Marteaux forestiers et empreintes, instruments et traces de la gestion d’un patrimoine.

Magalie Bonnet, Archives nationales

À l’occasion du cinquantième anniversaire de l’Office national des forêts (ONF), les Archives nationales ont publié début décembre 2014 sur leur page Facebook un article et deux albums présentant les archives de l’ONF et leur intérêt pour la recherche (1958-1999). Une sélection de documents d’archives conservés sur le site de Pierrefitte-sur-Seine a ainsi pu être proposée au public1. Parmi ces documents, notre attention s’est portée sur l’annexe d’une instruction datant du 19 mars 1975 relative aux empreintes de marteaux forestiers en usage à l’ONF. Lire la suite

  1. https://fr-fr.facebook.com/Archives.nationales.France []

Les authentiques de Chelles : enjeux de conservation et de restauration

Sara Ortego-Boldo, Archives nationales

Les Archives nationales conservent la plus importante collection d’authentiques et de reliques en Occident, plus nombreuse encore que la collection du Sancta Sanctorum au Latran, à Rome, qui en conserve 120. Les authentiques sont de petites languettes de parchemin attachées aux reliques, qu’elles permettent d’identifier et d’authentifier. Rédigées en latin, ces  « étiquettes » indiquent l’identité du saint ou de la sainte concerné et le contenu de la relique : un petit morceau de bois, des cheveux ou du tissu, par exemple. La dimension des authentiques varie de 2 cm à 16 cm. Les Archives nationales en conservent 176, parmi lesquels 57 sont encore reliés à leur relique. Ces documents ont été découverts dans l’église de Chelles en 1983 lors de l’inventaire des reliquaires. Ils ont été déposés aux Archives nationales, mais la ville de Chelles en reste propriétaire. Lire la suite

Du négatif au positif : conservation et diffusion des plaques de verre.

Nicolas Dion, Archives nationales

De nombreux clichés sur plaque de verre sont présents au sein des collections iconographiques des Archives nationales. Supports de prise de vue privilégiés dès les années 1860, les plaques de verre sont utilisées dans les grands services photographiques de l’État jusque dans les années 1950. On les retrouve entre autres dans deux fonds spécifiques qui ont fait l’objet de récentes campagnes de reproduction numérique.

1/2 Numériser un négatif sur plaque de verre

Dans le cadre de ses missions de sauvegarde et de mise en valeur des documents, l’atelier photographique des Archives nationales a mis en place un protocole de numérisation appliqué à 1800 négatifs sur plaque de verre issus du Fonds F7 / service central photographique du ministère de l’Intérieur. Ce corpus d’images documente les déplacements officiels des chefs d’État et présidents de la IIIème à la IVème République française.Il illustre les passages imposés par le protocole : « arrivée à la gare, hommage au monument aux morts, défilé dans la ville-hôte, entrée et sortie de l’hôtel de ville, allocutions, réception des corps constitués, visite d’un lieu caractéristique de la région ».1)

Comment représenter un négatif sur plaque de verre, qui d’une part est un intermédiaire destiné à produire une image positive, et d’autre part reste un objet en soi, la matrice originelle sans laquelle aucune reproduction ultérieure n’est envisageable ? Lire la suite

  1. Émilie Charrier, Sylvie Le Goëdec, Fonds photographique du service central photographique et d’identité du ministère de l’Intérieur (Archives nationales, Paris 2011 []

Moulage de sceaux : une matérialité d’emprunt.

Clément Blanc-Riehl, Archives nationales

Aux Archives nationales, le choix de reproduire les sceaux par le moulage a précédé l’invention de la sigillographie et n’a pas été le fait de l’Institution. L’initiative est venue d’un marchand numismate et d’un médailleur au début des années 1830. Ce n’est que quelques années plus tard que débuta une opération extensive dans les fonds scellés parisiens. Lire la suite