Une petite histoire d’indexation alternative

Vincent Doom

En préambule à cet article que je dédie au personnel de Fontainebleau et à Christiane et Gérard Naud qui m’ont fait aimer l’archivistique, j’émets le vœu qu’il ne soit pas sujet à polémique. C’est une réflexion toute personnelle laquelle est le fruit d’une longue expérience tant au sein des Archives territoriales que dans celles de l’État. Elle n’a pas vocation à remettre en cause la pratique de l’indexation mise en œuvre aujourd’hui qui reste pour moi un idéal plus que difficile à atteindre.

En 2001, j’écrivais dans la Gazette des archives un article de 27 pages intitulé « Indexation et analyse archivistiques, vers une recherche documentaire intégrale, de l’utilité des vocabulaires contrôlés a priori » comprenant deux grandes parties : la première ayant pour objet « L’indexation manuelle ou assistée par ordinateur : un outil secondaire, de l’analyse aux fiches cartonnées et électroniques » ; la seconde « L’indexation automatisée : un outil primaire, la simultanéité de l’analyse et de la recherche documentaire »1.Quinze ans après cette contribution, je vais essayer d’en tirer les leçons et tâcher de voir si mon propos a encore du sens ou est devenu complètement obsolète. Inutile de vous dire qu’il n’a pas bouleversé la doctrine des archives et que le nombre de lecteurs n’a pas foisonné, et pourtant de prime abord il me semble contenir encore quelques vérités alors même que la pratique archivistique connaît de grands bouleversements…

Lire l’intégralité de l’article

1 La Gazette des Archives, n° 192, année 2001, pp 131 à 158.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *