Des notices pour les producteurs d’archives relatives à la politique de la Danse en France de 1970 à aujourd’hui

Cet article a été rédigé à l’issue d’un stage de trois mois, entre juin et septembre 2019, à partir des fonds conservés sur le site des Archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine.

Depuis le milieu des années 1970, une politique volontariste se met en place pour développer le secteur chorégraphique français, alors principalement (voire exclusivement) représenté par le Ballet de l’Opéra de Paris. En effet, depuis les années 50, de nouvelles formes de danse émergent sur le territoire (la danse moderne notamment) et redéfinissent le paysage chorégraphique, en déployant une grande force de mobilisation de ses acteurs, afin que leur art soit reconnu en tant que tel. Le jeune ministère des Affaires culturelles entend les voix de ces artistes, dont les adeptes sont de plus en plus nombreux, en développant une politique d’aide et de développement de cet art dans le secteur public. La mission proposée et accompagnée par Émeline Rotolo, chargée d’études documentaires, responsable des fonds musique/arts du spectacle, a donc été de rédiger les notices des organismes ministériels qui ont été mis en place, à la suite de l’élaboration de ce projet politique.

Ce travail a commencé avec des recherches dans les versements d’archives de la direction de la Musique et de la Danse (DMD), créée en 1982 et effective jusqu’en 1998. Cette direction a notamment récupéré les archives de la direction précédente, la direction de la Musique, de l’Art lyrique et de la Danse (1970-1979), et contient également ceux de la délégation à la Danse créée en 1987 (active jusqu’en 1998, puis remise en place en 2006 au sein de la direction de la Musique, de la Danse, du Théâtre et des Spectacles). Cette délégation est composée de deux sections consacrées à l’enseignement de la danse et à la création-diffusion de cet art.

Ces quatre entités ont été les points de départ de recherches qui ont permis la rédaction de deux autres notices, celles du Conseil supérieur de la danse (CSD), organisme consultatif mis en place de 1988 à 2005 pour réunir des spécialistes de la profession et orienter la ligne politique, et du Centre national de la danse (CND), établissement public dédié à tous les domaines d’activité liés à cet art, dont le projet fut signé en 1998 et inauguré en juin 2004. Un troisième temps de travail a permis d’explorer les archives du service de l’Inspection de la Danse et de ses inspecteurs, de 1971 (date de la prise de fonction de la première inspectrice de la Musique chargée de la Danse, Léone Mail) à nos jours. Ainsi, le cadre d’étude de l’ensemble des notices s’étend sur près de quarante ans.

Les outils mis à disposition ont été dans un premier temps les bottins administratifs et les différents textes législatifs, afin de définir l’évolution des organisations et de leurs missions. La plongée dans les archives, après une sélection préalable des articles à consulter grâce aux inventaires d’archives de la salle des inventaires virtuelle (SIV), a permis de dégager les « lignes de forces » de la politique menée, notamment grâce aux « généralités » et aux « chronos ». Le principe était alors de détecter les éléments récurrents, interprétés comme étant constitutifs de la structure du projet politique. Une fois toutes les pièces du « squelette » mises au jour, nous les avons articulées entre elles, en cherchant dans les articles répertoriés de manière thématique sur un sujet (ex : « diffusion de la danse ») pour l’approfondir grâce à d’autres types de documents (compte rendus de réunion, rapports, notes d’attention, coupures de presse, discours, etc.), en dégageant les points principaux d’argumentation.

Le travail de recherche pouvait également être nourri par d’autres sources. Ainsi les ouvrages de Marianne Filloux-Vigreux, La Danse et l’Institution, genèse et premiers pas d’une politique de la Danse en France, 1970-1990, de Noémi Lefebvre, Marcel Landowski, une politique fondatrice de l’enseignement musical, 1966-1974, et de Michèle Dardy-Cretinet, Michel Guy, secrétaire d’État à la Culture, 1974-1976, un innovateur méconnu ; les sites numridanse.tv et de l’INA, ainsi que la médiathèque numérique du Centre national de la Danse via leurs propres notices, ont permis de mettre en perspective la « matière administrative » récoltée, dans un contexte culturel plus large.

Aujourd’hui les notices de la DMD, de la Délégation à la Danse (celles de 1982 et de 2006) et de ses deux sections (celle de l’enseignement et celle de la diffusion et création chorégraphique), du CSD et du CND sont accessibles dans la SIV avec des liens vers les inventaires des archives que ces entités ont produites. Les notices du service de l’Inspection sont encore en cours d’élaboration, du fait de leur temporalité et de la grande diversité de leurs missions. Ces nouveaux outils de recherche proposent d’exposer les grands axes de la politique de la Danse, en évoquant les modalités d’obtention de subventions allouées aux compagnies, l’organisation des études chorégraphiques, le développement du réseau de diffusion ou encore la place occupée par l’Opéra de Paris, dans ce contexte de mutation du paysage chorégraphique français. D’autres histoires restent encore à écrire sur la politique de la Danse en France. En élargissant le cadre chronologique dans un premier temps, mais également en regardant vers les associations de danseurs et/ou de professeurs, les fédérations sportives et artistiques du secteur privé (qui n’a pas été étudié durant ce stage), qui ont été partie prenante du processus d’institutionnalisation de l’art chorégraphique.

- Couverture du rapport du Conseil supérieur de la danse, « Tableau chorégraphique de la France » adressé à Monsieur Jacques Toubon, ministre de la Culture et de la Francophonie, 1993. Arch. nat., 20010262/5. https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/UD/FRAN_IR_013647/d_2_1_1

Couverture du rapport du Conseil supérieur de la danse, « Tableau chorégraphique de la France » adressé à Monsieur Jacques Toubon, ministre de la Culture et de la Francophonie, 1993. Arch. nat., 20010262/5

Marie George, diplômée du master recherches en Arts, mention Danse à l’université Paris 8 Vincennes–Saint-Denis


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.