Un abécédaire des archives de l’État? Le cadre de classement des Archives nationales au XIXe et au XXe siècle (1)

Denise Ogilvie, Archives nationales

 Cet article en introduit d’autres, tous dédiés à l’histoire des séries des Archives nationales, et à leurs rapports. Strictement et alphabétiquement alignées à leur naissance, les « séries » ont peu à peu glissé les unes sans les autres vers de nouveaux groupements, sous l’effet des remaniements successifs des sections. Ce vagabondage alphabétique de longue durée ne devient compréhensible que si on en connaît les chemins, qui sont ceux d’une histoire méconnue des archives.

1. Aperçu général
Loup y es-tu ? Que fais tu ?

L’organisation des archives, comme celle des livres et celle des collections, est un effort de la pensée, une pensée mise en œuvre, UNE CLASSIFICATION. Effort pour découper, regrouper, identifier, signaler, mettre en forme, maîtriser la masse des documents, ses mouvements et ses mutations, ses trop pleins et ses lacunes, ses discontinuités: barrage, digue ou guide ? Qu’elle s’organise en « ordre pour les archives »(1789), en « tableau systématique » (1809) ou « cadre de classementé (1841), qu’elle s’exprime en « classes », en « séries » ou même en « grands domaines d’activité de l’État », elle utilise, absorbe, ignore, déplace, remanie ou remplace toutes les catégories en usage: celles des administrateurs et des juristes, celles des bibliothécaires, celles des archivistes au travail dans les bureaux des ministères, les divisions, les directions.

Elle inscrit partout sa marque, sur les registres, les liasses et les cartons, sur les « états », sur les listes, « les bordereaux de versements ». Mais elle glisse, elle dérive, on la bouscule, elle dépérit, on l’abandonne. L’effacer ? la remplacer ? la contourner ? Les outils informatiques appelés à la rescousse peinent encore à savoir qu’en faire, tant elle a imprégné la forme et le fonds de la description des archives et de leur rangement , LA CLASSIFICATION.

Mais qui est-elle ? d’où vient-elle ? Où va-t-elle ?

Un abécédaire logé dans un organigramme

Nous sommes en 1811. L’Imprimerie nationale  vient d’imprimer un « Tableau systématique des archives de l’Empire » : un tableau en vingt-trois catégories, comme les vingt-trois lettres de l’alphabet, l’alphabet des grandes classifications d’alors, où ne figurent ni le I ni le U ni le W.

Un abécédaire, donc.

L’abécédaire déroule son alphabet en petites suites de lettres, présentées dans l’ordre, comme ceci : « ABCD », « EFGH », « JKLM », « NO » , « PQRST », « VXYZ ». Car ce tableau est un système à double clé : les lettres représentent les catégories d’archives (le mot « série » viendra très vite) ; les petites suites de lettres figurent l’ensemble des archives qui relèvent d’une même « section ». Une section est une division administrative, celles des archives ont un chef et des commis, comme ailleurs. Il y a six suites de lettres parce qu’il y a six « sections », qui sont, dans l’ordre: la « Législative » (ABCD), l’ « Administrative » (EFGH), l’ « Historique » (JKLM), la « Topographique » (NO), la « Domaniale », (PQRST) et la « Judiciaire » ( VXYZ).

Un abécédaire logé dans un organigramme (celui des Archives nationales), telle est la formule originale, la recette, de cette classification. Comprendre pourquoi et comment son auteur a conçu, défendu et appliqué ce « Tableau systématique des Archives de l’Empire » fera l’objet d’un très prochain billet. L’important ici est de savoir que ce Tableau va constituer, immédiatement et pour très longtemps, un « cadre de classement », LE cadre de classement des Archives nationales aux XIXe et XXe siècles.

Vie et mort du cadre de classement

Ce plan de classement résista assez bien à l’épreuve des cinquante premières années de sa mise en œuvre. Deux types d’évènements pouvaient lui porter atteinte: une nouvelle définition des séries, ou une modification du périmètre des sections.

Concernant les séries, une première crise, conséquence du grand nombre d’envois d’archives classées dans la série F « ministères », aboutit, somme toute, à la consolidation du système: la division de la série en 20 sous-séries renforça la confiance dans les capacités d’adaptation du cadre de classement. Il n’en fut pas de même lors de la création d’une nouvelle classification pour accueillir entre autres, après la Révolution de 1848, les archives des gouvernements de la Révolution, du Consulat et de l’Empire (série AF).

L’atteinte la plus sérieuse vint de la modification de l’organigramme des archives. Les premiers regroupements de sections avaient certes provoqué quelques hoquets de l’ordre alphabétique, qui restait néanmoins relativement lisible. Mais le lent mouvement qui, de la fin du XIXe siècle jusqu’au milieu du XXe fait basculer le périmètre des sections d’une définition thématique vers une délimitation chronologique finit par éroder considérablement cette lisibilité. Les sections anciennes, moderne, contemporaine, puis les sections du XIXe siècle et du XXe siècles se partagèrent des séries dont l’ordre – et le sens – sont devenus méconnaissables.

À nouvelles conceptions nouvelle classification

À la fin des années 1980, l’usage du cadre de classement pour les nouveaux versements est abandonné au profit d’un système qui relève d’une toute autre manière de penser les archives, d’un tout autre mode de CLASSIFICATION. Numérotés dans l’ordre de leur entrée, les « versements » sont indexés selon une nomenclature évolutive, créée a postériori pour décrire l’administration dont proviennent les versements et qui n’intervient pas dans leur cotation : une démarche en exacte opposition avec la précédente, qui s’efforçait d’intégrer les archives dans le « tableau systématique » qui leur avait été préparé.

Les deux systèmes cohabitent, et cohabiteront encore bien longtemps. Qu’ils soient en stricte opposition constitue en soi un remarquable enseignement, et une incitation à développer une meilleure connaissance de l’histoire de ces classifications.

Explorer l’abécédaire ?

L’étude du cadre de classement et de son évolution peut prendre la forme d’un abécédaire: explorer une série de la classification alphabétique en éclairant la place qui leur a été accordée (et quand) dans l’ordre de l’alphabet, la manière dont elles ont été découpées pour s’adapter aux changements d’organigramme.

Un feuilleton, donc. À suivre…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *