Une documentation insoupçonnée: les tirages des négatifs noir et blanc

Céline Gaudon, Archives nationales

Il existe au Pôle image  des Archives nationales une documentation de plus de 40.000 tirages issus des négatifs noir et blanc de tous formats résultant des travaux de reproduction allant des années 50 à 2000.

Une fois ces négatifs enregistrés, reconditionnés et placés à l’abri dans un magasin photo, les tirages ont été classés par cote et rangés dans des classeurs pour en permettre la consultation. Ils sont disponibles dans le bureau de la cellule documentaire.

Alors, à l’heure du numérique, pourquoi conserver une telle documentation ?

image1-celine

Tout d’abord, cela permet de constater l’évolution d’un document au cours du temps ou même de garder une trace d’un DSF (un document disparu, déplacé sans fiche).

Un autre avantage de ces tirages est de pouvoir se rendre compte quasiment d’un seul coup d’oeil du contenu d’une série. Ainsi cette documentation peut jouer un rôle de conservation en évitant des manipulations de documents. Il est possible de venir voir si la cote correspond bien au document que l’on souhaite avant de le sortir de son conditionnement.

Il est également possible de consulter les 12.000 tirages des reportages, s’étendant sur la même période de 50 ans, et couvrant des évènements aux Archives nationales aussi variés que des travaux de restauration des appartements de l’hôtel de Soubise, les concours des jeunes historiens, les expositions.

À gauche : hôtel de Soubise, Cabinet du Prince, cheminée qui va être reposée, cliché du musée du Louvre, 1973. À droite : hôtel de Soubise, salle des gardes, travaux 1969.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *