Le Cadre méthodologique sur l’évaluation, la sélection et l’échantillonnage des archives publiques à l’aune des quatre normes internationales de description.

Vincent Doom
Discussion : Florence Clavaud

La publication récente d’un texte à portée méthodologique destiné à éclairer la pratique des archivistes sur la sélection des archives publiques donne lieu à des débats dont témoignent l’article de Vincent Doom1 et la discussion qui le suit.

Quand il faut tordre le cou à une idée fausse

Le Cadre méthodologique2 marque en effet la fin d’une quête, celle que l’archiviste poursuit et qui le conduit à vivre dans l’illusion : pouvoir appréhender ce que sera la recherche de demain qu’elle soit historique ou non. Ainsi « L’archiviste a aujourd’hui la responsabilité sociale de constituer les sources qui permettront aux générations futures à venir d’avoir la vision la plus fidèle possible de la société dont ils sont les contemporains […]. Ils sont, par les choix qu’ils énoncent en concertation avec leurs partenaires, les architectes actifs de la construction de cette mémoire »3

Lire la suite

  1. Avec l’aimable et précieuse relecture d’Antoine Meissonnier, adjoint au chef du bureau du contrôle et de la collecte des archives publiques du Service interministériel des archives de France. []
  2. Le cadre méthodologique sur l’évaluation, la sélection et l’échantillonnage des archives publiques est le fruit du travail d’un groupe interministériel réuni à partir de 2011. Il a été publié en juillet 2014. L’objectif assigné était de fournir les éléments d’une évaluation et d’une sélection raisonnées qui manquait au niveau national et n’était pas achevé par le comité sur l’évaluation du Conseil international des archives. []
  3. Programme de la XXXVe CITRA (conférence internationale de la table ronde des archives) réunie à Reyjavick en octobre 2001, Comma. []

De Metz à Paris. La dispersion des manuscrits de la cathédrale Saint-Étienne

Charlotte Quentin et Cécile Robin

Il est bien souvent difficile pour les historiens du livre et des bibliothèques de reconstituer la circulation des ouvrages au cours du grand remembrement révolutionnaire. Des bibliothèques ecclésiastiques de 1789 aux collections publiques de la fin de siècle, les livres suivent les voies les plus diverses, passant souvent par des dépôts littéraires de transit avant que les plus précieux d’entre eux intègrent les collections de la Bibliothèque nationale. Le moment du transfert est généralement l’occasion de rédiger des inventaires, catalogues, états et autres listes de livres. Parmi ces documents, ceux destinés à l’administration centrale sont aujourd’hui conservés à la Bibliothèque de l’Arsenal1 pour les collections parisiennes et aux Archives nationales2 pour les collections des autres départements ; en-dehors du cas parisien, les originaux des inventaires se trouvent généralement aux Archives des départements concernés. Lire la suite

  1. « Archives des dépôts littéraires », Ars. Ms. 6487 à 6513. []
  2. AN F17 1168 à 1179/B. []

Marteaux forestiers et empreintes, instruments et traces de la gestion d’un patrimoine.

Magalie Bonnet, Archives nationales

À l’occasion du cinquantième anniversaire de l’Office national des forêts (ONF), les Archives nationales ont publié début décembre 2014 sur leur page Facebook un article et deux albums présentant les archives de l’ONF et leur intérêt pour la recherche (1958-1999). Une sélection de documents d’archives conservés sur le site de Pierrefitte-sur-Seine a ainsi pu être proposée au public1. Parmi ces documents, notre attention s’est portée sur l’annexe d’une instruction datant du 19 mars 1975 relative aux empreintes de marteaux forestiers en usage à l’ONF. Lire la suite

  1. https://fr-fr.facebook.com/Archives.nationales.France []

Les authentiques de Chelles : enjeux de conservation et de restauration

Sara Ortego-Boldo, Archives nationales

Les Archives nationales conservent la plus importante collection d’authentiques et de reliques en Occident, plus nombreuse encore que la collection du Sancta Sanctorum au Latran, à Rome, qui en conserve 120. Les authentiques sont de petites languettes de parchemin attachées aux reliques, qu’elles permettent d’identifier et d’authentifier. Rédigées en latin, ces  « étiquettes » indiquent l’identité du saint ou de la sainte concerné et le contenu de la relique : un petit morceau de bois, des cheveux ou du tissu, par exemple. La dimension des authentiques varie de 2 cm à 16 cm. Les Archives nationales en conservent 176, parmi lesquels 57 sont encore reliés à leur relique. Ces documents ont été découverts dans l’église de Chelles en 1983 lors de l’inventaire des reliquaires. Ils ont été déposés aux Archives nationales, mais la ville de Chelles en reste propriétaire. Lire la suite

À propos d’une collection érudite: les Dictionnaires topographiques départementaux

Sébastien Nadiras, Archives nationales

Depuis 2009, le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) est engagé avec d’autres institutions, dont les Archives nationales, dans une opération d’édition électronique de la collection des Dictionnaires topographiques départementaux, dont il est l’initiateur et l’éditeur depuis les années 1860. Incontournables des salles de lecture d’archives, ces dictionnaires constituent un outil de travail quotidien des historiens et chercheurs des départements qui en sont dotés, outil banal et familier que le projet d’édition électronique actuellement en cours invite à réexaminer d’un œil critique1

En 1859, un pendant érudit au Dictionnaire des Postes

La collection des Dictionnaires topographiques fut lancée en 1859 par le Comité des travaux historiques surproposition de l’historien Léopold Delisle. L’ambition initiale était de publier un (et un seul) Dictionnaire géographique de la France ancienne et moderne, formé de 86 volumes départementaux devant être in fine reliés par un index. Lire la suite

  1. Je remercie Marie-José Gasse-Grandjean (UMR Artehis) pour les échanges préalables à la rédaction de cet article, autour notamment des archives du Comité des travaux historiques. []

Moulage de sceaux : une matérialité d’emprunt.

Clément Blanc-Riehl, Archives nationales

Aux Archives nationales, le choix de reproduire les sceaux par le moulage a précédé l’invention de la sigillographie et n’a pas été le fait de l’Institution. L’initiative est venue d’un marchand numismate et d’un médailleur au début des années 1830. Ce n’est que quelques années plus tard que débuta une opération extensive dans les fonds scellés parisiens. Lire la suite