Calligraphie dans l’espace : du geste dansé au geste calligraphié

Marie de Bonnafos et Mathilde Cauras

Des tissus virevoltent, enchevêtrement de couleurs vives, soies qui tombent avec lenteur et qui s’élèvent dans un nouvel élan, au milieu du salon ovale du prince de Soubise. Aujourd’hui, les Archives nationales accueillent Le Tremplin, association qui regroupe de jeunes adultes handicapés mentaux, pour une nouvelle visite toute particulière : Calligraphie dans l’espace.

image

Depuis plusieurs années, le service éducatif s’ouvre à d’autres publics que les scolaires : des publics plus vulnérables, en situation de handicap ou de maladie, telle que la maladie d’Alzheimer, viennent de plus en plus nombreux. Les activités culturelles et les pratiques artistiques sont de véritables supports de rééducation pour ces personnes qui ont un autre rapport au monde et qui présentent des troubles cognitifs et comportementaux. Les activités et discours sont donc adaptés de manières différentes afin de les rendre accessibles, interactifs et ludiques.

Pour ces publics qui n’ont pas forcément des notions d’écriture et de lecture, nous avons ajusté l’atelier calligraphie qui nécessite l’utilisation du calame sur parchemin ou papyrus. Il s’agit de permettre l’accès à l’écrit ou plutôt au geste graphique par le biais de la sensorialité et du sensible. Pour cela, nous avons choisi de diviser l’atelier en deux temps : le geste dansé et le geste calligraphié. Chacun de ces deux temps, bien distincts, suit une logique pédagogique propre.

Le geste dansé

Cette première partie est conçue comme une sorte d’enquête à la recherche de l’origine du mouvement. D’où vient le geste ? La réponse est donnée de manière ludique et sensitive. Il ne s’agira pas de comprendre, mais de ressentir. Sentir que le geste ne réside pas uniquement dans la main. C’est à une découverte sensorielle de son corps et de l’origine du mouvement que sont invités nos jeunes de l’association Le Tremplin, guidés avec bienveillance et écoute.

Placés en cercle, afin que chacun puisse voir l’ensemble du groupe, les pieds ancrés dans le sol tout d’abord, ils vont mettre en mouvement un membre, puis l’autre. Dans la lenteur. Un geste après un autre, en nommant les parties du corps concernées, afin de bien prendre conscience du membre en mouvement : épaules, bras, mains, jambes, pieds.

Puis, sur un fond musical, chacun va évoluer dans l’espace avec des foulards colorés et se laisser porter par son imagination. Un à un, ils passent au centre du cercle. Pour l’un d’entre eux, le foulard devient ailes, et il est oiseau. Le geste ainsi matérialisé par un foulard permet de laisser une trace dans l’espace. Cette dernière, éphémère, est du domaine de l’imaginaire. C’est ainsi qu’un jeune homme dessine son lapin, et tel le Petit Prince de Saint-Exupéry, ajoute une oreille oubliée ! Tous se prêtent au jeu. Même un jeune, très renfermé sur lui-même depuis le début, se laisse porter par sa créativité et se met à danser devant les autres. En effet, il n’est pas toujours évident de dévoiler sa créativité devant les autres. Le foulard, en tant qu’accessoire, permet de dépasser cette peur, de se cacher au besoin derrière. Il est à noter que les jeunes de cette association suivent régulièrement des activités de danse et de théâtre dans leur centre. Cette sensibilisation a certainement permis une telle réceptivité à notre proposition et ils ont réalisé de très belles performances dansées toutes empreintes de poésie, d’élégance et de raffinement.

Enfin, tous ensemble vont mimer l’acte d’écrire – un mot, une phrase, ce qui leur passe par la tête – dans l’espace. On écrit dans l’espace, comme sur la feuille de papier. Le geste peut être décliné à l’infini. Tout est dans l’imaginaire. Le corps écrit un message, le corps est le medium du message, le corps est message. Cette calligraphie dansée représente peut-être ce qui ne se dit pas, ce que la parole ne peut exprimer ?

Toute cette première partie très corporelle permet de se familiariser avec un lieu inconnu de manière ludique, d’oublier les crispations, de créer un espace convivial. Le corps a la mémoire du geste, mais aussi des atmosphères. Inconsciemment, des liens sont faits entre atmosphère conviviale et actions dans cette atmosphère.

Le geste calligraphié

Après avoir exploré l’espace dans le salon ovale du Prince, il s’agit maintenant d’explorer l’espace sur la feuille et d’y laisser une trace.
Tous n’ont pas forcément le même niveau de connaissance de l’écriture et des lettres de l’alphabet. Les exercices vont donc surtout résider dans la sensation tactile du geste graphique. Ceux qui connaissent les lettres pourront écrire, les autres pourront dessiner ou tracer des traits.

Dans la continuité de ce qui a été réalisé en première partie de séance, nous leur avons tout d’abord proposé de tracer dans l’espace avec le doigt. Puis, afin d’accentuer la sensation, les jeunes ont trempé le bout de leur doigt dans l’eau : le frôlement dans l’air est ainsi mieux ressenti en traçant des lettres dans l’espace.
Ils se sont ensuite familiarisés avec l’outil scripteur (ici, nous avons choisi le calame) et ont appris à le tenir correctement. Ce dernier devient la continuité de la main, tout comme le foulard pouvait l’être quelques minutes auparavant. Il est donc possible de reproduire les mêmes gestes dans l’espace, le calame remplaçant le foulard. Le fait de toucher permet d’appréhender la matière, le matériau de l’outil.
Une fois le calame chargé d’encre, différentes traces sont laissées sur la feuille : traits droits, courbes, cercles, vagues, ponts. Ces tracés suivent l’apprentissage des capacités et habiletés perceptivo-motrices et sont les modules de base pour former les lettres de notre alphabet latin. Certains jeunes écrivent une lettre, un mot, le prénom du lapin, d’autres dessinent une fleur, ou tracent simplement des traits dans l’espace.

Ces différents traits, courbes, vagues, ponts, répétés ou non, s’entrelacent ou s’entrechoquent en rythme sur le papier. Telle une scène, la feuille est un espace à explorer, où la créativité va naître devant les yeux du spectateur. Les traits encrés semblent danser et traverser l’espace de la feuille. On choisit ensuite le message à écrire sur deux autres supports : papyrus et parchemin végétal. Fabriqué à partir de la tige d’un roseau, le papyrus est plus rugueux et filandreux. Le parchemin, lui, fait à partir de peau d’animal, est plus lisse, presque gras. Lors de l’atelier, nous n’utilisons pas de « vrai » parchemin, mais une imitation dont les qualités plastiques sont presque identiques. Avec ces deux supports, de nouvelles sensations apparaissent, accompagnées du crissement du calame sur la feuille.

image1Certains sont plus rapides que d’autres. Pour attendre que l’encre des réalisations sèche, ils vont découper et coller les vignettes représentant les origines des supports et des outils. Enfin, ils collent leur réalisation sur papyrus et sur parchemin végétal. Leur petit livret d’écriture est ainsi réalisé ! Il est important de repartir avec une réalisation finie après chaque visite, afin de garder l’activité en souvenir.

Danse calligraphiée ou calligraphie dansée forment deux approches complémentaires de la calligraphie dans l’espace. C’est une façon à la fois plus sensorielle d’aborder l’écriture, et plus adaptée à des publics vulnérables dont la manière d’appréhender le monde passe par le sensible. Ces temps de rencontres et de créations sont capitaux dans la maladie. Ils sont en effet un moyen de donner à ces personnes plus de sens à leur existence, d’accéder à une expression d’elles-mêmes telles qu’elles sont et de vivre avec d’autres une relation de partage. Construction et affirmation de soi sont alors possibles par le biais d’autres modes d’expression tels que la danse, le dessin, la calligraphie, l’enluminure, la réalisation d’un moulage de sceau, d’un masque….

Sur le site des Archives nationales comme au sein d’accueils de jour, des ateliers thématiques et plastiques sont ainsi proposés. Il s’agit alors d’adapter au mieux ces moments d’apprentissage et de création en accompagnant et en invitant la personne à vivre une expérience artistique dans un cadre stimulant, sécurisant et chaleureux.
Cet atelier « Calligraphie dans l’espace » a été réalisé au sein du service éducatif des Archives nationales sur une proposition de Séverine Delisle-Coignac, conçu et animé par Marie de Bonnafos et Mathilde Cauras. Toutes trois sont chargées de développement des publics et sensibilisées à l’adaptation de visites aux publics spécifiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *