D’où vient le bandeau de ce carnet ?

Transcription des explications du plan de chasse pour traquer la bête du Gévaudan [s.d., entre 1763 et 1767]

Le texte ci-dessous est la transcription des indications inscrites dans les marges du plan suivies de celles indiquées sur le plan lui-même. A de rares exceptions (accentuation, apostrophes), la graphie a été respectée, mais la ponctuation a été en grande partie ajoutée, pour rendre le texte plus compréhensible.

Plan de chasse1

Plan de chasse pour traquer la Bête du Gévaudan (78 x 67 cm) Cote : F/10/476 © Archives nationales, pôle images

Plan de chasse pour traquer la Bête du Gévaudan (78 x 67 cm)
Cote : F/10/476
© Archives nationales, pôle images

Explication de ce plan:

1er article :

L’idée de celui qui l’a tiré consiste à prendre, des quarante six paroisses désignées par leurs noms au tour du cercle et qui si trouvent effectivement placées, le nombre des 150 bons tireurs et environ quatre mille cinqs cents hommes, pour former un cercle ou cordon en rond pour faire une battue dans les bois et terreins englobés dans les susdits cercles qui sont ceux où l’on voit le plus souvent l’animal entropophage. Cette battue doit se porter de tous cottés, au centre de ce cercle qui est dans un endroit sur la montagne de La Margeride en pais découvert et qui domine sur tout le terrein compris dans le cercle. Partie des cent cinquante tireurs doit former une ligne, partageant le cercle des batteurs du midy au nord, à la distance de cinquante pas l’un de l’autre, pour que l’animal entropophage ou les loups qui seront dans la battue, se jettant d’un cotté dudit cercle dans l’autre, puissent être tirés par deux ou quatre chasseurs, qui étant manqués, se trouvant toujours englobés par le cordon resserré des batteurs, seront obligés de passer et repasser plusieurs fois à travers des tireurs. L’autre partie de tireurs [sera] distribuée dans des bois, exactement ainsi qu’il est marqué dans le plan, pour tirer les premiers les loups ou autres bêtes semblables, et avertir par là les tireurs de la grande ligne, qui seront placés de manière à entendre tous les coups, à se tenir sur leurs gardes, de sorte que les batteurs prévenus et avertis à l’avance se munis[sent] des bonnes bajonnettes ou fourches de fer bien affilées. Se resserrant toujours à proportion qu’ils avanceront, et se touchant coude à coude, [ils] seront en meme de faire périr ce qui aura réchappé aux canons des tireurs par les coups de bajonettes ou des fourches. Ceux des tireurs qui se trouveront aux postes cy dessus désignés, et jusqu’à ce qu’ils en auront porté la battue, marcheront avec les batteurs et entreront dans leur ligne avec leurs fusils, avec chaqu’un leur bajonette au bout, pour faire avec eux la mesme observation. Pour ce qui regarde la grande ligne des tireurs, à proportion que la battue se porttera [ver]s eux, ils en feront de mesme, avec défences à ceux jusqu’aux quels on aura porté la battue de remuer de leur poste sous des peines de prison ou aman[de].

2e article :

Quoique les bois cy-dessus désignés contiennent dans cette carte un très petit espace, ils ont cependant une grande étandue scitués dans un mauvais pais et divisés par des endroits découverts marqués par les entrelignes et les postes des tireurs. Tout l’effet de cette chasse dépend de la régularité de la battue. C’est pourquoy il seroit de la plus grande importance d’avoir des ordres de la cour pour punir par la prison ou par des amandes ceux qui refuserojent ou d’obéir pour la battue ou qui, s’étant vendus, ne tiendroit par leur rang.

3e article :

Cette opération encore dépend beaucoup des lettres circulaires qu’on doit envojer [à] Messieurs les curés qui doivent choisir chaqu’un dans leurs paroisses les meilleurs tireurs, annoncer les ordres de la cour. Ceux qui seront préposés pour cela doivent connoitre la distance de chaque paroisse, affin d’annoncer à un chaqu’un une heure proportionnée à la distance des lieux, pour que chaque paroisse puisse être rendue à l’heure qui luy sera désignée dans les endroits indiqués par les lettres circulaires qui doivent encore contenir les noms des paroisses avec lesquelles on formera la ligne par la droitte, et par la gauche, et les endroits qui se trouvent opposés à chaque parroisse en ligne directe au centre du cercle.

4e article:

Messieurs les curés doivent avertir les consuls de chaque paroisse d’obliger un homme de chaque maison à faire cette battue, portant une liste exacte de ceux qui n’auront pas voulu obéir. Cette saison est la plus commode de toutte l’année, soit par rapport à la longueur des jours, soit à cause de la récolte en bleds, qui estant une fois montés, pourraient servir d’azille à la bette féroce et aux loups.

Les quarante six paroisses cy dessus designées peuvent fournir aisément cent cinquante bons tireurs et environ quatre mille cinq cents batteurs. Les tireurs devrojent être rendus au point du jour à l’endroit qui leur seroit désigné par les lettres circulaires addressées à Messieurs leurs curés ou consuls de leurs paroysses et, comme les paroisses les plus éloignées se trouvent à la distance de deux lieux et demis du point de réunion, il suffiroit que leurs batteurs eussent formé la ligne ou cordon cy dessus désigné à huit heures du matin. Cette opération finiroit au moins à deux heures apprès midy. Pour remplir le nombre des batteurs un homme par maison suffit.

Si Messieurs les subdélégués de Saint Flour et de Lanjac avojent des ordres pour faire cette chasse, d’intelligence avec le Gévaudan, il seroit bon qu’on employat et mit en mouvement quarante ou cinquante parroisses, dont quinze devrojent border sur le levant les bois de Chernie, du Gibertes, de la Font du Fau, de Chappel, de la Pause Dauvers, de Noserolles, et du Besset, plaçant un nombre proportionné de bons tireurs sur le couchant desdits bois, et les autres vingt cinq paroisses former une ligne bien serrée de batteurs à l’entrée des bois de Lhernie par cotte du nord, portant leur battue en ligne droite du levant au couchant vers le midy, et la venant terminer au ruisseau de Paulhiac, faisant doubler les postes des tireurs à proportion que la battue s’avanceroit, en faisant replier sur les batteurs ceux qui borderojent les susdits bois du cotté du couchant. Porter ainsi cette battue jusqu’à la Croix du Fou avec ordre que les batteurs et tireurs de cette partie s’étandrojent [le] long du ruisseau de Pauliac, celluy du Besset le bordant, jusqu’au Chazelles, pour y coucher et rester jusqu’au lendemain à deux heures apprès midy. A laquelle heure suivant toutte apparence, la chasse du cercle seroit faitte. Il est à observer que l’opération de ce dernier article devroit se faire le jour précédant celhuy de la chasse du cercle. Mojenant ces arrangements, on regarde comme sûre la perte de ce cruel animal, mais encore celle de tous les loups et autres bettes qui se trouveront dans ledit cercle et on regarde l’opération comme infaillible.

Il doit être deffandu aux tireurs, sous des grieves peines, de tirer à quelque espèce de gibier qui pourroit se présanter à eux, à l’exception des loups et de la bette féroce.

Au deffaud d’un battaillon d’infanterie, on pourroit se servir des cavalliers de quatre ou cinq mareschaussées pour porter les lettres circulaires dans chaque parroisse et pour soutenir de distance en distance le cordon des batteurs, avec ordre de conduire en prison ceux qui sortirojent de leurs rang ou ne voudrojent pas obéir.

Qu’il fust enjoint aux consuls de chaque paroisse de faire une liste exacte de leurs batteurs et tireurs, affin qu’ils ne pussent se dispenser de contribuer à cette opération que pour raisons légitimes. Qu’ils fussent eux-mesme chaqu’un au milieu des batteurs de leurs paroisses et qu’il leur fut ordonné de faire conduire aux bergers de chaque paroisse deux chiens de parc attachés, marchant à vingt pas au-dessus du cercle de leur parroisse, pour les faire fouiller dans les endroits où les batteurs ne pourrojent aller qu’avec peine et difficilement.

Malgré tout ce qu’on peut dire au sujet de la bette féroce, l’hauteur de ce plan, suivant beaucoup des relations qui luy ont été faittes et qui connoit l’espèce des loups, soutient que cet animal n’est pas un véritable loup. Il peut en tenir par le mâle ou la femelle, mais il la croit produitte par deux différentes espèces.

Chaque consul devroit avoir un ou deux hommes à cheval au devant de ses batteurs pour, qu’au cas [où] cet animal fut mis debout2 , on put en donner avis à celuy qui commanderoit cette chasse avec plus d’aisance.

Si l’exécution de ce projet est trouvée bonne par Monseigneur le Comte de Saint Florentin, il faudroit, pour l’assurance de tout l’effet qu’on en attand, un bataillon d’infanterie pour distribuer ou pour soutenir, de distance en distance, le cercle des batteurs, et des ordres, pour punir sévèrement ceux qui sortirojent de leur rang. Segondement, des lettres circulaires aux curés et consuls de chaque paroisse pour choisir tous les bons tireurs qu’ils ont chaqu’un dans leurs villages, avec ordre dans les mesmes lettres de les faire partir à l’heure marquée suivant la distance des lieux, pour être rendus au point du jour à l’endroit qui leur seroit designé, sous telles peines que sa grandeur voudroit leur imposer en cas de désobéissance.

Les deffauds d’obéissance de la part des paisans dans les chasses précédentes sont la cause que cette bette existe.

Touttes les paroisses où il se trouvojent des tambours devrojent les porter chaqu’une dans les rang de iceux batteurs, afin que par le bruit de ses instruments, on ne laissat rien dans les bois qui sont dans l’enceinte du cercle de chaque batteur muni d’une bonne bajonette ou fourche de fer bien affilée, affin qu’au cas [où] cette bette feroce fust mise debout ou tirée ou manquée par les tireurs, on put la faire périr en la resserrant dans le cercle à coup de bajonnette ou de fourches de fer.

Deffance aux batteurs du cercle de se rompre que l’animal qu’ils puissent metre debout. Avec ordre au consul de la parroisse qui mettroit quelque loup ou autre bette debout de détacher un seul batteur pour en avertir celuy qui auroit les ordres de commander cette chasse qui seroit placé au point de réunion ou au centre du cercle pour qu’il put prendre les mesures convenables pour faire prendre des postes aux tireurs propres et opposés au passage de l’animal lancé.

Outre les indications topographiques propres à ce type de document, le plan lui-même comprend des annotations explicatives, transcrites ci-dessous :

Celui qui a tiré ce plan connoit exactement la distance qu’il y a de chaque paroisse au centre du cercle pour désigner le départ de chaque paroisse pour former la ligne des batteurs en se joignant tous à la même heure dans les endroits désignés par les lettres circulaires.

L’on peut faire des chasses dans toutes les saisons de l’année dans cette partie des bois qui se trouve depuis le levant jusqu’au septentrion et même dans cette moitié du cercle marquée par le chiffre 8.

Transcription: Geneviève Profit, Archives nationales

Article: Quelle trace de la chasse à la bête du Gévaudan ?

  1. Titre indiqué au centre du plan []
  2. mettre debout signifie ici lancer l’animal, le débusquer []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *