De Metz à Paris. La dispersion des manuscrits de la cathédrale Saint-Étienne

Charlotte Quentin et Cécile Robin

Il est bien souvent difficile pour les historiens du livre et des bibliothèques de reconstituer la circulation des ouvrages au cours du grand remembrement révolutionnaire. Des bibliothèques ecclésiastiques de 1789 aux collections publiques de la fin de siècle, les livres suivent les voies les plus diverses, passant souvent par des dépôts littéraires de transit avant que les plus précieux d’entre eux intègrent les collections de la Bibliothèque nationale. Le moment du transfert est généralement l’occasion de rédiger des inventaires, catalogues, états et autres listes de livres. Parmi ces documents, ceux destinés à l’administration centrale sont aujourd’hui conservés à la Bibliothèque de l’Arsenal1 pour les collections parisiennes et aux Archives nationales2 pour les collections des autres départements ; en-dehors du cas parisien, les originaux des inventaires se trouvent généralement aux Archives des départements concernés.

Pour faciliter et encourager ces recherches, les Archives nationales, en partenariat avec l’Institut d’Histoire et de Recherche des Textes (IRHT), mènent un projet de numérisation et de mise en ligne d’inventaires de bibliothèques des congrégations religieuses saisies sous la Révolution. Ce projet, financé par l’EquipEx Biblissima, s’accompagne de l’édition électronique de certains inventaires de manuscrits. Les recherches nécessaires à la rédaction de l’apparat critique de l’inventaire des manuscrits du trésor de la cathédrale Saint-Étienne de Metz furent l’occasion de soulever quelques unes des interrogations auxquelles sont confrontés les historiens qui souhaitent exploiter ce type d’inventaire.

Deux documents constituent les sources à partir desquelles s’est effectué ce travail de recherche :

1° une copie conforme de la « Notice des manuscrits du trésor de la ci-devant cathédrale de Metz3, rédigée par des administrateurs du district de Metz le 11 ventôse an II (1er mars 1794). Ce document de six pages donne une description qualitative des treize manuscrits présents dans le trésor et leur attribue un numéro, à défaut de cote et de titre. Si cette Notice4 n’est pas aussi normalisée qu’un inventaire, elle révèle néanmoins le caractère éminemment précieux des ouvrages, notamment en détaillant avec précision le programme iconographique des bas-reliefs en ivoire ornant leurs couvertures.

2° un rapport5 de deux pages sur cet inventaire, rédigé par dom Germain Poirier6, bénédictin, membre de la section des Dépôts littéraires de la Commission temporaire des Arts adjointe au comité d’Instruction publique. Il propose tout d’abord des mesures pour améliorer les inventaires produits dans les municipalités. Ses remarques s’inscrivent dans un contexte de normalisation des documents officiels7 pour permettre aux commissaires du gouvernement d’estimer la valeur des ouvrages décrits et de statuer sur leur destination. Ainsi, dom Poirier recommande que les manuscrits numérotés de 1 à 5 et 8 sur l’inventaire soient transférés à la Bibliothèque nationale (BN). Le rapport est signé par les quatre membres de la section des Dépôts littéraires :

–  Dom Germain Poirier ;
– Louis-Mathieu Langlès : orientaliste, conservateur de dépôt littéraire puis à la Bibliothèque nationale;
– Hubert-Pascal Ameilhon : bibliothécaire de la ville de Paris et conservateur de dépôt littéraire ;
– Barrois l’aîné : ancien libraire parisien et conservateur de dépôt littéraire.

Les manuscrits mentionnés par dom Poirier sont-ils aujourd’hui toujours à la BNF ? Qu’est-il advenu des sept autres ?

Les manuscrits de la BNF

Dans son précieux Cabinet des manuscrits8, L. Delisle indique quels manuscrits ont été transférés de Metz à la BN et en donne les cotes, ce qui permet une identification rapide des manuscrits mentionnés dans l’inventaire F17. Ainsi, les notices de la BNF indiquent que onze manuscrits proviennent du trésor de la cathédrale. Par ailleurs, A. Prost affirme que la bibliothèque de Metz ne possède plus aucun manuscrit du trésor9, ce qui laisse supposer très fortement que les deux autres manuscrits en provenance de la cathédrale appartenaient également au trésor10, même si cela n’est pas explicitement mentionné dans les notices BNF. La mise en regard de l’inventaire F17 et des notices de la BNF vient renforcer cette supposition et permet de proposer les identifications ci-dessous.

Extrait de la Notice des manus-crits de la ci-devant cathédrale de Metz, AN, F17 1176, n°47

Extrait de la Notice des manus-crits de la ci-devant cathédrale de Metz, AN, F17 1176, n°47

La correspondance entre l’inventaire F17 et les cotes actuelles de la BNF n’a pas pu être établie avec certitude pour quatre des manuscrits (en bleu dans le tableau). Le manuscrit Latin 9393, de par sa couverture en velours ornée d’un bas-relief d’ivoire, peut être rapproché de l’ouvrage numéro 5. De la même manière, on peut rapprocher le manuscrit Latin 9394 de l’ouvrage numéro 6. L’identification du manuscrit Latin 9395 semble plus hasardeuse, car la numérisation permet de constater l’absence des fermoirs d’argents mentionnés dans l’inventaire F17. Enfin, le manuscrit Latin 10515 peut être rapproché de l’ouvrage numéro 9, bien que l’inventaire F17 et la notice BNF indiquent des couleurs différentes (respectivement violet et brun). Mais ce dernier point est à relativiser fortement. Ainsi, le Sacramentaire de Drogon est décrit dans l’inventaire F17 comme « couvert de velours bleu », tandis que pour la BNF ce velours est vert. L’ambiguïté est levée grâce à la numérisation de l’ouvrage, qui permet de réaliser que sa couverture est usée, et qu’il est extrêmement délicat de définir si elle tire plutôt sur le bleu, le vert ou même le gris. La couverture du manuscrit Latin 10515 pourrait de même avoir brunie entre le xviiie siècle et la date de rédaction de la notice BNF.

L’identification des dix autres manuscrits laisse peu de place au doute. Si certaines descriptions sont extrêmement précises, comme les Évangiles de Drogon ci-dessous, le nombre de feuillets constitue également une aide précieuse, notamment lorsque le manuscrit n’est pas numérisé.

Evangéliaire de Drogon, BNF, Département des manuscrits, ms. Latin 9388, couverture.

Evangéliaire de Drogon, BNF, Département des manuscrits, ms. Latin 9388, couverture.

« 3/ Manuscrit sur velin couvert de velours vert avec fermoirs de vermeil, d’un côté du volume un bas-relief d’ivoire, qui représente le baiser de Judas, la prise de Jésus, le reniement de Saint Pierre, enfin le crucifiement, dans un cadre de filigrane d’or enrichi de pierres de couleur. Le second côté du volume n’a qu’une bordure de vermeil.
La hauteur du volume est de douze, sa largeur huit pouces neuf lignes. 196 feuillets. Il contient qes quatre évangiles en caractères romains carrés du VII siècle avec de grandes capitales romaines en or bruni. L’ouvrage est accompagé du Canon, d’une Table et des prologues de Saint Jérôme. »

La BNF possède donc aujourd’hui les treize manuscrits du trésor de la cathédrale de Metz. Mais la liste établie par Delisle dans son Cabinet des manuscrits pose question. Non seulement cette liste ne correspond pas aux propositions de dom Poirier, mais trois manuscrits supplémentaires, provenant des églises Saint-Sauveur11 et Saint-Louis de Metz12 ont été adjoints à ceux du trésor de la cathédrale lors de l’envoi : qui est à l’origine de cette initiative ? Par ailleurs, si le rapport de dom Poirier proposant un transfert à la BN date de 1794, Delisle indique qu’ils ne sont parvenus à Paris qu’en 180213. Comment expliquer ce délai de presque dix ans ?

De 1794 à 1802 : un parcours incertain

La réponse à ces deux questions est liée à l’exil en 1792 d’une personnalité incontournable pour qui souhaite retracer l’histoire des bibliothèques de la région dite des Trois-Evêchés (Metz, Toul, Verdun, puis le Luxembourg). Il convient de s’attarder ici sur le rôle de dom Jean-Baptiste Maugérard, grand bibliophile, bénédictin de la congrégation de Saint-Vannes14. Bibliothécaire de l’abbaye de Saint-Arnould, Maugérard est également nommé bibliothécaire de la cathédrale de Metz par Louis-Joseph de Montmorency-Laval15 puis prieur de Chiny (Luxembourg). Certes ces nombreuses fonctions restèrent pour la plupart honorifiques car Maugérard vécut principalement à Metz, mais elles lui permirent néanmoins d’avoir accès aux ouvrages de bibliothèques très riches. Réfractaire lors de la Révolution, il suit Montmorency-Laval dans son exil en Allemagne et ne rentre à Metz que bien des années plus tard, justement en 1802. Maugérard présente alors le même profil que de nombreux autres érudits issus d’ordres religieux dont les compétences furent employées à la constitution des collections publiques. Ainsi Chaptal, alors ministre de l’Intérieur et soucieux de mettre à profit une connaissance extrêment fine des manuscrits précieux de la région, nomme Maugérard « Commissaire du gouvernement pour la recherche des objets d’art et de science dans les quatre départements du Rhin »16. Maugérard organise ainsi le transport des seize manuscrits qui arrivent à Paris le 11 brumaire an XII (1er novembre 1802)17. L’écart de quelques jours avec la date indiquée par les notices de la BNF (17 novembre 1802) correspond peut-être au délai de catalogage des ouvrages.

Mais durant les dix années qui s’écoulent entre le rapport de dom Poirier et la nomination de Maugérard aux fonctions de commissaire du gouvernement, où étaient les manuscrits ? Qui en avait la responsabilité ? Pourquoi a-t-il fallu attendre Maugérard pour qu’ils soient envoyés à Paris ?

A. Prost apporte plusieurs éléments de réponse dans sa Notice18. Conformément au décret de nationalisation du 2 novembre 178919 les ouvrages issus des maisons religieuses sont centralisés dans un dépôt localisé à l’hôtel d’Intendance, actuelle préfecture. Mais lorsque la bibliothèque départementale est achevée en 1799, les seize ouvrages à destination de la BN sont toujours à Metz, puisqu’ils ne quittent la ville pour la Capitale qu’en 1802. Auraient-ils été conservés dans une salle à part pour ne pas être confondus avec les ouvrages destinés aux bibliothèques publiques ? Peut-être Maugérard, nommé depuis peu commissaire du gouvernement, a-t-il profité de la transformation des écoles centrales en lycées20 occasion de nouveaux déménagements, pour extraires les ouvrages les plus précieux et enrichir le lot à destination de la BN. Son excellente connaissance des livres rares de la région en fait la personne la plus à même de prendre cette initative. Il semble malheureusement impossible de connaître le parcours exact des différents manuscrits, car ni les bibliothèques départementales ni les écoles centrales ne marquaient leurs livres d’estampille ou d’ex-libris, sources très précieuses pour les historiens des bibliothèques, car elles permettent de suivre la circulation de l’ouvrage et d’attester de sa provenance.

L’ex-libris des Évangiles de Drogon (texte manuscrit) permet de savoir qu’il a été déposé en 1763  à la cathédrale de Metz. Son estampille (tampon rouge) indique qu’il se trouve désormais à la BNF.  BNF, département des manuscrits, Ms. Latin 9388, page de garde verso.

L’ex-libris des Évangiles de Drogon (texte manuscrit) permet de savoir qu’il a été déposé en 1763 à la cathédrale de Metz. Son estampille (tampon rouge) indique qu’il se trouve désormais à la BNF.
BNF, département des manuscrits, Ms. Latin 9388, page de garde verso.

La bibliothèque de la cathédrale

Mais le trésor de la cathédrale n’était pas seul dépositaire des livres du chapitre. A. Prost21 nous apprend en effet que l’établissement possédait une bibliothèque contenant, entre autres, plusieurs centaines de manuscrits. Qu’en est-il advenu ?

La majeure partie de ces manuscrits sont aujourd’hui à Metz, au Département des manuscrits de la médiathèque Verlaine, dont le fonds s’est constitué pour une large part des nationalisations et confiscations révolutionnaires22 A. Prost retrouve ainsi dans les collections de la bibliothèque de Metz 232 manuscrits provenant de la cathédrale Saint-Etienne en établissant des correspondances entre un inventaire de 1765 rédigé par Maugérard23 alors bibliothécaire de la cathédrale et qui recensait pas moins de 383 manuscrits, et l’inventaire de Quicherat24. Il complète ce travail d’identification en s’aidant des ex-libris encore visibles sur certains ouvrages. Si l’on prend pour référence le total des 383 manuscrits établi par Maugérard, en ajoutant aux 232 manuscrits identifiés par A. Prost les 16 que la BNF possède, l’on constate que 135 ouvrages ont disparu des collections.

La dizaine d’années durant laquelle les manuscrits furent transférés des maisons religieuses aux dépôts, puis des dépôts aux écoles centrales favorisa sans doute la dispersion de ces 135 ouvrages mais des disparitions antérieures ne sont pas à exclure. On peut proposer plusieurs hypothèses quant à cet écart, tout en appelant à des avis éclairés et à des recherches ultérieures pour les confirmer ou les infirmer.

Une première possibilité serait que l’évêque de Metz, L.-J. de Montmorency-Laval, ait emporté dans sa bibliothèque personnelle plusieurs ouvrages de la cathédrale. La confusion était en effet fréquente sous l’Ancien Régime, et même plus tard au xixe siècle, entre la propriété des personnes privées et celle des institutions (civiles ou ecclésiastiques) auxquelles ces personnes appartenaient ; les cathédrales ne faisant naturellement pas exception25. Par ailleurs, il ne semble pas improbable que l’évêque ait agit intentionnellement pour devancer les enquêtes des commissaires du nouveau gouvernement révolutionnaire.

On peut également supposer que ces ouvrages aient été vendus par Maugérard entre 1765 (date à laquelle il réalise son inventaire) et son départ en 1792. Ph. Hoche insiste en effet sur ses talents de négociant. Plusieurs séjours en Allemagne furent ainsi l’occasion d’échanges26 et P. Lesprand fait par ailleurs état de plusieurs transactions relativement clandestines impliquant des ouvrages provenant des bibliothèques dont Maugérard avait eu la charge27. Il peut également avoir vendu une partie des volumes pendant la période révolutionnaire, car comme beaucoup d’ecclésiastiques réfractaires de son temps, il manifesta une grande méfiance à l’égard des agents des municipalités venus inventorier les richesses livresques des congrégations religieuses. Il semble donc tout à fait probable qu’il n’hésitât pas à mobiliser sa connaissance des réseaux commerciaux pour que certains livres échappent à ces commissaires concurrents. De nombreuses lacunes ont ainsi été observées dans les collections de l’abbaye de Saint-Arnould, dont Maugérard était également le bibliothécaire28: de telles pratiques n’ont certainement pas épargné la cathédrale de Metz.

Il reste cependant étonnant que 135 manuscrits, dont le caractère précieux semble confirmé par ceux encore à notre disposition, aient disparu des collections de la cathédrale en seulement un siècle. Le travail titanesque d’identification mené par A. Prost se limite aux collections de la bibliothèque de Metz, mais peut-être ces ouvrages ont-ils été répartis entre d’autres bibliothèques correspondant à l’ancienne région dite des Trois-Evêchés, et qui possède une identité historique forte. Maugérard semblait avoir un réseau de circulation performant vers les pays germaniques : une étude des manuscrits conservés dans les régions limitrophes pourrait peut-être apporter des compléments d’information.

Par ailleurs les notices de la BNF relatives aux manuscrits de la cathédrale renvoient systématiquement vers le ms. 17143, f° 270 v., dont la notice est peu explicite : « Documents sur l’histoire de diverses bibliothèques, xviie-xixe siècle ». Peut-être la consultation de ce document apporterait-elle des éclairages quant aux correspondances incertaines des manuscrits Latin 9393, 9394, 9395 et 10515, et permettrait-elle de confirmer le décalage de dates constaté entre les notices BNF et les données établies par A. Benoit.

  1. « Archives des dépôts littéraires », Ars. Ms. 6487 à 6513. []
  2. AN F17 1168 à 1179/B. []
  3. AN F17 1176, n° 47 []
  4. Le terme « Notice » est employé ici car il figure dans le titre du document. Toutefois cette « Notice » est beaucoup plus proche d’un inventaire, tant dans son contenu que dans sa forme. Pour éviter toute confusion avec l’usage actuel du terme notice, ce texte sera donc désormais appelé « inventaire F17» []
  5. AN F17 1176, n°48 []
  6. H. Dufresne, « Une vocation historique : Dom Germain Poirier. 1724-1803 », accessible en ligne : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1956-11-0755-001 []
  7. Le jour même, la Commission temporaire des Arts adopte par ailleurs une « Instruction sur la manière d’inventorier et conserver dans toute l’étendue de la République tous les objets qui peuvent servir aux arts, aux sciences et à l’enseignement », (AN F17 1045, d. 18). []
  8. L. Delisle, Cabinet des manuscrits, t. II, Hildesheim, 1868, p. 14. []
  9. A. Prost, Notice sur la collection des manuscrits de la bibliothèque de Metz, Paris, 1877, p. 41 []
  10. Il s’agit des manuscrits Latin 9393 et 9395. []
  11. Les manuscrits Latin 9456 et 10438. []
  12. Le manuscrit Latin 9391 []
  13. L. Delisle, op. cit., p. 14. []
  14. Pour des informations synthétiques sur la vie de J.-B. Maugérard, l’on pourra consulter la notice BNF (http://data.bnf.fr/10697870/jean_baptiste_maugerard/) ainsi que M. Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne, Paris, 1855. []
  15. Évêque de Metz de 1760 à 1804, réfractaire en 1790. Cf. Ph. Hoche, « Deux exemplaires exceptionnels de la Bible de Gutemberg rapportés à Metz par dom Maugérard » dans Mémoires de l’Académie nationale de Metz, série VII, tome XIII, Metz, 2001, p. 183-185. []
  16. Ph. Hoche, op.cit., p. 185. []
  17. A. Benoît, Bibliophiles, les collectionneurs et les bibliothèques des monastères des Trois Evêchés 1552-1790, Nancy, 1884 : « le 11 brumaire an XII, arrivée de Metz de deux caisses avec 271 volumes et 15 manuscrits » []
  18. A. Prost, op. cit., p. 5-7 []
  19. Décret qui met les biens du clergé à la disposition de la nation. []
  20. Loi sur l’instruction publique, du 11 Floréal an X (1er mai 1802). []
  21. A. Prost, op. cit., p. 24 []
  22. La médiathèque consacre par ailleurs une page à sa collection de manuscrits : http://bm.metz.fr/iguana/www.main.cls?surl=manuscrits. []
  23. Metz, bibliothèque municipale, ms. 822. A. Prost (op. cit., p. 38) décrit avec précision la structure de l’inventaire de Maugérard, révélant ainsi le travail d’érudition mené par ce dernier. []
  24. J. Quicherat, Catalogue des manuscrits des bibliothèques de France, Supplément, série in-8°, tome XLVIII, Paris, Plon, 1933, 2e éd. []
  25. Il existe par ailleurs un inventaire des ouvrages saisis au domicile de Montmorency-Laval, rue de Tournon (7 septembre 1793 ; AN F17 1193, d. 32). L’inventaire ne mentionnant pas le prénom du propriétaire, il peut s’agir d’un autre membre de la très vaste famille des Montmorency-Laval. []
  26. Il en ramène notamment deux bibles de Gutenberg aujourd’hui à la BNF ; cf. Ph. Hoche, op.cit. []
  27. Ph. Hoche (op. cit., p. 184) renvoie à P. Lesprand, Le Clergé de la Moselle pendant la Révolution, Montigny-lès-Metz, 1934, t. I, p. 131-132. []
  28. Ph. Hoche (op. cit., p.184) renvoie à P. Riberette « La naissance laborieuse de la bibliothèque de Metz de la Révolution à l’Empire » dans Refugium animae bibliotheca : Festschrift für Albert Kolb, Wiesbaden, Guido Pressler, 1969, p. 349. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *