Quelle trace de la chasse à la bête du Gévaudan ?

Geneviève Profit, Archives nationales

Le plan de chasse présenté ici fait partie d’un ensemble d’archives relatives à la chasse au loup au XVIIIe et XIXe siècle, conservées par les Archives nationales, parmi lesquels plusieurs documents présentent des mesures pour chasser la « bête du Gévaudan », comme on va très vite l’appeler.

Plan de chasse pour traquer la Bête du Gévaudan Cote : F/10/476 © Archives nationales, pôle images

Plan de chasse pour traquer la Bête du Gévaudan
Cote : F/10/476
© Archives nationales, pôle images

Mais ce plan est une pièce isolée, et les recherches entamées pour déterminer l’histoire de sa conservation n’ont pas permis de le rattacher à un dossier constitué originairement ou de savoir comment il est entré aux Archives nationales. Il n’est ni daté ni signé. Il représente la région du Haut Gévaudan, actuellement entre la Lozère et la Haute-Loire, autour de Paulhiac, Chazelles, Saugues. Il est adressé au Comte de Saint-Florentin, ministre de Louis XV, à qui un assentiment et un appui sont demandés. 

Lire la suite

Une découverte inédite dans les sceaux plaqués des Archives nationales du Haut Moyen Âge (projet SPAHM) : l’inclusion de cheveux et de poils.

Marie-Adélaïde Nielen, Archives nationales

Cette recherche est née d’un hasard, mais il est parfois des hasards heureux : celui de la découverte, dans un sceau de cire mérovingien,  à l’occasion de sa restauration pour une exposition, de « fibres » intimement mêlées au matériau.

Sceau de Louis le Pieux : profil de l'empereur, 822 (K 9, n° 8/1)

Sceau de Louis le Pieux : profil de l’empereur, 822 (K 9, n° 8/1)

L’étude, entreprise aux Archives nationales dans le cadre du Labex Patrima, est faite à partir d’un corpus d’une cinquantaine de documents scellés, conservés aux Archives nationales (Paris), datant des périodes mérovingienne et carolingienne. Tous sont issus de la chancellerie royale ou impériale. Ce sont les sceaux qui sont plus précisément étudiés, à travers leurs matériaux constitutifs (cire et additifs, couleur, présence de vernis), leurs images et leurs modes d’apposition (sceaux plaqués, plaqués-rivés, forme du rivet), mais aussi les autres modes de validation du document, comme la ruche, le monogramme ou la mise en forme. Lire la suite

Des affiches de la Première Guerre mondiale collectées à leur sortie de presse: un exemple de collecte « à chaud »

Sylvie Le Goëdec, Archives nationales.

Un fonds d’environ 700 affiches de la Grande Guerre se trouve conservé au sein des collections de la bibliothèque des Archives nationales (cotes AD/XX/c/85 à 88). Multiple par nature, l’affiche ne constitue pas un unicum et nombre de particuliers ou d’institutions – archives départementales ou musées- conservent des exemplaires présents dans cette collection d’imprimés.

Ensemble d'affiches AD XXc-retaillé

Florilège d’affiches du début de la Première Guerre mondiale AD/XXc

Lire la suite

Du négatif au positif : conservation et diffusion des plaques de verre.

Nicolas Dion, Archives nationales

De nombreux clichés sur plaque de verre sont présents au sein des collections iconographiques des Archives nationales. Supports de prise de vue privilégiés dès les années 1860, les plaques de verre sont utilisées dans les grands services photographiques de l’État jusque dans les années 1950. On les retrouve entre autres dans deux fonds spécifiques qui ont fait l’objet de récentes campagnes de reproduction numérique.

1/2 Numériser un négatif sur plaque de verre

Dans le cadre de ses missions de sauvegarde et de mise en valeur des documents, l’atelier photographique des Archives nationales a mis en place un protocole de numérisation appliqué à 1800 négatifs sur plaque de verre issus du Fonds F7 / service central photographique du ministère de l’Intérieur. Ce corpus d’images documente les déplacements officiels des chefs d’État et présidents de la IIIème à la IVème République française.Il illustre les passages imposés par le protocole : « arrivée à la gare, hommage au monument aux morts, défilé dans la ville-hôte, entrée et sortie de l’hôtel de ville, allocutions, réception des corps constitués, visite d’un lieu caractéristique de la région ».1)

Comment représenter un négatif sur plaque de verre, qui d’une part est un intermédiaire destiné à produire une image positive, et d’autre part reste un objet en soi, la matrice originelle sans laquelle aucune reproduction ultérieure n’est envisageable ? Lire la suite

  1. Émilie Charrier, Sylvie Le Goëdec, Fonds photographique du service central photographique et d’identité du ministère de l’Intérieur (Archives nationales, Paris 2011 []