Une découverte inédite dans les sceaux plaqués des Archives nationales du Haut Moyen Âge (projet SPAHM) : l’inclusion de cheveux et de poils.

Marie-Adélaïde Nielen, Archives nationales

Cette recherche est née d’un hasard, mais il est parfois des hasards heureux : celui de la découverte, dans un sceau de cire mérovingien,  à l’occasion de sa restauration pour une exposition, de « fibres » intimement mêlées au matériau.

Sceau de Louis le Pieux : profil de l'empereur, 822 (K 9, n° 8/1)

Sceau de Louis le Pieux : profil de l’empereur, 822 (K 9, n° 8/1)

L’étude, entreprise aux Archives nationales dans le cadre du Labex Patrima, est faite à partir d’un corpus d’une cinquantaine de documents scellés, conservés aux Archives nationales (Paris), datant des périodes mérovingienne et carolingienne. Tous sont issus de la chancellerie royale ou impériale. Ce sont les sceaux qui sont plus précisément étudiés, à travers leurs matériaux constitutifs (cire et additifs, couleur, présence de vernis), leurs images et leurs modes d’apposition (sceaux plaqués, plaqués-rivés, forme du rivet), mais aussi les autres modes de validation du document, comme la ruche, le monogramme ou la mise en forme. Lire la suite

Les authentiques de Chelles : enjeux de conservation et de restauration

Sara Ortego-Boldo, Archives nationales

Les Archives nationales conservent la plus importante collection d’authentiques et de reliques en Occident, plus nombreuse encore que la collection du Sancta Sanctorum au Latran, à Rome, qui en conserve 120. Les authentiques sont de petites languettes de parchemin attachées aux reliques, qu’elles permettent d’identifier et d’authentifier. Rédigées en latin, ces  « étiquettes » indiquent l’identité du saint ou de la sainte concerné et le contenu de la relique : un petit morceau de bois, des cheveux ou du tissu, par exemple. La dimension des authentiques varie de 2 cm à 16 cm. Les Archives nationales en conservent 176, parmi lesquels 57 sont encore reliés à leur relique. Ces documents ont été découverts dans l’église de Chelles en 1983 lors de l’inventaire des reliquaires. Ils ont été déposés aux Archives nationales, mais la ville de Chelles en reste propriétaire. Lire la suite