement de moins de 10 pièces, et qu’ils s’étalent sur une période chronologique limitée.

L’utilisation des dates extrêmes des dossiers, relevées lors de l’indexation collaborative, nous permet de confronter notre ressenti aux chiffres. Dans plus de 55% des cas, les pièces d’un dossier ne concernent qu’une seule et même année. Cela témoigne souvent d’une procédure courte : notification d’un arrêté d’interdiction du territoire (police judiciaire), demande de passeports (police des étrangers), avis pour une demande de naturalisation (police des étrangers), notification d’un arrêté d’interdiction d’accès aux cercles de jeux et casinos (police des jeux), signalement des débiteurs envers le trésor (police économique), etc.

Environ 7% des dossiers comportent des pièces s’étalant sur une période de 6 à 10 ans. La proportion est semblable pour les dossiers dont les dates extrêmes dépassent une durée de 10 ans. Ces dossiers relèvent a priori davantage de la surveillance d’un individu (surveillance politique).

Pour les dossiers dont la période est inférieure ou égale à 5 ans (85% des dossiers en B), tous les motifs d’ouverture de dossiers sont à envisager…

À noter qu’il existe 44 dossiers d’individus dont le nom commence par B qui couvrent une période de plus de 45 ans  !

Répartition des dossiers en fonction de leur durée d’ouverture (calcul à partir des dates extrêmes)

 

  • Visualiser la répartition temporelle des dossiers

Quelle période chronologique couvre exactement le Fichier central saisi en 1940 ? Les premiers inventaires en 1994 mentionnent « fin du XIXe siècle-1940 », voire « 1887-1940 ». Nous savons que les années 1930 sont très représentées, notamment par les démarches administratives faites par des étrangers installés en France pour obtenir une carte d’identité, une autorisation de séjour ou un passeport. Lors de l’indexation collaborative, nous avons croisé des dossiers remontant aux années 1880, voire un tout petit peu antérieurs…

Le relevé des dates extrêmes des dossiers permet de représenter leur distribution chronologique. À partir d’une formule de calcul des intervalles, nous pouvons ainsi mesurer et visualiser l’activité du Fichier central par année.

La courbe chronologique donne à voir une croissance continue sur le début du XXe siècle, avec l’ouverture et l’alimentation de dossiers individuels de plus en plus nombreux. Cette croissance n’est interrompue que par une seule rupture, qui correspond à la Première Guerre mondiale. Cette cassure nous permet d’émettre avec un peu plus de certitude l’hypothèse que, durant cette période où les hommes sont mobilisés sur le front, le Fichier central est moins régulièrement alimenté.

Couverture chronologique des dossiers (par année)

Couverture chronologique des dossiers (par année)

La croissance plus soutenue à partir de 1907 pourrait s’expliquer par les réformes des services de police engagées par Georges Clemenceau, ministre de l’Intérieur (création des brigades mobiles, apparition dans les organigrammes de la Sûreté des termes « fichier » et « archives).

À partir de 1934, la croissance est exponentielle. Cela s’explique historiquement : le contexte de tensions internationales et la « montée des périls » provoque l’émigration de nombreux ressortissants allemands, autrichiens, polonais, tchécoslovaques vers l’Ouest. Nombre d’entre eux s’installent en France, ou y résident temporairement dans l’attente d’une traversée vers le continent américain. Dans une moindre mesure, le contexte politique français (février 1934, puis le Front populaire) est peut-être synonyme d’une surveillance accrue des personnes contestataires du pouvoir. Enfin, nous ne pouvons ignorer le fait que 1934 est l’année de création du Fichier central : tous les dossiers individuels jusqu’alors conservés par chacun des services de la Sûreté sont centralisés en un lieu unique.

Si la surreprésentation des années 1930 que nous devinions se confirme dans les chiffres, la proportion des dossiers antérieurs à la Première Guerre mondiale est assez intéressante et ouvre des perspectives pour les chercheurs. On y trouve en particulier un bon nombre de dossiers de surveillance d’anarchistes et libertaires, mais également des dossiers relatifs au contrôle des nomades.

Nombre de dossiers par décennie

Le projet d’indexation collaboratif et l’exploitation des données chronologiques ont réellement permis de constater que la proportion de dossiers concernant la fin du XIXe est loin d’être aussi anecdotique que nous le pensions.

Identifier des groupes d’individus

La manipulation des données indexées permet d’envisager de nouveaux modes d’interrogation et d’utilisation des dossiers du Fichier central. Les noms de famille et les prénoms peuvent par exemple être utilisés afin de construire un corpus de recherche : identification de dossiers concernant des femmes à partir des prénoms, supposition d’origine géographique à partir de la consonance des patronymes, sélection de données sur une période chronologique circonscrite.

À partir des dossiers commençant par B, on peut ainsi identifier près de 500 dossiers de « potentiels » Arméniens (filtre sur les noms finissant par ian).

Patronymes finissant par -ian

Sélection des patronymes finissant par -ian (OpenRefine)

La liste pourrait être affinée en travaillant sur les prénoms, voire par exemple sur des prénoms féminins, et restreinte sur une période chronologique précise.

 

Ces données nominatives peuvent par ailleurs faire l’objet de croisements avec d’autres bases et ressources nominatives (autres inventaires nominatifs des Archives nationales, Dictionnaire biographique du Maitron, etc.). Il en sera question dans un prochain billet.

Autres articles :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.