Le Cadre méthodologique sur l’évaluation, la sélection et l’échantillonnage des archives publiques à l’aune des quatre normes internationales de description.

Vincent Doom
Discussion : Florence Clavaud

La publication récente d’un texte à portée méthodologique destiné à éclairer la pratique des archivistes sur la sélection des archives publiques donne lieu à des débats dont témoignent l’article de Vincent Doom1 et la discussion qui le suit.

Quand il faut tordre le cou à une idée fausse

Le Cadre méthodologique2 marque en effet la fin d’une quête, celle que l’archiviste poursuit et qui le conduit à vivre dans l’illusion : pouvoir appréhender ce que sera la recherche de demain qu’elle soit historique ou non. Ainsi « L’archiviste a aujourd’hui la responsabilité sociale de constituer les sources qui permettront aux générations futures à venir d’avoir la vision la plus fidèle possible de la société dont ils sont les contemporains […]. Ils sont, par les choix qu’ils énoncent en concertation avec leurs partenaires, les architectes actifs de la construction de cette mémoire »3

Lire la suite

  1. Avec l’aimable et précieuse relecture d’Antoine Meissonnier, adjoint au chef du bureau du contrôle et de la collecte des archives publiques du Service interministériel des archives de France. []
  2. Le cadre méthodologique sur l’évaluation, la sélection et l’échantillonnage des archives publiques est le fruit du travail d’un groupe interministériel réuni à partir de 2011. Il a été publié en juillet 2014. L’objectif assigné était de fournir les éléments d’une évaluation et d’une sélection raisonnées qui manquait au niveau national et n’était pas achevé par le comité sur l’évaluation du Conseil international des archives. []
  3. Programme de la XXXVe CITRA (conférence internationale de la table ronde des archives) réunie à Reyjavick en octobre 2001, Comma. []

De Metz à Paris. La dispersion des manuscrits de la cathédrale Saint-Étienne

Charlotte Quentin et Cécile Robin

Il est bien souvent difficile pour les historiens du livre et des bibliothèques de reconstituer la circulation des ouvrages au cours du grand remembrement révolutionnaire. Des bibliothèques ecclésiastiques de 1789 aux collections publiques de la fin de siècle, les livres suivent les voies les plus diverses, passant souvent par des dépôts littéraires de transit avant que les plus précieux d’entre eux intègrent les collections de la Bibliothèque nationale. Le moment du transfert est généralement l’occasion de rédiger des inventaires, catalogues, états et autres listes de livres. Parmi ces documents, ceux destinés à l’administration centrale sont aujourd’hui conservés à la Bibliothèque de l’Arsenal1 pour les collections parisiennes et aux Archives nationales2 pour les collections des autres départements ; en-dehors du cas parisien, les originaux des inventaires se trouvent généralement aux Archives des départements concernés. Lire la suite

  1. « Archives des dépôts littéraires », Ars. Ms. 6487 à 6513. []
  2. AN F17 1168 à 1179/B. []

La « bibliothèque du Conseil aulique », de Vienne aux Archives nationales (2)

Cécile Robin, Archives nationales

2. Exhumer et décrire le reliquat

Nous avons vu précédemment comment une partie de la bibliothèque aulique a été intégrée dans les collections de la bibliothèque des Archives au milieu du XIXe siècle, moyennant quelques ajustements dans le cadre de classement. Les ouvrages non inventoriés sont restés dans les oubliettes des Archives pendant près d’un siècle. Dans l’entre-deux-guerres, les outils et les méthodes de description bibliographique mais aussi les principes d’intégration et de classement ont évolué. Les partis pris des années 1930 nous renseignent donc autant sur cette évolution que sur l’idée même de continuité dans le traitement de ce qui est déjà considéré comme un fonds spécifique. Enfin, le sauvetage in extremis de la mise au rebut à la fin du siècle nous ramène à des considérations plus actuelles sur le lien très étroit entre espaces de conservation, mémoire des collections et modalités de traitement des documents.
Lire la suite

La « bibliothèque du Conseil aulique », de Vienne aux Archives nationales (1)

Cécile Robin, Archives nationales

1. Une classification a posteriori : harmoniser saisies et cadre de classement

Depuis la fin du Premier Empire, la bibliothèque des Archives nationales conserve un fonds de plusieurs milliers d’ouvrages sous l’intitulé « Bibliothèque aulique » ou « Bibliothèque du Conseil aulique ». Sa constitution en fonds repose sur une triple unité : l’institution de provenance des ouvrages (le Conseil aulique de Vienne), les modalités et la temporalité de l’acquisition (saisies napoléoniennes,1809-1810) et le domaine de savoir (des ouvrages de littérature juridique). Pourtant, ce fonds ne représente naturellement qu’une petite partie de ce que ce Conseil a pu posséder ; par ailleurs, les ouvrages ont été prélevés en même temps que les archives du Conseil et selon des critères thématiques. La constitution du fonds résulte donc de tris et de classements successifs. La collection est aujourd’hui totalement dispersée sur les tablettes de la bibliothèque des Archives. Un récent déménagement a été l’occasion d’inventorier un ultime reliquat et de retracer l’histoire de cette collection, histoire aussi longue que celle de la bibliothèque des Archives, mémoire d’un événement mais aussi témoin de l’évolution des critères de traitement, de classement et de catalogage1 Lire la suite

  1. Je remercie Emmanuel Rousseau et Yann Potin pour leur aide dans les recherches préparatoires à cet article. []

À propos d’une collection érudite: les Dictionnaires topographiques départementaux

Sébastien Nadiras, Archives nationales

Depuis 2009, le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) est engagé avec d’autres institutions, dont les Archives nationales, dans une opération d’édition électronique de la collection des Dictionnaires topographiques départementaux, dont il est l’initiateur et l’éditeur depuis les années 1860. Incontournables des salles de lecture d’archives, ces dictionnaires constituent un outil de travail quotidien des historiens et chercheurs des départements qui en sont dotés, outil banal et familier que le projet d’édition électronique actuellement en cours invite à réexaminer d’un œil critique1

En 1859, un pendant érudit au Dictionnaire des Postes

La collection des Dictionnaires topographiques fut lancée en 1859 par le Comité des travaux historiques surproposition de l’historien Léopold Delisle. L’ambition initiale était de publier un (et un seul) Dictionnaire géographique de la France ancienne et moderne, formé de 86 volumes départementaux devant être in fine reliés par un index. Lire la suite

  1. Je remercie Marie-José Gasse-Grandjean (UMR Artehis) pour les échanges préalables à la rédaction de cet article, autour notamment des archives du Comité des travaux historiques. []