Moulage de sceaux : une matérialité d’emprunt.

Clément Blanc-Riehl, Archives nationales

Aux Archives nationales, le choix de reproduire les sceaux par le moulage a précédé l’invention de la sigillographie et n’a pas été le fait de l’Institution. L’initiative est venue d’un marchand numismate et d’un médailleur au début des années 1830. Ce n’est que quelques années plus tard que débuta une opération extensive dans les fonds scellés parisiens. Lorsque l’édition du corpus des sceaux des Archives nationales fut lancée dans les années 1855, c’est à partir de cette collection, c’est à dire à partir d’un support de substitution, qu’elle fut menée. La distance entre la source originelle et l’outil de son intelligibilité était telle qu’une partie de la réalité sigillaire ne fut pas prise en compte. Cette réalité concernait spécifiquement matérialité et sérialité, deux notions dans lesquelles s’enracine la pratique médiévale du sceau.

Les personnes (sigillants) peuvent produire tout au long de leur existence, qui peut être fort longue (personnes morales) un grand nombre de sceaux. Au Moyen Âge, les sceaux ne sont pas des images au sens où nous l’entendons, ce sont des imago élaborées par combinaison d’une image et d’un texte périphérique. Ils sont aussi des objets physiques avec leur poids, leur matière, leur couleur, leur texture, leurs traces de façonnage ; des objets physiquement liés par des attaches (parchemin, cuir, lacs de soie et passementerie) à des actes que l’on ne peut réduire à leur seul contenu textuel, puisqu’il sont constitués de peau, d’encre, de réglures et parfois d’un décor.

Cette totalité composite, qui pose d’épineux problèmes de conservation, place le sceau, ou plutôt sa fabrication (scellage), au confluent de chaînes opératoires allant des différents processus de mise en œuvre des éléments constitutifs de la charte, à des mesures techniques propres à en garantir la pérennité (pliage, archivage, collectionnisme). Les sceaux qui répondent de manière extensive à la définition de l’objet technique ne constituent qu’un maillon d’une chaîne. Même si une bonne part de la fonction de représentation sociale des sceaux repose sur une problématique iconographique manifestant l’inclusion des personnes à des groupes par le biais d’images-types, il n’en reste pas moins vrai que ce fait iconographique ne permet pas de saisir la pratique dans toute son amplitude.

Cet outil d’identification statutaire exprime aussi la position relative de son détenteur dans l’univers social par le truchement des éléments matériels que nous listions rapidement plus haut. Si la forme est « rendue » par le moulage, la cire ne l’est pas. Or la qualité de cette dernière, celle des pigments qui lui sont ajoutés, leur densité, fournissent des informations importantes quant à la « fortune » du sigillant ou à la « puissance » d’une institution. De la même manière, le soin apporté au façonnage du sceau en tant qu’objet, au travers par exemple du lissage de ses bords, du rebouchage d’éventuels accidents, la présence de marques digitales volontaires, le fait de laisser visible les traces des prises des matrices, sont autant d’indices matériels révélateurs d’un contexte culturel que le moulage escamote. De la même manière disparaissent les écarts entre les sceaux produits par la même matrice au profit d’un « type » unique, fabriqué parfois par combinaison de différents fragments pris à des originaux différents. Tout le paradoxe du moulage se situe dans la volonté d’atteindre la vérité par le biais d’une représentation substitutive.

Matérialité et sérialité ne sont donc restituées qu’imparfaitement par le choix du moulage, choix qui opère une série de transferts. Les sceaux échappent à l’univers archivistique pour entrer dans celui du musée. Les originaux de cire, de plomb et d’or, adhérant aux documents, sont maintenus dans la complexité constitutive de leur environnement diplomatique, tandis que le moulage permet une distribution de ce matériel originellement éparpillé au gré de la constitution des archives dans les grilles d’une classification adossée à une représentation sociale révélant davantage l’époque qui l’a produite que celle qu’elle est censée décrire. Cette décontextualisation, qui se matérialise dans les murs mêmes des Archives par la création d’un musée sigillographique, est menée à plus grande échelle à partir des années 1860 par le biais des campagnes sigillographiques, campagnes transférant, par le biais du moulage, les sceaux de la périphérie provinciale vers le centre idéal de la Nation.

Le moulage de sceau fait partie intégrante du destin de l’objet, il est son prolongement, la réponse matérielle par laquelle le XIXe siècle a cherché à régler le problème de la conservation. Le moulage prolonge un original que l’on pense alors soumis à la destruction en le figeant dans une matérialité pérenne et dans un environnement propice à son analyse. À cela s’ajoute la constitution d’un outillage technique (le moule) permettant de produire des copies à l’infini. Le « support de substitution » est pensé au sens littéral d’une substitution, c’est a dire dans les termes d’une équivalence.

Mieux, si l’on pousse la logique jusqu’à son terme, le moulage offre ce que nous appelons de nos jours une  « réalité augmentée ». En matière de sceau, le XIXe siècle ne fit ni le choix du fac-similé ni celui de la neutralité. Il s’agissait moins de produire des copies que de révéler des images difficiles à appréhender sous l’épaisse patine du temps. Contrairement au moulage de la statuaire classique, dont la blancheur du plâtre permettait de restituer l’eidos de l’œuvre, le moulage en soufre patiné, en ombrant les reliefs, remplace la matérialité originelle par une matérialité d’emprunt, et si la couleur de la cire disparaît, ce n’est pas au profit de la neutralité idéale du plâtre. La sigillographie a été élaborée par réduction de la réalité originelle de son objet, par transfert et redistribution, puis révélation par le biais d’une opération technique de moulage symétrique à l’opération de fabrication matricielle de l’objet originel. Ainsi, la « vraie » collection n’est pas celle des moulages disposés sur le plateau des médailliers mais celle des moules. C’est cette collection in-communiquée de « matrices » qui forme le trésor sigillographique des Archives, institution qui tenta de fixer la forme d’objets en instance de destruction dans l’éternité de l’inaliénabilité d’une collection et par le biais d’un support pérenne, le trésor sigillaire à proprement parler demeurant dans les cartons des dépôts.

À la manière de l’image du saint Suaire tardivement « révélée » par une étape transitoire du procédé photographique, miracle technique conférant une véritable autorité à une opération de reproduction, le moulage révèle la nature intrinsèque d’une réalité que l’œil ne peut appréhender directement. C’est entre négatif et positif, entre creux et plein, entre moule et tirage, vérité et copie, qu’il convient de replacer la pratique du moulage sur laquelle la sigillographie fut fondée voilà un siècle et demi.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *