Du négatif au positif : conservation et diffusion des plaques de verre.

Nicolas Dion, Archives nationales

De nombreux clichés sur plaque de verre sont présents au sein des collections iconographiques des Archives nationales. Supports de prise de vue privilégiés dès les années 1860, les plaques de verre sont utilisées dans les grands services photographiques de l’État jusque dans les années 1950. On les retrouve entre autres dans deux fonds spécifiques qui ont fait l’objet de récentes campagnes de reproduction numérique.

1/2 Numériser un négatif sur plaque de verre

Dans le cadre de ses missions de sauvegarde et de mise en valeur des documents, l’atelier photographique des Archives nationales a mis en place un protocole de numérisation appliqué à 1800 négatifs sur plaque de verre issus du Fonds F7 / service central photographique du ministère de l’Intérieur. Ce corpus d’images documente les déplacements officiels des chefs d’État et présidents de la IIIème à la IVème République française.Il illustre les passages imposés par le protocole : « arrivée à la gare, hommage au monument aux morts, défilé dans la ville-hôte, entrée et sortie de l’hôtel de ville, allocutions, réception des corps constitués, visite d’un lieu caractéristique de la région ».1)

Comment représenter un négatif sur plaque de verre, qui d’une part est un intermédiaire destiné à produire une image positive, et d’autre part reste un objet en soi, la matrice originelle sans laquelle aucune reproduction ultérieure n’est envisageable ?

Fac-similé numérique et constat d’état

Au moyen d’un scanner à plat, une numérisation en haute définition (1200 DPI, 48 bits/couleur) permet de restituer toutes les nuances du négatif. Il s’agit en quelque sorte de réaliser un fac-similé numérique de la matrice argentique. Le mode de reproduction en couleur est préféré, afin de rendre compte de l’état matériel de la plaque, et en particulier des éventuelles teintes liées à son altération physique, tels les miroirs d’argent, mais aussi les décollements de gélatine, les moisissures, les rayures, ou les ruptures mécaniques. D’autre part, des cotes manuscrites colorées (correspondant aux numérotations d’origine des clichés) sont souvent reportées sur les bords de la plaque.

L’image ainsi numérisée se trouve dotée d’une multitude de valeurs chromatiques composant sa profondeur. Elle est enregistrée au format de fichier TIFF 16 bits, ce qui assure une sauvegarde pérenne de toutes les informations et la possibilité de retouches ultérieures non dégradantes.

montage1-nicolas-DionVersion de lecture et diffusion

Cette nouvelle version numérique du négatif va ainsi servir de support de base pour générer deux fichiers positifs, à l’aide d’un logiciel de traitement d’images. Il s’agit alors d’inverser la polarité de l’image afin de la rendre lisible, puis de la convertir en niveaux de gris. Le rendu final peut être comparé au tirage noir et blanc que les laborantins du Service central photographique du ministère de l’Intérieur obtenaient à partir du négatif noir et blanc2

Une version de ce positif est enregistrée au format TIFF 8 bits. Elle est destinée à la conservation patrimoniale du document. Ainsi, dans le cas d’une demande de reproduction en meilleure définition, elle permet d’éviter de revenir au support verre, dont la manipulation est périlleuse et chronophage. Enfin une seconde version, compressée au format JPEG 8 bits, est enregistrée en vue de la mise en ligne du corpus dans la « Salle des inventaires virtuelle », prévue pour le printemps 2015.

montage2-nicolas-Dion

2/2 Numériser un positif sur plaque de verre : le cas particulier des plaques stéréoscopiques

La « Grande Collecte 1914-1918 », opération de collecte de documents relatifs à la Première Guerre mondiale lancée en 2014 auprès des particuliers, est l’occasion de redécouvrir les plaques stéréoscopiques produites en abondance au cours du conflit. 988 plaques ont été prêtées aux Archives nationales, le temps de les identifier et de les numériser. Elles sont issues d’une part de la production des Poilus, qui ont documenté eux-mêmes la vie quotidienne des tranchées, entre périodes de repos et déflagrations instantanées au plus près du feu ; d’autre part de la production des photographes missionnés par la Section photographique de l’Armée, créée le 9 mai 1915 sous le commandement du général Joffre, afin de contrôler le flux des images « au point de vue historique, au point de vue de la propagande par l’image dans les pays neutres, au point de vue des opérations militaires, pour la constitution des archives documentaires du ministère de la guerre3

Après la guerre, les éditeurs de photographies stéréoscopiques collectent en masse les clichés restés en mains privées. Des copies sont diffusées au plus grand nombre,  et toute une mémoire collective de la Grande Guerre se construit à partir de ces témoignages authentiques de soldats souvent anonymes, aussi bien que des reportages officiels voués à façonner un sentiment d’union patriotique4

Anonyme, "Perthes, un entonnoir", vue stéréoscopique positive sur plaque de verre, non daté

Anonyme, « Perthes, un entonnoir », vue stéréoscopique positive sur plaque de verre, non daté © Archives nationales, Nicolas Dion

Une plaque stéréoscopique est obtenue au moyen de deux objectifs séparés d’une distance équivalente à celle comprise entre les yeux. Elle comporte donc deux clichés pris au même instant, mais aux cadrages légèrement décalés. La vue gauche restitue la perception de l’œil gauche, celle de droite la perception de l’œil droit. Une fois insérée dans une visionneuse binoculaire, le cerveau concentre les deux images en une seule et recrée les conditions d’une vision tridimensionnelle. À l’instar d’une vue de lanterne magique ou d’une diapositive, la vue stéréoscopique est regardée par transparence. Il suffit de diriger le stéréoscope vers la lumière, et la magie opère, ranimant la sensation de relief.

Stéréoscope © Archives nationales, Nicolas Dion

Dans le cas ci-dessus (« Perthes, un entonnoir »), il faut appréhender cette vue stéréoscopique comme une épreuve définitive, ne nécessitant plus de traitement en laboratoire. En effet, la polarité de l’image a déjà été rétablie, en procédant à une « impression » du négatif sur une nouvelle plaque photographique, qui devient le « positif sur plaque de verre » en question.

A la suite de cette opération, la lecture se fait désormais en regardant directement l’émulsion photographique de la vue positive, quand on lisait le négatif initial à travers le support.

Par ailleurs, des données concernant la prise de vue (date, lieu, sujet) ont souvent été ajoutées à la main, dans l’interstice séparant les deux images. Elles correspondent la plupart du temps au bon sens de lecture de l’image ; mais certaines dérogeant à la règle, il ne faut pas se fier à cette seule inscription.

Anonyme, « Cavaliers arabes dans la Somme », vue stéréoscopique positive sur plaque de verre, non daté © Archives nationales, Nicolas Dion

Anonyme, « Cavaliers arabes dans la Somme », vue stéréoscopique positive sur plaque de verre, non datéA contrario, lorsqu’un signe d’écriture apparaît dans l’image (enseigne d’établissement, publicité, nom de lieu…), sa lisibilité dissipe le moindre doute (comme l’illustre le détail de l’image ci-contre).

Pour numériser ces documents exceptionnels, l’atelier a utilisé un banc de reproduction constitué d’un appareil photographique à capteur moyen format et d’une table lumineuse permettant de rétro-éclairer les scènes inattendues de la Grande Guerre. La plaque a été photographiée côté émulsion, ce qui présente l’avantage de faire une mise au point directe sur les sels d’argent de la matrice, plutôt qu’à travers l’épaisseur du support verre. Le mode couleur s’est imposé, étant donné le nombre important d’exemplaires virés en ton sépia. De ce fait, un traitement en niveaux de gris serait une interprétation esthétique de l’image à visionner. Un fichier TIFF 8 bits est enregistré en vue d’une préservation numérique à long terme, et un fichier JPEG 8 bits est destiné à rejoindre la vaste collection d’archives privées d’ores et déjà consultable sur le site de la bibliothèque numérique européenne « Europeana ».

Ce protocole de numérisation, développé dans la plupart des institutions patrimoniales, autorise par ailleurs une restitution ultérieure de la vision en relief, par le procédé des anaglyphes. Les deux clichés stéréoscopiques ainsi numérisés, et préalablement différenciés en deux couleurs complémentaires rouge et cyan, pourront être superposés sur un même support, par impression ou projection, puis observés au moyen de lunettes munies d’un verre rouge et d’un verre cyan.

Anonyme, « Somme, lancement d’un pigeon voyageur », vue stéréoscopique positive sur plaque de verre, non daté © Archives nationales, Nicolas Dion

  1. Émilie Charrier, Sylvie Le Goëdec, Fonds photographique du service central photographique et d’identité du ministère de l’Intérieur (Archives nationales, Paris 2011 []
  2. De la même manière, des tirages par contact noir et blanc rassemblés sous forme d’album ont été réalisés par les ateliers des Archives nationales, à la fin des années 1990. []
  3. Rapport sur la création, le fonctionnement, et les résultats de la Section photographique de l’Armée, 10 octobre 1917 (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, ministère de la Culture, p. 4). » []
  4. « Chacune des images contribue à la vision d’ensemble de la guerre ; elles ne peuvent être traitées et attribuées qu’à partir de cette idée générale de la guerre ».  (Jünger, 1930, catalogue de l’exposition « Vu du front. Représenter la Grande Guerre », Musée de l’Armée des Invalides). []

6 réflexions au sujet de « Du négatif au positif : conservation et diffusion des plaques de verre. »

  1. Bonjour Madame,
    Seriez-vous héritière du Docteur Traversi qui etait au Choa, région d’Ethiopie dans les années 1880 ? Si oui, auriez-vous l’amabilité de bien vouloir me contacter ? huguesfontaine(at)gmail(point)com
    Meilleures salutations et remerciements anticipés à l’administrateur de ce blog pour vouloir bien transmettre cette demande. Cordialement.

  2. Monsieur,
    J’ai hérité de mon arrière grand-père un certain nombre de boites remplies de plaques en verre qui sont des positifs photographiques sur verre pour projection exactement identiques à ceux que vous décrivez dans vôtre article.
    J’ai aussi une paire de ‘jumelles’ spéciale pour les regarder.
    On glisse la plaque dans une fente sur le côté et on voit la scène en 3D.
    Tous les clichés concernent les tranchées et la 1ère guerre mondiale. Ils comportent des inscriptions indiquant leur lieu et leur nature entre les deux images.
    Je voudrais, pour un projet personnel, transférer ces images et créer des fichiers photos plus facilement visionables, exploitables et stockables.

    Sauriez-vous où je dois m’adresser pour faire faire ce travail?
    Peut-être que les archives nationales pourraient m’aider, étant donné la valeur patrimoniale de ces documents…

    Merci d’avance.
    Cordialement,

    Elise Traversi

    • Avez vous eu une réponse ?
      Car j’ai la même problématique et je souhaite trouver ou créer une solution pour visualiser ces images en relief sur écran avec des lunettes anaglyphes (cyan et rouge)

      Bernard Rogero
      ( à Toulouse je peux m’appuyer sur le fablab pour mettre au point le processus)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *