La macro-évaluation des documents/données : quoi de neuf ?

Vincent Doom

Depuis la publication de mon article ayant pour titre « Le cadre méthodologique sur l’évaluation, la sélection et l’échantillonnage des archives publiques à l’aune des quatre normes internationales de description » dans le blogue des Archives nationales et le complément apporté par Florence Clavaud, vient de paraître le rapport dressé par Mme Christine Nougaret, vice-présidente du Conseil supérieur des archives, à Mme Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication intitulé : « Une stratégie nationale pour la collecte et l’accès aux archives publiques à l’ère numérique » (voir en ligne).

Pour la première fois dans un document officiel apparaît la notion archivistique de macro-évaluation – voir la définition de la macro-évaluation dans l’article précédent « Le Cadre méthodologique sur l’évaluation, la sélection et l’échantillonnage des archives publiques à l’aune des quatre normes internationales de description«  – chère aux Anglo-saxons et tout particulièrement aux Canadiens et aux Australiens, qu’elle aborde dans sa proposition n°11 qui vise à « déterminer les archives essentielles grâce à la macro-évaluation ». Les archivistes français comme ceux de tous les pays latins commencent à la traduire sous une forme particulière issue de leur tradition diplomatique pluriséculaire et qu’on nommera sous le vocable de micro-évaluation contextuelle.

Pourquoi cette entrée soudaine de la macro-évaluation dans notre glossaire archivistique alors qu’elle ne figure pas dans le dictionnaire de terminologie archivistique mis à jour en 2007 ?

La première raison tient à ce qu’elle accompagne les archives publiques à l’ère du numérique. Les volumes produits dans ce cadre, tout comme ceux du papier pendant encore de nombreuses années, sont tels qu’il y a nécessité de procéder à une sélection drastique que ne permet plus la méthode traditionnelle devenue très sophistiquée fondée sur la micro-évaluation laquelle s’attache à évaluer chaque unité dans des tableaux d’archivage de plus en plus précis et volumineux. Bien que présentés dans un ordre fonctionnel, et non plus seulement organisationnel, ils ne peuvent toucher l’ensemble des item de chaque producteur, notamment dans les administrations centrales, et ne sont pas surtout le garant d’une évaluation critique globale reposant sur l’analyse du contexte de production – fonctions assignées par la société aux institutions, structures que ces fonctions génèrent et interactions avec les citoyens/usagers/clients qu’ elles représentent ou non – plutôt que sur les documents eux-mêmes.

La seconde raison, et je reprendrai mon propos tenu dans le blogue des Archives nationales, tient quant à elle au maquis administratif français dans lequel s’enchevêtrent l’action des administrations centrales et déconcentrées, une décentralisation à géométrie variable et une gestion publique de plus en plus déléguée, qui oblige immanquablement à définir davantage encore et à déterminer a priori les grands domaines fonctionnels de notre société. Est donc préconisée la constitution au niveau des États d’un répertoire national des fonctions et des compétences des producteurs ainsi qu’une articulation avec la Communauté européenne dont les décisions ne sont pas sans impact sur les politiques nationales. Les travaux de l’Association des archivistes français et du Service interministériel des archives de France autour du référentiel des producteurs locaux regroupés par grandes fonctions s’inscrivent pleinement dans ce processus.

Il est donc temps pour nous, gestionnaires de documents et archivistes français, d’expérimenter la macro-évaluation afin de ne conserver que les documents/données donnant une image fidèle et contemporaine de la société dans laquelle nous évoluons. Une telle politique d’évaluation, représentative de la théorie sociétale, pour être solide doit aussi être portée collectivement par des experts scientifiques et des techniciens, des producteurs et des utilisateurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *