Du négatif au positif : conservation et diffusion des plaques de verre.

Nicolas Dion, Archives nationales

De nombreux clichés sur plaque de verre sont présents au sein des collections iconographiques des Archives nationales. Supports de prise de vue privilégiés dès les années 1860, les plaques de verre sont utilisées dans les grands services photographiques de l’État jusque dans les années 1950. On les retrouve entre autres dans deux fonds spécifiques qui ont fait l’objet de récentes campagnes de reproduction numérique.

1/2 Numériser un négatif sur plaque de verre

Dans le cadre de ses missions de sauvegarde et de mise en valeur des documents, l’atelier photographique des Archives nationales a mis en place un protocole de numérisation appliqué à 1800 négatifs sur plaque de verre issus du Fonds F7 / service central photographique du ministère de l’Intérieur. Ce corpus d’images documente les déplacements officiels des chefs d’État et présidents de la IIIème à la IVème République française.Il illustre les passages imposés par le protocole : « arrivée à la gare, hommage au monument aux morts, défilé dans la ville-hôte, entrée et sortie de l’hôtel de ville, allocutions, réception des corps constitués, visite d’un lieu caractéristique de la région ».1)

Comment représenter un négatif sur plaque de verre, qui d’une part est un intermédiaire destiné à produire une image positive, et d’autre part reste un objet en soi, la matrice originelle sans laquelle aucune reproduction ultérieure n’est envisageable ? Lire la suite

  1. Émilie Charrier, Sylvie Le Goëdec, Fonds photographique du service central photographique et d’identité du ministère de l’Intérieur (Archives nationales, Paris 2011 []

Une documentation insoupçonnée: les tirages des négatifs noir et blanc

Céline Gaudon, Archives nationales

Il existe au Pôle image  des Archives nationales une documentation de plus de 40.000 tirages issus des négatifs noir et blanc de tous formats résultant des travaux de reproduction allant des années 50 à 2000.

Une fois ces négatifs enregistrés, reconditionnés et placés à l’abri dans un magasin photo, les tirages ont été classés par cote et rangés dans des classeurs pour en permettre la consultation. Ils sont disponibles dans le bureau de la cellule documentaire.

Alors, à l’heure du numérique, pourquoi conserver une telle documentation ? Lire la suite

Moulage de sceaux : une matérialité d’emprunt.

Clément Blanc-Riehl, Archives nationales

Aux Archives nationales, le choix de reproduire les sceaux par le moulage a précédé l’invention de la sigillographie et n’a pas été le fait de l’Institution. L’initiative est venue d’un marchand numismate et d’un médailleur au début des années 1830. Ce n’est que quelques années plus tard que débuta une opération extensive dans les fonds scellés parisiens. Lire la suite

Un abécédaire des archives de l’État? Le cadre de classement des Archives nationales au XIXe et au XXe siècle (1)

Denise Ogilvie, Archives nationales

 Cet article en introduit d’autres, tous dédiés à l’histoire des séries des Archives nationales, et à leurs rapports. Strictement et alphabétiquement alignées à leur naissance, les « séries » ont peu à peu glissé les unes sans les autres vers de nouveaux groupements, sous l’effet des remaniements successifs des sections. Ce vagabondage alphabétique de longue durée ne devient compréhensible que si on en connaît les chemins, qui sont ceux d’une histoire méconnue des archives. Lire la suite